BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

ET POURQUOI PAS !

Plus d'une centaine de textes, vrais, drôles, tristes, faux, sincères et en vrac.

À propos du projet

MISE À JOUR !Si on atteint 13.000€ je propose à 10 illustrateurs de dessiner dans le livre !

Le 1er défi est rempli et c'est dingue ! Cela veut dire que le livre va exister, être mis en forme, imprimé et envoyé dans vos mains généreuses. MERCI !!!!!!! Et il me reste plus de 30 jours, alors les amis d'Ulule me suggèrent de continuer pour essayer de peaufiner, d'enrichir l'objet, d'améliorer ce qui peut l'être encore. Voilà l'idée... C'est le Festival d'Angoulême qui m'a sauté à l'esprit. Et si je rajoutais des regards différents à mon texte, avec des bulles, des dessins, des couleurs. Dix dessins faits par des pros à qui je donnerai carte blanche ! Ce serait top, c'est un rêve de gosse... Et comme tout travail mérite salaire, hors de question de leur demander de faire ça pour rien ou pour la passion (la passion ne paie pas les feutres !). J'espère que cette idée vous plaît, et si c'est le cas, parlez-en autour de vous svp, Twittez, Facebookez, Instagrammez, Outlookisez (je déconne), envoyez des mails je ne sais pas... Pour que ce livre devienne vraiment un objet à part avec du texte, des dessins, des photos et même une chanson ! Merci pour votre écoute, I kiff you.

Plus d’une centaine de textes allant de 10 lignes à 10 pages, où je parle de rêvesd’amour, de sexe, de mort, de drogue, de fêtes, de religion, de théâtre, de Polynésie, de Californie, de Barcelone, de jeux interdits, d’alcool, de tout, de rien, des textes sans queue ni tête, comme nos vies. Mais surtout un livre pour se dire que tout est possible. Et pour aborder sa deuxième vie avec le sentiment d’avoir fait quelque chose et que la suite devra être mieux encore, pour ne rien regretter...

Nous devrions tous archiver qui nous sommes avant qu’Alzheimer, Alkaïda ou Alibaba nous retirent nos derniers neurones ! J’ai donc puisé au fond de moi pour la première fois de ma vie. C’est un livre comme un recueil de vie à mi-parcours. Mémoires sélectives pour comprendre comment j’en suis arrivé là. J’ai toujours craint le néant et la grande disparition, alors j’ai cherché dans mes souvenirs les traces de quelque chose, comme pour comprendre ce qu’il y avait à comprendre. J’essaie d’en rire mais pas toujours. Acide mais jamais résigné, je hais le cours des choses quand il ronronne ; il faut que la vie soit Rock n’ Roll, que ça swingue, que ça bouge, que ça gicle et que ça flamboie ; sinon on s’ennuie comme dans une partie de bridge à la pension des mimosas. 

Un livre comme des mémoires morcelées qui ne retiendraient que l’essentiel, l’universel et le partageable. J’y parle de mon cousin - photo ci-dessus, il était le frère de ma vie -, de mon père, de quelques rencontres déterminantes, des erreurs inavouées, des ironies du sort, des grandes absurdités, de l’infini petit, de nos vastes prétentions, des rencontres avortées, des people, de ce qui nous construit par hasard, des décisions incertaines entre A et B, de ces différences et de ces défauts qui sont autant de chances. Je te donne ce que j’ai, ce que je vaux.

Et si de tous ces textes naissaient d’autres histoires sous d’autres formes et d’autres médias. Commençons déjà avec les contreparties ! Pour ceux qui mettront un peu plus que le prix du livre dédicacé, il y aura déjà ce VERNISSAGE-APÉRO DE LANCEMENT, à Paris (mais aussi Lyon, Nantes, Lille, etc) où je demanderai à deux ou trois artistes de venir embellir la salle de leur talent tandis que nous partagerons nos idées, nos amitiés, nos saucissons et nos alcools. J'aime bien l'idée d’associer de l’art à du cochon ! 

Pour ceux qui veulent s’amuser un peu plus encore, je prépare aussi LA CHANSON DU LIVRE. Et pourquoi pas ? Ambiance We are the world en studio avec des casques sur les oreilles et des airs inspirés. J’aimerais enregistrer cette chanson en juin. Je ne chante pas hyper bien mais je compte sur la technique, la passion et le travail pour compenser. Et puis je ne serai pas seul puisque vous serez là à gueuler avec moi ! C’est fun, c’est une envie lointaine, ça peut aider une cause (qu'on choisira ensemble). On pense à toi George Michael. 

Ensuite, si jamais par le plus grand des hasards de la vie, on franchissait des paliers supérieurs, je pourrais commencer à formuler d'autres idées un peu dingues au fur et à mesure de l'opération (un court métrage dans lequel vous pourriez jouer ou apparaître ? Une version en anglais ? Un nouveau spectacle totalement délirant ?), mais on verra ça ! Le coeur du projet, c’est ce LIVRE dans lequel j’ai mis mes tripes, alors go, go, go ! Je suis chaud patate. 

