BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Les Journées du Film Bricolé

un festival où l'on se fait des films!

À propos du projet

LesJournées du Film Bricolé, c'est un évènement qui a pour objectif de diffuser le savoir-faire audiovisuel au grand public, dans un esprit convivial et ludique.

Il est plus familial que l'effervescent OFF-SHORT (baie de Somme) et moins provocateur que le sympathique Festival du Film à la Con (Savoie) mais il partage avec ces cousins lointains une idée directrice, celle de mettre en avant le plaisir de filmer.

Après 3 éditions en 2009, 2010 et 2011 (ci-dessus le résumé par Philippe Dubost de la toute 1ère édition, alors supervisée par la communauté de communes), et une pause en 2012, on compte bien le remonter en 2013 !!!

Notre évènement s'appuie sur 3 axes:

  1. une sélection de courts bricolés qui réunit pros et amateurs de manière non-compétitive,
  2. des ateliers audiovisuels ouverts à tous,
  3. et des soirées grand publicet gratuites (ciné plein air et concert de clôture)

les programmes papier des éditions 2011 et 2010 (cliquez sur l'image pour les feuilleter)

Notre projet porte les valeurs Auvergne Nouveau Monde :

  • l'idéalisme: donner à tous l'envie ET les moyens de faire des films, c'est l'utopie qui fonde le festival
  • l'exigence: nous tenons à sélectionner les courts montrés. en 2011, 150 films reçus, 40 nominés. partenariat avec Vidéoformes pour la sélection.
  • la naturalité: à Billom, on est cerné de nature, alors on profite du décor: l'atelier land-art animé fait danser les pommes et vivre les brindilles!
  • la créativité: un festival qui réunit les films pros et amateurs, et les accueille sur un pied d'égalité, à notre connaissance c'est unique!
  • le partage: la maîtrise d'un savoir-faire audiovisuel est devenue primordiale dans notre monde d'écrans... aux JFB, les pros donnent leurs trucs à tous
... on a rajouté l'humour à la liste, car les Journées du Film Bricolé travaillent sérieusement et bricolent sans se prendre au sérieux

... et puis nous sommes investis dans un village créatif:
Billom est une petite ville de 5000 habitants animée par un tissu associatif bouillonnant et dont la municipalité s'investit culturellement (résidences spectacle vivant, soutien aux projets associatifs)

...nous imaginons de nouvelles façons de transmettre
Faire 1 film en 1 Jour: Les ateliers audiovisuels JFB ont la particularité de ne durer que 8 heures maximum et de s'achever sur une projection du résultat le soir même, alliant au plaisir de fabriquer le plaisir de montrer son oeuvre à un public tolérant et bon joueur.

... et surtout nous donnons leurs chances à de jeunes talents !
La sélection de courts bricolés est ouvert aux films pros, mais aussi aux films étudiants, aux films amateurs et aux films d'ateliers (par exemple en cadre scolaire).
Un des buts avoués des Journées du Film Bricolé est de susciter un désir de cinéma chez des personnes encore hésitantes... et à long terme de transmettre une dose de culot créatif dans une région qui manque encore d'audace en terme de production.
l'affiche 2011, signée par Mélanie Ringuedé

A quoi va servir le financement ?

 L'équipe qui anime et organise les Journées du Film Bricolé est largement bénévole, mais nous avons besoin de votre aide pour:

  • réaliser l'affiche 2013 et le programme papier
  • mettre à jour le site internet et créer un blog où seront mis en valeur les films sélectionnés
  • payer les intervenants professionnels qui encadrent les ateliers, les frais artistiques et techniques des soirées plein air gratuites (location film, défraiement et rémunération des artistes du spectacle de clôture, du technicien son)
  • payer le réalisateur qui documentera l'édition 2013, et permettra ainsi de partager avec vous tous, internautes, l'esprit et l'ambiance du festoche

Et si les souscriptions dépassent le montant espéré... nous pourrions réfléchir à: proposer plus d'ateliers différents, faire venir des intervenants de toute la France, inviter les réalisateurs bricoleurs sélectionnés, voire allonger la durée des JFB avec plus de soirées gratuites... devenir alors LE FESTIVAL du film bricolé. Et toc!

