BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Les enfants de Hlodo découvrent leur pays

Offrons des vacances à 12 jeunes béninois

  • Au delà de la découverte

    Ca y est, c'est parti! Les enfants ont pris la route ce lundi 20 juillet enthousiastes et ravis. Ils sont 2 CM1, 2 CM2, 4 6eme, 2 5eme, 2 4eme, 1 2nde.

    Journal:

    2 heures de route environ pour rejoindre Abomey depuis Hlodo en mangeant un peu (beaucoup) de poussière et en ayant une petite panne (sinon, ça ne serait pas drôle... ;).

    Après avoir vu la statut du roi Béhanzin, le dernier roi du royaume de Daxome, visite des Palais Royaux et révisions au passage des programmes d'histoire. Cahiers et bics en mains, les enfants sont très attentifs, posent des questions et osent dire quand ils n'ont pas compris! (victoire pédagogique après quelques années passées avec eux!).

    Mardi matin, atelier de danse Zinli avec le danseur Duzard et ses percussionnistes, une danse subtile et difficile mais les enfants se sont bien débrouillés.

    Mardi après midi, visite d'un village troglodyte à Bohicon. Grandes émotions et hurlements sur une petit manège.

    Mercredi matin, départ très tôt pour Porto- Novo, voyage sans encombres pour arriver à la statut du Roi Toffa.

    Mercredi après midi, Atelier de danse KAKA et Adjogan sous les arbres centenaires du Jardin Des plantes de la Nature avec les danseurs et percussionnistes Samuel, Stalone et Augustin. Ambiance assurée, les enfants s'éclatent. Départ de Margot pour la France, aux revoirs émouvants.

    Visite du jardin et rencontre avec ses singes et petit parc d'attraction. Petit tour à la bibliothèque.

    Jeudi matin, visite du Musée historique Hounme et du Musée ethnographique. Départ pour Cotonou.

    Jeudi après midi, visite de la place des Martyrs et atelier chorégraphique avec Céline Coyac.

    Tous les intervenants en danse ont beaucoup apprécié les enfants et reconnu le talent de certains. Ils souhaitent tous revenir à Hlodo pour les faire danser à nouveau.

    Il reste encore 3 jours d'un programme tout aussi riche.

    Au delà de toutes ces intéressantes visites et riches découvertes, ces enfants ont la chance cette semaine de goûter à l'insouciance. Ils ne sont plus au service des adultes: pas de corvées d'eau, pas de balayage, pas de préparaton du feu, pas de recherches de fagots ou feuilles de tek pour gagner 3 sous, pas de travaux champêtres... Pas de ventre vide. Ils mangent 3 fois par jour et s'éclatent chez les bonnes dames (c'est probablement çà qu'ils retiendront le plus...;). Ils font quelques économies sur les sous qu'on leur donne pour manger chaque jour et pourront s'acheter ainsi une paire de chaussures, un nouveau pneu pour leur vélo, une mini radio... et rapporter "les bonnes choses" à la famille.

    Les adultes sont cette fois à leur disposition, pour les accompagner, leur expliquer, traduire et veiller à ce qu'ils ne manquent de rien. Ils peuvent s'exprimer, faire du bruit le soir, jouer, s'amuser, s'amuser, s'amuser...

    Une petite parenthèse dans leur quotidien. 

    Ce n'est pas pour autant qu'ils n'accepteront plus en rentrant leur conditions de vie habituelles qui sont pour eux l'ordre établi et qu'ils respectent tout à fait. Mais cette semaine sera marquée dans leur mémoire et leur donnera probablement le goût de la découverte et de l'émancipation plus tard.

    Ces enfants sont merveilleux de spontanéité, de respect, de curiosité, de naturel. Les voir si heureux est un grand bonheur, un vrai bonheur.

    Encore merci à tous ceux qui y ont contribué.

     

     

     

     

  • Les préparatifs et la Fondation Zinsou

    Ca y est, notre présidente Marguerite Salvy est au Bénin depuis le 9 juillet pour s'assurer du suivie des activités d'Artéchanges à Hlodo et aussi préparer le séjour culturel de nos 12 jeunes : trouver les hébergements, gérer la logistique transport et surtout organiser les visites touristiques et stages artistiques, notament auprès de la Fondation Zinsou !

    La Fondation Zinsou en 2 mots : 

    En Juin 2005 la « Fondation Zinsou »  a ouvert ses portes à Cotonou, au Bénin. Tout d’abord principalement un lieu d’exposition pour les artistes contemporains africains, celle-ci a vu ses horizons s’élargir et son action se renforcer au cours des 8 dernières années. Désormais l’action de la Fondation est aussi bien artistique que culturelle, pédagogique et sociale. 

    La mise en valeur du patrimoine artistique touchant à l’Afrique, l’éducation, le développement et la réduction de la pauvreté sont au cœur du projet, notament au travers de mini-bibliothèque ouvertes à tous un peu partout dans Cotonou et au travers du tout récent musée d'art contemporain de Ouidah.

    Pour nos jeunes :

    Artéchanges travail en partenariat avec la Fondation Zinsou depuis 2013, et a déjà monté plusieurs projets artistiques avec des enfants du village pour animer les "mini-bibliothèques" de la Fondation.

    Pour ce séjour, La Fondation Zinsou ouvrira ses portes à nos 12 jeunes collégiens tout d'abord pour une animation autour d'un atelier conte dans une des mini-bibliothèques suivi d'une projection de film. Les enfants seront ensuite invités à visiter la dernière exposition au siège de Cotonou et participeront à un atelier "petit-pinceaux" en rapport avec l'artiste. Enfin, ils prendront la route des pêches vers Ouidah pour visiter le nouveau musée d'art contemporain ouvert par la fondation.

