BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitter

Ermitage 2 : une résidence d'écriture solidaire

Après le grand succès de la première campagne

  • Un grand grand merci à tous les contributeurs !

    Cette news est réservée aux contributeurs du projet. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

  • 8 et 9 juillet : les Buissonnières

    L'ermitage ne se comprendrait pas sans le contexte de la maison de l'écriture, un lieu dédié à tous ceux qui écrivent, sans a priori ni exclusive. On y cultive d'abord la bienveillance, l'écoute, le goût du partage. On y fait des ateliers d'écriture, on y fabrique des livres, on y suit des projets d'écriture.

    Dans ce contexte, la résidence s'impose : il faut penser à tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir "une chambre à soi" pour se recueillir en eux-mêmes – sans parler de tous ceux qui n'ont même pas un toit pour dormir et dont nous nous soucions, aussi.

    Les Buissonnières

    L'idée des Buissonnières complète celle de l'ermitage : on se retire dans une solitude nécessaire pour écrire, mais écrire, c'est aller vers l'autre, toucher à l'humaine condition. Se retirer et partager, écrire puis donner à lire, penser puis offrir : dans cette oscillation entre deux nécessités en apparence contradictoires, la maison de l'écriture trouve son identité.

    Les 8 & 9 juillet à Bédarieux

    Nous avons proposé, pour lancer l'écriture plus que pour définir un cadre, un proverbe touareg:

    LA DEMEURE DE L'HOMME EST L'HORIZON

    Sur ce thème, plus ou moins, peu ou prou, au gré de ses envies, on écrit ou on se rappelle avoir écrit tel texte… Et on vient aux Buissonnières partager son écrit.

    Pour participer, rien de plus simple, il suffit d'envoyer son texte à maisondelecriture@gmail.com ou à lou.nony@gmail.com

    À partir des textes reçus nous tenterons une répartition des lectures entre les différents lieux (en laissant le plus possible l'initiative aux participants). 

    Le programme

    Le samedi 8 juillet, en divers lieux de Bédarieux

    11h, nous nous retrouverons à la librairie La joie de connaître, avec des textes poétiques, slamés, chantés;

    15h, à la Médiathèque Max Rouquette, les jeunes talents seront à l'honneur

    À 19h, à la Maison de l'écriture, grande soirée de partage : littératures, musiques, douceurs et bons vins

    Le dimanche 9, à la Maison de l'écriture

    11h, L'Insurrection, lecture musicale, d'Anne Rapp-Lutzernoff et Wianney Qolltan'

    15h, Célébration Slash, lecture théâtrale, de et par Valentine Cohen.

    16h45, final en musique a capella avec Martine Meret et ses Chants du monde.

    Des photos et des vidéos de la manifestation seront mises en ligne sur le site de la maison de l'écriture.

    Venez aux buissonnières rencontrer votre Autre, celui qui vous enchante, vous complète, vous complexe, vous interpelle : car la vie est faite d'équilibres menacés, et c'est ce qui fait la force et la joie de l'esprit. Et n'oubliez pas de rappeler à votre entourage que le projet de l'ermitage vit de la mobilisation de tous ! Contribuez, et convainquez vos proches de contribuer ! Faites vivre cette belle utopie !

     

     

     

     

  • Le plus grand parti de France

     Un Français sur trois rêve d'écrire

    1,4 million de personnes possèdent déjà un manuscrit. 32 % des sondés ont écrit ou songé à écrire un livre.

    Un Français sur trois a déjà songé à écrire un livre (un roman, un essai, des souvenirs, de la poésie ou du théâtre), 32 % exactement, selon un sondage Le Figaro littéraire-OpinionWay. Et 3 % ont déjà sauté le pas : c'est-à-dire plus de 1,4 million de Français âgés de 18 ans et plus. Autrement dit, il y a plus d'un million de manuscrits qui se trouvent dans les tiroirs. Mieux : le sondage révèle que près de 400 000 personnes ont déjà envoyé leur texte à une maison d'édition.

    Quand on observe les ventilations de ce sondage, on est frappé par le fait que ce phénomène touche toutes les catégories de personnes, sans exception : quels que soient le sexe, l'âge (le sondage ne prend en compte que les plus de 18 ans), le niveau social, le métier exercé ou le lieu d'habitation… Il n'existe aucun élément discriminant. Tout juste remarque-t-on que la tranche 50-59 ans est un peu plus représentée (5 % contre 2 % pour les 18-24 ans).

    La première motivation de cette passion pour l'écriture est de se raconter. Si l'on associe les deux réponses « Pour entretenir la mémoire/l'histoire de ma famille » et « l'envie de raconter mon histoire, mon expérience », cela donne 41 % en tout. Si 15 % des Français voient en l'écriture une forme de thérapie, la litérature a tout de même une belle place en France… 

  • Un séjour à l'Ermitage

    Malgré des conditions spartiates (ni toilettes, ni cuisine, ni salle de bains) Octavia s'est retirée à l'Ermitage. Témoignage : 

     

     

  • Écrire au bruit du fleuve