BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

DES AMBASSADEURS POUR L'EFFRAIE

Formation de bénévoles - LPO Drôme et ASPAS

À propos du projet

La LPO Drôme et l’ASPAS souhaitent former des ambassadeurs pour préserver l’effraie des clochers. Ces ambassadeurs  seront capables entre autres, de prospecter et de faire un diagnostic pour valider et effectuer la pose d'un nichoir sur un site (grange, église, ruines etc...).

Vous aussi, faites partie de cette aventure ! En nous aidant à financer le projet.

©Luc Viatour

Inscrite sur la liste des espèces protégées, la dame blanche paie chaque année un lourd tribut à l’activité humaine. En effet, l’industrialisation de l’agriculture, l’emploi de pesticides, le développement du réseau routier et l’urbanisation nuisent gravement au maintien des populations.

Les prairies sont les meilleurs terrains de chasse des effraies. La disparition de 25% des pâturages français (mis en cultures diverses) entre 1970 et 1995 a lourdement accablé les chouettes, tout comme l’utilisation des pesticides dans l’agriculture intensive, la destruction des haies, talus et murets durant les campagnes de remembrement, le fauchage des bords de route…

Pour traquer ses proies, elle vole bas, ce qui la rend particulièrement vulnérable aux percussions avec des véhicules.

La disparition des sites de nidification de l’espèce a également entraîné une baisse importante de ses effectifs. Les habitations rurales sont souvent démolies ou rénovées, les accès aux combles obturés, les pigeonniers abandonnés et réduits en ruines, les granges sont remplacées par des hangars métalliques et les clochers sont souvent grillagés pour empêcher l’intrusion des pigeons et des choucas.

©Alexis Nouailhat

Pourtant, l’effraie des clochers est une alliée de taille, indispensable et naturelle, de l’agriculteur et du jardinier. En régulant les populations des rongeurs dans les milieux agricoles, elle contribue au maintien des ressources alimentaires naturelles de l’homme.

Il s’agit avant tout d’un être fascinant, mystérieux, dont la sauvegarde dépend uniquement nous !

©Serge Ottaviani- Tyto alba-Château de Beaucens

Un plan national de sauvegarde a été lancé depuis plusieurs années par la LPO et l’ASPAS pour remédier au manque de sites de nidification naturels existants, en posant des nichoirs dans des zones favorables à une reproduction réussie. Pour assurer le succès de cette campagne, nos deux associations proposent de former des ambassadeurs de notre Dame Blanche, qui deviendront ainsi compétents pour sensibiliser les citoyens, repérer des sites favorables et augmenter ainsi les lieux d’accueil de l’Effraie des clochers.

C’est en Drôme, où la situation est alarmante, que nous avons choisi de lancer ce tout nouveau projet. En effet, en 2013, seulement 23 chouettes effraies ont été observées sur tout le département, en comptant celles écrasées au bord des routes.

En 2006, l’ASPAS lançait une action de sensibilisation nationale sur le problème et l’espèce, qu’elle continue aujourd’hui encore d’alimenter. Depuis 2011, 24 nichoirs ont été installés par la LPO Drôme et, en 2013, l’ASPAS s’est associée à elle sur ce projet local en organisant une première formation sur une journée, en juin dernier, qui a permis de former 18 ambassadeurs. Cette formation théorique a débouché sur une mise en pratique par la pose d’un nichoir, dans des combles préservés et non occupés de l’Ancien Monastère de Sainte-Croix (26).

Formation le 9 juin 2014 à l’Ancien Monastère de Sainte-Croix

A quoi va servir le financement ?

©Tony Hisgett

Fortes de cette première expérience, la LPO Drôme et l’ASPAS souhaitent renouveler la formation, en Drôme provençale cette fois. En effet, aucun nichoir n’y a jamais été installé, et l’Effraie s’y fait apparemment très discrète selon les témoignages de nos adhérents locaux : les dernières observations qu’ils ont pu effectuer datent de 2011…

La formation s’étalera sur un week-end, pour environ 30 bénévoles.

