BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Chiens Écrasés

Moyen Métrage

À propos du projet

Chiens Écrasés, qu'est-ce ? Tout simplement le prochain (et le premier !) moyen métrage du collectif L'Instant Présent dont le tournage est prévu début septembre sur Paris. 

C'est l'histoire d'Alex et Lou, un jeune couple vivant à Paris. Lui est comédien, elle est artiste. Ils galèrent un peu, ils sont tous les deux cyniques mais ils aiment la vie, surtout lui. 

Plan Alex et Lou - Scène 1

Et voici qu'ils croisent la route d'une ribambelle de personnages hauts en couleurs et avec lesquels ils se lancent dans des échanges improbables. Et défilent à l'écran le chien de Sophie, la bonne amie bien comme il faut, qui ne peut pas s’en occuper ce weekend ;  Michel, le passant en instance de divorce et amoureux des hirondelles ; Julie, la politicienne écologique qui roule en 4x4 ; le gosse qui a vraiment besoin d’une cigarette et celui qui manie le pistolet en plastique comme personne et Max, le camé en manque de la station Batignolles.

Extrait du Storyboard - Scène 3

Et puis, c'est aussi l'histoire de Francis et Johnny, deux vieux truands, des caricatures mafieuses des années 1980 qui se sont sagement rangés depuis longtemps. Ils se sont recyclés dans la fabrication de cercueils, ça leur va comme un gant. 

Plan Francis et Johnny - Scène 4 

Mais voilà que leur ancien patron sonne à leur porte et leur demande un dernier service, en souvenir du bon vieux temps, parce qu'ils lui doivent bien ça, vu tout ce qu'il a fait pour eux en 1993. Alors les affaires reprennent et ils sortent leur arsenal pour ne pas décevoir celui qui les a aidés par le passé. Parce que ça serait bien un coup à finir en pâtée pour chiens s'ils venaient à rater leur mission... Parce que Francky, c’est lui le chef, le vrai, l’unique. Et Francky, c'est aussi un père, même que son fils s’appelle Tony. Et il traîne dans son sillage toute l’ancienne clique, les durs des durs, quelques rides en plus, mais ce n’est pas graves, les pistolets automatiques compensent pour le manque de réflexes.

Plan Francky - Scène 7

Et tout ce petit monde virevolte dans le même quartier... Ils vont finir par se rencontrer, c'est sûr. Et le résultat, c'est l'histoire de ce moyen-métrage.

Sans compter qu’il y a aussi la télévision qui tourne en arrière-plan. Qui essaye de nous dire quelque chose, mais qui n'est entendue que trop tard. 

Et le chien qui aboie, et les déchets qui ne sont pas triés, et la drogue qui coule comme s'il en pleuvait, et les rats qui deviennent mutants, et les hirondelles qui volent bien bas aujourd'hui sur Paris....

En un mot, une journée nouvelle commence sur la capitale.

Chiens Écrasés, c'est une histoire déjantée, un délire qui prend forme et qui, tout d'un coup, se met à courir plus vite que son auteur. Une petite folie qui joue doucement avec les nerfs de ses protagonistes issus d'univers que tout oppose, mais qui cohabitent néanmoins et finissent par interagir. Le titre est inspiré du nom des colonnes « Chiens Écrasés » relatant les faits divers dans les journaux de l'époque des anciens malfrats.

En injectant une pointe épicée d'humour décalé, des histoires au demeurant sans histoires s'entrecroisent et se transforment en des épisodes loufoques ; le ton est donné. Tout d'un coup, bien que n'ayant rien d'un projet à visée intellectuelle, la confrontation à ce dérèglement du « normal », de « l'habituel », cette déviation de la norme pousse le spectateur à la réflexion. Une réflexion qui touche à des thèmes qui sont au cœur des problèmes que rencontrent les jeunes : pêle-mêle, il est question d'argent, de relations humaines, de drogues, de politique, d'écologie, de cette jeunesse parisienne dorée dans sa bulle de particules fines...