À propos du porteur de projet

 La Maison aux Mille Images est une association loi 1901 née en mai 2003.

Initialement axée sur le cinéma d'animation, aujourd'hui son objet est de promouvoir le cinema bricolé dans son ensemble, et de fonder un foyer actif de création en Auvergne.

Voici les membres actuels du bureau de l'association:

Marie Paccou est la présidente et la fondatrice de l'association. Elle est par ailleurs réalisatrice de courts-métrages d'animation, et fait partie de l'équipe fondatrice du DMA cinéma d'animation de Cournon d'Auvergne, qu'elle a quitté en août 2012, pour revenir à des projets... moins académiques! Les Journées du Film Bricolé y tiennent bonne place.

Didier Ronchaud est le trésorier de l'association depuis 2009. Sa passion pour le cinéma est née quand enfant, au fond de la salle, il a capté en cachette la bande-son de tous les STAR WARS... rentré chez lui, le casque sur les oreilles, il refaisait défiler chaque volet de la trilogie dans sa tête. Fin technicien, son cerveau insatiable est une sorte de méta-logiciel, ce qui ne l'empêche pas d'apprécier la poésie du monde, et les gens en général. Parallèlement à ses activités de réalisateur institutionnel ou de technicien, il milite aussi dans de nombreuses associations locales.

Mélanie Ringuedé est la secrétaire de l'association depuis septembre 2010. Elle a fait ses études aux Beaux-Arts de Lyon, où elle organisait déjà des projections. Elle travaille actuellement à l'EPL de Marmillat. Pour nous, elle est surtout une illustratrice de talent, qui a réalisé l'affiche de l'édition 2011, et une infatiguable défricheuse du net, avides de sollicitations culturelles, visuelles et musicales, qui participe généreusement à la sélection des films bricolés.

L'équipe est plus fluctuante, ajustable en fonction des disponibilités. Voici une liste de ceux qui ont participé à l'une ou l'autre des précédentes éditions JFB.

  • encadrement ateliers:Sophie Gallo, Manon Nauton et Elodie Martini, David Boyer, Guilhem Vicard, Matthieu Aschehoug, Matthieu Sabatier, Marc Gontier, Marc Pougheon, Mélanie Ringuedé, Didier Ronchaud
  • prêt salle de montage:David Geoffroy (Court-jus), Climat63
  • artistes concert de clôture: le groupe Askehoug, M-jo et Flop
  • résumé vidéo du festival: Philippe Dubost (La cerise sur le Marteau) Yves Gut
  • restauration de l'équipe: Aline de la crêperie Bigoudens, nous accompagne depuis 2010
  • signalétique: Maxime Delavet, Florence Lamouret

Mais les JFB sont aussi portées par une dizaine de bénévoles: nos conjoints, nos amis, nos proches... parfois même nos enfants (et oui!), enrôlés dans l'aventure, pour fabriquer et poser la signalétique, monter l'écran plein air, tenir la buvette, gérer les entrées du cinoche improvisé, etc, etc...

Soulignons enfin que les JFB ont bénéficié du partenariat de l'association VIDEOFORMES et  de Cinéparc dès 2009, et de celui des associations Touchatou et les Jeudis du Pressoir dès 2010.

FAQ

  • J'adore l'esprit de votre festival, j'ai un film à vous proposer, que dois-je faire?

     Envoyez-nous le lien de votre film à l'adresse [email protected]  nous le regarderons. Si vous avez préféré ne pas publier votre film sur internet, envoyez-nous un dvd:

    La Maison aux Mille Images

    28 avenue Cohalion

    63160 BILLOM

    Après une petite discussion entre membres, nous vous enverrons vite un retour.


