BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Votre goutte d'eau pour un village Colombien

De l'eau potable pour 200 familles

À propos du projet

Rendre l’eau accessible 6000€ :Financé (100%)

Campagne de sensibilisation 500€ :Financé (110%)

Traitement des eaux 5500€ :en cours de financement (200%)

Objectif premier bassin de traitement : 2500€ soit 150% du projet initial

Votre goutte d’eau pour un village colombien

Présentation du projet

 

Le projet « votre goutte d’eau pour un village colombien » permettra à un village de Colombie d'avoir un accès direct à l'eau potable, soit plus de 200 familles. Environ 1200 personnes qui n’ont actuellement pas accès à cette ressource vitale .

     

Pour une grande partie du monde, l'accès à l’eau potable est et sera l’une des grandes problématiques ces prochaines décennies. Avec nos 140 litres d'eau consommées par jour, nous avons peine à imaginer une vie sans cet accès direct à l’eau potable. Pourtant un quart de la population mondiale est privé d’eau potable, toute les 20 secondes un enfant meurt de maladies liées à l’eau insalubre (source: http://www.spge.be/en/l-eau-dans-le-monde.html?IDC=1300).

Pour le village de Monterilla, appartenant à la Municipalité de Caldono, en Colombie, l’accès à l’eau potable est une question déterminante. C’est elle qui garantira la durabilité du processus de paix. Il faut noter dans notre cas, que le problème d’accès à l’eau n’est pas lié à l’absence de la ressource mais à un manque de moyen financier et une absence d’organisation pour la rendre potable et la stocker.

Ce village, situé dans les montagnes andines, bénéficient d’un approvisionnement en eau instable tout au long de l’année. Chaque année plus de 100 familles sont privées d’eau durant de longues semaines ! Le manque d'eau saine a entraîné une détérioration progressive de la santé de ses villageois. Les maladies digestives et gastriques, la tuberculose, le parasitisme chez les nourrissons et les adultes, sont des événements courants chez les habitants de cette région.

Par temps normal, les affluents des rivières et des sources de cette zone sont presque suffisants pour satisfaire les besoins de consommation humaine et agricole. Toutefois, lors phénomènes météorologiques violents tels que « El Niño », la pénurie d’eau est fréquente.

L’absence de systèmes de traitement des eaux usées affecte gravement la qualité de l’eau. L’activité agro-industrielle locale participe  grièvement à la contamination ; par le déversement des effluents contaminés dans les rivières et les ruisseaux. Les échantillons récents ont identifié la présence alarmante d'e-coli et d'autres microorganismes biologiques nuisible. Cette eau polluée menace et fragilise chaque jour un peu plus la santé des habitants de cette communauté.

Le projet en 3 étapes:

1) Rendre accessible l’eau potable

L’urgence pour ce village et dans un premier temps d’avoir accès à cette ressource à toute periode de l'année !

La mise en place de ce projet est peu onéreux pour le changement que cela vas engendrer dans la vie de ces villageois. De plus, les solutions sont simples:

  1. capter différente sources qui se situe en aval du village (photo: exemple de source à capter)
  2. mise en place d'une station d’assainissement de l'eau grâce à un procédé naturel
  3. aménagement d’un système de pompage ainsi que des canalisations afin d’acheminer l’eau de la source au village.
  4. installation d'un réservoir en amont du village

 

2) Campagne de sensibilisation

Une campagne de sensibilisation va également être mise en place. L’objectif étant de responsabiliser les villageois quant à leur consommation d’eau afin d’éviter de tomber dans les dérives de gaspillage que nous connaissons dans les pays développés.

Cette sensibilisation passera par la construction d’un réservoir écologique et pédagogique. Ce réservoir sera construit à partir de matériaux locaux et issus de recyclage (bouteilles) afin que chaque familles puissent construire son propre réservoir. Le but est de responsabiliser, de faire prendre conscience de la quantité d'eau consommé. Ce chantier se veut participatif, il se fera auprès de jeunes du collège, ainsi que des habitants du village. Des professionnels interviendront pour compléter cet apprentissage. Le réservoir est un outil permettant de mesurer la consommation d’eau. Il permet d’avoir une vision claire de la consommation grâce au niveau d’eau dans le réservoir.

 

           3) Traitement des eaux usées

Le projet ne s’arrête pas là. Comme toute chose, l’eau suit un cycle (appelé « le cycle de l’eau domestique » dans notre cas).

