BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitter

Le Faubourg Saint-Pierre

La MJC Pichon dans l’histoire de son quartier

À propos du projet

 

Le Faubourg Saint-Pierre

La MJC Pichon dans l’histoire de son quartier

 

A propos

Ce projet de livre, initié par la MJC Pichon à l’occasion de ses 20 ans vous fera découvrir ou redécouvrir l’histoire du quartier Saint-Pierre – René II –Bonsecours. 

D’un format 18 X 22 et composé de 154 pages en couleur avec un maximum d’illustrations et de photographies. Cet ouvrage vous montrera un quartier qui vous étonnera par son histoire, sa grande richesse architecturale, son rôle dans le développement économique, urbain, médical et industriel de la cité nancéienne.

Le choix de l’auto édition a été motivé par le besoin de conserver une liberté éditoriale totale ainsi que la possibilité de travailler avec un imprimeur local «Imprim Vert » nous permettant de suivre au plus près la qualité de fabrication du livre.

 

En résumé

La MJC  PICHON fête  les 20 ans de son implantation dans le quartier Saint-Pierre-RenéII- Bonsecours.  Elle est la plus jeune des 7 MJC que compte Nancy. Cet anniversaire est l’occasion d’en comprendre l’originalité et de la resituer dans le contexte de l’histoire de son territoire : le Faubourg Saint-Pierre.

L’ouvrage s’adresse tant aux adhérents de la MJC qu’aux habitants du quartier Saint-Pierre- RenéII- Bonsecours, et au-delà à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des quartiers de Nancy.

 

LA MJC PICHON dans l’histoire du faubourg Saint-Pierre

La MJC PICHON, la plus jeune des 7 MJC nancéiennes, a atteint ses 20 ans d’âge. Maison Pour Tous du quartier Saint-Pierre - René II- Bonsecours, la MJC PICHON  anime un territoire original : le faubourg Saint-Pierre. Le plus étendu des faubourgs nancéiens s’étend sur la rive gauche de la Meurthe, au SE de la ville, en contrebas du versant du Plateau de Haye.

 

 

 Longtemps un faubourg campagnard il fut cependant très tôt marqué par les évènements majeurs de l’histoire de Nancy et du Duché de Lorraine. C’est dans ces parages  qu’eut lieu l’affrontement entre les troupes du Duc René II et celles de Charles le Téméraire à l’hiver de  1477. Le quai de la Bataille, le quai René II et la chapelle des bourguignons devenue depuis Eglise de Bonsecours en perpétuent la mémoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue et perspective de la Chapelle des Bourguignons vers 1650 (gravure d’Israël Sylvestre)

 

Eglise de Bonsecours édifiée par Stanislas Leszczynski en 1741

 

 Au XVIIIème siècle,  lorsque les Ducs de Lorraine Léopold puis Stanislas s’installèrent au château de Lunéville, ils eurent le souci de soigner leur entrée dans la capitale du Duché : l’axe Bonsecours –Porte Saint-Nicolas devint une voie triomphale bordée de bâtiments dont la construction fut confiée aux architectes les plus célèbres.

L’Hôtel des Missions royales (1743) collé à la 1ère église Saint pierre (1731)

 

A la fin du XIXème siècle, la défaite française de 1870 et l’annexion de l’Alsace-Moselle a fait de Nancy la seule grande ville de l’Est de la France. Elle connut alors un essor  exceptionnel et un véritable  âge d’or. Cet essor fut aussi celui du  faubourg Saint-Pierre.  Il disposait d’espaces disponibles et d’une situation favorable par rapport aux nouveaux moyens de transport : le canal de la Marne au Rhin et  la voie ferrée.  Il a accueilli les équipements hospitalo-universitaires  devenant un pôle intellectuel de premier plan.

 

Hopital civil de Nancy créé en 1883 – Avenue de strasbourg

 

Et, en un temps d’épanouissement de la révolution industrielle, il a vu s’installer des entrepreneurs du textile, de la métallurgie, de la chimie et de l’agro-alimentaire.

 

 

La grande manufacture de broderie et de linge vers 1935 – Lingelor

(angle Avenue de Strasbourg / Rue de Vic)

 

Le peuplement a suivi. Le faubourg Saint-Pierre se métamorphosait en un quartier urbain et industriel parmi les plus importants et les plus populaires de la ville de Nancy jusqu’aux années 1970 : les noms de Ferembal, Saint-Hubert parlent encore aux plus anciens.