Une première journée de formation sur la biologie du rapace débutera par la description de ses particularités physiques, son cycle de vie, sa reproduction, et son habitat. Seront ensuite abordées les menaces qui pèsent localement sur lui. Un atelier de travail sur un protocole de prospection sera suivi d’une mise en situation de prospection. Une recherche nocturne sera organisée le soir même près du gîte.

Le dimanche sera consacré, sur le terrain, à la prospection dans le bâti provençal (église, tour, ferme...) dans le but de repérer des sites adéquats à l’accueil d’un nichoir. Des enquêtes seront également menées auprès des habitants. La construction et la pose pourront être envisagées, par la suite, si des lieux favorables sont trouvés et les propriétaires consentants.

©Baumann Lydie-Taulignan

Dans cette aventure, les ambassadeurs s'affirmeront comme de véritables acteurs citoyens du territoire, en apportant des réponses aux enjeux du développement durable.

Équipe en prospection

En enquêtant, ils créeront de l'émulation autour de la chouette effraie ; en prospectant, ils contribueront aux compilations scientifiques ; en favorisant l'installation de l'oiseau, ils agiront concrètement pour la préservation des ressources naturelles (qualité de l'eau, production alimentaires...) et pour la santé environnementale de notre pays. Chaque ambassadeur pourra agir localement et à son échelle.

Le travail de recherche d’informations, de prospection scientifique, de création de supports de communication et de diffusion en amont est conséquent. C’est pourquoi nous avons besoin d’une aide financière pour faire vivre ce projet.

Les associations LPO Drôme et ASPAS prennent à leur charge le travail de démarchage, recherche, conception, élaboration et organisation de la formation, en consacrant le temps de travail de 2 personnes salariées (une dans chaque structure).

Anne Fourier animatrice à l'ASPAS Boris Misiakanimateur à La LPO Drôme

Vous aussi, faites partie de cette aventure ! En nous aidant à financer les documents et matériels réalisés pour cette opération.

Nous vous proposons d’atteindre ensemble la somme de 2500 € qui correspond à une partie du budget global du projet :

Impressions de 200 posters plastifiés résistant aux UV et intempéries : 420€
Impressions de 5000 flyers de prospection et sensibilisation des habitants : 910€
Elaboration de 30 dossiers techniques pour la formation (doc techniques, photos, dépliants, questionnaires… : environ 8€ par dossier) : 240€
10 Cartes IGN Drôme provençale (9€ l’une) : 90€
Hébergement de 30 bénévoles (20€ la nuit + un forfait pour 2 pique-niques gérés par les assos 8€) : 840€

Autofinancement des associations :  Deux animateurs / coordinateurs : 2200€ (2 x 1100€)…

Pour l’Effraie des clochers, Merci !

Anne et Boris

À propos du porteur de projet

L' ASPAS

www.aspas-nature.org 

100% Indépendante

L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages est une association 100% indépendante, reconnue d’utilité publique, qui a fait le choix de ne percevoir aucune subvention publique pour préserver son autonomie et sa liberté d’action.

C’est uniquement grâce au soutien d’adhérents et de donateurs qu’elle agit au profit de la nature.

100% Active

L’ASPAS oeuvre pour la protection de la faune sauvage, pour la préservation du patrimoine naturel et pour la défense des droits des usagers de la nature.

Elle mène des campagnes d’information pour mobiliser l’opinion publique et interpeller les élus. Elle réalise des expositions, des diaporamas et édite des guides et brochures pour sensibiliser le grand public à la nécessité de protéger les milieux et les espèces. Elle demande l’arrêt de la chasse le dimanche, réhabilite les animaux dits « nuisibles », protège les oiseaux migrateurs vis-à-vis de la chasse, etc. 

