BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Le Cheval Blême

Création théâtrale et originale

À propos du projet

C'EST QUOI “LE CHEVAL BLÊME” ?

C'est une adaptation libre autour des œuvres de Boris Savinkov, de Leonid Andreïev et d’Alexandre Blok...

1905. Moscou. L’ancien monde tsariste est en train de disparaître, le nouveau monde communiste n'est pas encore là : c’est un monde en transition, au passé douloureux, au présent misérable, à l’avenir incertain, et, comme le disait Gramsci à cette époque : « Dans cet entre-deux, les monstres apparaissent… » 

Au sein de cette réalité violente, quatre communistes projettent un attentat contre le Gouverneur Général de Moscou. Chacun s’est lancé dans la lutte armée et le terrorisme pour des raisons différentes : Heinrich, l’étudiant, est mû par ses convictions politiques et son envie de vengeance personnelle, Vania, le croyant, veut établir le monde de Dieu et de l’amour sur terre, Erna, la chimiste, suit le groupe, malgré son pacifisme, car elle aime George, le leader, qui s’est engagé dans la carrière terroriste cyniquement, sans trop savoir pourquoi… Tous ont tué, veulent tuer, seront tués ou tueront... Ils s’aiment, se haïssent, doutent, croient, se disputent... Tous cherchent à répondre à la question, chacun à sa manière  : "Comment peut-on justifier le meurtre ?"

POURQUOI "LE CHEVAL BLÊME" ?

                             Quoi de plus délicat - et brûlant - que de parler de terrorisme aujourd’hui ? 

Le Cheval Blême se situe à une autre époque, dans un autre lieu… C’est un terrorisme bien différent de celui que l’on vit aujourd’hui : les cibles sont précises, hautement politiques, bien que les terroristes sachent qu’ils peuvent tuer des civils lors de l’explosion de la bombe ou qu’eux-mêmes soient pendus si la police les attrape… Le Cheval Blême donne la parole à ces terroristes russes du début du XXème siècle : on les voit préparer leur coup, on voit leurs désaccords, leurs doutes, leurs connivences…Et en écoutant leurs paroles, on voit notre propre réalité - celle des attentats contemporains - réfléchie comme dans un miroir déformant… Il n’y pas à proprement parler de bien ou de mal dans cette œuvre (Savinkov, l’un des auteurs, était lui-même terroriste), seulement apparait, comme ultime justification de la violence, cette phrase : « La vengeance engendre la vengeance et le sang appelle le sang… » Et dans un moment du monde où les tensions nationales, internationales, religieuses ou politiques semblent croître et se durcir, il nous semble important de faire entendre un tel texte, qui sonne aujourd'hui comme un avertissement... 

Ce n’est pas un hasard si le titre du roman lui-même - Le Cheval Blême - fait référence au dernier cavalier de l’Apocalypse, celui de la mort, car, comme il est dit en exergue du roman : “Celui qui hait ses frères est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres et il ne sait où il va, car les ténèbres ont aveuglés ses yeux.

Le Cheval Blême parle aussi de cela : "Comment passer d’un système déjà vieux - qui ne satisfait plus grand monde - à un autre nouveau - qui n’est pourtant pas à l’abri de retomber dans les mêmes erreurs et travers que l’ancien - ?" Faut-il choisir la voie démocratique, l’action violente, la révolution personnelle ou collective… Il n’est pas difficile de voir ici un autre échos de notre propre réalité : à l’heure où, en France, on parle de VIème République, où un nouveau parti comme "En Marche" chamboule tout le paysage politique et où les partis extremistes deviennent une force de plus en plus importante, à l'heure aussi où des penseurs, des techniciens, des ingénieurs et des philosophes du monde entier cherchent de nouveaux modèles de société et de nouvelles voies d’organisation de vie, cette question demeure bien réelle…

QU'EST-CE-QU'IL SE PASSE AVEC "LE CHEVAL BLÊME" ?

Le Cheval Blême a débuté il y a peu, avec peu de choses…

Tout d’abord, avec la rencontre d'un texte (LE CHEVAL BLÊME de B. Savinkov) et l’envie de l’adapter pour faire un théâtre différent, dans des lieux non-conventionnels… Puis, la rencontre de plusieurs artistes professionnels (chanteurs, acteurs, danseurs, metteur-en-scène et scénographe) et leur envie de travailler ensemble autour d’un même projet…

Ainsi avons-nous commencé à travailler cet été sur nos temps libres, lisant, fouillant, cherchant à tâtons, explorant, enrichissant peu à peu nos réflexions, affinant nos envies… Dès le début, nous avons ouvert les répétitions à qui voulait : amis, voisins, artistes, personnes avec ou sans culture théâtrale, élus, programmateurs, presses, connaissances, inconnus, adultes, enfants, tous étaient les bienvenus… L’important pour nous était de partager avec le plus grand nombre ce(s) texte(s), ainsi que notre processus de travail ! Et de nombreuses personnes ont répondu à notre appel : elles nous ont regardé et écouté, nous ont interrogé, nous ont fait des retours, ont ri et ont été émus parfois… Et au fil du temps et des discussions, beaucoup d’autres artistes se sont greffés à ce projet pour nous donner un conseil ou un coup de main, que ce soit pour faire de la construction scénographique, de la musique ou du son, des photos ou des vidéos, de la pyrotechnie ou du design… Et des six artistes que nous étions au départ s’est formée une véritable communauté ! 