Le ton de ce moyen métrage espère apporter dans le monde audio-visuel français une note de fraicheur parfumée et caustique, inspirée du cinéma américain, mais tout en restant fidèle à la tradition et à l'esprit cinématographique de l'hexagone dans les détails. 

Chiens Écrasés, c'est avant tout un hymne à la vie, un appel à savourer chaque instant, aussi insignifiant qu'il puisse paraître, parce que le plus discret, le plus anodin des instants, il en faut finalement peu pour le faire sortir de l'ordinaire et le transformer en magie.     

Le scénario a mis plus d'un an à mûrir, à se finaliser. L'Instant Présent s'est investi dans d'autres projets, le collectif a progressé et grandi. Et maintenant, l'équipe réalise qu'ils en ont assez appris pour pouvoir donner vie à Chiens Écrasés. Parce qu'en partant d'une idée sur papier, on peut arriver loin, très loin... Avec votre aide !

À quoi va servir le financement ?

Toute l'équipe de L'Instant Présent est bénévole, et ses membres mettent en commun leur expérience et leur passion sans toucher de rémunération. 

L'Instant Présent tient à sa disposition une caméra Black Magic Cinema, mais continue d'avoir besoin de louer du matériel vidéo (éclairage, différentes optiques pour la caméra, pieds, travelling, cage steadicam, batteries supplémentaires, déport follow focus, cartes SSD d'enregistrements) et son (micros, perche, mixette et enregistreurs sons). La majeure partie du financement (800 euros) servira pour la location de ce matériel. Tout simplement.  

Les 109 euros suivants serviront à louer une jolie petite voiture (une autolib' pas trop rayée ni cabossée si possible). Pourquoi une voiture, vous demandez-vous sûrement ? Parce que ce magnifique modèle de la production automobile française sera la star de l'une des scènes.  

Et  puis il y a la régie. Parce que oui, certes, ils travaillent bénévolement, mais les membres de l'équipe continuent de se sustenter, tout de même ! Le tournage est prévu sur dix jours et à raison de cinquante euros par jour, cela donne un total de 500 euros.     

Si un minimum de 1 409 euros est atteint, chaque euro en plus servira à couvrir d'autres frais que les membres de L'Instant Présent vont rencontrer. Parce que de petites choses en petits détails, les sommes grimpent rapidement, et un soutien financier est toujours le bienvenu. L'Instant Présent s'en servira pour faire face aux autres « petites » broutilles dépensières qu'engendre la production de Chiens Écrasés, comme l'achat des accessoires (entre les vraies bananes, les fausses armes et autres gadgets de mafiosos, il y a à faire !) ou les frais de location de certains lieux nécessaires au tournage.

À propos du porteur de projet

Le collectif L'Instant Présent est un groupe d'amis de tous horizons, qui ne cesse de s'agrandir de rencontre en rencontre et qui se retrouve pour partager sa passion pour le cinéma. Chaque membre travaille bénévolement suivant son temps libre et ses capacités (qui vont de l'écriture du scénario à l'étalonnage, en passant par la composition de la musique, la réalisation, le montage et le mixage, et bien sûr, le jeu de la comédie).

Ils ont déjà auto-produit une petite dizaine de courts métrages, qui ont été bien reçus dans quelques festivals et lors de soirées de projection à Paris. Pour tous les détails (ou presque tous), il y a une page Facebook, qu'ils essayent de tenir à jour (https://www.facebook.com/pages/LInstant-Present/1432214590324451) et un blog qui donne un rapide résumé de la chose depuis la formation du collectif (http://collectifinstantpresent.blogspot.com).

Voici un très rapide échantillon des réalisations de L'Instant Présent : 

LE YAOURT

Le titre ne parle pas de lui-même, parce qu'il s'agit de la vie de bureau de deux glandeurs, mais vraiment des pro de la chose, dans le style Gaston Lagaffe, mais version immatures 2013. Le Yaourt a été sélectionné au festival Cours Dragui Court en novembre 2013 à Draguignan, dans la catégorie amateur, et il a aussi remporté le Prix Humour et Dérision 2014 au concours vidéo Créajeune au Luxembourg.

