BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

COURT-METRAGE « MAMAN DOUCE »

Une première fiction par Juliet Béléteau

À propos du projet

I. Présentation du projet

Tristan CHARRON, producteur du court-métrage et moi-même, Juliet BELETEAU, auteure-réalisatrice, nous sommes rencontrés il y a deux ans sur le tournage du format court France Télévisions « Vestiaires ».

Au fil du temps et après lecture de certains de mes scénarios, nous avons éprouvé le désir de travailler ensemble sur un court-métrage de fiction. Ainsi, j’ai proposé mon scénario MAMAN DOUCE à Tristan, que j’ai écrit « sur mesure » dans la recherche d’un sujet simple, abordable par tous et qui nous permettrait de faire un premier film dans le souci d’une économie restreinte.

 

II. Pitch

Astrid, une bachelière originaire du Bassin d’Arcachon apprend qu’elle est admise à Sciences Po Paris. Elle doit organiser sa nouvelle vie tout en réalisant ce qu’elle va laisser derrière elle.

 

III. Les intentions

MAMAN DOUCE est un film « tranche de vie » d’une durée estimée de 13 minutes.

Lorsque j’ai pris ma plume et commencé à chercher une idée pour réaliser un premier film, il m’a paru évident de raconter une histoire qui se déroulerait sur le Bassin d’Arcachon, la terre où j’ai grandi. Ce choix de décor a pris d’autant plus de sens lorsque j’ai trouvé mon sujet : le départ et la séparation d’une mère et sa fille. Mon attachement à ce lieu s’est indéniablement retraduit à travers mon écriture et dans les difficultés que rencontre mon personnage principal Astrid.

J’ai choisi de traiter dans mon film du passage entre le secondaire et les études supérieures, une époque qui selon moi représente un moment charnière de la vie de l’adolescent, qui sans devenir totalement adulte, doit apprendre à décider et assumer les conséquences de ses choix.

Plus qu’un été de bringue et de folies, plus qu’une libération, plus que l’attristement des parents, il était essentiel pour moi de me plonger dans les sentiments d’Astrid et son rapport à sa mère Laetitia, avec qui elle partage une relation fusionnelle et singulière malgré leur personnalité opposée. Quelles sont toutes les étapes qui précèdent ce départ ? Qu’est-ce qui m’attend à Paris alors que j’ai grandi au bord de l’eau ? Comment vais-je vivre loin de ma famille ?

Tout en concentrant l’histoire sur la relation mère/fille, j’ai souhaité illustrer un ensemble de réalités qui touchent aujourd’hui nombreux bacheliers. La peur de l’orientation et la pression de la recherche de la réussite, l’arrachement aux racines, la concentration des études « prestigieuses » dans les grandes métropoles et plus particulièrement à Paris, la difficulté d’envisager le financement d’études supérieures…

Un ensemble de réalités qui pour moi sont essentielles, ne devant pas rendre mon film politique mais retraduire dans la plus grande justesse l’épreuve que peut représenter cette tranche de vie pour certains.

 

IV. La démarche

Qui dit court-métrage… dit que nous allons manger des pâtes pendant tout le tournage ! Il est coutume de réaliser son premier film de façon autoproduite, et il est temps pour moi de me présenter.

Je m’appelle Juliet Béléteau, j’ai 25 ans, je suis intermittente du spectacle et auteure-réalisatrice. Après avoir grandi à Andernos-les-Bains sur le Bassin d’Arcachon jusqu’à l’obtention d’un bac scientifique, j’ai étudié un an à Bordeaux en Hypokhâgne puis suis partie vivre à Paris en double formation, licence de droit à la Sorbonne et formation professionnelle de comédienne aux Ateliers du Sudden. J’ai passé beaucoup de temps sur des tournages après avoir joué dans un téléfilm à l’âge de 7 ans, puis suis devenue technicienne (assistante mise en scène, production et régie) en parallèle de mes études à l’âge de 19 ans.

J’ai écrit deux-court métrages ces dernières années, dont l’écriture a séduit Tristan. Mais ces projets nécessitent des fonds conséquents que nous ne pourrions réunir de façon autoproduite. N’ayant encore jamais réalisé de film, présenter un dossier de projet de court-métrage aux institutions classiques de financements du cinéma telles que le CNC aurait été précipité et fragile de notre part.