La couverture du livre, illustrée par ma fille.

Ma fille a treize ans, elle veut devenir dessinatrice professionnelle depuis qu’elle a 8 ans. Elle dessine deux heures par jour, qu’il neige, qu’il vente, qu’il grêle, et visiblement, objectivement (si !), elle est douée. Alors je lui ai demandé de dessiner la couverture du livre (en cours de réalisation). Quelques indications plus tard, je lui proposais un croquis pourri réalisé par mes soins et elle s’en emparait. On y voit une dame qui tient un fumoir de la main gauche et un enfant de la main droite. Ils sont dans le quart en bas à droite de la page. À côté un arbre longe le livre. Cette dame est ma grand-mère et cet enfant c’est moi. Ma fille a écarquillé les yeux et m’a demandé à quoi ressemblait ma grand-mère. Je lui ai dit qu’elle était élégante, un peu folle, rebelle et tendre. Elle a alors plongé dans ses feutres et je l’ai laissé faire. Je partagerai ici le résultat quand ce sera prêt ; un exemplaire de l’affiche du livre fait partie des contreparties, signé par ma fille messieurs dames ! Erratum ! Ma fille me dit qu'elle a une meilleure idée pour la couverture... ok. Bon. On va voir ça.

"La mère de mon père était une révoltée. Une grand-mère punk et solitaire qui aimait le Champagne et les Gitanes, riait de sa voix rauque et me conduisait partout à bord de sa 2CV grise qui sentait le rock, le tabac froid et le simili cuir. Je l’aimais et l’admirais car on la jugeait folle et insoumise. (…) L’été de mes six ans, elle m’avait conduit devant le chêne qu’elle avait planté pour moi le jour de ma naissance. Il n’était pas très grand mais déjà vert et tendre. Elle tirait sur son fume-cigarette en caressant les feuilles, m’expliquant les branches et le gaz carbonique, les hêtres et le bouleau, les herbes hautes et le vent du nord. Mamie naturaliste, souffrant de cette acide solitude dans un monde rigide, était digne, élégante mais excessive et indomptable. Elle m’enseigna le frisson de n’obéir à rien. Montrant les arbres aux alentours, constatant que j’hésitais à y grimper (mon grand-père, mes parents et plus de mille oncles et tantes me l’avaient interdit) elle m’avait dit ces mots qui me suivirent partout, tout le temps et encore maintenant. Ces mots qui ont construit ma vie, ces mots qui résonnent comme un cri de guerre, un défi de sale gosse, une injonction à tous les possibles. Ce jour-là, au pied du grand chêne, elle m’avait dit « Et pourquoi pas ! »".

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adorais les pages centrales avec des photos et des légendes dans les livres de notre enfance. D’abord cela permettait de faire un bond dans les pages sans avoir à lire vraiment ; ensuite on pouvait mettre des images sur des mots, des gens, des lieux. J’ai donc intégré dans le devis d’impression la réalisation d’un cahier central en couleur avec 8 pages de photos. Je ne vous dis pas quelles photos mais il y aura de la casserole et de la beauté. Comme dans la vraie  vie. 

A quoi va servir le financement ?

Très simple. Le financement va servir à imprimer le livre, vous l'envoyer et payer les contreparties. Donc la maquettiste, l'impression N&B avec livret central en couleur, les affiches beau papier, les enveloppes, l'envoi par la Poste, la location de la salle pour la soirée-vernissage-apéro, le studio d'enregistrement de la chanson, les frais techniques, la régie, le forfait musiciens, les places du théâtre, le restaurant et la petite commission Ulule qui fait un super taf... Pas de gras, pas de surprise. Direct ! Ceci dit, si par hasard on dépassait les prévisions, je pourrais aussi aller faire les soirées-vernissage-apéro de lancement un peu partout en France et ce serait top. Au-delà d'un certain montant on pourrait penser court-métrage, écriture d'une pièce, etc. Je kiffe l'idée.

À propos du porteur de projet

Voici le texte prévu au dos du livre. Propre, à la troisième personne, assez complet avec du name droping juste comme il faut :-)

Cyrille de Lasteyrie, 47 ans (pseudo Vinvin), est auteur et a exercé 1000 métiers en allant toujours où l’aventure le poussait. De Tahiti à San Francisco, en passant par Toulouse, Barcelone et Paris, il a été concepteur-rédacteur dans la publicité, entrepreneur dans plusieurs startups, producteur de programmes humoristiques, chroniqueur avec Guy Roux sur Europe 1, comédien sur les planches du Point Virgule (mis en scène par Michèle Laroque), animateur télé sur France 5 (Le Grand Webze, le Vinvinteur), consultant en storytelling et en prise de parole pour les dirigeants, conférencier spécialisé sur la prise de risque, la réalisation de soi et l'humain dans l'explosion technologique. Peaufinant une quête de sens permanente, Cyrille développe depuis toujours un besoin vital de ne pas laisser le temps contrôler sa vie. Dans ce premier recueil, il partage avec humour, franchise et tendresse ses anecdotes les plus personnelles.