BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Essences, le carnet d'artiste

Financez la publication d'un livre d'art

À propos du projet

Essences, une recherche autour de la position du corps, du médium à travers un héritage culturel social, patrimonial et artistique. Oeuvre multimédia composée majoritairement d'une collection de photographies numériques noir et blanc composées autour de tableaux vivants de nus artistiques dans les paysages sauvages des Ardennes et de la Marne.
Ces images réalisées à la façon de performances in-vivo sont le dessein de l'évolution sociale et philosophique du témoignage de l'héritage dans un inconscient collectif. Le corps forme, fusionne avec le fond dans la sensation d'une synesthésie au coeur d'un cadre spatio-temporel non délimité, sauvage et aléatoire - parfois hostile, parfois nourricier, incarnant à l'image d'un cycle vital, l'évolution et le déploiement du corps et de l'âme, à travers la métaphore des rituels sociaux. Cette collection de photographies est encadrée de deux oeuvres multimédias vidéographiques et d'une installation magistrale à la scénographie singulière.
 

Poétique du projet
Fruit d'une équation de recherche philosophique et graphique autour du rapport sociétal du corps à l'espace dans la nature de l'être et de sa représentation, Essences est un projet multimédia présenté autour du médium de la photographie numérique noir et blanc : transcender, offrir une synesthésie du médium à travers une installation physique et métaphysique par la construction et déconstruction de la mise en scène pour une appréhension de son impact au-delà de la scénographie de l'exposition.



Composées autour d'un regard croisé sur l'histoire, la société et les arts, la nature intime du projet est axée autour d'un cycle de remise en question de l'existentialisme philosophique, des conceptualisations du déconstructivisme et de l'essence de l'absolution à travers la représentation du religieux et du sacré.
Les photographies sont anticipées comme des tableaux vivants où la ré-appréhension du médium de la photographie est transcendé par une étude approfondie des institutions de la composition de l'image : chiffre d'or, symbolique de la métaphysique pour mieux dessiner le paysage introspectif d'un inconscient collectif aux allures d'un espace surconnecté, en tension aux confins d'un cadre non défini, sauvage et aléatoire.

Par l'instrumentalisation et la matérialisation des cheminements sociétaux,  le projet aborde physiquement et dans sa poétique la quête existentielle de l'être vivant, à travers un regard constant en parallèle sur l'évolution de la société - des tableaux magistraux construits autour de réalisation d'oeuvres de Land Art, symbolisant la logique de la construction existentielle, côtoient des déconstructions dadaïstes et des installations aux confins des aspirations et symboliques du Préraphaélisme au romantisme - de la quête d'un Absolu primitif jusqu'à la déconstruction des institutions en métaphore d'un héritage millénaire culturel, social et patrimonial.

La toile, oeuvre magistrale de l'oeuvre, à l'image d'un fil d'Ariane guide le spectateur aux confins d'une projection de son propre cheminement, de sa propre construction existentielle : une réflexion des projections, le symbole d'un cheminement, d'une aventure spirituelle, de l'importance de la construction de soi dans le monde à l'échelle d'une architecturalisation d'un soi intérieur projeté in-vivo, sur des paysages naturels éclatés, reflétant la suprématie de l'Homme et de ses projets, aux allures d'un jugement dernier entre prophétie et sacralité. Ce projet est également un regard sur le patrimoine naturel et historique sur la région de la Champagne-Ardenne, à travers des compositions autour des légendes et des contes traditionnels.

L’exposition
Commissionnée par un professeur agrégé d’une recherche en photographie contemporaine, pour le Lycée Chanzy de Charleville-Mézières et mécénée par le Rectorat de Reims et en partenariat avec l'Education Nationale - Essences est une oeuvre multimédia alliant en son coeur une collection de photographies numérique noir et blanc, deux oeuvres vidéographiques employant la technique du slowmotion et de la décomposition d'image liées par une scénographie singulière composée autour d'une construction graphique textile symbolisant un cheminement interactif avec le public afin de renforcer la médiation autour de la politique de développement du projet.

