BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Le chevalier à la hache

Un conte pour enfants écrit suite aux inondations du Rhone en 2003

À propos du projet

La couverture définitive de l'album :

Et je rappelle qu'il sera offert  :

-----------------------------------------------------

Un premier tirage au sort, dimanche 23 Septembre à 21h !

Et c'est donc RomainJ qui l'a remporté !

                 * Format A4,

                 * Papier 90g

                 * Crayon bleu, stylo plume et feutre pinceau

Tous les souscripteurs, à partire du palier à 17€ participerons de facto à ce tirage au sort et je désignerai, tel maïtre Capello, le gagnant dimanche soir !

****************************

Le résultat du second tirage au sort  a été remporté par Darfboy :

*Format A3

* Papier 90g

* Crayon bleu et stylo encre

****************************

Le marque page- ci-dessous, offert pour toute souscription, quelque soit la palier  :

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

Le projet :

Nous vous proposons un conte pour enfant (dés 6 ans!), de 32 pages sur le thème du Rhone et d'un monstre qui le hante.

Le Pitch :

Le Rhône a toujours été un fleuve majestueux et imprévisible ; mais qui se souvient de l’époque lointaine où ses eaux étaient hantées par le terrible MAZAR ?

Un monstre qui pouvait tout emporter sur son passage : hommes, bêtes et gens, ne laissant que ruine et désolation derrière lui.

Un seul homme a osé un jour le défier car le monstre lui avait ravi sa promise ;

Foulques d’Argens parviendra-t-il à nous débarrasser de cette créature démoniaque ?

Le mot de l’auteur Michel DELAWOEVRE :C’est à la suite des crues de 1993 et 1994 qui inondèrent la Camargue que s’est imposée l’idée d’écrire un conte sur le Rhône et ses digues de protection afin de sensibiliser les enfants à la « culture du risque », en s’inspirant des contes et légendes de Provence (La Tarasque, La Bounge et le Léviathan, le Drac, Jean de l’Ours…) .

• le nom du Mazar n’a pas été inventé pour le conte, c’est un très ancien nom du fleuve,( avant « Rhodanus ») attesté dans un ouvrage du XVIIe siècle « Histoire abrégée de Provence et autres textes » de Nicolas Claude Fabri de Peiresc (Réédition : Archives du Sud/Aubanel 1982)

Petite précision utile sur la technique  puisque  chaque illustration est réalisée au format 65x50 au crayon (par mes soins) et peinte à l'huile par Carmen Mateos Torres !

Un exemple de crayonné avant mise en couleur , de ce qui sera la vrai couverture ( et qui est en train d'être finaliée !)

:

Un extrait du texte :

Le chevalier à la hache

ou la légende de Foulques

En ce temps-là, Fourques n’avait pas de nom : c’était un hameau qui rassemblait à peine une dizaine de foyers ; de pauvres cabanes faites de roseaux qui se serraient sur une minuscule butte de sable posée entre la rive du fleuve et les marais.

Les pauvres gens qui vivaient là devaient tous travailler dur, du plus jeune au plus âgé, de l’aube jusqu’au soir : ramasser du bois mort pour se chauffer, couper des roseaux pour entretenir les cabanes, cultiver l’orge ou le seigle et quelques légumes dans les rares terres qui n’étaient pas inondées…

Leur vie était triste et ils rêvaient souvent qu’ils pouvaient passer de « l’autre côté » : ce qu’ils appelaient « l’autre côté », c’était en face, derrière le fleuve : là-bas, il y avait la colline voisine où se dressait Ar-Lath, une bourgade entourée de murs, aux maisons faites de pierres et dont les habitants ne redoutaient pas l’eau comme ici !

---

Car ici, on craignait la pluie : oh ! Pas la petite pluie fine qui rafraîchit la terre et fait pousser les plantes… non ! Mais plutôt la grosse pluie d’orage, celle qui gonflait les marais et le fleuve, qui apportait les fièvres et noyait les récoltes.