    Lors des éditions précédentes, nous avons aussi souhaité limiter la paperasserie au minimum, pour n'intimider personne et surtout pas les amateurs peu rodés aux inscriptions festivalières longues et rébarbatives, l'envoi du dvd ou d'un lien faisait figure d'inscription (évidemment on met tout le monde en garde sur le respect des ayant-droits, même un film bricolé ne se fait pas toujours tout seul). Cela nous contraignait à re-contacter chaque auteur pour toute ré-utilisation du film hors festival, comme ça nous est arrivé à l'invitation de Vidéoformes , ou du FIFI ... ça nous contraignait aussi, pour "ranger" les films, à prendre note nous-mêmes de la durée, du format, du nom des différents participants et d'un résumé(ce n'est pas éliminatoire, mais si vous êtes gentils, vous nous indiquerez tout ça avec votre envoi, ça nous aidera)... c'est un peu lourd à gérer tout de même alors peut-être passera-t-on à une paperasserie, qu'on essaiera de rendre aussi peu ennuyeuse que possible.

    Dernière mise à jour : il y a 6 années, 7 mois

  • Un festival sans prix à gagner, c'est nul! Vous pourriez pas récompenser les meilleurs?

     On a un budget vraiment très modeste, mais ce n'est pas une question de budget. On pourrait effectivement choisir d'organiser un jury et de décerner un ou plusieurs prix. En plus ce serait bon pour la couverture presse qui aurait un film bricolé "star" pour illustrer leur article.

    Mais la philosophie du festival est justement démocratique et non-élitiste, on a peur de tomber dans le piège... et comment mettre en lice un film fait par des enfants et leur instit talentueux et un clip tout en bouts de ficelle (et donc "bricolé", à notre sens) mais produit, financé et fait par un pro?

    Ou alors il faudrait inventer des prix, peut-être...

    Certains festivals comme le Festival du Film à la Con ont résolu le problème avec espièglerie: c'est le film sur lequel le public jette le plus de boulettes de papier qui remporte le prix. On va continuer à réfléchir.

    Pour le moment, on garde notre ligne non-compétitive. Tant pis si certains jugent qu'ils ne vont pas se décarcasser à nous envoyer des films s'il n'y a rien à gagner au bout. On ne peut pas leur donner tout à fait tort, on a fait des films nous aussi, et passé du temps à les envoyer un peu partout, bien sûr qu'on rêvait de gagner la gloire et un peu de sous quand on remplissait à tours de bras les formulaires....

    Dernière mise à jour : il y a 6 années, 7 mois

  • Dans quelles conditions sont projetés les films?

     A Billom, ville de 5000 habitants, mais proche de Clermont-Ferrand, il n'y a plus de salle de cinéma depuis environ trente ans. La structure itinérante Ciné-Parc  (au passage un de nos fidèles soutiens) amène le cinéma environ une fois par mois dans la grande salle des fêtes.

    Cette absence de lieu idéal (ah, l'ambiance d'une vraie salle noire...) ne nous empêche pas d'essayer de projeter tous les films dans les meilleures conditions possibles. On a la débrouille dans le sang. Lors de notre dernière édition, nous avons projeté les courts-métrages bricolés dans une salle prêtée par la mairie, au coeur du Vieux Billom. On avait fait le noir, tiré un drap, et des bénévoles géraient les entrées et veillaient au calme des projections. On projette à partir de dvd, techniquement irréprochables,  spécialement montés pour le festival et adaptés à différentes tranches de public, qui peut suivre et retrouver le nom des réalisateurs sur le programme papier.

    Quant au long-métrage bricolé de la soirée d'ouverture ("les 4 saisons d'Espigoule" en 2010, "Les Glaneurs et la glaneuse" en 2011), il est projeté sur l'écran plein air 6m x4m adossé à l'église Saint-Loup, les spectateurs pouvant au choix s'asseoir sur les gradins du théâtre de verdure ou s'allonger sur les pelouses...