Cette vaste construction, métaphore d'une toile d'araignée est réalisée autour d'une étude de l'espace scénique où se déploie l'exposition photographique en prolongement de la salle de diffusion des vidéographies ; elle résulte le cheminement de l'évolution de l'oeuvre et de la démarche de l'artiste entre la résonance des tableaux magistraux, au nombre de quatre toiles de 2 mètres sur 3.
L'exposition est vécue comme une expérience introspective où l'artiste invite les visiteurs à plonger dans un univers qui explore les fondations de la théologie et les méandres de la métaphysique, en quête d'une vérité.
Un triptyque en dialogue croisés, la quête de la vérité : « L'homme n'est rien d'autre que sa vie »


Au sein de cette commission d'exposition singulière, Essences a su s'ancrer dans une véritable politique de médiation artistique en lien avec les cursus littéraires, philosophiques et artistiques et les thématiques et axes proposés par les professeurs au programmes établis dans le cadre de la préparation aux épreuves du baccalauréat. Les classes de terminale littéraire en philosophie ont été introduites dans ce programme d'ouverture culturelle à travers une présentation d'oeuvre immersive en parallèle aux notions appréhendées de pensées philosophiques en lien avec des oeuvres et mouvements magistraux de l'histoire de l'Art dans l'objectif de développer l'éveil des étudiants à l'ouverture culturelle en culture générale.

 

Le mécénat, une démarche d'image et de communication d'entreprise
Recherche de sens, expression de valeurs et valorisation d'un savoir-faire à travers le soutien d'une conception artistique. La donation de l'entreprise n'implique aucune contrepartie sur l'activité commerciale, or la citation possible de l'entreprise en communication globale - les retombées en images de renforcement de politique culturelle offrent un rayonnement culturel à l'entreprise : ancrage local, réputation, fédération des salariés, renforcement d'appartenance et de fierté à l'entreprise.
 

A quoi va servir le financement ?

Projet d’édition de carnet d’artiste
Les enjeux du développement culturel autour de l'oeuvre Essences seraient de concilier l'art de la manufacture du beau livre d'art institutionnel à des techniques et procédés contemporains alliant audace, recherche graphique et design novateur afin d'offrir un véritable carnet d'expériences conceptuelles transcendant l'expérience visiteur de l'exposition scénographiée mais également la lecture d'un portfolio d'artiste, entre sobriété du portfolio et une mise en page intelligible allant au coeur du processus de création artistique et du développement de projet, à la manière du carnet de l'artiste aux confins de ses recherches et introspections.

Edité sous petit format 138x206 mm au nombre de 88 pages, confidentiel et délicat, la manufacture à la technique très traditionnelle alliera les matières contemporaines usitées pour la réalisation du projet : carton à grammage lourd fibreux naturel, gaufrage aux rayons UV, reliures en carnets cousus au fil blanc, papier fine-art deluxe, impression des tirages avec la technique traditionnelle de la gravure OFFSET d'imprimerie, pages de garde popup noir profond, signet en satin noir.

Le carnet alliera l'audace de graphismes typographiques contemporains et mise en page novatrice autour du portfolio, transcendant le concept et la poétique du projet en mimétisme des fins d'un projet au fond et à la forme au service d'une véritable médiation culturelle sur un carnet de recherches à l'aspiration philosophique, à la réalisation d'un ouvrage dynamique à l'image d'une oeuvre d'art.

L'imprimerie sélectionnée par un appel d'offre international est basée en Asie et est le prestataire le plus réputé en terme de confection et de manufacture d'ouvrages spécialisé Beaux-Arts, sollicité par les plus prestigieuses galeries d'art parisiennes et par les commissaires d'expositions des artistes présentés aux musées nationaux.


 

Projet de médiation culturelle
Recherches philosophiques et humanistes, Essences est le fruit d'une mise en parallèle d'héritages sociaux-culturels et patrimoniaux au sein d'une société en mouvance.

