BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Cultures en Cultures

Un maraîcher et un jardin agro-écologique à proximité de Reims offrant un lieu de vie et d'expression culturelle.

À propos du projet

Cultures en Cultures est une association à but non lucratif qui cherche à développer une culture maraîchère responsable à travers les modèles de l’agroécologie et de la permaculture, tout en offrant un lieu de vie et d'expressions culturelles sous toutes leurs formes.

Nous sommes situés dans l'Aisne à Berry-au-bac, à proximité de la Marne et de Reims 

☛ Cultures en Cultures est bien plus qu'une ferme ! Nous voulons promouvoir et soutenir les projets des jeunes talents ( théâtre, littérature, musique, jeux, ...) de notre région et des régions limitrophes. Nous espérons bientôt vous proposer nos légumes et nos spectacles.

L’action de Cultures en Cultures s’inscrit dans un autre but : une transition vers un emploi durable et local.

Parce que la culture ne rayonne qu'à travers la culture !!!

plus d'images sur notre facebook

À quoi va servir le financement ?

Cultures en Cultures a une stratégie claire pour la mise en place de son écologie, 
il s'agit d'une synergie mettant en jeu le plus d'acteurs de bio-diversité possible, mais cela autour de l'activité humaine. 



Je vous invite à visiter notre blog pour en savoir plus!

Et c'est là que vous rentrez en jeu ! 

Cultures en Cultures est souvent décrit comme un projet fou, mais c'est surtout une association de passionnés qui montent cela depuis bientôt 1 an. Et comme toute association, elle n'a d'existence et de substistance qu'à travers les individus qui lui font confiance, la font vivre (de par leur présence) et la soutiennent. 

Actuellement, nous avons investi pas mal d'argent pour mettre en place le minimum vital. C'est à dire un terrain capable de supporter notre activité, et le matériel capable de lancer la culture maraîchère. Cela sonne pour nous le début de l'activité associative et donc une perspective de rentrée d'argent. Et il en faudra !  😝 Cependant, nous sommes un peu court et devrons certainement sacrifier (la première année) nombreuses choses qui nous seraient utiles. Mais il y a certaines choses dont on aimerait éviter de se passer (pour la bonne marche de l'activité). Il s'agit de :

  1. 🔋 l'autonomie énergétique. Avoir deux réseaux électriques, primaire et secondaire, capables de répondre aux besoins de puissance ou au drain continu de nos appareils. Le primaire serait spécialisé dans le drain d'énergie et donc dans une production quasi continue. Il ne pourra pas délivrer de grande puissance mais permettra à l'association de se doter de réfrigérateurs ! Le circuit secondaire permettra de se passer de groupe électrogène à essence et de gaz pour l'utilisation de matériel de production (pompes, scie ...) et nous permettra d'avoir des appareils domestiques tels qu'un four. L'électricité est aussi très importante pour l'organisation d'événements. Et si elle est peu bruyante et écologique, c'est encore mieux ! 
  2. 🌞 Un mur radiatif pour une future serre bioclimatique. L'objectif principal est ici de financer des briques (pleines). Elles sont capables de chauffer et stocker de la chaleur le jour, en chauffant au soleil, pour la restituer ensuite la nuit. Un tel édifice, même si il n'est pas encore recouvert tel une serre chaude, nous permettra de produire toute l'année et ainsi s'assurer d'une certaine constance auprès de nos intermédiaires et distributeurs. 
  • Notez que ce mur sera adossé à un futur édifice qui comprendra nos sanitaires, notre local technique et notre zone fraiche de stockage. Cet édifice est notre priorité mais nous avons un peu d'argent de coté pour le faire.

Dimentionnement, fournitures et le chiffrage 😀

🠶 Circuit primaire 🗲450W 🔋180Ah 12Vx48A = 576W en crête. 

Ici, il faut imaginer un drain continu sur 24h là où, en moyenne, nous ne produisons que la moitié du temps. Ici, cela représente deux réfrigérateurs de 60L.  Nous espérons aussi utiliser ce circuit pour y greffer un réseau de micro-pompes pour la manutention d'eau sur des débits très faibles mais continus.

