Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

La Ligue des écrivaines extraordinaires

5 romans écrits par 5 écrivaines, pour révéler les agentes de la Ligue

  • Découvrez la Ligue des écrivaines extraordinaires : Laurianne Gourrier : Selma Lagerlöf contre les Trolls



     

    Pourquoi la Ligue ? J’ai une fibre féministe qui vibre (trop) souvent, j’aime la littérature, celleux qui l’ont faite et la font encore, j’aime l’idée de jouer avec de grands noms pour en faire de grands personnages. Les complotistes nous apprennent qu’« ils » sont partout, la Ligue démontre que ce sont « elles » qui veillent.
    Et puis, le principe de "faire sérieusement quelque chose qui ne l’est pas tant que ça" est particulièrement réjouissant, non ?

    Pourquoi Selma Lagerlöf ?
    La première chose que m’évoquait son nom est un double souvenir d’enfance. D’une part, le dessin animé gentillet et son générique tenace, évoquant un garnement qui avait quitté son village, et ses parents, et ses amis (ne me remerciez pas de vous l’avoir rappelé, je partage avec plaisir). D’autre part, un vieux livre rouge dans la bibliothèque familiale, relié d’un tissu poussiéreux qui portait mystérieusement le même titre… Le nom de Lagerlöf a pour moi une odeur de madeleine.
    En plus de cela, quand on se penche sur son œuvre, il y a de quoi trouver cette postérité sacrément injuste. Première femme prix Nobel de littérature, quand même ! Ses contes fantastiques font écho aux grands auteurs français ou anglo-saxons, le dépaysement scandinave en plus, loin du didactisme poussif qui parsème les aventures de Nils Holgersson. Et tâcher de comprendre qui était la femme derrière l’autrice devient vite passionnant, il faut creuser et fouiller pour aller au-delà de ce qu’on trouve en quelques clics. Elle m’a surprise quand j’ai découvert que, malgré son éducation très chrétienne, elle avait vécu des amours passionnées avec d’autres femmes, ce que sa correspondance a dévoilé longtemps après sa mort.

    Pourquoi les trolls ?
    Parce qu’ils sont grognons, bruts de décoffrage, et présents partout. Les grandes puissances chtoniennes, au cerveau lent et poussif, ne dorment que d’un œil, et si leur réveil prend du temps, il est spectaculaire et mortel pour les créatures fragiles que nous sommes. Ils sont anciens, ils sont sauvages, ils sont violents et loin du polissage des civilisations. Il y a quelque chose de punk en eux, ils sont anarchistes et capables de tout selon les folklores, aussi bien d’apparaître comme des géants de pierre que comme des êtres qui peuvent se confondre avec les humains… ils ouvrent des possibilités illimitées. Et n’ont vraiment aucun raffinement.

    Laurianne Gourrier

     

    Selma Lagerlöf contre les Trolls

    L'histoire étrange : Enfant, Selma Lagerlöf se découvre une capacité étrange lors de sa rencontre avec le tomte de la maison : elle perçoit l’invisible au commun des mortels. Alors qu’elle grandit dans son village près de la forêt, sa tante guérisseuse l’initie aux mystères des créatures fantastiques et surtout de son peuple le plus terrible, les Trolls. L’un d’eux, moqué pour sa petite stature parmi ces géants, deviendra d’ailleurs son ami.
    Grâce à ses connaissances et son attachement à la vie secrète de la nature indomptée, quand les hommes provoqueront par sottise et ignorance la colère des monstres de pierre, la jeune écrivaine pressentira l’horrible désastre avant qu’il se produise.
    Enrôlée dans la Ligue, Selma tentera l’impossible pour éviter la catastrophe.

  • Vous êtes formidables !

    Tendres chairs,

    Hier soir, l’allégresse redoubla pour atteindre son comble quand le troisième palier explosa grâce à vous.

    Vous êtes formidables !

    Sur l’air de l’Ode à la joie de l’écriture, chanté en canon par les autrices exaltées après leur augmentation, j’entraînais mon cousin le Maître de l’étrange dans la sarabande endiablée que les écrivaines extraordinaires menaient.

    Ah quel raffut, mes enfants ! Ses trois têtes encore somnolentes, Cerbère est descendu de sa loge à l’aube pour nous sommer de cesser d’alourdir la peine des damnés, les voisins du purgatoire se plaignaient du vacarme.

    Pendant ce temps, le compte à rebours poursuivait sa course, inexorable : JOUR -3

    Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,
    Suspendez votre cours !
    Laissez-nous savourer les rapides délices
    Des plus beaux de nos jours !

    Un de vos poètes déclamait ses vers au dernier banquet des enfers.

    Mais vous ne cessez de nous étonner : qui sait quelle surprise vous nous réservez avant le mot « FIN ».

    Votre Démona ivre d’amour pour vos prochains

     

  • Que deviendront les quatre romans de la deuxième série si leur palier n’est pas atteint ?

    Pour répondre à cette question inquiète, posée à plusieurs reprises ici et sur les réseaux sociaux, un petit rappel de la conception de notre projet littéraire :

    Avec ce financement participatif, nous présentions une collection pulp à l'appréciation des lecteurs et ils l'ont plébiscitée en franchissant le premier palier.
    Ce palier correspond à la création de la collection, sa première série est financée et, en même temps, sa deuxième série est programmée : nos autrices seront toutes publiées, un peu plus tard pour les livres non financés. Le travail éditorial est déjà en cours pour leurs romans (couverture et accompagnement littéraire).
    Plus l'ulule sera élevé grâce aux soutiens de nos souscripteurs, plus nous pourrons élargir le public des romancières et de notre collection, les promouvoir dans les salons et les manifestations, et pourquoi pas, susciter l'intérêt des librairies indépendantes. C'est pour cette raison que nous sollicitons toujours votre aide, vos partages.