Félix Roulière, Romain Châteaugiron et Frank Boss dans Le Yaourt.

Le court dans son intégralité est disponible ci-dessous : 

JE SUIS ENCORE TON FRERE

Ce court est né à l'occasion de la quatrième édition du Festival Nikon. Là, on est carrément dans le drame, le vrai. Deux frères qui se brouillent et l'un qui meurt avant qu'ils n'aient eu la chance (et le courage) de refaire le premier pas l'un vers l'autre. Des non-dits, des trop-dits, condensés en moins de deux minutes d'émotion intense. 

Félix Roulière, Romain Châteaugiron et Marion Bouquet dans Je Suis Encore Ton Frère

Ce court peut se visionner ci-dessous :

MANON

Ce court métrage d'une dizaine de minutes n'est pas encore disponible en ligne, déjà parce que l'équipe technique peaufine encore quelques détails, et surtout parce que sinon, Manon ne pourrait plus être proposé aux festivals. C'est à ce jour le projet le plus abouti et recherché du collectif. 

Le court tourne autour des personnages de Vincent, un jeune garçon qui perd progressivement le sens de la réalité et se coupe du monde qui l'entoure, et Manon, la jeune fille qui le suit sur le chemin d'autodestruction qu'il se trace, explorant la finesse de la ligne séparant illusion et réalité, jouant avec. Sans réaliser. Que cette ligne ne demande qu'à être floutée. Qu'un rien peut la faire s'évaporer. 

Complètement.

Pour toujours.

Pouf.

Et qu'une fois cette ligne brisée, il n'est plus question de revenir en arrière. Cela demanderait trop de force. Et Vincent, il est à bout. Il a couru pour un cent mètres et il ne peut pas tenir jusqu'à la fin du marathon. Son coeur, son petit coeur bat dans sa poitrine, mais il ne sait plus comment envoyer le sang au reste de son corps. Il a perdu le chemin. Il s'est perdu en chemin. Et Manon, Manon ne fait pas mieux. Parce qu'à suivre Vincent, son Vincent, son coeur à elle ressemble à un punching ball, à une autoroute. Elle encaisse. Elle survit aux trois tonnes qui lui écrabouillent les poumons et la font suffoquer. Mais elle n'arrive jamais à le rejoindre. Et ils en pleurent tous les deux, mais ça ne change rien. 

Félix Roulière, Lucie Ponthieux Bertram et l'équipe lors du tournage de Manon. 

A travers l'histoire de ces deux personnages, ce court métrage a pour but d'illustrer la force insidieuse, brutale, complète que l'esprit peut prendre sur les perceptions, et comme il peut se jouer de la réalité et envoyer les gens dans une spirale de désespoir et de solitude, où le monde semble défier les lois de la physique et où les amis n'ont plus leur place et ne peuvent plus venir à leur secours. D'illustrer à quel point la folie place ses victimes hors de portée, et les ballote sauvagement, comme des amarres qui ont perdu leur port, flottant au large, à la dérive. 

Voici pour un aperçu. Pour plus de détails (du moins, un peu plus d'entre eux), n'hésitez pas à jeter un coup d'œil au blog de L'Instant Présent (http://collectifinstantpresent.blogspot.com) ou à rejoindre le groupe sur Facebook (https://www.facebook.com/pages/LInstant-Present/1432214590324451).

Avec Chiens Écrasés, le collectif passe à l'étape suivante et se lance dans une réalisation de plus de trente minutes. Un projet très ambitieux pour un collectif qui ne reçoit aucun financement, avec plus d'une quinzaine de lieux de tournage, des costumes recherchés et un aspect technique sur lequel ils se montrent de plus en plus exigeants. C'est pour cela qu'ils cherchent aujourd'hui à récolter des fonds

Toute l'équipe de L'Instant Présent n'y participera pas, mais voici une rapide présentation de ceux qui travaillent dans l'ombre et comptent, au même titre que les acteurs, sur votre soutien pour voir se concrétiser la vision qu'ils ont de Chiens Écrasés :

Nous avons, avant toute chose, l'auteur, celui qui a donné naissance à ce projet. Il s'appelle Vivien Héraut et il signe ici son premier scénario. 