Nous prenons l’eau à la nature, ici dans les différentes sources aux alentours du village (voir photo ci-dessus). En tant qu’humain nous la transformons, la rendons la plupart du temps impropre. Il n’est donc malheureusement plus possible de rejeter l’eau dans la nature tel quelle. Il est nécessaire de lui faire subir un traitement pour ne pas nuire à l’écosystème local. Nous faisons ceci en France depuis déjà un moment mais cette pratique est beaucoup moins courante dans les pays en développements. Cette dernière partie du projet consiste donc à mettre en place un système d’assainissement des eaux usées et ainsi boucler ce cycle de l’eau. (photo: système d'assainissement des eaux du collège. C'est le même système qui sera mise en place pour le village).

Ce projet sur la thématique de l’eau est complet : il répond à la problématique de l’eau du village en prenant en compte tous les facteurs : humain, écologique, sanitaire, géographique, local, durabilité, gaspillage, … Il respect le cycle de l’eau de la captation, au retour à la nature, en passant par la manière de consommation. Le projet a été murement réfléchi par les habitants du village et par des professionnels, il profitera aux habitants du village de la meilleure des manières.

Les plans et devis ont étaient établie, il ne manque plus que le financement pour changer la vie de ces personnes, et le faire de façon intelligente !

 

Résultats attendus

L’amélioration de la qualité de l’eau est favorable au processus de paix.

En effet, l’absence d’eau potable prive la population d'une bonne santé. Cette mauvaise santé entraine une baisse des capacités cérébrale et physique. Chez les enfants cela se traduit par un échec scolaire, chez les adultes un affaiblissement au travail. Sortir de la pauvreté dans ce contexte s’avère très difficile, or le conflit armé que subit cette région depuis plus de 50 ans et en partie nourrit par cette misère.

La résolution de ce problème d'accessibilité participe concrètement à l’instauration de la paix. La bonification de la qualité de l'eau se traduira rapidement par une amélioration globale de la santé de villageois. Cette santé retrouvée entrainera une vigueur, une force nouvellenécessaire à la reconstruction d’une paix durable.

A quoi va servir le financement ?

Résoudre les problèmes de qualité et de quantité d'eau de Monterilla est un besoin plus que pressant...

Le financement participatif fonctionne sur le système du "tout ou rien", il exige l'atteinte de l'objectifsous peine de tout perdre.

Concentrons tous nos efforts sur la partie la plus urgente: l'accessibilité à l'eau. Si cet objectif est atteint poursuivons notre quête vers la seconde partie du projet: le traitement des eaux usées, et la dernière partie peu onéreuse: la campagne de sensibilisation.

Le coût total des trois projets est de 12 000 euros, ce financement couvrira la moitié du projet, ce qui correspond au projet d'accessibilité à l'eau.

(graphique: présentation du coût des 3 projets)

 

Présentation des principaux frais pour rendre l'eau accessible  

  • la station de captage des deux sources captés en avale du village
  • la station d'assainissement qui sera mis en place est de type FiME : Filtration à Multiple Etapes. Il s’agit d’un procédé naturel respectueux de l’environnement. La filtration est effectuée en plusieurs étapes que voici :

· Un filtre dynamique constitué de gravier de différents calibres permettant de capter les matériaux grossiers tels que des morceaux de bois, des feuilles, etc.

· Un filtre ascendant à cinq couches en gravier fin, à travers lequel les particules qui n'ont pas été éliminées dans le filtre dynamique y sont retirées.

· Deux filtres lents en sable fin destinés à éliminer les micro-organismes biologiques tels que l’e-coli a listeria, présents dans les affluents.

  • Il sera également mise en place :

· Une cuve à chloration qui reçoit l’eau des deux précédents filtres

· Un réservoir de stockage de l’eau filtré pour une distribution fluide aux foyers bénéficiaires du projet.

· Construction supplémentaire d’oléoduc

· Installation d'une pompe pour envoyer l'eau dans le réservoir de stockage

  • main d'oeuvre

 

Brève présentation des frais qu'il restera pour achever le projet

       Traitement des eaux usées:

  • La station de traitement
  • Mains d'oeuvre

      Campagne de sensibilisation:

  • Petits matériels: conduites d'eau PVC, canalisations, robinets,...
  • Intervention des professionnels

 

Faisabilité du projet

En partenariat avec le canton de Caldono, FUNDESIA a mené des études sur la viabilité de ce grand projet. Selon ces études réalisées, le projet répond aux normes de faisabilités requises en termes d'accès aux sources d'eau de surface. Le profil précis des ressources en eaux souterraines ajouté aux sources d’eau de surface permet de garantir un approvisionnement pendant les périodes de sécheresse.

