BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Chroniques matrimoniales

Troisième opus de ma saga érotico-familiale et provençale

À propos du projet

Après "Les souvenirs de Tatie Monique", après "Le cahier de Bonne-Maman" mes deux premiers romans publiés grâce au succès de mes deux financements participatifs, je souhaiterais publier le troisième volet de cette saga érotico-familiale "Chroniques familiales".

Ce roman sera plus épais que les deux précédents, environ 300 pages. Les retours que j’ai pu avoir de mes premiers lecteurs, de mes premières lectrices m’ont donné envie de ne pas abandonner ces personnages à la fin du cahier de Bonne-Maman. Les différents personnages de ces deux époques ont pris chair grâce à tous ces retours, aux questions que vous me posiez, je vous en suis extrêmement reconnaissante. Mais la chair s’accompagne de l’esprit, du passé, des forces, des fêlures et des espoirs, j’ai ressenti le besoin de leur inventer tout ça et de le partager avec vous.

Ces chroniques, rédigées pour la plupart par Monique, racontent la fin de l’année 1975, les premiers mois qui ont suivi son mariage avec Christian. Celles qu’elle n’a pas rédigées l’ont été par Rosalie "Bonne-Maman" elle y raconte plus spécifiquement l’été 1939 et les événements qu’elle a vécus. Dans ce roman, il est également question de transmission, comment une génération vieillie, presque arrivée à la fin de sa vie, décide de léguer son expérience, ses expériences, ses erreurs, ses choix, leurs conséquences à la jeune génération, qui vient juste d’emprunter son propre chemin.

Pour celles et ceux qui n'auraient pas lu les deux premières histoires, voici leur résumé.

En 1974, Tatie Monique passe ses vacances d'été en Provence chez sa grand-mère, Bonne-Maman. Alors que Monique découvre les plaisirs de l'amour multiple, de l'amour en extérieur, elle apprend à apprécier davantage sa grand-mère. Durant les derniers jours de son séjour, Monique remarque que Bonne-Maman remplit avec soin les pages d'un cahier.

Elle suppose qu'il s'agit de recettes de cuisine, d'astuces de ménagère que sa grand-mère voudrait lui transmettre. En attendant le train, Monique lit ce fameux cahier et découvre la vie de Bonne-Maman, quand elle s'appelait encore Rosalie, une vie dont la composante amoureuse a de nombreux points communs avec la sienne.

Rosalie est née en 1901, à Montchaton en Normandie. En 1916, elle devient la marraine de guerre de Pierrot, un provençal. En 1917, Pierrot a une permission de 48 heures, Rosalie fait alors quelque chose d'incroyable, une fugue pour le retrouver. Quand elle rentre chez elle, ses parents la chassent et la renient. Elle envoie une lettre à Pierrot l'informant de sa mauvaise fortune.

La réponse de Pierrot arrive la semaine suivante, il lui conseille d’aller dans son village en Provence et de l’y attendre. 

Traverser la France, en pleine guerre, même si le trajet ne passait pas par des zones de combats, était une chose compliquée. Mais quelques jours après avoir reçu la lettre de Pierrot, Rosalie quitte la Normandie et entame le voyage vers sa destinée.

Alors que les souvenirs de Tatie Monique se déroulent entre juillet 1974 et septembre 1975, ceux de Bonne-Maman racontent la période allant de l'hiver 1917 à septembre 1920.

Vous pouvez retrouver la version en ligne de ces trois récits en vous rendant sur mon blog.

 

A quoi va servir le financement ?

Si je parviens à réunir cette somme, je pourrai autoéditer ce troisième roman, commander les goodies, préparer les cuvées de la boisson réconfortante. En outre, cette somme me permettrait de couvrir tous les frais d'expédition.

À propos du porteur de projet

Quand je suis dans les transports en commun, quand je fais la queue au marché, j'aime imaginer la vie des inconnus que je croise, un regard, un mot, une respiration suffisent pour m'offrir l'occasion d'inventer une histoire. Depuis quelques années, j'ai décidé de reprendre la plume et de ne plus me contenter d'imaginer ces vies, mais de les écrire.

J'aime beaucoup les "défis d'écriture", je demande à mes lecteurs de m'envoyer trois mots ou une image (photo ou dessin) et je m'efforce d'inventer un texte, toujours court, avec ces contraintes. C'est d'un de ces fameux défis qu'est né mon premier roman érotique "Les souvenirs de Tatie Monique" et son pendant "Le cahier de Bonne-Maman" que j'ai pu autopublier grâce à la confiance que vous m'avez accordée.

En écrivant ces "Chroniques matrimoniales", j'ai ressenti le besoin d'épaissir mes personnages, qu'ils ne soient pas réduits uniquement à leur fonction, mais qu'ils aient un passé, un présent et un futur, sans forcément tout raconter. Un peu comme dans la vraie vie, quand on découvre, par hasard, que le tonton un peu beauf qu'on tolérait "parce qu'il fait partie de la famille" avait en réalité été un héros... et qu'on se sent encore plus minable, en allant lui faire part de notre admiration de le voir hausser les épaules d'un air désabusé.

Le lien vers mon blog