  • Qui est Vivien ? Un incontournable de L'Instant Présent. C'est l'indispensable homme de derrière les caméras, qui lors du tournage s'occupe de tous les plans, de tous les cadrages, de presque tout, en fait ! Bien souvent promu à des positions aussi diverses que variées, suivant les besoins du moment. Heureusement, il s'y connait : c'est aussi son métier, en dehors de L'Instant Présent. Sans son regard artistique derrière chaque angle, chaque prise de vue, et son calme à toute épreuve, l'équipe ne tiendrait pas debout. Sur ce projet, il trouve le talent et l'énergie d'élargir encore plus sa palette puisqu'il combine la casquette d'auteur, réalisateur et cadreur et qu'il se chargera également de superviser la postproduction.   

Vient ensuite le deuxième réalisateur sur ce projet, qui sera plus axé sur la direction d'acteur. Il s'agit de Félix Roulière.

  • Félix ? Comme Vivien, il est un rodé de L'Instant Présent. Il a participé en tant qu'acteur à plusieurs projets et c'est aussi lui qui remplit bien souvent les chaussures de scénariste, de réalisateur et de chargé de communication, responsabilités qu'il combine avec des représentations théâtrales, sa participation à l'Atelier Juliette Moltes et de son travail « de jour ». Tout ça est loin d'être de tout repos mais comme il trouve qu'il a encore trop de temps à lui pour dormir, il continue de s'investir toujours plus. Pour Chiens Écrasés, il a néanmoins décidé de ne se consacrer qu'à une tâche une seule, celle de réalisateur. Une envie qui le titillait depuis très longtemps et qui s'est fait tellement pressante qu'elle s'est imposée d'elle-même. 

Tout ça, c'est bien joli, parce que nos deux réalisateurs ont la chance de pouvoir compter sur leur assistante réalisatrice : Camille Le Floch

  • Camille, vous demanderez-vous ? Et bien Camille, c'est une récidiviste, puisqu'il s'agit de son deuxième projet avec L'Instant Présent. Diplômées de l'Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle en 2012, elle travaille dans une boîte de production où elle est chargée du développement de fictions, et elle mène à côté ses propres projets (notamment d'écriture). Comme lors du tournage de Manon,  ce poste d'assistante réalisatrice lui va comme un gant puisque lors de sa formation cinéma, elle a suivi une spécialisation assistanat réalisation, réalisation et scénario. 

Et pour sortir tout ce beau monde du noir, il y aura Julien Cervantès.

  • Y-a-t-il vraiment besoin de présenter Julien, une fois encore ? Julien, il enchaine les tournages avec le collectif. Il est généralement en charge de l'éclairage et il s'occupe également du graphisme, des animations génériques et des effets spéciaux à L'Instant Présent.

Puis pour sortir du silence, Steeven Bimoko sera là pour faire les prises de son. 

  • Steeven s'investit sous beaucoup de titres différents dans L'Instant Présent, où il alterne (ou parfois cumule !) les positions de comédien, assistant réalisateur et aide au son. Comme Vivien, son œil d'artiste est un atout précieux pour le collectif, qui peut toujours compter sur ce bosseur passionné. A l'écran, il a notamment joué dans Black Pen.

Enfin, pour permettre à tout le monde de faire son travail dans des conditions optimum, l'équipe peut compter sur des renforts techniques (éclairages, prise de son, assistant cadre, régie...), connus sous les noms de Corentin RampnouxJustine LerouxAline Martin et Charlotte Caubet, ainsi que du renfort technique en la personne de François Bonnifait

Et comme double cerise sur le gâteau, l'équipe bénéficiera de la présence de Roxane Sebbane et d'Anaïs Mekaldi lors du tournage. 

