BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Coupes menstruelles pour le Kenya!

Au Kenya les règles sont un problème.

À propos du projet

Au Kenya il n’est souvent pas possible d’acheter des protections hygiéniques: elles sont trop coûteuses.

OKOA SASA s'occupe, parmi d'autres projets que vous trouverez sur leur site http://okoasasa.org/, d'informer les femmes et de distribuer des protections hygiéniques, à usage unique ou lavables.

La meilleure solution (au point de vue économique, logistique et psychologique) est la coupe menstruelle: une petite coupelle qu’on place dans le vagin, qui est, une fois insérée, invisible et qui est adaptée aussi bien aux adolescentes qu'aux mères de familles. La cup peut être utilisée pendant plusieurs années et est facile d’utilisation. Elle ne pollue pas, elle n'a pas besoin d'un entretien particulier et elle est une solution définitive aux règles, de la puberté à la ménopause.

Des centaines d'adolescentes et de femmes africaines ne peuvent pas parler de ce qui est le cycle naturel de la vie, bien que cela soit la plus régulière récurrence dans la vie d’une femme. Bien souvent elles vivent les jours de règles en se cachant et en ayant honte.

Un rapport de TearFund en 2009 a montré 10% des filles en âge d'aller à l'école en Afrique s'absentent de l'école pendant les jours de règles ou finissent par abandonner complètement pendant la puberté du fait qu'il n'y ait pas une structure sanitaire propre ou des espaces privés ou pouvoir se changer et se laver.

Un paquet de protections hygiéniques au Kenya coûte environ 1,5 dollars, soit le salaire journalier d'un père de famille. Les parents, plutôt que d'acheter ces protections, préfèrent acheter des biens de première nécessité comme la nourriture et les vêtements.

Certaines adolescentes et femmes n'utilisent pas de protection, alors que d'autres ont recours à des méthodes qui mettent en péril la santé de leur appareil génital mais aussi de tout le corps. Elles utilisent par exemple des feuilles sèches d'une plante locale, des plumes de poulet ou des peaux de chèvres.

Il est évident que ces méthodes comportent un haut risque d'infection, sans compter que certaines, pour tenter de bloquer le flux menstruel, s'assoient sur un tas de terre ou bien sur un trou creusé à la périphérie du village.

Pour les femmes et jeunes filles qui vivent au Kenya, la vie est déjà suffisamment compliquée. Elles n’ont pas les mêmes droits que les hommes, et pour espérer de pouvoir faire un jour changer les choses, il est extrêmement important que les adolescentes fréquentent l'école. Solutionner le problème des règles, c’est leur permettre de continuer à apprendre pour accéder à des emplois.

Les protections périodiques durables et lavables peuvent être une solution dans les zones rurales, où l’espace et l'accès à l'eau ne sont pas un problème. Dans les bidonvilles, c’est plus compliqué… Cela peut devenir très embarrassant pour une jeune fille, qui a déjà honte d’être indisposée, de laver et mettre sa protection périodique à sécher.

C’est là qu’interviennent....les coupes menstruelles!

A quoi va servir le financement ?

Les fonds collectés avec cette campagne seront utilisés pour acheter coupes menstruelles. Grâce à la générosité de MIU France (www.miu-cup.org), nous aurons un prix spécial, et, la fondatrice Morgane Senbel, offre en plus cups gratuites à Okoa Sasa.

Les coupes menstruelles de 2 types et tailles différentes ( https://miu-cup.com/categorie-produit/coupe-menstruelle), qui seront données à l'association Okoa Sasa, représentée par la directrice Grace Odembo, avec laquelle j’ai déjà collaboré pour la collecte de fonds et la distribution de protections hygiéniques lavables et jetables au cours des derniers mois. Elle s'occupera de les donner aux femmes de la communauté qui se trouvent aux alentours d’Utang, Kiembeni-Kisauni à Mombasa et aux étudiantes des écoles voisines.

À propos du porteur de projet

SARA B. PARDI

Je suis une anthropologue italienne qui coopère gratuitement avec Okoa Sasa en tant que bénévole car je crois vraiment aux valeurs, aux projets, au professionnalisme et au grand engagement d’Okoa Sasa, ainsi qu’à l’énorme engagement de Grace Odembo.

ALICE CHINELLI

Volontaire d'Okoa Sasa, je m'occupe d'éducation sexuelle et de prévention du VIH / SIDA. En Jillet 2016, j'ai démarré avec Grace, directrice d'Okoa Sasa, un projet d'éducation sexuelle et de prévention de la violence sexiste, dans certaines écoles d'Utange. La prochaine étape consistera à apporter les coupes menstruelles directement aux étudiantes et aux femmes de la communauté Okoa Sasa, améliorant ainsi nettement leurs qualitè de vie!

(Moi avec Michelle, Julliet 2016, Okoa Sasa Rescue Center)
 

GRACE ODEMBO ACHIENG

La directrice Grace Odembo de Okoa Sasa Rescue Centre.

Contactè nous à [email protected], Ms Odembo à [email protected], [email protected], [email protected] (en englais).

Pour en savoir plus, voici des vidéos sur les projets d’Okoa Sasa:

facebook @okoasasa.org

websitewww.okoasasa.org

https://youtu.be/OFpMcD__Pn4

https://youtu.be/MtrGBMHGvZ8

Un grand merci pour toutes ces femmes que vous aurez aidé ❤️