BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Précommande du premier album de DIVISION NUIT

Réservez votre copie vinyle ou CD du premier album enregistré par d'anciens membres de RIEN avec Jull et un quatuor à cordes.

À propos du projet

En fidèle défenseur des causes héroïques, et après avoir rendu hommage à des groupes français comme Jacno, The Married Monk ou encore Bernard Estardy, Gonzaï Records annonce aujourd'hui la sortie du premier album de DIVISION NUIT, premier album composé par d'anciens membres du groupe culte RIEN, séparé en 2014, autour de textes écrits par Jull, collaborateur du groupe depuis ses les débuts en 1999. Le tout est un album de 9 morceaux enregistré avec un quatuor à cordes, à la fois poétique, minimaliste et à écouter comme un discret appel à la résistance, d'où qu'elle vienne.

Vingt ans après les débuts du groupe, DIVISION NUIT marque un nouveau départ pour Yugo Solo, Dos.3 et Jull. L'album est disponible dès maintenant en version vinyle (Gonzaï Records) ou CD (via Petrol Chips). Proposé comme toujours en exclu à un tarif sacrément sympa (16 € frais de port compris), le vinyle sera livré chez les souscripteurs avant l'été (soit 3 mois avant sa sortie chez les disquaires).

Quand le groupe Rien s’est suicidé en 2014, et que ses membres se sont évaporés à la suite d’une tournée mondiale qui les aura surtout vu sillonner la France, le commun des mortels a d’abord cru qu’il n’y aurait plus rien après. Refusant de refaire pour redire, les Grenoblois, auteurs de cinq albums dont les trois derniers pensés comme un compte à rebours, avaient prévu de longue date l’autodestruction.

Mais les fans savent depuis longtemps qu’il ne peut y avoir de prédiction sans avenir. Aussi, poussés par l’urgence d’une époque qui appelle à tout sauf à l’introspection, une partie du clan s’est finalement réunie, courant 2018. D’abord silencieusement, à la nuit tombée, comme un comité de résistance puis un peu plus fort, pour des séances studio organisées autour du poète Jull, présent sur les deux premiers albums du groupe, et auteurs de nouveaux textes qui cherchaient, simplement, des costumes à enfiler. Vingt ans pile après les débuts de Rien, aux premières lueurs du jour, un nouveau groupe était né : Division Nuit.

« Sorte de musique de chambre à géométrie variable, dans l’obscurité, comme une chauve-souris virevolte sans jamais se cogner », Division Nuit réunit pour la première fois depuis cinq ans une partie des acteurs historiques de Rien. A la musique, on retrouve Yugo Solo et Dos.3 ; aux manettes, Fred "Brain" Monestier, homme de l'ombre éternel de l'aventure Rien et à la narration de cet album de combat, Jull, inspiré par Camus ou le Capitaine Alexandre (surnom donné à René Char pendant l’Occupation). Musicalement, la seule occupation dont il soit ici question, c’est celle d’un quatuor à cordes irriguant des textes arides évoquant l’armée des ombres de Melville et le terrorisme poétique sur 9 titres « à l’os », comme on dit.



Ce terrorisme poétique, on le retrouve dès le titre d’ouverture L’Appel du soir ; c’est la réunion des vieux compagnons dans le maquis, le calme avant la bataille ; un sentiment de fraternité douloureuse pour ceux qui s’apprêtent à verser leurs sangs dans les tranchées. Celles de Division Nuit sont minérales, ça ruisselle de sentiments entre les cailloux mais sans jamais tomber dans la facilité des évidences. « Dès le début de l’enregistrement, nous avons mis en place un protocole explique Yugo Solo, à savoir : boite à rythmes analogique d’Allemagne de l’est, quatuor à cordes et la voix de Jull. Il fallait rester intraitable là dessus ». Le résultat est un horizon qui peu à peu décolle, comme sur Cellules dormantes, poussé par des violons irlandais inédits pour ceux qui ont suivi le groupe depuis 1999.

Le reste, « c’est un peu de flûte jouée par dessus la jambe, du field recording et une cafetière pour éviter d’être trop chiant ». C’est aussi un album où les ombres d’un lointain souvenir fondent dans l’obscurité. Par les temps qui courent, c’est déjà pas rien. Et comme disait Gainsbourg, rien c'est bien mieux que tout.

A quoi va servir le financement ?

- Le pressage et le mastering de l'édition vinyle à paraître chez Gonzaï Records.
- Les frais d'expédition chez chacun des souscripteurs.

Comme toujours, en prenant le parti de la précommande pour cette réédition, Gonzaï Records fait comme toujours le pari du "direct to fans" en leur proposant un tarif préférentiel pour les récompenser de leur soutien et fidélité.

À propos du porteur de projet

Gonzaï c'est un site de résistance culturelle créé en 2007, c'est aussi depuis 2012 un magazine papier lancé en partenariat avec Ulule (plus de 100.000 € d'abonnements générés en 5 ans) et c'est enfin depuis novembre 2014, en partenariat avec Freaksville Publishing, un label fidèle à la mission que le média s’est donné depuis sa création : réhabiliter et défricher la musique d’hier et d’aujourd’hui, et mettre à l’honneur le travail de groupes oubliés ou passés sous silence.

Ont déjà été signés ou réédités sur Gonzaï Records : Steeple Remove, Marie et les Garçons (réédition LP), Ricky Hollywood, Déficit Budgétaire, San Carol, DR(DR)ONE, "Pole" de Besombes et Rizet (réédition LP), Jacno, Bernard Estardy. Plus d'infos sur Gonzaï Records : http://gonzairecords.com

Share Suivez-nous

FAQ