Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

dance for change

Un documentaire sur la danse contemporaine en Afrique

À propos du projet

Dance for change, c'est un projet documentaire née d'une rencontre entre Cécile Thery, danseuse et Hélène Poté, cadreuse et réalisatrice. Une envie de partager et de mettre en lumière des artistes passionnés et passionnants, des corps dansant, des réflexions sur l'art et sur la vie ... La vie de chorégraphe africain au milieu d'un monde qui bouge ... et qui peine parfois à garder l'équilibre!

Dance for change c'est le portait de six artistes de pays différents qui se montrent comme empreints du même besoin d’expression et de mouvement. On entre dans l'intimité de leur travail et de leur démarche artistique. Tous expriment un rapport particulier et personnel au monde qui les entoure, la puissance de leur énergie en réponse à la violence des contextes socio-politiques dans lesquels ils évoluent.

Dance for change, c'est aussi un voyage du BurkinaFaso au Congo, du Nigéria au Tchad en passant par l'Afrique du Sud et le Cameroun, qui nous emmène à la rencontre de ces danseurs engagés qui luttent pour être acteurs du monde dans lequel ils vivent.

Touchées par l'énergie des artistes et le foisonnement de leurs propositions artistiques, nous voulons partager et faire découvrir cette créativité à travers les portraits intimistes de six d'entre eux.

DÉJA RÉALISÉ :

Hyper motivées, nous nous sommes déja engagées bénévolement sur un premier tournage de 15 jours, au Cameroun. Caméra, pieds, micros, anti-moustiques, crème solaire, lunettes de soleil et claquettes, nous étions au top de l'équipement pour suivre la création d'un duo entre deux des artistes que nous suivons : Michèle Ndjongui et Sigué Sayouba lors du festival Abok N'Goma à Yaoundé, un des plateaux du festival "Danse, l'Afrique danse" (www.institutfrancais.com/fr/afrique-et-caraibes-en-creations/danse-lafrique-danse).  Nous avons filmé un premier portrait de la danseuse camerounaise : ses choix artistiques, son combat de femme, ses projets ...

Aussi, ces images nous ont permis de réaliser le trailer de présentation du projet.

QUI, QUAND, QUOI ?

Pour réaliser le documentaire, nous irons à la rencontre de six artistes dans leurs pays respectifs, en 2015. (Cameroun, c'est fait, on a environ 45h de rush, y'a plus qu'à faire le tri ! ... il nous reste 5 artistes, 5 pays) C'est vrai le projet est ambitieux mais on est convaincues qu'il est intéressant artistiquement et humainement.

L’équipe sur place est composée de 2 personnes :

- Hélène Poté, cadreuse et réalisatrice

- Cécile Thery, danseuse, réalisatrice et assistante son

Le projet documentaire « dance for change » (titre provisoire) a pour but de présenter le travail et la démarche de six artistes chorégraphes et danseurs qui font vivre la danse contemporaine sur le continent africain aujourd'hui.

Sigué retient l’attention par sa présence sur scène et sa physicalité. Le chorégraphe navigue entre la France et le Burkina-Faso avec sa compagnie Téguéré. Il jongle ainsi entre ses propres créations et son travail d’interprète avec d’autres compagnies africaines et européennes (Cie Serge Aimé Coulibaly entre autres). Il aime s'investir sans demi-mesure dans des univers variés. 

Cette jeune chorégraphe interpelle d'abord par son énergie. Puis on découvre son engagement fort, quitte à laisser sa vie privée de côté, c'est une artiste et une femme qui a pris son destin en main. Michèle cherche à mettre tout en oeuvre pour développer son art malgré la précarité des danseurs de Yaoundé.

Pendant plus de 10 ans, Qudus a été interprète dans le milieu chorégraphique à Lagos . Il fait partie de la nouvelle génération de créateurs prenant naissance en Afrique. Qudus est un penseur qui aime se questionner sur la tragédie humaine. Cet artiste est connu pour ses réflexions et analyses du monde en général et l’art contemporain en particulier.

Sa démarche créative et ses inspirations sociales et politiques font de Delavallet un personnage captivant. Ce chorégraphe, engagé, fait partie des pionniers qui portent la danse contemporaine au Congo-Brazzaville. Aujourd’hui, il y développe le projet de construction du premier lieu dédié à la création artistique, une façon d’affirmer et d’aller plus loin dans son combat pour soutenir la création et l’émergence des projets artistiques dans un pays où les politiques culturelles sont quasi inexistantes.

Yaya est un jeune artiste qui développe sa créativité à Ndjamena, dans un pays où la danse contemporaine n'existe que depuis quelques années, où les femmes ne sont pas encore autorisées à se professionnaliser. Il créé une démarche singulière entre danse traditionnelle et vocabulaire contemporain.

Mamela Nyamza(Afrique du Sud) Nous avons pris contact avec cette artiste, nous sommes en attente de précisions pour organiser les tournages avec elle.

