BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Dans les yeux du monde...

Un web documentaire sur les différentes cultures et leurs actualités.

À propos du projet

Grâce à vous, nous allons donner vie à une série documentaire montrant les différentes cultures du monde dans des paysages jamais ou rarement vus. Vous allez découvrir la beauté du monde telle qu’elle est.

Sur le plan technique, chaque saison comprendra plusieurs épisodes qui seront partagés simultanément sur une chaine YouTube, Facebook et sur une chaine privée pour les avant-premières.

Vous découvrirez des paysages hors du commun, des personnes différentes et des émotions inhabituelles. Vous visiterez des pays secrets, des tribus en marge du monde, des séances d’initiation étonnantes, des coutumes particulières, et des rites ancestraux parfois surprenants.

« Dans les yeux du monde… », un documentaire sur le monde actuel.

Quel est le projet ? Actuellement en stage dans la photographie, je suis passionnée par l’écriture, les films et les voyages. J’ai décidé de me lancer cette année dans une aventure documentaire à Haïti, en Afrique et en Asie. Mon projet consiste à réaliser ma première Websérie documentaire d’une durée de 45 minutes traitant la situation qui se passe à Haïti, mais aussi dans le reste du monde, et pouvoir faire un circuit sous différentes cultures à la rencontre de la population et les suivre dans la vie de tous les jours. Notre premier sujet documentaire commence à Haïti.

Pourquoi commencer par Haïti ? Haïti est un pays caribéen situé sur l’ile d’Hispaniola, un territoire qu’il partage avec la République dominicaine à l’est. Bien que le séisme de 2010 ait laissé des traces encore visibles, d’où le titre du premier reportage : Que devient Haïti après le séisme de 2010 ?

Où sont en effet passés les dons que Haïti devait recevoir pour se reconstruire ?

Je vais interroger des membres du gouvernement pour demander plus d’explications, savoir la vérité. Mais où diable est passé l’argent de la reconstruction ? Comment se fait-il qu’on trouve des dons de plusieurs centaines milliers d’euros pour la reconstruction, mais que seulement 4 maisons ont été construites. Bref ! Je vais toucher là où ça pique parce que je suis révoltée de voir autant de misère aujourd’hui et que soient délaissés tous ces gens alors qu’ils ne demandent qu’à vivre dans des conditions honorables, et qu’ils n’ont besoin que d’une aide 400 € juste pour se construire une maison. J’avais déjà fait un premier voyage en 2012 et j’avais découvert beaucoup de pauvreté. Le gouvernement ne faisait rien pour pouvoir sortir ses citoyens de cette misère noire.

Je vais à la rencontre de personnes pour les regarder vivre au quotidien et découvrir comment ils arrivent à survivre, qu’ils soient commerçants, agriculteur, ou des personnes en recherche d’emploi. Je vais les interroger sur le quotidien de leur vie de Haïtiens. Je vais aussi aller à la rencontre de prêtres vaudous pour qu’ils m’expliquent leur religion, et ce que cela rapporte à la communauté haïtienne.

À travers de nombreux sujets comme le sport, la musique, le cinéma, la religion, ou le travail… l’objectif consiste à réaliser un documentaire décalé et esthétique qui donnera la parole à cette génération qui a réussi à survivre au tremblement de terre. Le premier documentaire comportera une série de portraits de la situation actuelle du pays, de leurs désirs, et leur vision de l’avenir.

Nous allons visiter l’envers du décor d’autres pays comme Cuba, le Costa Rica, la Guadeloupe, le Bénin, le Sénégal, le Mali, Ghana, le Togo, les deux Congo (Brazzaville et Kinshasa.), Bali, la Chine, l’Inde, et bien d’autres endroits selon différents thèmes.

Le premier tournage ? Je vais passer un mois à Haïti, dès le 25 mars 2018, où je vais travailler bénévolement dans un centre de presse qui va m’aider à obtenir des accès comme journaliste, ce qui me permettra de réaliser un documentaire en continu et reposant sur des sujets fixes et concrets. Je pourrais par la suite me rendre au Bénin et comparer avec les coutumes ancestrales des Haïtiens qui partent au Bénin, au Togo, au Nigeria et au Sénégal.

Je vais créer durant un mois un lien de confiance avec les Haïtiens et les suivre au quotidien. J’essayerai de couvrir une vaste portion de ce pays pour rencontrer des jeunes de différents milieux. Les 3 semaines suivantes serviront à réaliser le plus gros travail : le montage. Vous pourrez me suivre durant tout ce temps sur les pages des réseaux sociaux où je viendrai faire de petits coucous et des apparitions pour mes contributeurs.

Jour 1 : départ de Paris (France) pour Port-au-Prince (Haïti). 8 h de vol.

Jour 2 : premier jour au centre de presse. Planification et organisation des entretiens.

Jours 3 à 5 : entretien avec 3 autochtones sur leurs conditions de vie.

Jour 6 : passage à la cité Soleil de Port-au-Prince.

Jour 7 : visite à l’orphelinat de Port-au-Prince et cadeaux aux enfants. Entretiens avec les nounous pour comprendre comment elles arrivent à entretenir les enfants malgré la pénurie.

Jour 8 : Casale (sur la route de Cabaret-Cazale). Visite et entretiens avec les habitants sur le thème de leur histoire et du métissage.

