BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Fight for Dignity

Le karaté comme outil thérapeutique pour les femmes victimes de violences

À propos du projet

 

Fight for Dignity est une association fondée par Laurence Fischer, triple championne du monde de karaté, en réponse à un constat : plus d’actions pourraient être mises en place dans le cadre de la reconstruction par le corps, des femmes traumatisées suite à des violences. Le sport place le corps au centre du processus de résilience. 

Associé à la recherche théorique (médicale et psychologique) et pratique (sur le terrain), il permet aux femmes victimes de violences de se reconstruire et de retrouver confiance en elles.

              

Dès 2014, après sa rencontre avec le docteur Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes », Prix Nobel de la paix en 2018, Laurence commence à animer en République démocratique du Congo des ateliers de karaté au service de la reconstruction des femmes. "Là-bas, le viol de masse est utilisé comme une arme de guerre. Les femmes dont s’occupe le docteur sont des survivantes. Le projet d’utiliser le karaté pour les aider est né ainsi", raconte-t-elle.

En 2017, elle créé l'association Fight for Dignity afin de péréniser son action. Depuis mars 2018, Fight for Dignity et la Maison des Femmes de Saint Denis collaborent et mettent en communs leurs expertises et leurs engagements auprès de femmes pour être un accélérateur innovant de résilience.   

        

 

Aujourd'hui via la maison des femmes de St Denis, une cinquantaine de femmes sont accompagnées par Laurence chaque année. Mais plus de 200 000 femmes subissent des violences ou viols chaque année en France, nous devons aller beaucoup plus loin ! 

Nous souhaitons développer notre méthode, en lien avec des médecins et chercheurs, et former des éducatrices afin d'étendre très largement le nombre de femmes pouvant bénéficier de ces ateliers participant à leur reconstruction physique et psychologique. 

Pour ce faire, nous avons besoin d'environ 150 000€, permettant de : 

  •  financer la recherche psychologique et médicale intégrée dans le projet pour valider et maximiser l'impact de notre méthode 
  • construire des outils pédagogiques  
  • identifier et de former des éducatrices
  • faire fonctionner l'association
  • développer le réseau FFD dans 4 villes additionnelles.

Nous avons énormément travaillé et agit pour sécuriser 90 000 € de financements venant de partenaires et de mécènes. Mais il nous manque au moins 60 000 € pour donner un impact beaucoup plus important à notre action. Chaque euro donné nous aide, et dès 15 000 €, premier palier d'objectif, nous aurons une première autonomie financière nous permettant de commencer à développer notre projet dans d’autres ville en formant d’autres éducatrices.

Participez au combat, contribuez au projet et partagez-le autour de vous !

 

Fight for Dignity, en collaboration avec Bilum récupère et transforme les anciens kimonos donnés par les clubs, ou directement par les karatékas afin de les recycler en pochette/sac/porte monnaie. 

Partout en France, l’appel est lancé aux clubs de karaté, et aux particuliers de donner leur kimonos usagés dans un élan de solidarité, et chaque pochette, unique, ainsi fabriquée, est ensuite signée du nom de l’une des femmes accompagnées à la maison des femmes de Saint-Denis par Fight for Dignity. 

`

Après une première expérience en Afghanistan, l’action de Fight For Dignity commence en République Démocratique du Congo (RDC) avec le soutien du Docteur Denis Mukwege, “l’homme qui répare les femmes”, nommé Prix Nobel de la Paix 2018.

En France aussi, Laurence rencontre de nombreuses activistes qui lui confirment le manque d’action le lien avec la réappropriation du corps proposées aux victimes de violence. Elle poursuit donc son action à la Maison des Femmes de Saint-Denis en y accompagnant les femmes par la pratique du karaté.

Sa force et son ambition lui ont permis de créer une communauté interdisciplinaire de « joyeux bienfaiteurs » qui l’accompagnent sur la mission et les actions de Fight For Dignity.

En 2019 , Laurence lance des ateliers-conférences et des programmes d’empowerment pour promouvoir l’inclusion dans les organisations. Elle anime également des Workshop créativité empowerment et "self-esteam".

En découvrir plus : 

Article du Monde "Le karaté comme outil thérapeutique pour les femmes victimes de violences" 

Arte reportage "République Démocratique du Congo : le karaté pour se reconstruire"

Share Suivez-nous