BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Les doubles funérailles d'Anne de Bretagne, 1514

Un livre pour assister aux obsèques prodigieuses de la duchesse et reine, celles de son corps et celles de son cœur. Nouvel objectif !

À propos du projet

Que s'est-il passé en 1514 pour la reine et duchesse ? Pourquoi ces obsèques royales à Blois, Paris, Saint-Denis, puis à Nantes ? Pour découvrir l’organisation et le déroulement de cette « pompe funèbre » et l'histoire, parfois cocasse,  du cercueil d’or émaillé du cœur de la reine, ce livre très complet (700 p.) et largement illustré (32 ill. n. et bl., 35 pleines pages couleur) doit paraître à la fin de l’année 2016.

Pour faire baisser le prix de ce livre, de 125 € à moins de 50 €, nous avons besoin de vous !

Peinte par le Maître des Entrées parisiennes, l’entrée de l'effigie et du corps d’Anne de Bretagne à Notre-Dame de Paris, le mardi 14 février 1514.

Dans le "cimetière aux rois" de la basilique royale de Saint-Denis, l'extraordinaire mausolée funéraire de Louis XII et d'Anne de Bretagne par Michel Colombe et l’atelier des Juste (1516-1531).

Ce livre décrypte un moment crucial de l'histoire de la Bretagne, qui perd alors son indépendance, et de la France de la première Renaissance. On découvre l’organisation politique, la préparation technique, le déroulement et le coût des plus grandioses obsèques royales que l’on ait connu en France au début de la Renaissance.

Peinte par le Maître des Entrées parisiennes, l’effigie du coffret funéraire du cœur de la reine sur le catafalque du coeur charnel, sous la chapelle ardente de Notre-Dame des Carmes, à Nantes, le dimanche 19 mars 1514.

Au terme de cinq années de recherche, cette documentation éclaire sur les usages funéraires et les rituels de la haute société – tripartition du corps, embaumement, repas symboliques, règles du deuil – et sur le fonctionnement technique de la « maison » de la reine. Les traditions médiévales sont à leur apogée tandis que sont introduits des rites inédits et des symboliques nouvelles, certes inspirés de l’Antiquité mais empruntés surtout à la noblesse transalpine à la faveur des guerres d’Italie. Plus détaillés que pour aucun autre règne de la période, les comptes de dépenses donnent des indications précieuses sur le prix des prestations, d’un tiers moins coûteuses à Nantes qu’à Blois et à Paris, et sur le coût faramineux de ces funérailles royales.

Jean Perréal (dessin), Pierre Mangot (couronne) et Geoffroy Jaquet (vaisseau), coffret funéraire du cœur de la reine Anne, or émaillé, Blois, 9-16 janvier 1514 (Nantes, musée Dobrée, Conseil départemental de Loire-Atlantique).

Dans un manuscrit Renaissance illustré par le Maître des Entrées parisiennes, l'effigie du coffret funéraire en or émaillé du cœur d'Anne de Bretagne, 1514.

Ce projet bénéficie du soutien de l'Association bretonne (créée en 1843), http://associationbretonne.bzh, de la Société Polymathique du Morbihan (1826), http://www.polymathique.fr, de la Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine (1844), de la Société archéologique et historique de Nantes et de la Loire-Atlantique (1845), http://www.societe-historique-nantes.fr/index.html, de la Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne (1878), http://sahm53.fr/, de l'Association des Amis de l'île de Noirmoutier (1934), http://amis-ile-noirmoutier.fr/, et du Centre généalogique de Loire-Atlantique : http://cgla44.fr .

Aujourd'hui à la cathédrale Saint-Pierre de Nantes, le tombeau de François II, duc de Bretagne, et de Marguerite de Foix, son épouse, les parents de la reine Anne, duchesse souveraine de Bretagne, par Jean Perréal, Michel Colombe et leurs collaborateurs (1502-1507). Le coeur d'Anne de Bretagne y fut inhumé, dans la chapelle Notre-Dame du couvent des carmes de Nantes, du 19 mars 1514 au 17 février 1792.

A quoi va servir le financement ?

Les fonds collectés serviront exclusivement à payer l'imprimeur français au profit de l'éditeur suisse, la librairie Droz, spécialisée dans l'édition d'ouvrages sur le XVe et le XVIe siècles : http://www.droz.org/

L’auteur n’est pas rémunéré, ni de sa recherche, ni de cette publication.

Le seuil utile de 3 000 €  collectés est désormais atteint. Bravo ! Que les premiers contributeurs en soient très chaleureusement remerciés : ils permettent de faire décroître notablement le prix public de l'ouvrage. Mais "le combat continue !" : si la collecte atteint 5 000 € et plus, l’ouvrage pourra être vendu à moins de 50 € et accessible à un plus grand nombre de passionnés.

Michel Colombe et l’atelier des Juste, 1516-1531, mausolée de Louis XII et d’Anne de Bretagne à Saint-Denis, détail des transis du roi et de la reine (d'après Brook Walker pour FMR).

À propos du porteur de projet

Jacques Santrot, est docteur en histoire de l'art et archéologie et conservateur en chef du patrimoine. D’abord archéologue de terrain en Aquitaine, Frioul, Étrurie méridionale et Istrie, il s’est attaché à « faire parler les objets », se spécialisant dans la publication des céramiques, verres, objets métalliques et de tabletterie, puis dans la sculpture, en collaboration avec les archéologues de terrain. 

Quittance du prix de la façon de cent écussons faits pour servir à l'enterrement du cœur de la feue reine…, AmN, AA 59, n° 8.

Devenu directeur d'un musée prestigieux, le musée Dobrée, à Nantes (1985), il est devenu généraliste par nécessité. Il a orienté ses recherches et ses publications en fonction des collections conservées et des expositions préparées. Depuis 2011, il s’est consacré à l’étude approfondie du coffret funéraire du cœur d’Anne de Bretagne, dont il a eu la garde durant vingt-cinq ans, et au contexte de sa création.

http://fr.linkedin.com/jacques-santrot-3822035b

Livres à choisir en contreparties  (dans la limite des stocks disponibles)

Le lien internet permet d'accéder au descriptif de chaque ouvrage ; merci de préciser à J. Santrot, sur le site ou par sa messagerie personnelle, le titre que vous souhaitez recevoir en contrepartie de votre don.

Pour une contribution de 30 à 49 €

Pour une contribution de 50 à 74 €

Pour une contribution de 75 à 98 €