BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

EAR: écoute la mer

Une étude pour la conservation des cachalots et des rorquals de Méditerranée

À propos du projet

Photo : copyright SCS Maurizio Di Donato & Alain Vuagniaux

"La mer est là, magnifique, imposante et superbe, avec ses bruits obstinés. Rumeur impérieuse et terrible, elle tient des propos étranges. Les voix d’un infini sont devant nous."  Eugène Delacroix.

Ces dernières années, de nombreuses études ont permis d’enrichir nos connaissances sur les mammifères marins de Méditerranée, ce qui a mené les autorités de certains pays riverains à prendre des mesures pour leur conservation, ainsi que pour celle de leur habitat.

Cependant, aucune de ces recherches n’a jusqu'à aujourd'hui été en mesure d’identifier les zones hivernage de la plus grande baleine de Méditerranée, le rorqual commun !

Les dangers qui menacent les cétacés sont bien réels !

Contrairement aux idées reçues, la mer n’est pas "le monde du silence" mais un monde acoustique. Les cétacés utilisent les sons pour s’orienter, détecter les proies et les prédateurs, mais aussi pour se reproduire. Le spectre acoustique des cétacés est 10 fois supérieur à celui de l’être humain.

Baleines et dauphins font face à de nombreuses menaces, telles que les collisions (cause de mortalité principale des rorquals communs), le plastique, la pollution chimique et la surpêche. Mais un autre danger, sournois car invisible, perturbe aussi les mammifères marins : la pollution sonore.

Générée par le trafic maritime, les essais militaires et les explorations sismiques des compagnies minières et pétrolières, la pollution sonore inquiète les instances internationales spécialisées, qui commencent à en prendre conscience.

La nouvelle étude que soutient la Swiss Cetacean Society-SCS, association à but non lucratif de conservation marine, porte sur deux espèces fragiles, indexées sur la Liste rouge de l’IUCN : le Cachalot (Physeter macrocephalus) considéré « en danger » et le Rorqual commun (Balaenoptera physalus) considéré « vulnérable » (https://portals.iucn.org/library/efiles/edocs/2012-022-Fr.pdf).

Les études récentes sur ces espèces endémiques à la Méditerranée ont permis de faire une découverte incroyable !

Ces grands mammifères marins ont développé un langage construit qui leur est propre, ce qui les dote d’une caractéristique particulièrement rare dans le règne animal : une culture spécifique et locale.

On peut ainsi dire qu’ils communiquent avec un indéniable accent méditerranéen !

Préserver le cachalot et le rorqual commun de Méditerranée, permet de préserver également une culture récemment découverte et propre à ce Grand Ecosystème Marin (GEM) qu’est la mer Méditerranée.

Passant la majeure partie du temps sous l'eau, les grands cétacés sont difficiles à suivre.

Afin d’agir le plus efficacement pour la protection du rorqual commun, il est nécessaire d’opérer sur deux fronts simultanément :

1)      Compléter une base de données déjà existante sur son comportement estival

2)      Résoudre enfin le mystère de son lieu d’hivernage

Cette dernière information manquante est vitale pour sa survie en Méditerranée (www.int-res.com/abstracts/meps/v436/p257-272).

Les trois cétologues de renommée mondiale du Tursiops Research Team, les Dr Luke Rendell, Manolo Castellote et Txema Brotons ont conceptualisé, avec le soutien et la collaboration de la SCS (www.swisscetaceansociety.org), une nouvelle étude révolutionnaire qui remplace la traditionnelle observation de surface par le suivi acoustique.

Pour mener à bien cette mission inédite, l'équipe de cétologues va utiliser un instrument de bioacoustique original développé par le Dr. Lammers[4] de l'OSI à Hawaii : l'échantillonnage acoustique passif (balise EAR), qui enregistre les signaux audio sous-marins, permettant ainsi de suivre les cachalots et rorquals communs de Méditerranée en tout temps, quelle que soit la météo à la surface.  Une première en Méditerranée !

De plus, ce nouveau programme permettra de mesurer la pollution sonore dans la zone des Baléares et de la Mer d’Alboran, ce qui sera par ailleurs utile à de nombreuses autres communautés scientifiques. Cet indice permettra aussi de contribuer, si nécessaire, à la mise en place d'une aire protégée.

Nous sommes convaincus qu'une meilleure connaissance des espèces est indispensable à leur conservation. Pour mieux protéger les cétacés nous devons mieux les connaître !

Aidez nous à percer l'un des plus grands mystères de la Méditerranée et à enrichir l'ensemble des connaissances que nous avons des cétacés, pour mieux les protéger !

A quoi va servir le financement ?

Participez à l'Aventure scientifique !

La SCS a donc besoin de vous pour donner des ailes à sa mission EAR !

Votre participation financière nous permettra de louer la plate-forme de recherche (voilier) durant 1 semaine.

Pour mener à bien la mission sur la première année, nous avons besoin de louer le bateau durant 3 semaines. Nous sommes convaincu qu'il est possible de récolter la  somme de 6'000 €, soit la location de la plate-forme durant les 3 semaines necéssaires au projet la première année.

Nous vous remercions chaleureusement pour votre soutien !

À propos du porteur de projet

La Swiss Cetacean Society – SCS collabore avec l’association Tursiops depuis 2011 dans le cadre du Programme BSWP Baléares [1] pour une étude du cachalot et de la répartition des cétacés dans les eaux des Baléares (Espagne). La SCS est une partenaire qualifiée qui a contribué au recensement et à l’observation des dizaines de milliers de cétacés en Méditerranée depuis 1997 et qui est partenaire officiel de l'ACCOBAMS (Agreement on the Conservation of Cetaceans in the Black Sea Mediterranean Sea and Contigous Atlantic Aera).

Voici nos références au sujet des études acoustiques sur le cachalot de Méditerranée, ainsi que les références au sujet des balises EAR :

Références Programme BSWP :

Rendell, L., Brotons, J. M., (2012). « Report on Balearics Sperm Whale Project », filedwork August 2012
Modelling sperm whale habitat preference: a novel approach combining transect and follow data Enrico Pirotta1,*, Jason Matthiopoulos1,2, Monique MacKenzie2,

Lindesay Scott-Hayward2, Luke Rendell1

Références EAR :

Au, W. W. L., Pack, A.A., Lammers, M.O., Herman, L.M., Deakos, M. and Andrews, K. (2006). « Acoustic properties of humpback whale song ». J. Acoust. Soc. Am. 120:1103-1110

Lammers, M.O., Au, W.W.L., Aubauer, R., and Nachtigall P. (2004). "A comparative analysis of echolocation and burst-pulse click trains in Stenella longirostris." Echolocation in Bats and Dolphins. Eds. Thomas, J., Moss, C. & Vater, M. University of Chicago Press. pp. 414-419
Au, W. W. L., Lammers, M. O. and Aubauer, R. (1999). "A Portable Broadband Data Acquisition System for field studies in bioacoustics" Mar. Mamm. Sci. 15(2):526-531