    C’était notre idée depuis le commencement de prendre le risque et de partager le succès ensemble, personne n’aura travaillé pour rien.

     

    We’ll be back !

    Christine Luce et l’équipe éditoriale

  • Deuxième palier atteint !

    Merci à toutes et tous !

    Je profite d’une incursion de Démona dans l’antre du Maître de l’étrange, probablement afin de lui vanter votre soutien à sa cause, pour vous adresser l’expression de notre gratitude la plus chaleureuse… au propre et au figuré, il fait très chaud dans les quartiers de la cousine d’enfer.

    Toute l’équipe est ravie d’ajouter l’extraordinaire étui à notre collection autour de la Ligue des écrivaines tout aussi extraordinaires. Merci encore !

    Et maintenant, tentons-nous l’escalade vers le palier suivant ? Les autrices aimeraient énormément qu’il soit atteint… on se demande pourquoi. Ah non, finalement, non, la question ne se pose même pas : augmenter leur rémunération, c’est un bon plan et un bon palier, n’est-ce pas.

    Nous aidez-vous à le grimper en alertant vos proches et votre entourage amical ?

    On l’espère et on croise les doigts jusqu’à la fin, sept jours !

    Christine Luce, la dirlitt’

  • Découvrez la Ligue des écrivaines extraordinaires : Sushina Lagouje et Virginia Woolf contre Rhan-Tegoth

     

    Et pourquoi les oiseaux chantent ? Pourquoi les tentacules étranglent ?
    Participer à la Ligue sonnait comme une évidence : quand j’étais petite, j’étais très frustrée que les garçons refusent de se battre avec moi... je pense qu’ils avaient peur en fait et ils avaient raison ! C’était donc l’occasion de venger cette gamine bagarreuse assoiffée de bleus et de sang, de venger toutes celles qu’on a mises de côté en les jugeant trop fragiles, trop faibles. C’était l’occasion de jeter notre verre de vodka par-dessus notre épaule en hurlant : « Je vais te faire ravaler tes paroles ! », pour toutes les fois où l’on nous dit avec condescendance : « Non mais toi, tu peux pas, t’es une fille ! » alors qu’on brûle de montrer ce qu’on vaut.

    Pourquoi Virginia Woolf ?

    Justement parce que, dans l’imaginaire populaire, Virginia Woolf reste trop souvent une femme cantonnée à sa « faiblesse », la maladie mentale. On l’imagine alitée, souffreteuse, buvant son verre de lait, son mari dévoué à ses côtés lui tapotant la main. Dans les faits, elle a toute sa vie été surveillée, maternée par ses proches, contrôlée. Détestable, non ? J’avais donc envie de la libérer de ces contraintes, de prouver à tous non seulement que c’était une femme puissante, forte, indépendante, mais aussi qu’elle pouvait être drôle, faire preuve de légèreté.
    En bonne masochiste, j’ai aussi été séduite par la difficulté de la tâche : Virginia Woolf a une personnalité extraordinairement fine et complexe, il en est de même pour son écriture, rigoureuse, exigeante, avec ce je-ne-sais-quoi de presque évanescent aussi. C’était donc un véritable défi que de retranscrire certaines de ces caractéristiques dans mon roman… j’ai adoré ça !

    Pourquoi Rhan Tegoth ?

    Là encore, le défi était énorme : Lovecraft est un Dieu… non, pardon, un Grand Ancien, pour beaucoup ! J’adore ses histoires torturées avec des héros sur le fil, dont le monde bascule soudain de la banalité la plus morne à la folie. J’aime les excès de Lovecraft, l’abondance de chairs, de suintements et de tentacules. Rhan Tegoth est un monstre magnifique ; c’est bien simple, il est parfait ! Cinq pieds de haut au garrot, de puissantes pinces mais aussi des tentacules, parce que les tentacules, ça va avec tout, mes chéris ! C’est une créature assez méconnue, qui apparaît dans L’Horreur dans le musée. Elle a donc je dirais « un petit rôle » dans l’œuvre lovecraftienne et pourtant, ce rôle est crucial car le réveil de Rhan Tegoth annonce le retour des Grands Anciens... Terrifiant, n’est-ce pas ?

    Sushina Lagouje

     

    Virginia Woolf contre Rhan Tegoth

    Histoire étrange : En 1913, atteinte de dépression, harcelée par ses proches et ses médecins, Virginia Woolf s’enfuit pour rallier la Cornouailles et sa lande mystérieuse, paysage magnifié de son enfance. Cette femme de bonne famille espère un peu de répit, mais son arrivée sans domestique et sans mari fait jaser le paisible village de pêcheurs qui l'accueille.
    Dans la brume, Virginia est observée, suivie constamment tandis que ses démons intérieurs la torturent. La mer déchaînée et les vents glacés se liguent alors contre elle et la poussent au cœur d’un complot destiné à réveiller une monstrueuse créature.
    Seule une alliance inattendue pourra sauver Virginia Woolf.