Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Festival Multipiste - textes musiques expériences

Festival itinérant en Nouvelle-Aquitaine du 17 septembre au 24 octobre

À propos du projet

FESTIVAL MULTIPISTE, LA PREMIERE !

Le bleu du ciel lance son premier festival : « Multipiste - textes musiques expériences », à travers 13 villes de la région Nouvelle-Aquitaine, du 17 septembre au 24 octobre 2020.

Ce festival est né du désir de réunir sur scène des écrivains et des musiciens, qui confrontent leurs univers pour mettre le sens à l’épreuve du son. De ces collaborations ont émergé de passionnants concerts littéraires et performances live, en duo ou trio, formes inédites et stimulantes de co-création, que nous pouvons vous présenter aujourd’hui !

© Frédéric Desmesure

 

ECOUTER, EXPERIMENTER, PARTICIPER

Des ateliers d’écriture organisés en amont de certaines soirées permettent aux amateurs de tout âge d’aborder ce “format chanson” et de se produire dans une restitution en première partie des concerts. C’est une expérience que nous sommes toujours heureux de renouveler et qui s’adresse à tous.

© Frédéric Desmesure

 

Pour cette première édition, Multipiste va se déployer dans des lieux multiples et tous ouverts au public : 

3 médiathèques (Saint-Denis-de-Pile, Marmande, Pons),

3 librairies (Caractères à Mont-de-Marsan, La Machine à Musique Lignerolles à Bordeaux, L’autre moment librairie à Salies-de-Béarn),

6 salles de concert (Le Rocher de Palmer à Cenon, Le Liburnia à Libourne, La Petite Maison rouge et La Baraque à Méliès à Felletin, Le Merle moqueur à Mont-de-Marsan, L’Accordeur à Saint-Denis-de-Pile - reporté),

2 tiers-lieux (La Maison Graziana à Libourne, Le Café de l’espace à Flayat - à confirmer),

1 centre culturel (Le Centre culturel à Brive),

1 résidence d’artistes (La Pommerie à Lachaud),

1 château (Le Château Jouvente à Illats).

D.R

 

Une quizaine de lieux pour venir nous écouter, vous laisser porter par les mots et le rythme… choisissez le(s) vôtre(s) !

 

ON VOUS EN DIT UN PEU PLUS SUR LES ARTISTES?

L'invité spécial de cette première édition : Rodolphe Burger

Fondateur du groupe Kat Onoma (1986-2002), guitariste et chanteur, Rodolphe Burger développe depuis 30 ans une carrière des plus originales. A la Baraque à Méliès de Felletin dans la Creuse le 17 octobre, il interprétera des chansons extraites de l’album « Billy the kid » paru en 1993 à l’époque de son groupe Kat Onoma, et basé sur des textes du poète américain Jack Spicer.
Il jouera également des morceaux de son répertoire, notamment de l'album « Good », auquel ont collaboré les écrivains Olivier Cadiot, Pierre Alferi, et où l'on trouve aussi des textes de Michel Deguy, Goethe, T.S Eliot, ainsi que des extraits de son nouveau disque solo, Environs, paru en juin 2020 chez Dernière Bande / PIAS.


© Julien Mignot

 

Valérie Philippin et Guillaume Flamen, pour « Spam ! » : mini chansons et récits perturbés, à partir des ovnis littéraires involontaires reçus dans les boîtes mail.

Vannina Maestri et Frédéric Desmesure, pour « Un monde parfait » : textes engagés interférant les composants d’un quotidien réaliste.

© Frédéric Desmesure

 

Didier Arnaudet et Manuel Duval, pour « Exercices d’équilibre » : l’instabilité est la règle. Sur ce fil, tout se construit en équilibre et en tension, avec tous les risques qu’un tel engagement implique. Mais cette fragilité est une chance.

Pierre Le Pillouër et Michel Bananes JR, pour « Confituring » : des textes mis en position d’être altérés par la musique, leur donner la chance de cette altérité grâce à la musique.  

Frédéric Forte et Ian Saboya, pour « Le monde en kit (un truc comme ça) » : une poésie détachable, combinable ou déformable à volonté. Pour fabriquer des chansons à des fins utilitaires, comme par exemple « pour éteindre son portable dans une file d’attente ».

© Frédéric Desmesure

 

Didier Vergnaud et Frédéric Desmesure, pour « Chansons déviées » : carrément de la chanson par correspondance. Des injonctions en rythme parsèment des récits intimes et à vifs.

Wallpaper, avec ses papiers peints musicaux, accompagne plusieurs écrivains du festival.

 

 

 

À quoi va servir le financement ?

L’originalité de notre festival est de produire, lors de résidences croisées entre un auteur et un musicien, des répertoires entièrement originaux : les textes sont pour la scène, et la musique pour ces textes.

Cette forme de concert lecture, ou de performance, circule dans des lieux divers, allant de la salle de concert à la médiathèque, du centre d’art autogéré au tiers-lieu. Nous soutenons la diffusion dans des petites salles qui n’ont pas les moyens de recevoir des programmations underground, et nous pratiquons la gratuité (ou la participation libre) dans plusieurs endroits.

Nous proposons des ateliers d’écriture créative en lien avec la musique actuelle, dans des écoles et des médiathèques. Certaines restitutions d’ateliers font des premières parties de soirée.

 

Les valeurs de ce festival sont une vraie ouverture à de nouvelles formes de textes et de musiques ; et grâce à sa dimension itinérante, nous nous déplacons à la rencontre des gens dans des territoires ruraux éloignés de la culture.

 

A QUOI VONT SERVIR VOS DONS ?

A soutenir les créations en cours;

à prendre en charge les nombreux déplacements à travers la Nouvelle-Aquitaine;

à régler des cachets d’artistes et d’auteurs;

à financer une mission photographique de qualité.

 

AVEC DES MOYENS SUPPLEMENTAIRES, NOUS POURRONS :

Proposer une résidence de création plus longue avec l’écrivain Pierre Le Pillouër et le musicien Michel Bananes Jr : coût estimé à 900 euros;

confier à une vidéaste la captation et la réalisation d’un petit film sur le festival, support qui nous permettra de promouvoir l’édition 2021 de Multipiste : coût estimé à 900 euros;

engager une personne pour renforcer l’équipe du Bleu du ciel (de deux personnes) pendant le mois du festival : coût estimé à 1200 euros.

 

 

Un grand merci à vous de votre soutien !

À propos du porteur de projet

Depuis toujours, Le bleu du ciel éditions provoque des croisements entre la littérature et les autres formes d’expression, la rencontre entre des écrivains et des artistes (peintres, musiciens, plasticiens, vidéastes…), et propose des performances, lectures concerts, expositions, sans oublier l’Affiche de création qui fêtera ses 30 ans à l’automne!

https://www.lebleuducieleditions.fr/

Share Suivez-nous