BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Restauration de la Tentation d’Eve (vers 1130)

Musée Rolin, Autun, Bourgogne Franche-Comté

  • Les premières conclusions du Laboratoire en exclusivité !

    La mystérieuse couche picturale trouvée sur Eve a été soigneusement étudiée, les sources ont été recoupées et les recherches ont mené les chercheurs à comparer ces traces avec d’autres présentes sur le tympan du Jugement Dernier de  la cathédrale Saint-Lazare d’Autun : celle-ci est en fait un badigeon, couleur ocre jaune à l’origine, datant de la seconde moitié du XVIIe siècle ou du début XVIIIe siècle. Le badigeon aurait été passé sur les reliefs pour leur faire retrouver une certaine homogénéité, suite à un encrassement naturel de la pierre. Les chercheurs ont ainsi retrouvé la présence de ce même badigeon sur le grand portail du Jugement Dernier de la cathédrale. La peinture a ensuite viré au noir très dense et défiguré la sculpture. La réaction du Chapitre Cathédral, qui opte pour un décor néo-classique en 1765, s’avère donc en partie expliquée…

  • Le premier objectif atteint !

    Nous avons atteint le premier palier de 4 000 euros nécessaire à la restauration d'Eve ! Un grand merci à tous les contributeurs !

    Ce premier objectif ayant même été dépassé, nous fixons un nouveau palier à 5 000 euros : celui-ci permettra, entre autre, de restaurer en partie la tête du Diable retrouvée, qui sera ensuite présentée au musée Rolin en exclusivité. Il vous reste donc une semaine pour nous aider, la campagne continue et toujours avec votre aide !

  • Le Diable retrouvé ! ! !

    Nous avons retrouvé la tête du Diable ! Et il n’était pas très loin... En effet, conservé dans les collections du musée Rolin depuis le XIXe siècle, le rapprochement entre cette tête et celle d’autres diables et démons parmi les sculptures de la cathédrale avait déjà été faite. Aujourd’hui les preuves sont formelles : il s’agit du même type de calcaire que celui utilisé pour Eve, et surtout, au revers, les mêmes traces de layage et d’épure, témoignant de l’utilisation des mêmes outils pour les deux reliefs… La tête subissant une attaque de sels, elle aussi devra passer entre les mains des restaurateurs. Après le diable nous pouvons ainsi espérer retrouver, un jour qui sait, Adam ?

    La tête du Diable.

  • De quoi Eve souffre-t-elle ?

    De nombreuses sources d'inquiétude ont mené le musée Rolin à envisager la restauration d'Eve. En premier lieu, les deux blocs qui, à l'origine, n'en formaient qu'un ! En effet, le linteau était formé d'un seul et même bloc, il s'agit donc ici d'une cassure qui sépare Eve en deux... Cependant, la présence de la main du Diable à droite, permet de positionner les personnages : le Diable à droite donc, et Adam à gauche d'Eve.

    Une altération de la surface a également été constatée, or, nous savons qu'en 1944 un moulage d'Eve, encore visible aujourd'hui au musée des Monuments Français, a été réalisé, non sans effets sur le relief d'origine : des traces d'outils, mais aussi de plusieurs nettoyages, réalisés avant et après le moulage, ont endommagé l'épiderme de la pièce. Ce n'est malheureusement pas tout, au dos, le layage est apparent, témoignant de la réutilisation des blocs comme parement. De plus, les pieds d'Eve ont disparu et sa main gauche a été mal goujonnée.

    Enfin, un élément mystérieux apparaît : une couche de peinture sombre intrigue les chercheurs. Une étude préalable avec nettoyage par micro-abrasion a révélé une Eve couverte de peinture noire ! De quand date cette peinture ? Rendez-vous lundi pour en savoir plus sur une possible polychromie du linteau...

    Le "grain" de l'épiderme de la pièce, altéré...

    Sur cette partie sont visibles, à la fois, les marques d'outils, la peinture noire et la fragilité de la main...

    Le dos de l'un des blocs, avec son layage apparent.

  • Dernière ligne droite pour le financement !

    Nous avons franchi la barre des 90 % ! Un grand merci à tous les donateurs ! Nous n'allons pas nous arrêter en si bon chemin, l'objectif est presque atteint et, si celui-ci est dépassé, nous financerons d'autres éléments inédits du linteau ! A suivre dans les prochaines news...