BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

LPO : Le retour du Faucon crécerellette.

Soutenez le programme de conservation en faveur d'un petit rapace menacé en France !

À propos du projet

Qui sommes nous ?

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) est une association de Protection de la Nature. Au sein de cette association et en partenariat avec le COGard, la LPO Mission Rapaces, la LPO Hérault et la LPO Aude agissent plus particulièrement pour la conservation du Faucon crécerellette dans le cadre du Plan National d’Actions en faveur de cette espèce.

Le Faucon crécerellette, une espèce fragile

Le Faucon crécerellette est l’un des plus petits faucons européens. C’est une espèce strictement protégée qui bénéficie d’un Plan National d’Actions du fait de son statut de conservation fragile. C’est un rapace insectivore et migrateur présent en France de début mars jusqu’au début du mois d'octobre qui hiverne en Afrique au sud du Sahara (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger…). L’espèce nidifie en colonies dont les plus importantes peuvent rassembler plusieurs dizaines de couples.

Couple en période de reproduction © Yves Pimont

Mâle adulte porteur d’une bague codée lisible à distance © Yves Pimont

Pour nicher, le Faucon crécerellette utilise principalement les cavités situées sous les toitures ou dans les murs des habitations humaines ou des bâtiments agricoles, mais aussi dans des falaises, et plus rarement, dans des tas de pierres ou des trous d’arbres. L’espèce adopte aussi assez facilement les nichoirs posés à son intention.

Fort de 436 couples en 2014, l’effectif de la population française montre, après une quasi extinction au début des années 80, une évolution positive depuis 1983. On constate chez cette espèce coloniale que les effectifs augmentent mais que sa distribution évolue beaucoup plus lentement. La population française se distribue en 2014 dans 4 sites des régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur: la plaine de Crau (237 couples), la vallée de l’Hérault (173 couples),  la basse plaine de l’Aude (25 couples) et le département du Gard avec un premier couple nicheur.

Village héraultais accueillant une colonie de reproduction

Couples cantonnés sur une toiture © Philippe Pilard

L’espèce montre une extrême sensibilité aux conditions de son environnement. En effet, les effectifs de l’espèce ont chuté de près de 90 % dans l’aire de nidification d’Europe de l’ouest entre 1960 et 1990. Ainsi, au début des années 1980, il ne restait que 3 couples en France ! Plusieurs causes sont invoquées pour expliquer cette brutale diminution: la destruction des habitats dans l’aire de nidification mais aussi divers problèmes dans les quartiers d’hivernage (périodes de sécheresse, pesticides, destruction des habitats). Les menaces dans l’aire de nidification sont bien référencées, par contre, celles intervenant dans les quartiers d’hivernage restent encore assez peu documentées du fait de la découverte très récente du principal quartier d’hivernage africain.

Dortoir sénégalais découvert par la LPO en 2007 rassemblant près  de 50 % de la population européenne © Vincent Lelong

Un Plan National d’Actions en faveur de l’espèce

Le plan national d’actions vise le développement à long terme du Faucon crécerellette en France, en mettant en oeuvre conjointement le suivi des populations, la protection de l’espèce et la sensibilisation du public. 5 objectifs ont été définis :

  1. Etudier la dynamique des populations en mettant en œuvre le suivi de la reproduction et le baguage des individus.
  2. Favoriser la croissance des populations existantes en aménageant des sites de nidification et en favorisant la bonne gestion des habitats d’alimentation.
  3. Favoriser l’installation de nouvelles populations en prospectant et en accompagnant le retour de l’espèce sur de nouveaux sites de nidification.
  4. Favoriser la conservation de l’espèce en périodes de migration et d’hivernage en déterminant les voies migratoires, les quartiers d’hivernage ainsi que les conditions d’hivernage.
  5. Informer et sensibiliser le public grâce à un site internet et à la publication d’une feuille de liaison.

Ce Plan National d’Actions 2011-2015 a été édité par le Ministère de l’écologie. Le document peut être consulté en suivant: Plan National d'Actions Faucon crécerellette 2011-2015.

A quoi va servir le financement ?

Le Plan National d’Actions bénéficie de financements publics, leur montant est de 50 000 euros en 2015. Cependant, les subventions de l’état et des collectivités territoriales sont en forte diminution (moins 40 % en deux ans) du fait de la mauvaise conjoncture économique. En 2014, le budget alloué au Plan National d’Actions n’a pas permis de mettre en œuvre toutes les actions programmées comme par exemple, les prospections et le suivi des dortoirs.

Les partenaires du Plan National d’Actions recherchent donc d’autres sources de financement auprès des Fondations privées mais aussi directement auprès du public via les sites de financement participatif.

Le financement servira à la mise en œuvre des actions programmées dans le Plan National et plus particulièrement aux actions de suivi de la population. Nous recherchons 6 000 euros pour compléter nos financements, soit:

  1. Pour le suivi des colonies et le baguage des poussins au nid: 2000 euros
  2. Pour prospecter les sites potentiels de nidification: 2000 euros
  3. Pour le dénombrement des dortoirs en période postnuptiale: 2000 euros.

Ces suivis sont essentiels à la conservation car ils permettent d’identifier et de quantifier les menaces rencontrées par l’espèce telle la prédation dans les colonies de reproduction, l’importance de la mortalité durant la migration et l’hivernage ou encore les collisions avec les infrastructures… Diverses solutions peuvent alors être mises en œuvre pour résoudre ces problèmes. Par exemple, en posant de nichoirs pour limiter la prédation, ce qui permet aussi de contrer l’importance de la mortalité dans les quartiers d’hivernage en augmentant la productivité des colonies de reproduction, ou encore, en favorisant la pose de système d’effarouchement sur les éoliennes ou bien en limitant l’implantation d’infrastructures dangereuses à proximité des colonies de reproduction…

Nichoir posé en faveur du Faucon crécerellette

Mâle nourrissant un poussin à l'entrée d'un nichoir © Pepe Antolin

Baguage d’un poussin © Gérard Schmidt

À propos du porteur de projet

Créée en 1912 et reconnue d’utilité publique en 1986, la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) est une association à but non lucratif de défense de la nature. Elle a pour but « d’agir pour l’oiseau, la faune sauvage, la nature et l’homme, et lutter contre le déclin de la biodiversité, par la connaissance, la protection, l’éducation et la mobilisation ».

Les missions de la LPO se déclinent selon les axes suivants :

  1. Protection des espèces et conservation des espaces
  2. Défense de la nature
  3. Éducation à l’environnement et sensibilisation

Pour remplir ses missions, la LPO s’appuie sur ses 46 000 adhérents, ses bénévoles, ses sympathisants, ses salariés et son conseil d’administration.

N'hésitez pas à visiter le site internet de la LPO France.

Au sein de la LPO, la Mission Rapaces, la LPO Hérault et la LPO Aude participent au Plan National d’Actions en faveur du Faucon crécerellette, en partenariat avec le COGard. Ces associations sont chargées de son application au niveau local, dans les quatre sites actuellement occupés par l’espèce: la plaine de Crau dans les Bouches-du-Rhône, la basse vallée de l’Hérault, la basse plaine de l’Aude et un village du Gard.

Site web de la LPO dédié à la conservation du Faucon crécerellette: Faucon crecerellette.

Contact : [email protected]