C’est ainsi qu’est né MAMAN DOUCE, dans la recherche de la production d’un film de qualité, néanmoins dans une économie de moyens.

Aujourd’hui, nous avons le plaisir avec Tristan d’avoir recruté toute une équipe de professionnels s’investissant bénévolement pour le projet.

 

V. Casting

J’ai le plaisir de vous présenter mes têtes d’affiche, toutes deux comédiennes de profession originaires de la région.

Candice YAGUES 
(alias Astrid)

Samantha GRASSIAN 
(alias Laetitia)

Vous aurez également le plaisir de découvrir dans des seconds rôles
Jules DEGANG & Rémy GANDAUBERT 

 

  VI. Equipe

Nous avons le plaisir de travailler avec une chouette équipe de professionnels qui se rendent disponibles bénévolement pour notre projet et nous avons hâte de partager cette aventure avec eux. Tout autant que le message que nous souhaitions transmettre dans notre court-métrage, nous avons attaché de l’importance au fait de constituer une équipe locale et mettre en avant les talents de la région. Ainsi, plus des 2/3 des membres du tournage, équipe technique et artistique confondues sont originaires d’Aquitaine.

J’ai le plaisir de vous présenter :

Notre Régisseuse Générale : Phébé LOUCANO & notre Régisseur Adjoint : Jules BELETEAU
Grâce à qui nous allons pouvoir gérer les décors, les environs du tournage, les repas et les logements

Notre Repéreur et Photographe de plateau : Clément VIALA
Grâce à qui nous allons découvrir des décors et qui nous fournira des photos de notre aventure

Notre Chef Costumière Audrée GOUSSEAUD et notre Chef Maquilleuse Canelle THELIESE
Grâce à qui nous pourrons retraduire au mieux visuellement les personnalités de nos personnages et les mettre en valeur à l’image

Notre Chef Décorateur une personne charmante encore inconnue à ce jour
Grâce à qui nous pourrons imaginer au mieux l’univers cocon du binôme mère-fille

Notre Ingénieur du Son Julien ROUVERON
Grâce à qui nous allons saisir les ambiances sonores si particulières du Bassin

Notre Chef Opératrice Sarah VEYSSEYRE et notre 1er Assistant Caméra Matéo MASNADA
Grâce à qui vous allez découvrir des images somptueuses

Notre Chef Electricien Clément BEAUVIEUX
Grâce à qui nous allons pouvoir toujours garder la lumière la plus adéquate

Notre Droniste et Monteur Antoine OSSIERE
Grâce à qui nous pourrons voler dans les airs et construire une belle histoire

Notre Scripte Jeanne BERARD et notre 1er Assistant Mise en scène Romain BERDOLLT
Grâce à qui tout sera possible pour réaliser le film, grâce à qui rien ne sera oublié pour notre histoire

Un grand merci à eux tous.

À quoi va servir le financement ?

VII. L’utilisation des fonds

Notre souci premier avec Tristan a été de considérer les défraiements liés au tournage. Celui-ci aura une durée de 4 jours du 28 au 31 août prochains et il a toujours été question pour nous de prendre en considération notre équipe. Raison pour laquelle nous souhaitons avoir à la charge de l’autoproduction l’ensemble des frais relatifs à leurs besoins : déplacements, hébergements, repas.  Cet aspect du financement de notre film est le plus conséquent.

L’autre partie de notre budget est consacrée aux besoins matériels relatifs à la réalisation du film. Certaines sommes doivent être attribuées à des postes techniques tels que la décoration, le maquillage, les costumes.

Nous aurons également des contributions relatives à la location de décors, notamment une petite maison et une chambre de bonne, lieux qui ont un rôle significatif dans l’histoire.

Enfin, malgré la recherche de simplicité pour notre projet, nous sommes attachés à l’esthétisme de notre image et de notre film. Nonobstant le prêt de matériel de certains techniciens, nous nécessitons du matériel technique supplémentaire pour travailler au mieux à la caméra et à la lumière.

Vous trouvez ci-dessous un tableau relatif aux dépenses restantes à financer pour notre projet, à l’origine de la création de cette cagnotte en ligne.

À propos du porteur de projet

Juliet & Tristan peu de temps après leur rencontre au festival PARIS COURTS DEVANT. 

Merci pour votre attention, en espérant vous présenter notre film très bientôt. 

Juliet & Tristan