BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Une grange pour les Jardins de la Lucate

Installation en maraichage biologique au nord des Landes (Sanguinet)

À propos du projet

1er OBJECTIF ATTEINT !!

Depuis quelques jours, nous avons dépassé notre premier objectif de financement : 5400€ pour la construction d’une grange en bois, notre premier bâtiment agricole. Un grand grand merci à tous les contributeurs.

Il nous reste donc une dizaine de jours (jusqu’au 29 aout !) pour atteindre le nouvel objectif que nous nous fixons : 2000€ supplémentaire pour emprunter le chemin de l'autonomie énergétique.

En effet, nous nous équipons en octobre auprès de la Société Ti’Eole, qui nous a fait une proposition très intéressante pour la somme de 4000 € : 8 panneaux solaires + 1 éolienne + batteries + tout le matériel annexe nécessaire.

Nous avons déjà réglé la moitié cette somme et établi un prêt d’honneur pour les 2000€ restant, à rembourser sans intérêt sur 1 an ½ .

Si nous atteignons 130% de financement : nous remboursons les ¾ de ce prêt immédiatement,

A partir de 140% , nous en remboursons l’intégralité !!


N'hésitez pas à (re)partager la page dans votre réseau, pour donner un nouveau souffle en cette fin de collecte !

Et pour vous montrer que les jardins de la lucate pendront bientôt forme : une photo de nos premiers semis

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cette collecte est un des piliers de notre installation en tant que paysans maraichers sur la commune de Sanguinet, au nord des Landes. Nous dédions cette collecte à la construction d’un premier bâtiment agricole pour notre ferme. Il convient néanmoins de vous donner un aperçu général des Jardins de la Lucate, une ferme qui verra le jour en partie grâce à vous !

Après une année de recherche d’un terrain propice à notre installation, nous créons notre activité de paysans maraichers sur la terre sableuse des landes. Nous exploitons un parcelle de terre agricole louée par la commune sous forme de bail à ferme.  

Dans la commune de Sanguinet, au lieu dit "La Lucate"

LE LIEU -  un pré qui devient ferme …tout est à construire


Notre terrain, avant le début de l'installation

Le terrain s’étend sur 2,3 ha, dont 1,9 ha exploitables. C’est un grand rectangle de prairie verdoyante, bien entretenu, entouré de forêt et accessible par la route. Le site n’est raccordé ni à l’eau potable, ni à l’électricité.

Le démarrage de notre activité nécessite donc quelques investissements essentiels. Les premiers travaux en cours de réalisation sont les suivant :

  • Clôture des jardins
  • Forage manuel en 3 points du site
  • Montage de 3 serres (120m² chacune)
  • Amendement du sol (compost, fumier)
  • Installation du système d’irrigation
  • Pose d’un groupe électrogène

En septembre, nous construirons notre premier bâtiment agricole, indispensable à notre activité.

                  Lors de notre premier forage manuel, début juillet

LA CHARPENTE DE NOTRE PROJET

« L’Agriculture Paysanne doit permettre à un maximum de paysans répartis sur tout le territoire de vivre décemment de leur métier en produisant sur des exploitations à taille humaine une alimentation saine et de qualité, sans remettre en cause les ressources naturelles de demain. Elle doit participer avec les citoyens à rendre le milieu rural vivant dans un cadre de vie apprécié par tous. » Définition de la Confédération Paysanne et de la FADEAR (Fédération Associative de Développement de l’Emploi Agricole et Rural)

Nous avons passé une saison l’année dernière chez un paysan, dont la ferme se situe tout près de notre terrain d’installation. Cette expérience a été un profond enrichissement, à la fois humain et technique.  Nous avons pu expérimenter le quotidien de la vie de paysan maraicher et affuter nos plans, poser des bases plus précises à notre projet. Nous nous sommes aussi impliqués dans la dynamique associative locale, et dans la gestion d’une AMAP. Les compétences (acquises ou développées) tout au long de ces douze mois nous permettent à notre tour de nous lancer dans l’aventure, bien préparés !

