Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Sur la route des écoles

Tour du monde des écoles alternatives

À propos du projet

       En septembre 2018, je commence un tour du monde des écoles alternatives. Pendant un an, j'aimerais voyager pour aller à la rencontre d'enseignants et d'enfants au sein de structures pédagogiques qui proposent et développent une vision de l'apprentissage différente.

       Les écoles qui m'accueilleront sont publiques ou privées, s'inspirent de multiples courants pédagogiques (Freinet, Montessori, Steiner, Sudbury et d'autres) et se trouvent un peu partout dans le monde : France, Espagne, Angleterre, Italie, Belgique, Hongrie, Finlande, Ukraine, États-Unis, Canada, Pérou, Argentine.

1- Un projet de recherche pédagogique et de formation professionnelle

¤ Mon parcours

       Il s'agit d'un projet auquel je réfléchis depuis plusieurs années. Mon parcours m'a donné du temps pour le préparer : à 17 ans, je savais que je voulais être professeure des écoles. Dès ce moment là et bien avant de préparer le concours, j'ai eu envie d'observer des classes. C'est donc dans les écoles de Saint-Ouen (93), classées en REP pour la plupart, que j'ai fait mes premiers pas pédagogiques. Néanmoins, je me suis vite rendue compte que même si j'admirais le travail des enseignants que j'observais, il me semblait que les attentes de l'institution scolaire n'étaient que rarement en adéquation avec les besoins des élèves.

       Au fil de mes visites de classes et de mes rencontres avec différents enseignants, j'ai commencé à m'intéresser à certaines pédagogies dites « alternatives ». Je me suis plongée dans la lecture de divers ouvrages sur le sujet, en passant notamment par les œuvres de Célestin Freinet, Maria Montessori, Sylvain Connac, Bernard Collot et bien d'autres. Il m'a par la suite semblé évident que l'école traditionnelle n'était pas l'unique modèle de transmission des savoirs : les enfants ayant naturellement soif d'apprendre, l'école réprime souvent ce besoin en imposant des programmes et des méthodes d'une utilité discutable.

       Le mémoire écrit dans le cadre de mon master intitulé « Comment permettre aux élèves de trouver un sens à leurs apprentissages ? » est parti de ce questionnement. Il m'a permis de renforcer ma conviction qu'une école qui vise l'épanouissement des enfants doit penser l'élève comme maître de son apprentissage, qui apprend par lui-même et pour lui-même.

Une classe fonctionnant en ateliers autonomes Montessori

¤ Ma situation actuelle

Aujourd'hui, j'ai 22 ans. Je suis enseignante titulaire et j'enseigne depuis deux ans dans le public au sein de l'académie de Bordeaux. Ces écoles « alternatives » me fascinent car elles me paraissent être de véritables laboratoires humains qui forment des futurs citoyens autonomes et responsables.

A l'heure actuelle, même si j'ai énormément lu et observé, j'ai le sentiment d'avoir encore besoin de formation. D'une part, le master MEEF destiné à former les enseignants est incomplet et n'aborde quasiment pas l'existence d'alternatives pédagogiques. D'autre part, j'ai bien sûr mené des expérimentations dans mes classes visant à rendre l'apprentissage autonome et à créer une structure de classe gérée par les élèves, mais les limites imposées par la hiérarchie et l'environnement pédagogique – traditionnel – se font rapidement sentir. J'ai ainsi décidé de prendre une année de disponibilité, durant laquelle je ne serai pas payée, pour me former.

Conseil d'élèves en pédagogie Freinet

¤ Mon objectif

       Mon objectif est d'aller à la découverte d'écoles où les enfants ne sont pas assis sur une chaise toute la journée en répondant aux consignes du professeur. Des écoles où les enfants sont responsabilisés, apprennent à vivre en collectif et à élaborer eux-mêmes les règles du lieu de vie qui leur appartient. Des écoles où l'apprentissage n'est pas uniquement vertical, du maître vers l'élève, mais horizontal, devenant alors le fruit de la coopération entre les enfants. En somme, des écoles qui font un lien réel entre l'éducation et la vie.

Je prévois de créer un site internet sous forme de blog de voyage où j'écrirai le récit de mes voyages et de mes expériences dans chaque école : La route des écoles (en cours de création).

2- Un projet autofinancé... qui a besoin de vous !

¤ Le cadre du voyage

       Étant donné que je pars dans le cadre d'une année de disponibilité, je n'ai aucun financement autre que mes économies pour organiser ce projet. Pour minimiser les frais et pour avoir une expérience de voyage qui me semble plus authentique, j'utiliserai le plus possible l'autostop comme moyen de transport et le couchsurfing (application permettant de loger chez l'habitant gratuitement) pour le logement.

       Cependant, la durée du voyage m'oblige à prévoir des dépenses importantes. J'ai donc eu l'idée de faire appel à une campagne Ulule pour pouvoir réaliser totalement ce projet de voyage un peu particulier.

À quoi va servir le financement ?

¤ Dépenses ponctuelles importantes

  • Les billets d'avion. Certaines écoles sont situées dans des lieux éloignés les uns des autres et nécessitent de prendre l'avion : Zaporijia (Ukraine), New York, Vancouver, la Nouvelle-Orléans, Espoo (Finlande)... L'argent de cette campagne financera les billets pour l'Argentine et le Pérou (j'ai déjà ceux pour New York et Zaporijia).
  • Les billets de train, inévitables car je me rends dans des pays où il est déconseillé d'emprunter les routes l'hiver (l'autostop hivernal sur les routes enneigées et dangereuses d'Ukraine n'est pas recommandé).
  • Le matériel de voyage adéquat.
  • Le prélèvement d'Ulule (80 euros).

¤ Dépenses de la vie quotidienne

  • Les trajets en transports en commun (bus, tram, etc.) pour me rendre dans les écoles.
  • L'hébergement : certaines écoles rurales se trouvent dans des zones ne permettant pas le couchsurfing (il n'est pas évident de faire du couchsurfing dans les villages de la Drôme quand il y a 28 habitants au km²).
  • La nourriture.
  • L'assurance de voyage.

       Si le financement dépasse mon objectif, je pourrai mettre en œuvre ce projet à plus grande échelle : partir à la découverte des écoles asiatiques !

J'ai donc besoin de vous pour ce tour du monde pédagogique ! Mon constat des difficultés rencontrées par le système scolaire actuel a motivé ce projet d'expérimenter d'autres solutions que celles proposées par les discours politiques actuels autour de l'éducation. J'ai investi toute mon énergie et mes économies dans ce projet et j'espère trouver de l'aide pour le mener à bout.

       Si ce projet vous parle ou si vous connaissez des gens qu'il pourrait intéresser, n'hésitez pas à participer ou à le partager.

Merci !