    Pour plus d'information n'hésitez pas à visiter le site, le blog ou encore la page Facebook de la Fondation Zinsou :

    Page Facebook Fondation Zinsou

    Site internet Fondation Zinsou

    Blog de la Fondation Zinsou

  • Objectif atteint!

    Grand merci à tous ceux qui ont contribué et permettent ainsi à 12 jeunes béninois de partir en vacances et de découvrir le patrimoine de leur pays!

    Nous passons maintenant à la réalisation concrète du projet:

    -Récolter auprès des établissements scolaires les bulletins des jeunes soutenus par notre association pour sélectionner les12 participants.

    -Organiser une "cérémonie" en conviant les familles des enfants sélectionnés, les sages du village (Chef du village et ses conseillers) et la population de Hlodo pour annoncer officiellement la sélection et le déroulement du séjour.

    -Définir les dates exactes.

    -Faire signer des autorisations parentales

    -Organiser les visites de groupe (musées, expo, bibliothèque...) en contactant les structures concernées.

    -Confirmer les ateliers de danse aux intervenants et leurs percussionistes

    -Réserver le bus

    -Contacter et réserver les lieux d'hébergement.

    Marguerite Salvy, présidente de l'association part ce mercredi au Bénin à ses frais pour 2 semaines et pourra ainsi organiser tout cela au mieux avec les animateurs locaux de l'association et l'appui des sages du village. 

    Nous vous tiendrons informés de la suite des évènements.

    Encore un grand merci à tous!

     

  • Manger chez les Bonnes Dames

    Durant leur séjour, les jeunes se restaureront chez les Bonnes Dames.

    Mais qui sont les Bonnes dames?

    Et que mange-t-on chez elles?

    Au Bénin, les bonnes dames sont les tatas qui préparent et vendent à manger devant chez elles ou à un coin de rue, chacune ayant sa spécialité culinaire. C'est souvent très bon marché et bien préparé. Elles sont la plupart du temps équipées d'un tabouret et d'un grand plateau garni. Ces femmes sont consciencieuses et très respectées par la population; ce sont elles qui nourrissent!

    Voyager au Bénin est une occasion pour les enfants de faire une expérience gustative en mangeant plein de choses différentes de ce qu'ils ont l'habitude de trouver dans leur village:

    Atchéké (à base de manioc), oeuf, lait caillé, spaghettis à la viande de boeuf, cochon grillé, akpan glacé (tapioca), tchakpalo (à base d'amidon de mais), ablo (sorte de beignets de riz), escargots, tchachenga (viande grillée), poulet, agouti (ragondin), sandwich (avocat sardine)...

    A Hlodo, on trouve principalement de la pâte (à base de farine de mais), haricots, riz, come (une autre sorte de pâte...), acassa (à base d'amidon de mais), du poisson d'eau douce frit et du gari (farine de manioc)... Un régal peu diversifié...

    On souhaite donc à nos jeunes de se régaler durant leur voyage!

    La cuisine fait aussi partie du patrimoine culturel d'un pays;)

     

  • Les ateliers de danses prévus durant le séjour

    Durant le séjour, et dans la continuité des activités artistiques que nous proposons à Hlodo tout au long de l'année, sont prévus des ateliers de danses traditionnelles qui font incontestablement partie du patrimoine culturel du Bénin.

    En effet, chaque région a sa sanse et son rythme qui ont tous une signification, un sens en rapport avec l'histoire du Bénin.

    A Abomey, ville royale du Bénin, se danse le Zinli. Une danse ondulatoire très originale et majestueuse.

    Le Zinli serait créé au 19eme siècle par le prince GBINGNI, futur roi Glélé à l'occasion des funérailles d'un des amis de son père, le roi Guézo.

    Pratiquée surtout par les populations du plateau d'Abomey, le Zinli a pendant longtemps gardé sa fonction initiale avant d'être rénové et rendu populaire en 1980 par Alekpehandou.

    Le Zinli se joue essentiellement à l'aide des Kpésin (sorte de jarres) auxquelles sont associés un vaste tambour (zinli), accompagné de son de gongs, hochets et des clappements de mains soutenus par des chants et danses. Le Zinli est répandu aujourd'hui jusqu'aux côtes du sud du Bénin.

    Durant leur passage à Abomey, les jeunes suivront un atelier de 2 heures pour s'initier au Zinli avec un danseur professionnel qui a déjà travaillé avec Artéchanges accompagné de ses percussionnistes.

     

    A Porto-Novo, les enfants apprendront le Adjogan qui était autrefois une danse princière propre à la cour royale de Porto-Novo. Elle était exclusivement exécutée par des femmes issues des familles royales lors de céramonies de veuvage ou de réjouissance. Les danseuses utilisent une baguette en fer d'un mètre environ couvert d'anneaux en cuivre qu'elles agitent dans un mouvement bien synchronisé avec les pas.

    Aujourd'hui, le Adjogan est devenu populaire et est même pratiqué dans les églises catholiques par des chorales pendant les célébrations eucharistiques.

    A Cotonou, les enfants suivront durant un après midi un atelier chorégraphique avec une chorégraphe et professeur de danse française partenaire d'Artéchanges, Céline Coyac, avec qui ils aborderont la danse dans une démarche créative et plus contemporaine  (improvisations, compositions) dans laquelle ils pourront utiliser le langage des danses traditionnelles qu'ils auront découvert.

    Source et illustrations: Hector Sonon