Le projet ne comprend pas de barrage, ceci permet de réduire l’impact environnemental, protégeant ainsi les espèces riveraines. Le projet envisage également le reboisement progressif du bassin versant avec la végétation indigène.

La mise en place de ce projet dureras moins de six mois.

À propos du porteur de projet

Dans quel contexte s’inscrit ce projet

 

Le « village expérimental »

Ce projet n’est qu’une pierre dans la reconstruction de ce village anéantie par le conflit armée colombien. Mais nous sommes d’accord pour dire  que cette pierre a son  importance !!

Le projet de l’eau s’inscrit dans un projet beaucoup plus grand :la reconstruction intégrale de ce village situé en plein cœur d’une zone dévasté par le conflit armé colombien. (Brève présentation du conflit armé Colombien en fin de page).

Fondation pour une Développement Intégrale et une Recherche Agricole (FUNDESIA)


ONG créée il y a plus de 20 ans en Colombie dans la région de Cauca, FUNDESIA rêve de reconstruire une paix durable là où le conflit armé sévit depuis des années (site web: https://fundesia.org/). Dans cette région particulièrement touchée par la violence, la pauvreté, le narco-trafic,etc., cette organisation a une action concrète sur le terrain au niveau éducatif, social, sanitaire et environnemental.


Le projet principal de l’ONG est la création d’un village expérimental pour faire face aux différents problèmes que subit cette région depuis plusieurs décennies. L’idée est de mettre enplace un développement intégral, s’appuyant sur trois piliers principaux :éducation, autonomie,durabilité. Les 200 familles de ce village et des villages alentour profitent déjà de ce grand projet:

Education :

La création du collège agro-écologique(photo) et de l’école supérieure implique plus de 800 jeunes (page Facebook: https://www.facebook.com/ceressatmonterilla.cauca). La création d’ateliers d’ébénisterie, de métallurgie, de confection, permet aux habitant·es de conserver et de transmettre leur savoir artisanal. Cela aide les villageois à ne pas tomber dans les dérives del’achat systématique, de l’usage unique et du jetable. L’école de musique, la bibliothèque, le club de foot sont des lieux d’échanges et de rencontres primordiaux pour favoriser une paix durable.

(photo: élève du collège auprès d'un lac piscicole de la fondation)

Autonomie :

La production agricole associative de la fondation comprend: l’élevage de poules, poulets,poissons, porcs, vaches ainsi que la production et la transformation de fruits, de café, de canne à sucre garantissent aux familles une autonomie financière et alimentaire.

Durabilité :

Le projet se veut durable d’un point de vue environnemental, la méthode de production agraire est donc naturelle et s’appuie sur le savoir-faire local. Les employé·es de la Fondation qui travaillent sur ces différents projets sont des habitant·es du village. Ils et elles sont formé·es à l’entretien et à la maintenance des infrastructures (moulin à café, moulin à canne à sucre,etc.) afin de garantir une autonomie sur le long terme.

(photos:  cannes à sucres, porcs, volailles, panela (sucre de canne), ananas, pisciculture)

Tous les projets ci-dessus sont opérationnels. Beaucoup de choses élémentaires sont encore à mettre en place.


De nombreux projets en devenir


Le prochain projet qui verra le jour est ce projet sur la thématique de l’eau! Bien d’autres projets très intéressants sont sur la liste : création d’un hôpital, d’une université pour plus de 3000 jeunes, unesalle culturel(théatre, multi-sports,...),... Il y a également le projet agricole : plantation d’arbres fruitiers, de légumes, de tubercules, de plantes médicinales et ornementales. Objectif: diversifier la production afin de ne pas être dépendant d’une seule ressources, de garantir une source financière et alimentaire sûre pour les habitants, et participer au maintien de la biodiversité.

À travers la création de ce village expérimental, l'ambition à moyen terme est de trouver et mettre en place des solutions concrètes aux problématiques que rencontre ce pays. Bien au-delà de cela, l’intention des habitants est d’inspirer d’autres projets dans le monde entier, d’encourager une transition écologique désormais internationale afin de faire face aux grands défis de notre temps.

