Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Bonsaï Cosmique (Le livre)

Style Burton

Interconnection en toutes choses.

Lorsqu’on commence à faire du Bonsaï nous sommes loin de réaliser la portée de ce qui nous attend en le pratiquant au quotidien. Ce n’est qu’en observant les interactions du vivant en milieu restreint que nous réalisons la puissance et l’organisation parfaite du vivant. Chaque chose prend sa place en temps voulu et le mort nourrit le vivant tout comme chaque espace en décrépitude laissé libre est colonisé par une nouvelle forme de vie. Il en est ainsi du monde végétal comme du monde cryptogamique, chacun se nourrissant mutuellement, vivant en symbiose à différents stade de vie et de mort. Le point commun qui existe entre toutes formes de vies et même au sein de ce qui nous apparait comme étant une matière inerte prend alors tout son sens. La manière même évolutive de la vie semble commune en toutes choses et on peut ainsi comparer aisément l’explosion germinative d’une simple graine avec la théorie du big bang selon laquelle tout l’univers aurait lui aussi été condensé dans un point central avant de s’étendre. Tout comme l’univers l’arbre ne cesse jamais de s’étendre de la graine au tronc, du tronc aux branches, des branches aux feuilles et tout ce monde ne semble régi que par une seule attraction et une seule loi, celle du phototropisme.

 

Si on considère que tout n’est que hasard et chaos dans l’évolution de toute chose, on peut aussi reconnaitre le parfait agencement et l’organisation si parfaite en toute chose. Ainsi, dans  tout système de création il faut savoir manier le chaos et l’ordre afin de faire naitre l’harmonie. Partons de l’idée de cette petite graine et considérons là comme le point originel de l’univers qui était une petite masse très dense et de très haute température qui après le début de son expansion commença à se refroidir pour permettre la formation d’atomes simples et à se répandre en de gigantesques nuages. Dès lors l’univers entama son existence en créant les planètes, les étoiles et les galaxies telles que nous pouvons les observer à ce jour. Evidemment c’est une simple vulgarisation des faits qui sont beaucoup plus complexes que cela mais ne pouvons nous pas faire un parallèle entre la forme en fractale d’un arbre et une photo de fond diffus de l’univers ? N’est il pas évident que lorsqu’un arbre, né d’une graine, commence à atteindre sa pleine maturité il interagit avec son environnement direct, le modifiant de fait et étant lui même modifié par lui ?

 

Prenez un vieux chêne séculaire d’une trentaine de mètre de haut et possédant des branches de plusieurs mètres de long qui avec le poids des années finissent par ramper sur le sol, essayez d’imagier le nombre de niches écologiques qu'il puisse offrir telles que des emplacements pour des nids d’oiseaux, des fourmilières protégées par ces racines, des cités entières de différentes espèces d’insectes sous l’écorce, un support de croissance ombragé pour certaines espèces de fougères, un ombrage pour les animaux sauvages… Nous n’avons pas idée du nombre d’interactions qui ont lieu au sein de la canopé d’un arbre adulte pas plus que nous n’avons la moindre idée de toutes les interactions qui se produisent chaque jour au dessus de nos têtes dans le cosmos et l’univers en général. Pourtant il y a un point commun évident entre les deux, et ce point commun c’est le désir de croissance et d’expansion permanent. Interrogez vous quand vous travaillerez sur vos arbres à présent pourquoi faut il que telle branche soit à telle distance de telle autre ? Pourquoi faut il que le style d'un arbre corresponde à un style de pot particulier ? Pourquoi faut il nécessairement conditionner les formes de Bonsaï dans des dogmes pour qu’ils puissent obtenir l’appellation de Bonsaï ? Si l’univers est infini, tout comme la croissance des arbres est infinie alors pourquoi nous évertuons nous à cantonner cette croissance sous une certaine forme plutôt qu’une autre ? Pourquoi ne laissons nous pas nos arbres ressembler à notre imaginaire étant donné que, d'un point de vu purement horticole, ils nous le permettent ? Telles sont les questions que nous devrions nous poser quand nous pratiquons cet art afin de se reconnecter avec les éléments qui nous entourent et que nous ne savons plus ni écouter ni observer.