BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Chez Georges, depuis peu mais pour longtemps...

Un restaurant mais pas que... à Charleville-Mézières

À propos du projet

Pour la création de mon restaurant "Chez Georges" à Charleville-Mézières, il nous manque encore un petit peu de moyens pour acheter un barbecue "big green egg" ainsi qu'une rôtissoire. Deux outils incroyables dont le but sera de ravir vos papilles.

Cette collecte est là pour ça et c'est aussi un moyen de pré-réserver vos futurs repas "Chez Georges"  bien sûr !

Une cuisine française traditionnelle et familiale flirtant avec une cuisine des quatre coins du monde.

Le lieu et l’ambiance vont évoluer au court des services, en effet le soir nous viserons une ambiance “festive conviviale” la lumière sera tamisée, une platine vinyle et une sono de très bonne qualité assureront une ambiance cosy, dans la salle les clients se retrouveront autour de vastes tables et pourront s’adonner à l’apéro dînatoire à volonté en goûtant de tout.

La journée l’ambiance bistro cantine sera de mise, un service rapide en semaine mais plus lent le we avec de temps en temps des concerts jazz ou world musique.

Un espace “enfant” avec des jeux et livres sera prévu afin d’attirer la clientèle familiale que nous recherchons les we.

Une terrasse est prévue au beaux jours avec guirlandes et ambiance fête de village.

 

A quoi va servir le financement ?

Cette collecte va nous permettre d'acheter : 

Un barbecue " big green egg " qui est un four en céramique utilisé par les japonais depuis plusieurs milliers d’années re-visité par des ingénieurs de la nasa rien que ça...

https://www.biggreenegg.eu/fr/

Ces barbecues permettent de griller, saisir  mais aussi de faire des cuissons lentes, de fumer, de faire des pizzas, le tout avec une consommation minimale de charbon. 

 

Et aussi une rôtissoire spéciale restauration, au Moyen-Âge, le tournebroche était mû par de jeunes garçons appelés galopins. Il a ensuite fonctionné grâce à des chiens qu'on faisait courir dans une roue. Puis à partir du XVIIIe siècle, c'est grâce à une horlogerie ou directement par la chaleur du foyer que le tournebroche fonctionnait. Le tournebroche permet de dorer la pièce de viande ou de volaille uniformément et on voudrait éviter de faire travailler des enfants et des chiens dans notre restaurant. 

Après nous avons besoins de beaucoups d'autres choses alors si vous croyez à  notre projet n'hesitez pas à nous aider...

À propos du porteur de projet

Le concept, c’est qu’il n’y a pas de concept. C’est simplement un bel endroit pour se retrouver autour de bonnes petites assiettes et de bons produits, à partager avec générosité. La sincérité des goûts avant tout. Car les métiers de bouche ont cruellement besoin de revenir aux sources et de valoriser la sublime simplicité. Voilà pourquoi nous sélectionnerons nos produits auprès de petits artisans-producteurs engagés, comme nous, dans la préservation de la biodiversité.

En projet de reconversion dans la restauration depuis longtemps j’ai décidé cette année de me lancer suite à l’arrêt des programmes sur lesquels je travaillais pour canal+ (Groland et Cuisine +). A quarante cinq ans c’est le moment idéal pour se lancer dans une aventure comme celle là où je pourrais allier travail et passion. Jusqu’à maintenant je me suis épanoui dans l’audiovisuel où j’ai monté et réalisé de nombreux projets mais j’ai toujours eu cette envie d’avoir mon lieu, mon restaurant. Il y a 7 ans j’avais déjà failli sauter le pas mais je m’étais rendu compte à l’époque que le coté répétitif d’une brasserie ouverte 7 jours sur 7 ne me convenait pas au niveau familial. Aujourd’hui en créant exactement le restaurant que j’imagine je pense vraiment pouvoir m’épanouir en créant quelque chose d’unique.

Chris Aarvik avec qui j'ai tourné des émissions de cuisines me rejoint dans l'aventure pour faire frémir les fourneaux.

https://vimeo.com/82003605

Christopher Aarvik est né en 1974 à Göteborg (SUEDE) d’un père norvégien et d’une mère française. Il passe les dix premières années de sa vie à San Francisco puis revient en France puis en Norvège. A 20 ans il a déjà traversé le monde et parle trois langues. Sa cuisine est à la croisée des cinq continents qu’il a parcourus. Passionné de surf et de cuisine, il construit sa vie autour de ses deux passions. Pour financer ses voyages, il travaille dans différents restaurants et en gère plusieurs à Oslo, au Costa Rica et aux Canaries. Sensible au respect de la planète, il est attentif à la traçabilité des produits ainsi qu’à leur saisonnalité, il aime aller se fournir directement chez  les producteurs. Il revendique une cuisine ludique, sans prise de tête, simple. Il n’hésite pas à toucher le produit, le sentir, l’écouter cuire, l’admirer…

http://abrideabattue.blogspot.com/2013/04/cuisine-ciel-ouvert-le-nouveau.html

En travaillant sur une nouvelle clientèle les jeudi, vendredi et le samedi et dimanche en service continu, nous comblerons un vide dans la demande des carolomacériens et des touristes de passage. Cette approche permet aussi d’anticiper les approvisionnements pour les contrôler et ne travailler que sur du frais.

Le cochon qui louche à Charleville-Mézières était un restaurant doté d’une très bonne réputation qui s’est éteint petit à petit depuis que son créateur l’a vendu, en gardant son esprit mais en changeant son âme et en y mettant tout mon coeur je vais garder cette touche bistrot en y apportant toutes mes influences et envies culinaires , entre tradition et métissage que je souhaite faire partager à mes futurs clients.

L’idée est avant tout de sélectionner les meilleurs produits avec des producteurs et des artisans de qualité. Un circuit court du producteur au consommateur avec un seul intermédiaire, nous.

 

Share Suivez-nous