 

[Featured image is of the entrance to the Ferembal factory, ca. 1955. It is featured in Jean Prouvé & Jean Nouvel: Ferembal House.]

Entrée de l’usine Ferembal – Quai rené II

Boite de Bergamotes de Nancy – fabrication Ferembal

Entrée de la Laiterie Saint Hubert – Rue Pichon

 

La fin des Trente Glorieuses, les restructurations industrielles qui s’ensuivent ont été traumatisantes pour le quartier. Le départ vers la banlieue de Ferembal et de la Laiterie Saint-Hubert qui avaient été des activités structurantes,  laisse des friches industrielles qui ont fait l’objet de réhabilitation et de transformation en quartier  résidentiel. 

 

Avenue de Strasbourg

Réhabilitation du quartier Pichon

Ouverture du Boulevard du recteur Senn en 1983

Une nouvelle métamorphose du faubourg Saint-Pierre dans laquelle prend place la Maison des Jeunes et de La Culture bâtie sur une partie des emplacements Saint-Hubert dont le siège originel se situait rue Pichon. Elle est à la rencontre d’une volonté municipale d’assurer un maillage socio-éducatif de qualité  de l’ensemble de la ville et de la volonté des habitants du quartier d’offrir à sa jeunesse des structures d’éducation culturelle et civique.

 

La MJC : De la Madeleine à Pichon

En novembre 1981 la Commission de quartier Saint-Pierre-René II- Bonsecours présidée par M. Jean Masson, en coordination avec les pouvoirs municipaux et les bénévoles actifs impulse la mise en place d’une Association loi 1901 chargée du projet et de la gestion de la future « Maison pour tous ». La composition de son CA traduit  la forte implication des membres de la Commission de quartier mais aussi la présence de plus en  forte des résidents du quartier. Si l’objectif d’une structure neuve dans l’îlot Pichon reste toujours en ligne de mire, il est décidé de trouver des solutions transitoires et de procéder par étapes.

En 1982, un modeste préfabriqué de 70 m2 ouvre rue de la Madeleine. Il s’agit de   l’ancien Centre de soins des Sœurs de Saint-Charles, désaffecté depuis deux ans. Le bâtiment avait attiré l’attention et l’intérêt des bénévoles actifs du quartier. La ville de Nancy accepte d’en assurer la remise en état.  La « maison pour tous » est inaugurée, avec émotion et espoir le 15 janvier 1982.

 

Le gymnase, inauguré en 1990, fait partie des équipements sportifs construits et financés par la ville de Nancy et le CG54 sur la friche Ferembal (dans le cadre de la ZAC  Provençal). Un espace de 160 m2 est réservé à la MJC de la Madeleine, dont les locaux rue de la Madeleine sont à la fois trop exigus et condamnés à la destruction afin d’aménager la nouvelle voirie.

Gymnase provençal

Enfin, le projet évoqué lors de la sous-commission Pichon (1977-1979) voit le jour en 1996.   L’architecte Royer, en charge de la restructuration du nouveau quartier en gestation propose de réserver un terrain de 450 m2 de la friche Saint-Hubert, pour édifier la MJC Pichon. 

 

A quoi va servir le financement ?

Ce projet de livre, initié par la MJC Pichon à l’occasion de ses 20 ans vous fera découvrir ou redécouvrir l’histoire du quartier Saint-Pierre – René II –Bonsecours. 

D’un format 18 X 22 et composé de 154 pages en couleur avec un maximum d’illustrations et de photographies. Cet ouvrage vous montrera un quartier qui vous étonnera par son histoire, sa grande richesse architecturale, son rôle dans le développement économique, urbain, médical et industriel de la cité nancéienne.

Le choix de l’auto édition a été motivé par le besoin de conserver une liberté éditoriale totale ainsi que la possibilité de travailler avec un imprimeur local «Imprim Vert » nous permettant de suivre au plus près la qualité de fabrication du livre.

À propos du porteur de projet

La MJC PICHON, la plus jeune des 7 MJC nancéiennes, a atteint ses 20 ans d’âge. Maison Pour Tous du quartier Saint-Pierre - René II - Bonsecours, la MJC PICHON  anime un territoire original : le faubourg Saint-Pierre. 

Elle est à la rencontre d’une volonté municipale d’assurer un maillage socio-éducatif de qualité  de l’ensemble de la ville et de la volonté des habitants du quartier d’offrir à sa jeunesse des structures d’éducation culturelle et civique.

www.mjcpichon.com

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet