Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

La Ligue des écrivaines extraordinaires

5 romans écrits par 5 écrivaines, pour révéler les agentes de la Ligue

Découvrez la Ligue des écrivaines extraordinaires : Sushina Lagouje et Virginia Woolf contre Rhan-Tegoth

 

Et pourquoi les oiseaux chantent ? Pourquoi les tentacules étranglent ?
Participer à la Ligue sonnait comme une évidence : quand j’étais petite, j’étais très frustrée que les garçons refusent de se battre avec moi... je pense qu’ils avaient peur en fait et ils avaient raison ! C’était donc l’occasion de venger cette gamine bagarreuse assoiffée de bleus et de sang, de venger toutes celles qu’on a mises de côté en les jugeant trop fragiles, trop faibles. C’était l’occasion de jeter notre verre de vodka par-dessus notre épaule en hurlant : « Je vais te faire ravaler tes paroles ! », pour toutes les fois où l’on nous dit avec condescendance : « Non mais toi, tu peux pas, t’es une fille ! » alors qu’on brûle de montrer ce qu’on vaut.

Pourquoi Virginia Woolf ?

Justement parce que, dans l’imaginaire populaire, Virginia Woolf reste trop souvent une femme cantonnée à sa « faiblesse », la maladie mentale. On l’imagine alitée, souffreteuse, buvant son verre de lait, son mari dévoué à ses côtés lui tapotant la main. Dans les faits, elle a toute sa vie été surveillée, maternée par ses proches, contrôlée. Détestable, non ? J’avais donc envie de la libérer de ces contraintes, de prouver à tous non seulement que c’était une femme puissante, forte, indépendante, mais aussi qu’elle pouvait être drôle, faire preuve de légèreté.
En bonne masochiste, j’ai aussi été séduite par la difficulté de la tâche : Virginia Woolf a une personnalité extraordinairement fine et complexe, il en est de même pour son écriture, rigoureuse, exigeante, avec ce je-ne-sais-quoi de presque évanescent aussi. C’était donc un véritable défi que de retranscrire certaines de ces caractéristiques dans mon roman… j’ai adoré ça !

Pourquoi Rhan Tegoth ?

Là encore, le défi était énorme : Lovecraft est un Dieu… non, pardon, un Grand Ancien, pour beaucoup ! J’adore ses histoires torturées avec des héros sur le fil, dont le monde bascule soudain de la banalité la plus morne à la folie. J’aime les excès de Lovecraft, l’abondance de chairs, de suintements et de tentacules. Rhan Tegoth est un monstre magnifique ; c’est bien simple, il est parfait ! Cinq pieds de haut au garrot, de puissantes pinces mais aussi des tentacules, parce que les tentacules, ça va avec tout, mes chéris ! C’est une créature assez méconnue, qui apparaît dans L’Horreur dans le musée. Elle a donc je dirais « un petit rôle » dans l’œuvre lovecraftienne et pourtant, ce rôle est crucial car le réveil de Rhan Tegoth annonce le retour des Grands Anciens... Terrifiant, n’est-ce pas ?

Sushina Lagouje

 

Virginia Woolf contre Rhan Tegoth

Histoire étrange : En 1913, atteinte de dépression, harcelée par ses proches et ses médecins, Virginia Woolf s’enfuit pour rallier la Cornouailles et sa lande mystérieuse, paysage magnifié de son enfance. Cette femme de bonne famille espère un peu de répit, mais son arrivée sans domestique et sans mari fait jaser le paisible village de pêcheurs qui l'accueille.
Dans la brume, Virginia est observée, suivie constamment tandis que ses démons intérieurs la torturent. La mer déchaînée et les vents glacés se liguent alors contre elle et la poussent au cœur d’un complot destiné à réveiller une monstrueuse créature.
Seule une alliance inattendue pourra sauver Virginia Woolf.