    Pour toutes les projections on utilise notre bon vidéoprojecteur 4000 lumens, et on fait attention à la qualité sonore, même si le dolby 5.1 ne sera jamais un standard pour nous.

    On fait de notre mieux et on continue à réfléchir pour améliorer le confort de toutes les projections.

    Dernière mise à jour : il y a 6 années, 7 mois

  • Je n'ai pas de film à proposer, je n'y connais rien en audiovisuel, mais j'adorerais partager l'ambiance sympathique du festival, assister aux projections, et pourquoi pas? tenter l'aventure d'un atelier. Comment accéder à Billom et où puis-je me loger? A part des films bricolés :) , y a-t-il de jolies choses à voir dans le coin?

     Quel que soit votre niveau en audiovisuel, même débutant, vous êtes bienvenu(e) aux ateliers.

    Pour venir en voiture:

    Billom se trouve à 25 km au sud-est de Clermont-Ferrand, sa direction est indiquée depuis Paris (autoroute A71), Montpellier (A75) ou Lyon (N89). pour y arriver, vous devrez traverser une zone commerciale et pavillonnaire peu pittoresque, au bout du chemin, vous découvrirez un paysage vallonné et verdoyant, touristiquement surnommée "la Toscane d'Auvergne", où presque chaque colline est surmontée d'un monument (plus ou moins en ruines, selon l'ancienneté, mais ça reste très joli)... on appelle ici ces collines des turlurons.

    Malheureusement pour les adeptes des transports communs, venir en train reste plus compliqué, arrivé à la gare de Clermont-Ferrand (compter 3h30 de Teoz depuis Paris) il faut prendre l'autocar ligne 26 (horaires ici )

    Question hébergement, vous avez le choix:

    - le camping  qui propose des emplacements à 3€ par adulte ou de fonctionnels bungalows 6 places à 350€/semaine

    - de nombreuses chambres d'hôtes, se renseigner sur le site de la communauté de communes

    Quant aux jolies choses à voir, ah la la! Vous a-t-on déjà dit que Billom était le centre historique de la Toscane d'Auvergne ?

    Dernière mise à jour : il y a 6 années, 7 mois

  • Mais qu'est-ce que vous entendez par "film bricolé"?

    Définir les limites de son objet, c'est une question que se pose n'importe quel festival: un festival de documentaire doit se demander ce qu'il entend par "documentaire", un festival de film engagé ce qu'il entend par "film engagé", etc...

    On peut répondre déjà avec véhémence sur un point: un film "bricolé", ce n'est pas un film raté. Nous recevons et visionnons des dizaines de films, dont certains nous paraissent ratés, et nous écartons ceux-là de la sélection.

    Notre but est de donner à tous l'envie de faire des films, et seuls les films réussis peuventprovoquer une démangeaison créative et une furieuse envie de faire aussi bien!

    Plus positivement, mais tout aussi subjectivement peut-être, ce que nous cherchons dans les films que nous montrons, c'est une modestie, une simplicité, un mépris du trop léché ou du trop joli... 

    Autre point important: nous n'acceptons pour les sélections que des films courts. Si vous avez réalisé un long-métrage que vous considérez comme bricolé, et passez outre l'injonction ci-dessus, argumentez bien, parce que notre a-priori est que votre ambition en terme de durée cache peut-être un poil d'arrogance (ce n'est pas qu'un apriori, on parle aussi d'expérience...)

    NB: Nous projetons bien un long-métrage bricolé lors de la soirée d'ouverture en plein air ("Les 4 saisons d'Espigoule" en 2010, "Les glaneurs et la glaneuse" en 2011), mais on préfère dénicher nous-mêmes ce diamant rare qui doit être tout public.


    Dernière mise à jour : il y a 6 années, 7 mois