" (...) sur un continent en guerre, qui meurt de faim, aux prises avec le sida, comment peut-on placer la création contemporaine sur la liste des priorités, comment peut-on faire accepter la culture comme un droit fondamentale? Ce discours stéréotypé et rabattu a révélé son impuissance à combattre les maux d'Afrique. Il y a urgence à placer la culture, source de liberté, au centre des programmes de développement. Dans cette perspective, les hommes et les femmes de la danse sont dans la situation "de l'enfant qui monte sur les épaules des aînés pour voir plus loin qu'eux." Il va falloir les écouter."

Salia Sanou, chorégraphe burkinabé

À quoi va servir le financement ?

Participer au financement du projet, c'est donc participer à la (re)connaissance d'une histoire qui est encore en marche.

A QUOI SERVIRONT VOS GENEREUSES PARTICIPATIONS ?

Pour réaliser ce documentaire, nous aurons besoin d'effectuer 5 autres voyages. On a déja cassé notre tirelire, un financement personnel de 2000 euros nous a permis de réaliser le tournage au Cameroun. La collecte nous permettra de financer nos deux prochains voyages pour rencontrer les artistes dans leur quotidien et leur travail artistique.

- Congo Brazzaville, pour suivre Bidiefono Delavallet : 1900 euros, (A/R + frais visas)

- Burkina Faso, Ouagadougou, pour suivre Sigué Sayouba : 1200 euros, (A/R + frais visas)

Total: 3100 euros (+8% de commission de la plate forme)= 3348 euros

Au delà de cette somme, l'argent servira à financer les autres voyages :

- Nigeria, Lagos, pour suivre le travail de Qudus Onikeku

- Tchad, Ndjamena, avec Yaya Sarria

- et l'Afrique du Sud

Concernant les autres frais, nous travaillerons avec une société de production (recherche et contact en cours) afin de réunir les financements nécessaires :

- Frais sur place (hébergement, déplacement...)

- Achats et location de matériel son et vidéo

- Salaires

À propos du porteur de projet

Alors, à la question que certains se posent déjà :

«Pourquoi deux blanches veulent-elles faire un film sur les danses contemporaine en Afrique ?», quelques précisions …

- «Pour avoir plein de subventions !?» : Apparemment être blanc quand on choisit de tourner sur le continent africain, ça n'aide pas ... choisir un sujet culturel non plus !

- «Parce que l'Afrique, la danse ... c'est exotique ?» En réalité, on est déjà entourées d'artistes africains ici à Lyon, même que Cécile c'est son boulot !!

- «Pour profiter de faire plein de voyages ?» Ok c'est vrai on aime voyager ... mais là, c'est plutôt un problème, oui car pour ça, il faut de l'argent !

- «Pour se la couler douce au soleil ?» Faut pas croire, mais suivre le quotidien des artistes, c'est pas de tout repos !

Pourquoi alors ? La petite histoire :

Cécile a découvert l'univers de la danse il y a 15 ans, au milieu des montagnes grenobloises. Et pas n'importe quelle danse, les danses mandingues. Pour les novices, ce sont les danses d'Afrique de l'ouest. Très rapidement, elle se retrouve au Burkina Faso, en plein stage avec le Ballet National et se forme aux danses traditionnelles, au « Pays des hommes intègres » mais aussi au Mali (www.donkoseko.com), au Sénégal (www.jantbi.org), en Côte d'Ivoire ... Elle fonde une association, «Temps Kono», et décide de partager sa découverte du monde de la danse en Afrique en créant des événements artistiques et en invitant des artistes de pays différents. Lors de ses voyages en Afrique, elle assiste à de nombreux festivals et découvre l'essor de la danse contemporaine sur le continent. Elle est impressionnée par la motivation et l'engagement des jeunes artistes dans des conditions souvent difficiles (elle s'est cassée les genoux avec eux sur le ciment de la salle de répétition du CENASA à Ouagadougou !), et où il est souvent compliqué de justifier son choix professionnel quand la danse est culturellement un acte collectif et social.

Et puis, il y a une rencontre avec Hélène au cours de danse de Cécile. Hélène est réalisatrice. Elle aime découvrir, écouter, filmer l'intimité, le personnel, elle aime les images, les couleurs, les gens, la danse … Elle s’investit essentiellement sur des projets documentaires et s’intéresse particulièrement aux thématiques de société. Actuellement, elle travaille en co-réalisation sur la post production d’un film, « Le Verrou », dont le sujet est le corps et la place des femmes en Tunisie.

Alors évidemment d'échange en discussion, de thé en bière ... un grand projet nait !

On est à nous deux passionnées par la danse, les voyages, les rencontres, les échanges. On aurait aimé faire le tour de l'Afrique pour rencontrer tous les artistes qui nous ont touchées mais voila, on a préféré rester réaliste et nous arrêter sur 6 d'entre eux, avec chacun leur particularité. Et on sait jamais, si on y arrive, on se motivera peut être pour la suite!

Quand nous avons commencé nos recherches, nous avons constaté que la danse contemporaine africaine était encore peu connue, et nous n'avons trouvé pratiquement aucun documentaire sur ce sujet … alors que nous rencontrons des artistes talentueux et passionnants !

Alors à travers ce projet documentaire … et grâce à vous … vous pourrez en découvrir quelques uns … !