BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Restauration de la Tentation d’Eve (vers 1130)

Musée Rolin, Autun, Bourgogne Franche-Comté

De quoi Eve souffre-t-elle ?

De nombreuses sources d'inquiétude ont mené le musée Rolin à envisager la restauration d'Eve. En premier lieu, les deux blocs qui, à l'origine, n'en formaient qu'un ! En effet, le linteau était formé d'un seul et même bloc, il s'agit donc ici d'une cassure qui sépare Eve en deux... Cependant, la présence de la main du Diable à droite, permet de positionner les personnages : le Diable à droite donc, et Adam à gauche d'Eve.

Une altération de la surface a également été constatée, or, nous savons qu'en 1944 un moulage d'Eve, encore visible aujourd'hui au musée des Monuments Français, a été réalisé, non sans effets sur le relief d'origine : des traces d'outils, mais aussi de plusieurs nettoyages, réalisés avant et après le moulage, ont endommagé l'épiderme de la pièce. Ce n'est malheureusement pas tout, au dos, le layage est apparent, témoignant de la réutilisation des blocs comme parement. De plus, les pieds d'Eve ont disparu et sa main gauche a été mal goujonnée.

Enfin, un élément mystérieux apparaît : une couche de peinture sombre intrigue les chercheurs. Une étude préalable avec nettoyage par micro-abrasion a révélé une Eve couverte de peinture noire ! De quand date cette peinture ? Rendez-vous lundi pour en savoir plus sur une possible polychromie du linteau...

Le "grain" de l'épiderme de la pièce, altéré...

Sur cette partie sont visibles, à la fois, les marques d'outils, la peinture noire et la fragilité de la main...

Le dos de l'un des blocs, avec son layage apparent.