BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Conte cruel, un vendredi à l'auberge

Court métrage d'horreur artisanale

À propos du projet

 

 

Résumé

Brainstorming dans une grande société : comment se débarrasser d'un maximum d'employés sans remettre en cause la productivité ? Les solutions seront définitives...

Second épisode de la série de "Conte cruel", ce court métrage d'horreur plus ambitieux que le précédent vous fera changer de regard sur votre patron.

 

La vie du projet

C'est un projet qui mobilise des professionnels principalement de la région anciennement Poitou-Charentes. Le tournage est prévu entre le 23 et le 30 octobre en Deux-Sèvres. Notre équipe est complétée par un spécialiste des effets spéciaux David Scherer. Le premier film était très artisanal, celui-là ne reniera pas ses origines, Dans la veine de l'oeuvre de Tom Savini, le travail de David Scherer, spécialiste des effets gore (allez sur son site !) nous permettra de donner vie à la vision déviante des scénaristes (Julien Taillard et votre humble serviteur). Ce nouveau projet sera, nous l'espérons fortement, un vrai régal pour les amateurs du genre.

La préparation

Le casting est toujours en cours, nous finalisons nos repérages. Alice Mainard, notre assistante-réa qui déchire, nous a concocté un plan de tournage de folie.

Manuel Tribot, notre directeur de la photographie, prépare un véritable écrin visuel destiné à sublimer les pires accès de violence que je suis en train de découper et story-boarder. 

Mary Léaument, comédienne, sera notre scream queen.

Patrick Hauthier nous rejoint dans l'aventure et s'est prêté au moulage de David Scherer !

Faustine Roda, Bruno Auger nous ont dit oui aussi pour participer à cette aventure.

 

Nelly Bretton et Jean-Pierre Pouvreau nous rejoignent dans cet horrible projet. 

C'est une satire noire et violente baignant dans le sang. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi va servir le financement ?

On va pas se le cacher. Des effets gore à l'ancienne, ça coûte une blinde. Ce sera notre premier poste de dépenses.

Pour résumer :

- Effets (y' a quand même pas mal de meurtres et pas joli-joli en plus) 3 000 euros  (faux sang, perruques, fausses têtes, prothèses, moulage, etc)

- Le défraiement de l'équipe de tournage 1000 euros.

 

ça fait 4 000 euros, à vot' bon coeur M'sieurs Dames.

 

 

 

À propos du porteur de projet

Hugues Guéguen, né quinze jours trop tôt, réalisateur de plein de films institutionnels mais surtout du premier Conte Cruel (2017), sélectionné dans la section Deep Night au festival Concorto en Italie. Il travaille depuis plus de quinze ans avec Julien Taillard, scénariste, qui professe depuis toujours son amour pour Godard, Sautet, Bresson, mais dont tout le monde sait que ses artistes de coeur sont Umberto Lenzi, Lucio Fulci et Ruggero Deodato.

 

 

 

 

 

 

Share Suivez-nous