Exemples de campagnes ASPAS : La connaissance et la protection des loups, la réhabilitation des animaux «nuisibles», la préservation des oiseaux migrateurs, la protection des amphibiens, la promotion du jardinage biologique, l’interdiction des poisons dans la nature,…

Des brochures et des guides : Vive le renard !, Vive le blaireau !, Cessez le feu !, Ces animaux qui dérangent, Guide de découverte des animaux en méditerranée, Guide d’identification des animaux sauvages, les insectes jardiniers…

100% Efficace

Avec plus de 2 700 procédures engagées devant les tribunaux depuis sa création, l’ASPAS œuvre efficacement pour le respect et l’évolution du droit de l’environnement. Grâce à une forte expérience et un savoir-faire juridique l’action de l’ASPAS porte ses fruits : en 2008 l’association est reconnue d’utilité publique. Si le loup est aujourd’hui protégé en France, si l’on peut interdire aux chasseurs d’entrer dans sa propriété, si les coccinelles sont utilisées par les jardiniers, c’est en grande partie grâce à l’ASPAS.

Des objectifs concrets pour la nature :

  • Protéger la faune, préserver le patrimoine naturel et défendre les droits des non chasseurs
  • Réhabiliter les espèces dites “nuisibles”, comme le renard, la pie, le putois … 
  • Faire respecter les lois de protection de la nature.
  • Favoriser la connaissance et la protection du loup.
  • Obtenir l’abolition de la chasse aux oiseaux migrateurs.
  • Obtenir une trêve de la chasse le dimanche pour que chacun puisse se promener en sécurité.
  • Promouvoir le jardinage naturel et l’utilité des insectes auxiliaires.
  • Lutter contre les nuisances (pollutions, pesticides…) qui affectent les milieux naturels et la santé humaine.
  • Promouvoir la mise en place de refuges pour la faune sauvage.
  • Préserver les espèces et les habitats fragiles par la maîtrise foncière à travers le Conservatoire ESPACE.

La LPO Drôme

https://www.facebook.com/lpo.drome

La LPO Drôme est une association loi 1901 dont l’objet est la protec­tion de la nature. Elle agit sur le territoire drômois pour que la biodiversité ne soit pas une notion abstraite mais un enjeu de société, saisi à sa juste mesure par tous ceux pour qui protéger la nature est une volonté forte.

Elle construit son action sur la connaissance, qu’elle partage pour mobiliser tous les citoyens et créer les conditions de la sauvegarde de notre fragile patrimoine natu­rel. Car préserver la biodiversité contribue au bien-être des citoyens d’aujourd’hui et des générations futures.

La connaissance :

La connaissance de la biodiversité drômoise constitue le socle de l’action de la LPO Drôme. Celle-ci s’appuie sur les bases scientifiques les plus rigoureuses, un réseau de spécialistes et un savoir naturaliste local historique.

Notre connaissance étoffée de la biologie, des dynamiques de populations, des menaces pesant sur les espèces permet d’identifier les enjeux, de les hiérarchiser et de favoriser les actions les plus pertinentes et les plus efficaces pour la sau­vegarde de la biodiversité de nos territoires.

Le partage :

La LPO Drôme considère comme une priorité l’information de tous les citoyens et la sensibi­lisation à la sauvegarde de la biodiversité.

L’association partage les connaissances acquises sur le terrain et vulgarise les savoirs afin de donner à chacun l’envie de s’investir dans la préservation de son patrimoine naturel.

Elle s’engage pour donner à tous les acteurs de la société le pouvoir d’agir concrètement en faveur de la biodiversité.

La mobilisation :

Rassembler les citoyens pour démultiplier les forces et s’impliquer dans les territoires drômois, tel est le principal objectif qu’elle s’est fixé. Cela passe par des partenariats forts avec les collectivités, les entreprises, les associations mais aussi par une organisation rigoureuse et la bonne gouvernance interne d’une équipe de bénévoles et de salariés étroitement liée.

La sauvegarde de la biodiversité :

L’aboutissement du travail mené par la LPO Drôme réside dans les actions concrètes menées pour la sauvegarde de la biodiversité drômoise.

Ces actions se déclinent de multiples façons, depuis l’accompagnement de projets jusqu’au portage de programmes ambitieux autour de la préservation d’espèces ou d’espaces dont l’association est co-gestionnaire. Elles visent toutes à une meilleure prise en compte des enjeux écologiques dans les territoires, pour que le pilier environnemental de notre société puisse être préservé.