BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

HARDiS !

Hommage à mon père, à la bravoure et à la spéléo.

À propos du projet

Un documentaire d'une vingtaine de minutes sur un épisode de la vie de mon père, qui s'embarqua en 1952-53  dans des aventures sportives et humaines exceptionnelles au gouffre Lépineux de la Pierre Saint-Martin.

1952

Mon père, Daniel Epelly et ses camarades du clan de la Verna : Georges et Louis (Milou) Balandraux, son cousin Pierre Epelly et celui qui deviendra un grand nom de la spéléo, Michel Letrône  assistent à Lyon à une conférence d'Haroun Tazieff. Ce dernier leur parle avec passion de l'exploration en cours au gouffre Lépineux dans le massif de la Pierre Saint-Martin. Les cinq Lyonnais décident de s'y rendre. 

Au gouffre Lépineux, l'expédition de l'équipe scientifique de Max Cosyns et Norbert Casteret est largement médiatisée. L'événement fait sensation car tout est hors norme : le site découvert, le matériel déployé et en particulier un treuil électrique pour descendre l'équipe à près de 300m de profondeur. 

Mais l'attache du cable sur le harnais de Marcel Loubens glisse dans son logement et c'est la chute. 

Mon père et ses camarades, en train d'explorer un gouffre voisin, sont appelés à la rescousse. Ils s'apprêtent, avec leurs échelles et dans des conditions très difficiles à remonter, le long du gouffre la civière du spéléologue gravement blessé. Mais en vain : Loubens meurt et n'est pas remonté. C'est le drame de la Pierre Saint-Martin.

Reconnus pour leur courage et leur sens de l'exploration, les gars du clan de la Verna sont remarqués comme des spéléologues avertis. 

Compte rendu de l'exploration de 1952 par Pierre Epelly (bien attendre la fin du téléchargement).

1953

Mon père est sollicité  pour continuer l'exploration du gouffre avec ses camarades au sein de l'expédition de Lévi-Casteret

Ils sont trois du clan de la Verna à s'y rendre : mon père, Georges Balandraux et Michel Letrône. Avec Georges Lépineux et Jacques (Jimmy) Théodor, ils forment l'équipe de tête. 

Le 13 août, mon père, en tête, découvre la salle. Il la nommera la Salle de la Verna, en honneur à son clan. Un nouveau record du monde de profondeur est battu. 

Photo de Sergio Laburu

La partie visible sur la photo est de 350m de large sur 150m de haut (panoramique de 180° environ).

La salle de la Verna fait 245 m de diamètre, 194 m de haut. Elle a une superficie de 5 hectares et un volume de 3,6 millions de mètres cubes. 

1954 

Une expédition de plus de 50 personnes a permis la remontée du corps de Marcel Loubens. José Bidegain a accompagné le cercueil d'aluminium dans le puits.

Nouveau record de profondeur au gouffre Berger dans le Vercors. 

Mon père arrête définitivement la spéléo. 

1960

EDF finit les travaux d'aménagement d'un tunnel qui conduit à la salle de la Verna.

1961

L'équipe espagnole Aranzadi trouve dans la salle de Verna un nouvelle galerie où s'écoulait l'ancienne rivière il y a 200 000 ans.  

Aujourd'hui, plus de 430 km de galeries, puits, salles et rivières souterraines ont été découverts dans le massif de la Pierre Sa!nt-Martin. La salle de la Verna reste l'une des plus grandes au monde. 

L'exploration et le drame de la Pierre Saint-Martin ont marqué les esprits pendant la période d'après guerre, comme la conquête de l’Everest, la «Calypso de Cousteau», le Bathyscaphe de Picard, l’exploration des volcans par Haroun Tazieff.

Le clan de la Verna s'est dissous en 1955. Le club des Tritons initié par Michel Letrône prend la relève. Il était mon oncle et parrain discret. De cette équipe de 1952-53, nous regrettons son départ ainsi que celui de Georges et Louis Balandraux. Mon père voue, à ce dernier, une reconnaissance particulière, parce que, dit-il, Milou, en lui apprenant la spéléo, a fait de lui un homme. 

Mon intention : 

Je n’ai rien su, ou presque, de cette période de la vie de mon père. 

