BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

De l'autre côté des mères

Paroles de femmes avant et après l'accouchement

À propos du projet

Dépassée, dépossédée, submergée… le « congé » ou « repos » de maternité porte mal son nom !

Les difficultés maternelles se résument-elles à un problème psychologique individuel ? Tout se jouerait avant la naissance ? Et après ?

Un manque d’accompagnement ou d’information ? Une question de protocole ou de temps ? Pas assez de structure ou de solidarité ? Et si c'était logique d'être perdue, fragilisée, en apprentissage?

Dans les livres, les magazines, à la télé, sur Internet, on en rit, on en pleure, on en parle…

Mais que manque-t-il à notre société pour une expérience maternelle plus réjouissante?

"Dans nos sociétés occidentales, les besoins des femmes et des nouveaux/nouvelles-né.e.s suite à la naissance sont souvent éclipsés par l’attention portée à la grossesse et à l’accouchement. Pourtant, ces trois premiers mois (parfois appelé quatrième trimestre tant la fusion entre la mère et l’enfant peut être encore présente) constituent une période de transition critique pour les femmes et leur bébé, tant sur le plan physiologique, affectif, que psychologique et social.

Souvent, les femmes se retrouvent confrontées à une multitude de conseils formulés par les médias, en plus du monitoring des professionnel.le.s de la santé et des proches quant à la bonne évolution du bébé. {...} Finalement, au sein d’une société où les solidarités intergénérationnelles et interpersonnelles se détricotent, les jeunes mères se retrouvent souvent seules face à leurs doutes."

Cet extrait de la dernière étude de notre association illustre parfaitement les constats qui nous ont amenées à vouloir faire ce film.

Mais qu'en pensent les femmes elles-mêmes ?

Notre film, "De l'autre côté des mères", leur donne la parole.

"Pour que les mères puissent se réapproprier leur vécu de la maternité et ces difficultés de plus en plus médiatisées : charge mentale, burn out, durée du séjour en maternité…

Pour entendre la diversité de leurs vécus par rapport à l'accueil et à la prise en charge de ce grand passage au sein de notre société

Pour que l’on arrête de faire comme si elles n’avaient plus besoin d’être entourées une fois le bébé né, alors que cette période est probablement l’une des plus intenses en bouleversements émotionnels et que tant est attendu d’elles."

Par des interviews réalisées auprès d'une dizaine de femmes d'horizons divers, avant et après l'accouchement, nous souhaitons sensibiliser voisin.e.s, familles, professionnel.le.s de la santé et de la petite enfance, aux besoins réels des femmes pendant la période périnatale, et en particulier au moment du post partum. Nous comptons sur notre réseau déjà bien large, entre autres nos partenaires dans la périnatalité et la petite enfance pour nous mettre en contact avec les femmes.

Notre objectif est de donner des pistes aux professionnel.le.s, citoyen.ne.s et politiques afin de contribuer à sortir les mères de l'isolement dont la plupart témoignent, en réfléchissant sur l'accueil, les soins et l'accompagnement au sein de notre société.

A quoi va servir le financement ?

Notre petite association de 3 personnes à mi-temps n'a pas de budget pour cette initiative citoyenne qui sort de ses missions habituelles (si ce n'est quelques frais logistiques et administratifs). Or, l'enthousiasme des femmes qui ont réfléchi à ce projet avec notre équipe et l'ont identifié comme porteur du changement qu'elles souhaitent, ne pouvait pas être ainsi bloqué par une question d'argent. Nous nous sommes donc mises à chercher différentes sources de financement, notamment publics. Pour diversifier les apports et parce que ce projet est un projet de solidarité, nous nous sommes aussi tournées vers le financement participatif.

Avec 4000€, nous pouvons démarrer l'aventure du tournage qui s'étendra sur une année environ. 

Si nous atteignons 6000€, nous pouvons garantirune meilleure qualité de prise de vue et de son

Nous aurons ensuite besoin de 5000€ pour un montage complet et de qualité pour un film d'environ 45'.

À propos du porteur de projet

Inscrite dans une démarche d’Education Permanente, notre association analyse les questions de genres, familles et sexualités, et ce de manière transversale à travers diverses formes de publications et de rencontres citoyennes.

La maternité est un thème que nous avons beaucoup débattu et analysé sous différents angles ces dernières années, notamment au sein de la Plate-forme pour promouvoir la santé des femmes. Et c'est avec un petit groupe de citoyennes que Corps écrits a sillonné la Wallonie et Bruxelles pendant 2 ans à la rencontre de services sociaux, d’équipes médicales, d’initiatives citoyennes... pour arriver à la conclusion de la nécessité de faire entendre les femmes concernées à travers ce film!

www.corps-écrits.be

Facebook

Ces citoyennes sont:

Lara Lalman

animatrice et chargée de projets, Corps écrits, Louvain-la-Neuve

Sandrine d’Huart

psychologue et formatrice, Des liens en couleur, Namur

Brigitte Junker

doula, psycho-pédagogue, éducatrice,La profondeur des mères, Feluy

Chantal Poppe

infirmière, doula, Rêves de naissance, Bruxelles