  • Roxane et ses appareils photographiques auront la responsabilité d'immortaliser les acteurs et le reste de l'équipe au travail, de réaliser le making of et surtout de prendre les clichés exclusifs que recevront nos généreux donateurs. Quant à Anaïs, elle sera chargée de production, avec la lourde tâche de s'assurer du bon déroulement de toute l'opération. 

Voilà pour « L'Équipe Plateau ». Qu'en est-il de l'après, de la postproduction ? Qui prendra le relais ? 

          Pour l'image :

Tout d'abord le monteur, Pierre-Louis Devais

  • Pierre-Louis ? Il a suivi une formation de monteur à 3IS où il fut diplômé en 2012. Travaillant en tant qu'assistant monteur pour la télévision depuis sa sortie d'école, il travaille à côté sur plusieurs autres projets en tant que monteur : que ce soit pour de l'institutionnel, de la bande démo, du documentaire ou du court-métrage. Il est autant passionné par les films intimistes et poétiques que les films transgressifs et percutants. Chiens Écrasés est sa deuxième aventure avec l'équipe de l'Instant Présent, après le court-métrage Manon pour lequel il a fait des merveilles.

Puis l'étalonneuse, Audrey Le Narvor.

  • Audrey ? L'équipe a beaucoup de chance de pouvoir compter sur une jeune fille douée. Elle a déjà participé à Black PenJe Suis Encore ton FrèreL'Addition et Manon. Sa vision enthousiaste, son travail soigné, son implication et sa motivation pour chaque projet apportent une consistance et une intention remarquable à l'image, et elle est aussi de précieux conseil au sein de l'équipe.

          Pour le son :

C'est une équipe qui travaillera sur la composition et le sound design : un tandem composé de Julien Fleureau et de Lucas Dubosc.

  • Qui sont-ils ? Julien est un « ancien » de L'Instant Présent, avec qui il collabore régulièrement, tout en menant à bien la gestion de son propre collectif (47prod) à côté. Quant à Lucas, il continue l'aventure après avoir rejoint l'équipe pour Manon. Diplômé de l'Institut International et du Son, c'est suite à son diplôme qu'il commence l'aventure Home Sound Studio. Musicien dans diverses formations, c'est la passion de la musique et du son qui l'ont amené à créer ce studio Nomade pour répondre aux attentes d'une industrie musicale en pleine mutation. Fort d'une expérience acquise au coeur de certains des plus grands studios français, il offre une qualité d'écoute et une expertise qui rehausseront avec brio Chiens Écrasés

Et toujours histoire de garder toutes les cerises sur le gâteau (c'est qu'à L'Instant Présent, ils aiment l'été et les clafoutis, voyez-vous !), l'équipe a le plaisir de compter l'artiste de stop motionThibault Joyeux parmi ses membres pour ce projet. Le Stop Motion, c'est une technique qui consiste à mettre en mouvement des objets inanimés (juste au cas où).  

  • Thibault ? Après un BTS de communication graphique à l’Ecole Estienne, Thibault entre aux Beaux Arts de Paris-Cergy et s’exerce à de multiples formes artistiques. La campagne pour les élections présidentielles lui offre un terrain de chasse. Il met en ligne les « Dessinsjoyeux ». Durant 9 mois, chaque jour, deux ou trois événements de la campagne sont mis en lumière, fondus enchaînés, dans une représentation humoristique et souvent déjantée. Principalement designer papier, Thibault Joyeux invente l’univers Ed n’Robot, peuplé d’animaux et de personnages étranges tant par leur allure robotique que par leur comportement singulier. L’artiste revisite ainsi les mythes et légendes dans une œuvre minutieuse et maîtrisée. En 2013, il fonde avec Julien Kadouri sa compagnie Le BarberShop et inscrit sa technique dans la publicité.

L'équipe compte enfin sur Camille Roulière, qui est en charge de cette collecte de fonds et qui répond généralement au demande d'illustrations de L'Instant Présent.  

Quelques personnes de plus se joindront au projet (comédiens et techniciens), détails à venir avant le début du tournage.