BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

SAUVONS UNE FERME BIO

La grêle ,la galère, dans ce bel écrin qu'est la vallée du célé à Brengues (lot)

À propos du projet

Pourquoi ?

Suite  à un orage de grêle le 6 août 2013 l' exploitation (earl les quatre saisons) en agriculture biologique, principalement cultures maraichères (4 ha de légumes  ,0ha70 de melons)  a subit une perte de 40% de chiffre d’affaire.

Les haricots

Les melons            

Les salades......et les courgettes, les potirons, potimarrons,butternuts,fenouil, ect.

Notre projet est de relancer la production bio sur de bonnes bases

Sans trésorerie en 2014 Anita et Agnieszka ont travaillé dur pour remonter la pente sans compter sur la banque qui leur a prélevé 7000 euros de frais en les laissant gérer sans découvert autorisé. Pour pérenniser l’activité et développer les circuits courts [  possibilité de livrer 3 magasins bio de la région dans un rayon de 40km ,et," Mon Cabas Fermier"  (association comptant 100 adhérents.

Elles auraient besoins de 7560 euros

.        

À quoi va servir le financement ?

Pour financer la campagne2015 :

2600 euros pour les semences

 Pour les tomates ,les poivrons ,aubergines,plantes aromatiques , les graines sont semées sur une table chauffante et ensuite quand les jeunes plants atteignent la hauteur de 4 à cinq centimêtres il sont repiqués  en motte à la main dans des caissettes ou ils mettrons 30 à 40 jours pour être assez grand pour les planter en pleine terre

Pour   les salades ,les melons et autre cucurbitacés le semis direct en motte

1450 euros pour le terreau servant à la fabrication des mottes qui recevrons une graine ou un plant                                              

810 euros pour les cageots bois pour distribuer les premiers produits (epinards salades et radis) 

960 euros de fioul pour alimenter le tracteur afin de préraprer les terres

620 euros pour le paiilage des melons et autre cucurbitacés

560 euros pour la commission ULULE

À propos du porteur de projet

 Nous sommes deux associées Anita Rougeyroles et Agnieszka Suczylkin installée en 2008 au départ à la retraite de mon mari jean Rougeyroles qui a subi une intoxication aux produits chimiques en 1997 date à laquelle nous avons proscrit toutes substances nuisibles à la santé des hommes et de la terre. Pendant dix ans nous avons expérimenté des méthodes biologiques diverses trouvées dans différentes documentations et livres, nous n’avions pas de référent bio à la chambre d’agriculture de notre département.

En 2007, maitrisant parfaitement la production biologique nous avons demandé la certification BIO.

Nous produisons des légumes de  qualité de  très bonne conservation appréciés par les clients. Très proches de la nature nous souhaitons poursuivre notre activité en continuant de transmettre notre expérience aux stagiaires potentiels qui nous sont souvent confié par des centre de formations, et donner la possibilité à mon fils David 33 ans de poursuivre sont projet d’installation sur l’exploitation, las de travailler depuis  l’âge de 18 ans dans la peinture industrielle

votre participation nous permettrait de revoir ces jolis champs

si nous vous nous aidez à atteindre notre but nous vous en serons infiniment reconnaissants et nous vous accueillerons avec trés grand plaisir .

pour toute questions complémentaires pouvant aider la réalisation du projet 

mail: [email protected]

un mail qui fait plaisir de la part de la responsable légumes du nouveau magasin que nous livrons pour la premiere fois


"Déjà, je voulais vous dire que vos produits de ce matin étaient superbes et que ça a été un plaisir de les "installer"!
Tellement beaux et frais que je n'ai plus de radis pour demain!!!    Les 4 caisses passées en une demi journée! 
Quant aux salades il me reste 4 caisses sur les 12 au frigo.
Et les épinards.....2 caisses, mais je ne donne pas cher de leur peau d'ici la fin de journée!
Enfin voilà, je voulais voir avec vous si il vous était possible de me faire parvenir des produits pour demain matin. Je ne veux pas vous faire de route pour rien ou vous obliger à quoi que se soit, je demande juste au cas où, dans le cas où une connaissance à vous viendrait sur Villefranche demain matin....ou.....