Jour 9 : aide au centre de presse consistant en un archivage papier et numérique.

Jours 10 à 13 : Cap-Haïtien. Visite des lieux de culte, bassin de Saint-Jacques et lac Limonade.

Jour 14 : entretien avec des hommes politiques et rencontre avec le président sauf imprévu de dernières minutes.

Jour 15 : Jacmel, un nouveau lieu touristique loin des bidonvilles. Mise en valeur du pays.

Jour 16 : rencontre avec l’un des partisans de l’ancien président Michel Martelly.

Jours 17 à 18 : rencontre avec plusieurs prêtres catholiques et vaudous sur le thème de la religion et du peuple haïtien.

Jours 19 à 20 : rencontre avec les responsables des aides humanitaires telles La Croix-Rouge et Médecins sans frontières.

Jours 21 à 24 : captation du paysage pour obtenir le plus d’images possible des lieux.

Jours 25 à 29 : tournage dans une école pour donner la parole aux enfants de 6 à 18 ans.

Jour 30 : départ de Port-au-Prince (Haïti) pour Paris (France). 11 h de vol.

Le documentaire sera ensuite monté en postproduction dès notre retour avec l’équipe de montage, de mixage et d’étalonnage.

L’objectif de la première saison sera alors atteint.

Nous préparerons ensuite les sujets suivants en prenant en compte les objectifs réalisés.

A quoi va servir le financement ?

Vous allez participer au financement d’un projet grandiose : réaliser une série documentaire sur le monde actuel.

Son tournage vidéo nécessite énormément de moyens que ce soit pour l’image, la lumière, et le son. Je possède déjà du matériel professionnel, et léger qui me permettra de le transporter dans mon sac à dos. J’aurais besoin d’une caméra drone (une caméra volante) pour obtenir des images plus larges et de haute qualité pour mieux appréhender une meilleure vue d’ensemble du paysage.

Cela paye :

  • les demandes de visa ;
  • le transport sur place et les billets d’avion ;
  • les frais d’hébergement et d’alimentation chaque fois qu’il sera impossible de dormir chez l’habitant ;
  • le matériel média : appareils photo, caméra, communication 3G… ;
  • les frais médicaux et de secours : trousse médicale d’urgence, assurance médicale ;
  • le rédacteur des dialogues de la voix off ;
  • le transcodage puis le dérushage des images tournées ;
  • l’enregistrement de la voix off en studio ;
  • le montage des images ;
  • le mixage du son ;
  • l’étalonnage colorimétrique ;
  • les frais de communication et d’envois postaux ;
  • un guide et traducteur sur place.
  • les frais de gestion du site participatif Ulule.


 Cela permet la réalisation de la première saison documentaire au complet avec plus de moyens, et la création de books photo inédits en téléchargement.

La réalisation de la deuxième saison documentaire devient possible.

Et d’autres surprises que nous pourrons ajouter une fois ce palier atteint.

Nous voulons en effet trouver les meilleures contreparties pour satisfaire nos contributeurs.

Le projet prend de l’ampleur. Cela permet de financer la création de tous les books photo inédits et DVD sur l’Asie, l’Afrique, et les Caraïbes durant les 3 saisons.

Et d’autres surprises que nous pourrons ajouter une fois ce palier atteint.

Nous voulons en effet trouver les meilleures contreparties pour satisfaire nos contributeurs.

Les donateurs apparaitront dans les remerciements des génériques, et les plus gros donateurs recevront des objets artisanaux et des tableaux exclusifs d’artiste, des books photo, des DVD, et des coffrets cadeaux créés lors de la première saison et, en exclusivité : des liqueurs artisanales en différents parfums, ainsi qu’une liqueur à l’or 24 carats en édition limitée.

Vous recevrez tous des courriels de gratitude et des cartes postales postées depuis l’autre bout du monde.

Retrouvez le détail des contreparties sur la droite de cette page.

À propos du porteur de projet

L’équipe de vidéo blogueur (vlogger) se compose de 9 personnes. Deux travaillent directement sur le terrain, et les autres restent en France pour assurer la logistique.

Je m’appelle Aishayna. Je suis l’initiatrice du projet

J’ai déjà réalisé de nombreux voyages en Amérique du Sud, au Bénin, et dans bien d’autres pays. Après avoir vu autant de merveilles dans tant d’endroits si différents, j’ai souhaité vous faire partager ces moments uniques à travers un nouveau circuit filmé en Haïti puis en Afrique.

Durant tous mes voyages, j’ai rencontré des gens de toutes sortes, des jeunes et des moins jeunes qui parcourent le monde en recherche d’énergie ou de savoir. Je veux vous montrer ce que les médias n’arriveront jamais à vous montrer. Je vais vous montrer la réalité du terrain, la culture propre à chaque ethnie, les bons et les mauvais côtés des choses, et, pour finir, je vais vous faire partager les bons plans et les bonnes adresses

C’est le caméraman. Journaliste de formation, âgé de 30 ans, avec 9 ans d’expérience, Junior Darius-Aja est le plus souvent mon équipier.

Il s’occupe des plannings, de l’analyse, et de la qualité des images à transférer à l’équipe logistique.

Vous pourrez bien évidemment continuer à suivre notre aventure en direct sur les réseaux sociaux.

Vous serez plongés au cœur de cette aventure documentaire comme si vous y étiez !