Ma surprise fut grande lorsqu’en 2012, je l’accompagnai pour la première fois dans le fameux massif des Pyrénées, pour y rencontrer les spéléos qui organisent depuis peu la visite de la salle de la Verna.

L'accueil de ces passionnés qui explorent, cartographient et étudient les entrailles de la montagne de la Pierre Saint-Martin fut très chaleureux. 

D’autant plus que d’autres acteurs, tout aussi passionnés des grands espaces ou des grands exploits étaient présents aussi.

Quand j’ai senti leur enthousiasme commun, j'ai trouvé mon père en bonne fraternité.

J'ai compris alors la fierté de ces hommes pour braver l'inconnu et passer les premiers en terrain vierge.

J'ai imaginé leur bravoure pour dépasser les difficultés des profondeurs dans la poussière, la boue, l'eau parfois glaciale, avec l'obscurité et le danger. J'ai su quel point d'honneur ils mettaient tous pour s'astreindre à apporter au monde la preuve de leur découverte,

 et alors mon désir de film est né.


A partir du récit de mon père, et de quelques camarades du clan de la Verna, je souhaite revenir sur cette expérience sportive et humaine dans le fameux gouffre de la Pierre Saint-Martin.

archives "le Progrès"

Les nombreuses archives pourront montrer comment ces jeunes, qui ne cherchaient que l'aventure avec les copains, se sont trouvés engagés dans une expédition qui deviendra un mythe pour les générations futures.

La passion, qui semble motiver les tempéraments téméraires peut-elle expliquer les exploits les plus fous ?

A quoi va servir le financement ?

Le budget demandé pour ce film d'une vingtaine de minutes est de 2500 €. Cette une première étape dans notre projet.  Il permettra de :

  1. Recueillir les témoignages.
  2. Faire une recherche documentaire et transférer les sources pour le film.
  3. Acheter le matériel nécessaire pour stocker les images.
  4. Payer les frais de déplacements et de tournage.
  5. Monter le film et payer les droits d’auteurs. 
  6. Payer les 8 % à l’équipe d’Ulule  et les frais de contreparties.

Et si notre projet vous enthousiasme et que votre participation dépasse la somme demandée, nous pourrons :

Dès 5500 € : retourner faire des images au site de la Verna, à Saint-Engrace dans le massif de la Pierre Saint Martin et interviewer les spéléos qui en organisent les visites.
Dès 8000 € : ce qui précède et aussi interviewer les habitants «acteurs» de ces expéditions dans ces années-là.
Et à plus de 14 000€ : ce qui précède et aussi filmer  la salle de la Verna, dans des conditions correctes d’éclairage et de prises de vue. 

À propos du porteur de projet

Née en 2004, "Documentaires en Dauphiné", association loi 1901, a pour objet

la mise en relief des initiatives locales par l’image. Elle propose :

la réalisation et la production de :

- films documentaires,

- démos de spectacle

- et l’animation ou la formation autour du documentaire.

Elle favorise les rencontres autour des réalisateurs, et des «acteurs» du documentaire.

Claude Deries, présidente.

Très impliquée dans la démarche documentaire de l’association, je suis de près les projets ; et en particulier celui-ci, qui met en scène, avec ses amis passionnés, un vieil homme particulièrement dynamique et attachant.

Christian Belisson, trésorier 

J’encourage Catherine sur ce nouveau projet qui met en valeur les exploits des pionniers de la spéléologie. Ils nous emmènent dans un univers  de silence et de profondeur, mais aussi au coeur de ce qui nous anime, ce besoin de  découverte et de partage. Je l’accompagne dans sa recherche documentaire et au montage du projet. 

Catherine Epelly, réalisatrice

Ce projet me touche particulièrement. Il me permet de visiter la jeunesse de mon père et de partager son goût pour l’exploration.  

J’ai commencé par faire du montage pour être au cœur du processus de création audiovisuelle. Avec le temps et l’expérience, je réalise mes propres films avec l’appui de quelques professionnels qui m’apportent leur concours et leurs conseils. J’aime partager cette aventure artistique avec les bénévoles de l’association et échanger avec eux au moment de l’écriture et du montage.

Mais, le mieux, pour connaître mon travail, c’est de visionner quelques images des films ou extraits ci-dessous :