Les enjeux de la muséologie d'une exposition scénographiée autour d'une performance d'art-vivant favoriserait une médiation culturelle où l'expérience utilisateur du public vis-à-vis de l'installation d'une oeuvre et de l'appropriation du discours artistique, ouvriraient la perspective d'un débat, d'un développement personnel et culturel et d'une mise en perspective du positionnement d'un sujet, de l'individualité, de la connectivité, du relationnel et des notions de liberté à travers l'espace présenté - celui sous l'hégémonie et la mainmise de l'homme à travers une représentation d'un paysage urbain surconnecté et celui de la nature, sauvage non-délimité et aléatoire, symbolisée par les paysages aux contrastes et aux densités géographiques plurielles des Ardennes.

L'expérience scénographique est à la fois technique, métaphorique et multimédia : présentation de vidéographies, montage de pêle-mêle de photographies numériques noir et blanc, installation et discours d'oeuvres en formats magistraux, installation d'une scénographie singulière.
De par les arts-vivants et un dynamisme invitant le public à une projection de soi et une immersion personnelle au sein de l'oeuvre rapprocherait le discours de la poétique du projet en faveur d'une médiation pluridisciplinaire représentée par la pluridisciplinarité et la mixité des médiums agencés.

L'installation d'un montage complexe géométrique similaire et semblable à une toile d'araignée en paracorde calculée en étude de tensions symbolise le rayonnement, l'ouverture de l'être humain au sein de l'habitat naturel et symbolise sa suprématie sur son environnement, invite le spectateur à s'immerger au sein du cheminement de la pensée philosophique de l'oeuvre au coeur d'une introspection physique.
La scénographie transcendantale incarnée par les performeurs invités à insuffler la poétique du projet au sein de la muséologie singulière de l'exposition, invite autour d'un complexe mêlant danse et musique, vidéographie dans un univers éthéré et abyssal de plonger aux méandres aux limites du sacré et de la philosophie personnelle.

Le long des cordes éclairées par des faisceaux lumineux, deux danseurs évoluent le long de l'espace tissé, invitant les spectateurs à s'immiscer au sein de l'oeuvre et réaliser leur propre expérience au sein de l'incarnation d'une pensée philosophie ouverte en débat.

L'ouverture est la symbolique autour de diptyques croisés et offre cette exposition comme une invitation au voyage ; la synesthésie du média en rapport au dialogue et à la poétique nous plonge au coeur d'un dialogue où l'essence est le point du centre de gravité émotionnel de Jean-Paul Sartre.

Guidés par la tension des fils en harmonisation avec la mouvance des corps dans un espace limité, distinct et scénographié nous invite à replonger au coeur des fondations de l'existentialisme et des principes de philosophie sur la liberté ; les danseurs incarnent le sexe féminin et masculin dans une société où l'héritage patrimonial, social et culturel sur fond d'institutions nous guident autour de cheminements logiques qui seraient la métaphore d'une toile sur connectée, où seule les faisceaux lumineux guide la silhouette des danseurs sur une trame évolutive.

Une nappe sonore sensible incarnant le fil d'Ariane guide le spectateur à plonger au coeur d'un instant rituel afin d'expérimenter la scénographie comme une recherche autour de l'oeuvre philosophique.
 

La médiation culturelle proposée à travers une performance d'art vivant pluridisciplinaire et l'installation d'une oeuvre multimédia plonge le visiteur in-vivo dans le processus de création d'une oeuvre artistique ; cette intimité et singulier développe une perception cognitive de l'appropriation d'une création, mais également un dialogue privilégié au sein d'un développement culturel et d'un débat pluridisciplinaire.


Le budget du projet

Frais fixes
Impression du projet : 2312€
Livraison par avion via FEDEX : 861€
Défraiement maquette (PAO/DAO/Imposition) : 600€
Charges, impositions
Frais postaux en France et taxes : 250€
Frais de commission Ulule : 400€
Frais de transaction bancaire internationale : 60€

--------------------------------------------------------------------
TOTAL : 4483€
Objectif : 4500€
... Afin de couvrir les frais en dépens annexes, que j'ai pu découvrir avec la publication de "Paris, ma jolie" ;-)
SOIT : 112 exemplaires précommandés sur 150 produits !