(Village de Monterilla)
 

Vous l’aurez compris, le financement de ce projet n’est qu’une goutte d’eau dans la reconstruction de ce village, mais celle-ci changera radicalement la vie de ces habitants. Le montant total des projets dont les devis sont déjà établie s’élève à plus de 2 millions d’euros : hôpital, université, projet agricole. La recherche de financementne s’arrête donc pas là, tous autres appuis financiers sont les bienvenus (ONG, entreprise,…). Pour toute aides ou commentaires n’hésitez pas à nous écrire : [email protected]

Afin de promouvoir ce grand projet à échelle internationale le directeur générale de la fondation sera de passage dans 6 pays Européen (dont la France!) au mois de septembre: toute invitation, rencontre sont les bienvenus.

  Brève présentation du conflit Colombien


260 000 mort·es, 60 000 disparu·es, 7 millions de déplacé·es internes : résultat de plus d’un demi-siècle de confrontation, la Colombie reste victime du plus vieux conflitinterne des Amériques et l’un des plus meurtriers.

À l’origine, un soulèvement paysan pour une répartition des terres plus équitable. Très vite,l’insurrection prend une ampleur considérable, mêlant de nombreux acteurs : FARC (Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes,marxiste), ELN (Armée deLibération National), EPL (Armé de Libération Populaire), narcotrafiquants, gouvernement Colombien,.. Ce conflit est tristement connu pour la cruauté de ses massacres, et de ses innombrables prises d’otages.

Depuis plus de deux ans le pays est dans une démarche de pacification. Les accords de paix signés entre le gouvernement Colombien et les FARC en 2016 ont été un grand pas en avant. Mais ceux-ci ne vont pas résoudre un conflit d’une telle ampleur et d’une telle complexité du jour au lendemain. D’autant plus que le président entrant Ivan Duque (droite libérale économiquement et conservatrice socialement) a pour projet de reformer ces accords jugés trop laxistes envers les FARC. Pour en savoir plus: https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/06/18/colombie-ou-en-est-l-accord-de-paix-avec-les-farc-qu-ivan-duque-veut-reviser_5317218_3222.html

Plaidoyer pour une reconstruction durable


On observe souvent dans un contexte de post-conflit comme celui-ci, une augmentation desinégalités, de la déforestation, une détérioration globale de l’environnement... Ceci est principalement dû à un accaparement des terres pour une production industrielle. En effet,les terres auparavant occupées par le conflit sont désormais disponibles au plus offrant. Il serait triste devoir ce pays, dont la richesse biologique est époustouflante (2e de la planète en terme debiodiversité), réduit à des étendues désertiques de monoculture et de "chimie". Il existe pourtant une opportunité pour que la reconstruction en cours et future se fasse de manière intelligente, notamment à travers un relèvement économique local. L’idée étant de ne pas laisser la place aux multinationales connues pour leur impact néfaste sur l'Homme et la Nature. Le projet de FUNDESIA est un exemple concret à ce niveau de reconstruction. Il a un impact évident sur la population locale.  

Note de l'auteur

Mes études terminés, un BTS Gestion et Protection de la Nature en poche, je souhaite voyager et m'engager. Après quelques recherches je trouve cette mission. Il s'agit d'un volontariat de 1 an dans le cadre d'un service civique. Ce qui a motivé la présence d’un volontaire étranger dans ce village c’est l’échange culturel; l'appui et le soutient des différents projets; une vision extérieure; ...
Ce village est éloigné des villes et des zones touristiques, je suis le premier étranger à venir y vivre : l'échange culturel n’en est que plus puissant !

Dans le cadre de ce volontariat on me confie différente missions et notamment la responsabilité du "projet de l'eau". M'apercevant rapidement que la résolution de la problématique de l'eau ne vient pas d'un manque de solutions mais d'un manque de moyen financier, je décide de tenter "l'aventure" du financement participatif. C'est également un moyen de partage, un témoignage qui montre que partout dans le monde, indéniablement, des choses positives naissent. Ce partage ne peut qu’inspirer, encourager le changement ! 

 

Merci de votre soutient, toutes les contreparties seront remis en Juin 2019 lors de mon retour en France.

En attendant, un grand merci de tout le village (et notamment des jeunes footballeurs du village: photo)