Ici, on vivait dans la peur de ce fleuve qui, à chaque coup de colère, emportait tout sur son passage : terres, cabanes et gens !

Pauvres villageois ! Plusieurs enfants avaient été emportés par le courant et tous ceux qui avaient essayé de traverser en barque avaient été subitement engloutis. Alors les gens avaient conclu qu’il devait bien y avoir une raison à tous ces malheurs : ils racontaient que sous le fleuve, se cachait une bête énorme, monstrueuse, qui emprisonnait les gens sous l’eau : ce monstre, ils l’appelaient le MAZAR : certains disaient même qu’ils l’avaient vu …

A quoi va servir le financement ?

Ce financement va nous permettre de faire fabriquer les diverses contreparties :

- l’album de 32 pages (Couverture provisoire), cartonné sur papier demi-mat.

La livraison de celui-ci, ainsi que des autres contreparties, se fera fin Novembre ou début décembre au plus tard afin que l'album puisse trouver sa place sous le sapin de noël !

- Les Ex-libris (21 x15 cm)

-Les Magnets/décapsuleurs :

Lorsque la barre des 100% sera franchie, nous offrirons d'autres goodies ( Marque-page, Poster etc)

--------------------------------------------------------------------

Ce financement va également nous permettre de rétribuer les intervenants extérieurs qui vont travailler sur ce projet ( maquette et suivi impression)

De couvrir les envois postaux, (Les frais de port sont inclus dans les contreparties)

Et bien entendu les frais ulule. (8% de la levée de fond !)

Comme vous pouvez le remarquer, cette somme ne couvre pas la rémunération de celles et ceux sans qui ce projet n'existerait pas: les auteurs !

Ils pourront l'être si nous atteignons les 200%.

En effet, cette somme permettra d'augmenter le tirage (en plus de pouvoir vous proposer quelques jolies surprises ! ) afin de pouvoir vendre en direct lors de festival l'album et ainsi permettre, grâce à cette vente supplémentaire, de rémunérer leur travail.

 

Concernant les originaux :

La couverture provisoire

La future couverture

Les paysans surpris par le monstre

Le dragon qui jailli de la vague (l'illustration est en train de sécher !)

 

Je propose également deux packs :

 

 

À propos du porteur de projet

Michel Delawoevre

Michel Delawoevre était directeur de l’école de Fourques en 2 000 lorsqu’il a initié le projet d’écriture d’un conte avec ses élèves de CM2. Ceux-ci ont participé à la première version du « Chevalier à la hache » ou la légende de Foulques.

En 2015, il a dirigé la publication d’un manuscrit tombé dans l’oubli : le journal d’un marin pendant la première guerre mondiale (« Vision de Guerre », de Marseille aux Dardanelles et à Salonique – 1915-)

En 2018, il a publié « Les derniers herbassiers de Camargue », livre de souvenirs de deux frères éleveurs de moutons (Editions Equinoxe, coll. Mémoires du Sud) et « Fourques, de terre et d’eau » (Ed. Equinoxe, coll. Villes & Histoire)

Carmen Mateos Torres

Née à Barcelone Carmen arrive en France en 2002 comme infirmière. Suite à la naissance de son premier enfant, elle arrête son activité professionnelle et se tourne vers sa passion de toujours, la peinture.

« Le Chevalier à la hache » est sa première incursion dans l’édition et gageons qu’elle ne sera pas sa dernière.

Laurent Sieurac

Auteur de Bande dessinée, j'ai déjà réalisé, outre les six premiers tomes de la série Arelate - dont j'ai proposé le financement participatif des T4, 5&6 ici même sur Ulule et l’intégrale des Prophéties Elween (https://fr.ulule.com/propheties-elween/) - 11 albums aux éditions SOLEIL.

Ma bio: https://www.soleilprod.com/auteur/sieurac-laurent.html

Mon blog et mon facebook où l'on peut découvrir tous mes différents travaux:

http://laurentsieurac.blogspot.fr/

https://www.facebook.com/laurent.sieurac

Le blog de l'association 100Bulles :

https://100bulles.blogspot.fr/