Je suis au magasin jusqu'à 18h sinon  mes responsables jusqu'à 19h.
Merci de votre réponse
A très vite
Eliette

Aurélia SEIGNEURBIEUX et Sébastien PLASSAIS
BIOCOOP VILLEFRANCHE"

MESSAGE ANONYME

Et si les citoyens prenaient la place des banques, sauvetage d’une ferme locale Bio

Paysage de carte postale, un grillon s’en donne à cœur joie, sur un fond camaïeu de vert, de marron, de jaune, la ferme des quatre saisons est la parfaite image d’Epinal du maraichage BIO. Le cadre est idyllique, au pied des falaises, au loin on entend le tracteur qui prépare la terre pour les semis à venir.

Présenté ainsi cela pourrait être le bonheur, pourtant un épisode de grêle en a décidé autrement en aout 2013. Toute la production de l’époque a été hachée, par un orage tombé sur la commune de Brengues (LOT).

Plus de production, plus de revenu, et… pas de prise à compte de l’épisode de grêle par l’assurance. Le dépôt de bilan était proche, mais c’est sans compter sur le courage d’ Anita Rougeyroles et d’Agnieszka. Malgré un paysage de désolation, ils se remettent à l’ouvrage. La perte est énorme, estimée à 70 000 euros. Trop pris par le quotidien, ils en appellent tout de même à la générosité. Quelques dons parviennent, pas suffisemment.

Récit d’un donateur un peu particulier « après la grêle, Anita et Agniszka ont du se battre mais comment s’y prendre  quand il faut tout reconstruire et qu’on a plus de trésorerie. Une amie m’en a parlé, le Lot moi je ne connais qu’en carte postale, j’ai du passer une fois par Cahors sans m’arrêter, mais je sais ce que c’est que la situation des paysans qui produisent bien mais qui ont du mal à s’en sortir. Alors j’ai décidé de leur octroyer un prêt de 10 000 euros sans intérêt. Ils rembourseront quand leur situation se sera améliorée. Ca peut paraitre beaucoup mais il aurait fallu le triple pour leur permettre de ne pas vivre chaque étape de la remontée comme une montagne à gravir.

Deux ans après, ils font toujours face, et c’est le manque de trésorerie qui les plombe. Pensez donc, ils doivent tout payer cash, ce qui nuit à leur développement, dès qu’il recoive le paiement d’une facture ils peuvent investir un peu puis stoppe  jusqu’au prochain cycle. C’est impossible d’avancer et comme les banques ne font pas leur boulot, c’est aux citoyens de se mobiliser. Pour  l’instant, je ne peux aller beaucoup plus loin, alors Anita et Agnieszka ont eu l’idée de lancer un appel aux dons sur internet. Ils ont besoin de 7000 euros, pour l’instant ils en ont obtenu la moitié. Car la situation est ubuesque, la demande est au rendez-vous, les deux paysannes peuvent produire mais le manque de liquidités les freinent terriblement

35 Lotois, 100 euros chacun et la ferme est sauvée

Si 35 lotois sont prêt à mettre 100 euros sur la table, la ferme s’en sort, sinon je crains que la situation finisse par les user tellement les difficultés entrainent les difficultés. Moi, j’ai fait une petite rallonge, mais là je suis trop court maintenant.

Si la ferme est sauvée par les citoyens, alors je viendrais de manière anonyme visiter la ferme lors d’un de mes voyages. Car hormis mon nom,  le deux paysannes ne me connaissent pas. Je dois ma vie à deux  personnes qui m’ont secouru pendant un arrêt cardiaque, ils ont jamais demandé à me voir et moi j’ai jamais eu le courage d’affronter cela, alors je trouve la situation normale, cela leur évite ce poids émotionnel, se dire que l’on doit à quelqu’un est plus dur que de se  dire, la solidarité nous sauve, c’est je le pense sincèrement, plus enthousiasmant.

Pour ma part, je pense qu’un sauvetage citoyen, c’est la chose la plus « optimisante » qu’il puisse être.  Je sais que la vie est dure pour beaucoup, mais en s’y mettant à beaucoup, on peut éviter de perdre  une richesse locale, une entreprise qui pourrait être capable d’aller plus  haut et de pourquoi pas embaucher à l’avenir. Pour cela il faut leur donner des moyens. C’est un challenge, j’espère que vous le relèverez. » Conclut l’anonyme.

l'objectif est atteint merci a tous,  si toute fois il y à encore de généreux ululeurs continuez de communiquer, un tunnel d'occasion serait le bien venu pour augmenter les cultures hivernales.

1500 à 2000 euros seraient nécessaire

FAQ