BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Mission BEREZINA 2016

Fouilles archéologiques sur le site du passage de la Bérézina par l'armée de Napoléon 1er en 1812

À propos du projet

Depuis 2012, le Centre d’Etudes Napoléoniennes et l’Académie des Sciences du BELARUS mènent des fouilles sur le site du passage de la Bérézina par la Grande Armée de Napoléon 1er. Plus de 2000 objets de 1812 ont déjà été mis à jour sur ce site et étudiés; il est cependant très menacé par la prospection sauvage des chercheurs de trésor. Des mesures du gouvernement Belarus ont été prises en decembre 2015 pour préserver ce sanctuaire où sont tombés près de 50 000 combattants, mais il est très urgent d’agir pour retrouver les fosses où plusieurs milliers de soldats Français, des 40 nations européennes alliées et de Russie ont été ensevelis avant un pillage prévisible.

Le Passage de la Bérézina

Les objectifs de la mission BEREZINA 2016

Le site de Stoudienka/Brili est très riche: présence de sanctuaire de l’Age du fer, du Xème siècle (traces d’occupation Viking), et de façon continue, de batailles depuis le XVIème siecle jusque la seconde guerre mondiale. La mission BEREZINA 2016 examinera en priorité la période Napoléonienne.

Les opérations. La première phase de la mission BEREZINA 2016 porte sur l’établissement d’une carte des anomalies magnétiques et électriques du sous-sol de la zone des bivouacs. Cette zone de plusieurs dizaines hectares est située à proximité des deux ponts Napoléoniens (Stoudienka, district de Borisov - Biélorussie). La prospection géophysique sera réalisée avec des moyens mécanisés géolocalisés par GPS, fournis par la société GEOCARTA, spin off du CNRS et actuel leader dans la prospection géophysique pour l’archéologie en France. Cette operation qui necessite du matériel de haute technologie qui n'existe pas au BELARUS est couteuse mais indispensable compte tenu de l'etendue du site et afin de preserver le site d'ouvertures inutiles.

L'equipe du CEN et des plongeurs Bielorusses ayant prospecté la Bérézina

Les relevés géophysiques auront pour premier objectif d’identifier toute anomalie pouvant indiquer la présence de fosses communes où près de 30 000 soldats ont été enterrés en mars 1813 sur ordre des autorités Russes (plusieurs fosses, chacune de une à plusieurs dizaines de m2). La cartographie visera egalement à localiser les vestiges de la trentaine d’isbas constituant le village de Stoudienka en 1812, isbas dont certaines ont été utilisées pour les bivouacs. On complètera ainsi les travaux de la mission BEREZINA2015 qui avait permis de dégager les restes d’une isba ayant vraisemblablement été le bivouac successif de plusieurs officier supérieurs, et peut être l’Empereur lui-même[1].

Une campagne de faisabilité a déjà été réalisée avec succés en mai 2016, confirmant la sensibilité de la méthode de prospection géophysique à la détection de telles structures. Un résumé de l'opération est illustrée dans la vidéo suivante :

La zone prospectée en 2016 couvrira entre 5 et 10 hectares, sur la rive gauche de la Bérézina, à proximité des ponts et des lignes de la bataille de la Bérézina à Stoudienka entre les troupes du maréchal Victor et celles du général russe Wittgenstein.

La seconde phase de l’opération consiste à réaliser la fouille archéologique des anomalies identifiées par la prospection géophysique. Cette opération sera réalisée par l’équipe d’archéologues de l’Académie des Sciences du Belarus, partenaire de la mission BEREZINA depuis 2012 et seule autorité délivrant les autorisations administratives de fouilles sur le territoire du Belarus

La mssion BEREZINA 2016 a le soutien de l'Ambassade de France au BELARUS.

Archéologue de l'Institut d'Histoire de l'Académie des Sciences du Belarus faisant un relevé

Fouille d'une Isba de l'epoque 1812 - decouverte de nombreux objets de bivouac de l'armée Napoleonienne

Une équipe internationale soudée

Réalisation de tranchée de prospection.

[1] « Résultats des missions de fouilles BEREZINA 2012-2015 : bivouacs de la Garde Impériale et ponts napoléoniens » Jérôme Beaucour, Etudes Napoléoniennes N°45 – LEVALLOIS 2016.

A quoi va servir le financement ?

La mission BEREZINA 2016 est co-financée par le CEN, l'academie des Sciences du Belarus, avec une participation du programme européen MOST.

Votre financement permettra de réaliser l'étape de prospection geophysique du site.

Cette technique qui permet de localiser les zones à étudier ceci sans intervention destructrice necessite l'emploi de moyens technologiques tres spécifiques et le recours à des specialistes peu nombreux en Europe. Pour cela, nous avons sélectionné la société GEOCARTA, spin off du CNRS qui dispose du materiel et de l'expertise necessaire, et qui accepte de prendre une partie  des operations à sa charge. Nous avons déjà déterminé la meilleure technique de prospection geophysique à utiliser au cours d'une mission de reconnaissance qui s'est déroulée avec succés en mai 2016 sur plusieurs sites du Belarus.

Grâce à votre aide, nous pourrons réaliser la cartographie de plusieurs hectares et préparer efficacement la mission de fouilles proprement dite.

Exemple de cartographie réalisable par prospection geophysique (droits: GEOCARTA)

Moyen de mesures geophysique autotracté

À propos du porteur de projet

Qui sommes nous

Association loi de 1901 créée en 1966, le Centre d'Études Napoléoniennes (CEN) a pour mission de favoriser l’approfondissement de la connaissance historique relative à la révolution, au 1er et au 2nd Empire à partir de recherches et de documents nouveaux ou inédits.

Libre et indépendant sur le plan intellectuel et financier, le CEN publie les résultats de ses travaux historiques dans la revue Études Napoléoniennes et dans des ouvrages particuliers. Le CEN collabore avec des chercheurs et universitaires français et étrangers.

Suivez notre actualité sur notre page facebook  https://www.facebook.com/Berezina2012.fr