Les quatre axes de notre projet sont les suivants :

  • Une exploitation à taille humaine : un peu plus d’un hectare en culture, et le reste utilisé pour les rotations, l’assolement et du petit élevage (à terme).
  • Une commercialisation locale : un de nos principaux enjeux est de réussir à offrir notre production dans un secteur géographique le plus petit possible, pour des raisons économiques, mais surtout éthiques et écologiques.
  • Une production axée sur la qualité et la diversité plutôt que la quantité : nous souhaitons proposer de vraies saveurs, des découvertes gustatives et visuelles.
  • Le respect de l’environnement par le choix de l’agriculture biologique : sans pesticides ni engrais de synthèse, nous limiterons au maximum les intrants en jouant sur les équilibres inter-espèces.

LA PRODUCTION : agriculture paysanne et biologique

Nous avons choisi d’effectuer une grande partie du travail manuellement, aidés d’un motoculteur. Nous ferons pousser une grande variété de légumes, petits fruits et arbres fruitiers.

Nous espérons aussi à terme créer un petit verger, proposer quelques produits transformés (confitures, sauces) et les fruits d’autres productions (œufs, miel…).

Les jardins de Sillac - Chez Hervé Georges, maraicher voisin

LA COMMERCIALISATION

Le secteur de l’agriculture biologique est en pleine expansion mais l’essentiel de la production est assurée pour l’instant par des groupes industriels. Les dynamiques locales et alternatives se développent partout sur les territoires, notamment dans le domaine de l’alimentation. De nombreuses opportunités s’ouvrent pour les producteurs qui souhaitent vendre localement et en circuits courts (un intermédiaire maximum). Nous avons donc déjà des contacts et des possibilités de commercialisation dans un rayon proche de la ferme. L’objectif est de distribuer notre production très localement, auprès d’habitants et établissements locaux.

 Les « consom’acteurs » alentours, pourront se fournir en bons légumes locaux :

  • dans une AMAP ² : vente de paniers sous forme de contrat saisonnier entre le maraicher et  l’adhérent-consommateur. L’AMAP « les jardins de sillac » fournissant déjà des paniers aux familles de Sanguinet et Salles, nous développerons un nouveau point de livraison à Parentis.
  • au marché de Sanguinet : nous y tiendrons un étal tous les samedis matin ;
  • en épicerie bio : nous sommes en contact avec celles de Sanguinet et Biscarrosse

Nous souhaitons aussi développer des liens avec des restaurants locaux et la cantine scolaire de la commune.

Une livraison de l'AMAP Les Jardins de Sillac

A quoi va servir le financement ?

Aujourd’hui, nous avons de quoi financer toute la première partie de notre installation, nécessaire au démarrage de notre activité : forages, système d’irrigation, clôtures, préparation du sol, achat de matériel agricole, achat des graines et plants, etc.

LA GRANGE

Vos contributions serviront en priorité à construire un bâtiment agricole, qui nous est indispensable. Il servira à ranger et entretenir notre matériel, à stocker nos récoltes, et nous l’utiliserons comme espace de bricolage et de préparation des paniers.

Nous optons pour une construction en bois sans dalle de 50m2 environ. Le bois que nous avons choisi est le Douglas ; il provient d’une scierie locale et est réputé pour sa résistance naturelle à l’humidité et aux insectes.

Le budget de la grange :

  • Plots (15) : Ciment  100€ // Grave (1m3) 50€
  • Toit : Toile pare-vapeur 100 € // Tuiles 600 €
  • Charpente/Murs : Bois 4 000 €
  • Outillage : Clous 250 €
  • Transport : 100 €
  • Portes/Fenêtres : 200 €

        Total : 5400 €

Dans l’optique d’être à terme autonomes en énergie sur l’ensemble du site, nous avons aussi prévu en octobre, l’installation de 8 panneaux solaires et d’une petite éolienne Piggott, en partenariat avec la société Ti'Eole et l'association Tripalium. La mise en place de notre autonomie énergétique nous revient à 4000€ environ.