À propos du porteur de projet

 


Expositions et références

Justine Maillard, artiste plasticienne autodidacte de 27 ans est aujourd'hui représentée par l'agence artistique digitale DAYLIGHTED, Californie (USA). Avec une expérience significative en direction artistique dans le monde de la mode et de l'imagerie "rétro", son projet phare "Paris, ma jolie" ancre son travail à l'international et est publié aux éditions Dithyrambiques en novembre 2016 autour d'un tirage fine-art de luxe.

Sa recherche artistique s'ancre autour d'une quête d'identité féminine à travers l'évolution des moeurs sociétales, artistiques et patrimoniales autour des mouvances culturelles actuelles.

octobre 2011 : exposition de « Paris, ma jolie » – Bastille design center, Paris
avril 2012 : exposition événementielle « Paris, ma jolie » - Château de Rilly, Reims
mai 2012 : « Paris, ma jolie » - Moulin Rouge, Paris
juin 2012 : « Paris, ma jolie » - Le café Carmen, Paris
juillet – avril 2012 : exposition « Paris, ma jolie » - Le Bouillon Racine et Le Pharamond, Paris
septembre 2013 - septembre 2014 : « Paris, ma jolie » - Hôtel Le Dormeur du Val, Charleville-Mézières (08000)
septembre - octobre 2014 : exposition multimédia « Essences »
consultante plasticienne au lycée Chanzy (08) - Partenariat avec l'Education Nationale
décembre 2014 : « Paris, ma jolie » - Maxim's de Paris, Paris
octobre 2015 : « Paris, ma jolie » - Place Ducale, Charleville-Mézières
novembre 2015 : « Paris, ma jolie » - Salons Degermann, Reims
juin 2016 : « Paris, ma jolie » - Sofitel Rainwood City, San Francisco (US)
juillet/Août 2016 : « Paris, ma jolie » - Sofitel at Beverly Hills, Los Angeles (US)
septembre - octobre 2016 : « Paris, ma jolie » - Sofitel at Beverly Hills, Los Angeles (US)
septembre - octobre 2016 : « Paris, ma jolie » - Kabuki Hotel, San Francisco (US)
octobre - novembre : « Paris, ma jolie » - William Moretz Gallery, Georgia (US)
octobre - novembre : « Paris, ma jolie » - Daylighted Gallery, San Francisco (US)
décembre 2016 - janvier 2017 : « Paris, ma jolie » - William Moretz Gallery, Georgia (US)
février 2017 : « Paris, ma jolie » - William Moretz Gallery, Georgia (US)
février 2017 : « Paris, ma jolie » - Sofitel at Beverly Hills, Los Angeles (US)

Novembre 2016 : Publication "Paris, ma jolie", éditions Dithyrambiques - limité à 300 exemplaires
Points de dépôt/consultation : Médiathèque Pompidou (Châlons, 51) - Musée de la Photographie (Charleroi, Belgique) - Rose et son Roman (Reims, 51) - Rimbaud (Charleville, 08)

 


 

“Essences” dans les médias
Ici et pas Ailleurs, France 3 Champagne-Ardennes - 30 janvier 2014
La Semaine des Ardennes - 11 octobre 2014 - "Justine Maillard est une photographe reconnue"
L'Union/L'Ardennais - 14 octobre 2014 - "La photographe Justine Maillard capture les corps"
La Semaine (Grand-Est) - Décembre 2015 #059 - Dossier "S'émouvoir - Photographe de Femmes", "Justine Maillard, les corps follies"
Champagne Ardenne Matin, France 3 Champagne-Ardenne - Plateau TV "sortie/culture
Les Mots Bleus, France Bleu Champagne-Ardennes - 24 janvier 2016

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet