Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Cuisine et Restrictions d'Édouard de Pomiane

Un livre de cuisine pas comme les autres

À propos du projet

Participez à la redécouverte du best-seller de l'année 1940, un livre de cuisine pas comme les autres où un scientifique-gastronome propose une vision novatrice de l'alimentation et de la préparation des aliments !

Début 1940, alors que la France est en guerre, le principe du rationnement alimentaire est avancé. Et c’est au mois d’août de la même année (alors que le pays a capitulé) qu’on voit la mise en place des cartes de rationnement et des tickets d’alimentations. Commence pour la population une période de restrictions dont la dureté ira en s’amplifiant au fil des ans.

Scientifique et chercheur à l’Institut Pasteur, mais aussi grand gastronome et animateur de chroniques culinaires très suivies sur la TSF, Édouard de Pomiane sort dès 1940 un ouvrage étonnant où il se propose de venir en aide aux Français touchés par le rationnement alimentaire. Au menu, des conseils diététiques, sanitaires, culinaires et de nombreuses recettes.

Cet ouvrage, c’est Cuisine et restrictions, que nous nous proposons de publier aujourd’hui. 

Pourquoi cette réédition ?

  • Cet ouvrage, jamais réédité, fut un des plus grands succès de librairie de l’époque.
  • Il offre un éclairage original, inattendu, sur les conditions de vie des Français dans les premier temps de la Seconde Guerre mondiale.
  • On y redécouvre un auteur original, au style clair et vivant, célèbre en son temps et injustement oublié, dont on imagine qu’il serait, aujourd’hui, un habitué des plateaux de télévision.
  • C’est un livre moderne et actuel, avec des conseils et des recettes qui entrent en résonnance avec les préoccupations de notre époque ; il met notamment l’accent sur la diététique, les techniques culinaires, la récupération des déchets et la lutte contre le gaspillage. Et certains “ légumes oubliés ”, comme le rutabaga ou le topinambour, redécouverts depuis quelques années, sont évidemment présents.
  • L’auteur présente aussi sa « gastrotechnie », véritable science culinaire tournant autour des techniques culinaires et de la réaction des aliments et de leurs composants chimiques, qui a inspiré les inventeurs de la cuisine moléculaire, notamment Hervé This, et par la suite des chefs comme Thierry Marx ou Ferran Adrià.

Nous pensons donc que ce « livre de cuisine » singulier mérite à plus d’un titre de retrouver le chemin des librairies. Il sera augmenté d’une préface qui resituera l’ouvrage en rappelant notamment le contexte de sa parution et le détail des restrictions imposées aux Français. Elle proposera aussi une présentation de l’auteur. 

Le livre paraîtra en librairie le 13 octobre 2016

Il fera 192 pages, sera tiré à 1 750 exemplaires et sera vendu 12 €

L’auteur

Né Édouard Pozerski, de parents polonais réfugiés en France, Édouard de Pomiane (1875 - 1964) a vu le jour à Paris. Passé par l’École Polonaise du quartier de Batignolles, il était docteur en médecine et chef de service à l'Institut Pasteur (il a mené des recherches sur la flore intestinale, la digestion ou la bactériologie – il a reçu plusieurs prix). C’était aussi, entre autre passions, un éminent gastronome. Il fut dès la fin des années 1920 connu du grand public grâce aux chroniques culinaires qu’il animait à la TSF. On lui doit de nombreux ouvrages de cuisine, traduits pour certains à l’étranger, qui trouvèrent un large public grâce à la plume vive de l’auteur, son ton souvent malicieux, son esprit curieux et son approche quasi-scientifique de la cuisine. Quelques titres : Bien manger pour bien vivreRadio-CuisineLa Cuisine en six leçonsLa Cuisine en dix minutesVingt plats qui donnent la goutte, etc.

À quoi va servir le financement ?

• Les précommandes vont permettre de payer la conception de la couverture, la maquette intérieure, l’impression, les goodies et les frais divers (enveloppes, poste et service de presse). Comme nous mettons un point d'honneur à travailler avec des imprimeurs français, les tarifs sont un peu plus élevés que la moyenne. Nos livres sont imprimés sur un papier de qualité (Münken print white 80 g) et façonnés avec soin (dos carré collé avec couture et rabats). Les contributeurs d'Ulule vont nous permettre de conserver cette exigence.

Où nous en sommes pour l'instant : le texte original a été retranscrit sur un fichier Word. Il est en cours de relecture. Il sera ensuite confié au maquettiste (qui travaille déjà à la couverture) pour la mise en page. Nous avons lancé plusieurs demande de devis à des imprimeurs et attendons encore une réponse avant de faire notre choix.

• Pour nous, passer par le financement participatif est une façon d'assurer une nouvelle régularité à notre rythme de parution (2 livres par an pour commencer), mais aussi de toucher plus directement nos lecteurs - tout en conservant évidemment une diffusion traditionnelle en librairie. C'est une étape nouvelle, excitante, avec pour le futur de nombreux projets de livres, rééditions ou non, marqués au sceau d'une certaine singularité. 

À propos du porteur de projet

Créé en 2009, l'éditeur singulier a publié sept ouvrages :

Quelques portraits de dandys, d’Eugène Marsan

“ Délicieux ” (Bernard Quiriny, Chronicart)

•••

Chroniques du dance floor, de Didier Lestrade

“ Didier Lestrade est le père français de dance critics ” (Olivier Pernot, Trax) - “ La house n'a jamais été aussi belle que sous sa plume ” (Alexis Bernier, Tsugi) - “ Les Chroniques racontent comment la house a changé nos vies “ (Benoît Sabatier, Technikart) - “ Une bible pour tous ceux qui aiment danser la nuit. Mais aussi ceux qui veulent en savoir plus sur les années 90” (Patrick Thévenin, Grazia)

•••

Second manifeste camp, de Patrick Mauriès

“ Un sustrat stylé et composite des seventies ” (Élisabeth Philippe, Les Inrockuptibles) - “ Un objet littéraire ” (Élisabeth Quin, Madame Figaro) - “ Un livre culte ” (Didier Pourquery, Le Monde) - “ Une réédition aussi bienheureuse qu'audacieuse ” (Aliexandre Fillon, Livres Hebdo)

•••

Revue singulière

(avec des textes et images de Jean Touitou, Eva Truffaut,Guillaume Serp, Émile Tardieu, Louise Ebel, Joseph Ghosn, Olivier Benyahya, François Appas, André Maurois, Pierre de Régnier, Frédéric Berthet, Patrick Mauriès, Tracey Thorn, Marc Johns)

” Brillant ” (Patrick Thévenin, Grazia) - “J’ai eu beaucoup de plaisir à lire la Revue singulière ” (Thomas Clerc, France Culture)

•••

Les Chérubins électriques, de Guillaume Serp

“ Il fallait bien un éditeur singulier pour qu'un tel visage refasse surface aujourd'hui ” (Agnès Gayraud, Philosophie Magazine) - “ On y sent, encapsulé et synthétisé, l'esprit d'une époque désespérée, celle des transitions” (Philippe Azoury, Obsession) - « Si vous aimez Bret Easton Ellis et les Stinky Toys, foncez ! » (Jérémie Couston, Télérama) « Stylé, mordant, incarné... » (Christophe Ono-dit-biot, France Culture) « Un livre crépusculaire qui brille encore de mille feux » (Françoise-Marie Santucci, Next / Libération) « Il y a une grâce pour ces oeuvres de la jeunesse et du tragique » (Étienne de Montety, Le Figaro) « Chronique du temps qui lasse, ce roman a la beauté et les excès d'une ultime fête » (Élisabeth Philippe, Les Inrockuptibles)

•••

Écarlate, de Christine Pawlowska

Le Grand Meaulnes réécrit par Violette Leduc ” (Olivier Mony, Livres Hebdo) - “ On espère sincèrement faire partager au plus grand nombre notre passion pour ce livre, éminemment attachant, et singulier à plus d'un titre ” (Olivier Barrot, Un Livre, un Jour) - “ Le récit tranchant, limpide, d'une adolescence exaltée ” (Marguerite Baux, Grazia) - “ Un petit livre sensuel, sauvage et pur ” (Marc Bertin, Sud-Ouest Dimanche)

Lazar, d’Olivier Benyahya

“ Aux amateurs de Burroughs, on conseillera de prendre une chambre rue Gît-le-Coeur : enfermez-vous, levez-vous et lisez Lazar ” (Louis-Henri de La Rochefoucauld, Technikart)

blog

boutique

facebook

site

tumblr