  • 555 € = 3x panneau solaire 150W monocristallin (les plus adaptés à la région). 
  • 500 € = 2x bat. Victron gel, à décharge profonde ; bonne constance du débit, bonne durée de vie. 
  • . 40 € = 1x contrôleur de charge

🠶 Circuit secondaire 🗲150W 🔋180Ah ☇ 240Vx13A ; 6000W crête, 3000W standard

Cas inverse du circuit primaire. Il faut imaginer de gros pics de courant sur des temps courts, 1500W par là, 4000W par ci. Ce sont les pompes (manutention de l'eau) qui demandent le plus de puissance au démarrage d'où la nécessité d'une crête à 6000W. Nous avons besoin de batteries capables de délivrer de telle puissance. Hors seules les batteries au plomb ou l'équivalent en sont capables, il s'agit ici d'une batterie de camion (oui carrement). Le coté polluant est contrebalancé par les chaines de recyclage et le fait qu'il s'agit ici d'un élement exceptionnel et incontournable.

  • 185 € = 1x panneau solaire 150W monocristallin (les plus adaptés à la région). 
  • 200 € = 1x bat. Plomb pour camion (seule capable de délibrer une grosse puissance pour le matériel de production) 
  • 280 € = 1x convertisseur 12V ~ 220/240V ~ 3000W ; 6000W crête. 
  • . 40 € = 1x contrôleur de charge

🠶 +100 € de matériel complémentaire (fil, pinces ...)
🠶 +154 € de commission Ulule. (estimation)
🠶 Nous avons déjà acheté sur nos fonds une partie du matériel (pour effectuer des tests) soit environ 550€ à déduire

🠶 Le mur radiatif. 680 briques. environ 400€. 

Pourquoi le solaire ?

Au sujet de l'énergie, deux technologies s'offraient à nous : le solaire ou l'éolien. Nous avons choisi le solaire pour plusieurs raisons : 
- Sa constance dans le bilan prévisionnel. Cela permet de limiter le nombre de batteries et de mieux prévoir certaines utilisations. Surtout avec les progrès actuels dans le domaine du solaire. 
- Sa facilité de mise en oeuvre et donc son coût d'installation. Il faut comprendre qu'une éolienne doit être mise en hauteur et, au coût d'achat de la turbine, s'ajoute celui du mât et des fixations. Et je ne parle pas encore de la problématique du travail en hauteur ...
- L'éolien fonctionne dans des plages de vent bien spécifiques, il est mal adapté aux vents constatés sur le terrain. Chez nous les vents sont chaotiques. En réalité, l'éolien serait parfait pour une production moyenne, sur quelques milliers de Watts. Ce qui n'est pas encore à notre portée. 
- Les coûts des deux technologies sont semblables, mais l'éolien a vite des frais complémentaires.
- Il est plus simple de rajouter 1 ou 2 panneaux solaires lorsque le besoin s'en fait sentir qu'une nouvelle éolienne. On a donc une meilleure maitrise entre production et consommation avec le solaire. 

Sur le terrain, nous avons une éolienne en panne, haute de 12m. Nous avions pour idée initiale de la restaurer, mais cela sera pour plus tard car le temps et l'argent nous manqueraient pour une entreprise aussi risquée. Surtout qu'il faut le matériel pour le travail en hauteur  ... 12m, c'est haut !

À propos du porteur de projet

Je suis Laurent, l'un des membres fondateurs et président de Cultures en Cultures. Suite à mes expériences et à celles de mes camarades, nous nous sommes réunis autour d'un projet innovant et complet. Complet dans l'art et le spectacle, mais aussi dans les nouvelles technologies ; deux secteurs dans lesquels j'ai pu longuement travailler. Complet également grâce à son apport agricole et artisanal, son apport technique et sociétal apporté par toute l'équipe. L'association Cultures en Cultures était une utopie. Elle s'est rapidement transformée en rêve. Bientôt, grâce à vous, ce sera une réalité … Merci à tout ceux qui soutiennent ce magnifique projet !!!