Si la collecte est réussie, et que votre générosité dépasse ce que nous avions espéré, nous utiliserons donc les contributions en ce sens.

Notre éolienne Piggott, fabriquée par une quinzaine de personnes lors d'un stage d'auto-construction à la ferme de Sillac en juillet 2015

Evidemment, cette collecte participe à la réalisation globale de notre projet. Les fonds contribueront à son développement et nous offriront de nouvelles et belles opportunités pour montrer qu’une autre agriculture est possible. Une agriculture plus solidaire, plus humaine, où l’homme cultive la terre en association avec la Nature et non en la dominant.

Si vous aussi avez envie que Les jardins de la Lucate voient le jour, ou si tout simplement vous croyez en une agriculture plus saine et une société plus équitable, participer à cette collecte est une belle occasion de rajouter votre pierre - euh…planche ! - à l’édifice !

À propos du porteur de projet

  Pierre

Les Jardins de Lucate sont pour moi une manière de montrer aux autres qu’une alternative est possible, et à moi-même que je peux réussir. Attiré depuis plus de dix ans par la Nature, l’environnement, j’ai suivi des études dans ce sens : BTS Agricole Gestion et Protection de la Nature, Licence Professionnelle Ressources et Qualité de l’Eau dans l’environnement. J’ai eu la chance par mon travail en instituts de recherche (INRA, CNRS) de dépasser le cadre strict du monde agricole (étude du cycle de l’azote en agriculture biologique, impact des nitrates, perte de biodiversité, etc) et ainsi d’avoir un regard différent sur l’agriculture.

Après des années de vadrouille (2 ans en Bretagne, 2 ans dans le Puy de Dôme, 1 an à Paris, le reste en Gironde, une expérience de woofing), l’année passée m’a décidé à enfin franchir le pas. Aujourd’hui, mon souhait d’installation répond à plusieurs critères essentiels pour moi : un travail, certes dur, mais gratifiant ; le rejet de la vie urbaine, de la pollution systémique, du stress ; la volonté de faire découvrir une agriculture saine autant pour le consommateur que pour le producteur.

Manon

L'année qui vient de s'écouler me parait presqu'aussi riche que les 5 précédentes réunies !

Après un DUT d’animation socio-culturelle et une licence en développement de projets, j’ai débuté ma vie professionnelle en tant qu’animatrice dans les Habitats Jeunes bordelais, associations oeuvrant dans l’accès au logement, promouvant l’éducation populaire et la place des jeunes dans la société. Dans le cadre de ces associations, j’ai accompagné et animé des groupes de jeunes entre 16 et 30 ans et des groupes de travail avec les équipes socio-éducatives.

Durant mes derniers mois dans la structure, Pierre et moi parlons de plus en plus concrètement de nous former au maraichage et de nous tester dans un mode de vie qui correspond plus à nos valeurs. Je me jette à l'eau, sans aucune qualifications ni connaissances en matière de maraichage, mais avec la grande envie d'apprendre. Moins d'un mois après le début de notre "woofing" chez un agriculteur au nord des Landes, j'ai été embauchée en contrat service civique auprès de l'association et AMAP Les Jardins de SIllac. La formation a été très globale et les compétences que j'en retire m'étaient indispensables pour envisager sereinement notre propre installation.

La création des Jardins de La Lucate, avec Pierre, est pour moi un projet de grande envergure, dans lequel je m'investis avec joie et obstination. Je pense que nous avons toutes les clefs en main pour nous lancer et monter notre propre activité. C'est peut être ma façon de participer au développement d'une agriculture saine, plus humaine et d'une société plus solidaire !

Soutiens