PARU DANS LA PRESSE (OUEST-FRANCE) le 15.08.2017 :

Aujourd'hui, nous avons besoin de soutien financier, si nous voulons mener à terme notre projet...

Pour plus d'infos, vous pouvez nous suivre sur : https://www.facebook.com/lechevalblem/

A quoi va servir le financement ?

POUR QUOI LE CROWDFUNDING ?

L'idée n'est pas de gagner de l'argent, mais c'est de ne pas en perdre... L’argent du crowdfunding servira à couvrir tous les frais inhérents à la création du spectacle : achats des éléments de scénographie, des costumes, des accessoires, du son et de la lumière…

Pour plus d'infos, vous pouvez nous suivre sur : http://www.facebook.com/lechevalblem/

À propos du porteur de projet

C'EST QUI "LA MOUCHE" ?

Cette compagnie est tout récemment née - le 14 septembre 2017 exactement -, afin de poursuivre la logique de création, de production et de diffusion du Cheval Blême, à l’initiative de Vincent Bouyé, le metteur-en-scène. Au-delà de ce projet, elle a pour mission de créer et de diffuser les arts du spectacle (théâtre, danse, musique et cirque), ainsi que de favoriser les rencontres et les échanges interculturels

. L'EQUIPE MISE-EN-SCENE: 

VINCENT BOUYE (Metteur-en-scène) : Il suit une formation au CNR de Grenoble (2000-2002) et au CNSAD de Paris (2002-2005). Il en profite pour s’exercer à tous les métiers du spectacle, étant tour à tour acteur, metteur-en-scène et technicien. Il décide, après sa formation, de partir à l’étranger, pour découvrir d’autres formes d’art vivant. En 2005, il part en Algérie et vit trois mois avec les nomades et se familiarise avec leur art oratoire. En 2006, il suit des cours de Kathakali au sein du Kéralamandalam (Kérala, Inde). Dès qu’il est en France, il joue dans différents spectacles, comme Manque de S. Kane, mis en scène par Sophie Lagier ou Les Possédés de Dostoievski, mis en scène par Chantal Morel. Il crée aussi des spectacle en tant que metteur-en-scène comme Le Gars de Marina Tsvetaïeva et Paroi de Guillevic. Il part ensuite en Colombie, où il reste six ans, travaillant comme professeur de jeu et de mise-en-scène pour l’Université Javeriana et le Théâtre National (Bogota), collaborant parallèlement à differentes créations de spectacle en tant que consultant, comedien et/ou metteur-en-scéne pour le théâtre, le cirque, l'opéra et la danse.  

JULIEN MASSE (Scénographe) : Scénographe diplômé depuis 2008, Julien Massé a obtenu sa maîtrise d'Arts plastiques à l'Université de Haute Bretagne puis a poursuivi ses études à l'Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg. Ses collaborations avec des metteurs en scènes reconnus l'amènent de plus en plus à s'investir dans l'univers théâtral et chorégraphique. Il travaille notamment aux côtés de Pierre André Weitz, Jean-Michel Rabeux, Olivier Py, Tal Beth-Alachmi ou encore Marcial di Fonzio Bo. Il continue aujourd'hui de s'investir en tant que scénographe indépendant dans le cadre de différents projets municipaux et nationaux, tout en intervenant dans différents établissements de design. En parallèle, il collabore avec l'agence SYLLAB en tant que scénographe programmateur, réalisant des études telles que la restructuration de la Comédie de Saint-Etienne et d'autres outils scéniques en France.

. LES ACTEURS:

DOMINIQUE DELAVIGNE (Le Gouverneur) : Il intègre L’E.N.M.D.A.D de Nantes dont il sort premier prix d’interprétation en 1994, avant d’intégrer l’école du C.R.D.C de Nantes dont il sort en 1996. En tant que comédien professionel, il joue sous la direction notamment d’Éric Sanjou (Scapin et Dom Juan de Molière et Bérénice de Racine),  de Jean-Luc Annaix (Antigone de Sophocle), de Didier Carette (Homme pour homme de Brecht, La Cerisaie de Tchekhov et Peer Gynt d’Ibsen), d'Alain Sabaud (Ronde de sécurité de Foissy) et de Laurent Brethome (Les quatre jumelles de Copi, Margot d’après "Massacre à Paris" de Marlow ). Avec sa compagnie PATAKES, il met en scène plusieurs créations dont Tita- Lou de Catherine Anne, Le journal d’un fou de Gogol, Minetti de Thomas Bernhard, Les Dernières Lunes de Furio Bordon et ZOOM de Gilles Granouillet.

ERIC LAFOSSE (George) : Formé en autodidacte à la danse hip-hop, il découvre l'univers artistique au travers du monde chorégraphique. Parallèlement à ses collaborations avec des compagnies comme David Rolland Chorégraphie (Danse contemporaine) ou encore la Cie des Traine-savates (Arts de rue), il crée la Cie illumina (2008-2017) pour laquelle il écrit cinq pièces chorégraphiques ainsi que de multiples projets pédagogiques et autres performances. Il collabore également avec la Cie Le Menteur Volontaire (Théâtre) sur plusieurs créations en tant que chorégraphe, ce qui l'amène assez naturellement vers le monde du théâtre, en s'investissant de plus en plus comme comédien. 

MELUSINE FRADET (Erna): Elle suit une formation d'actrice et de chanteuse lyrique au Conservatoire de La Roche-sur-Yon. Aujourd’hui, elle partage son activité professionnelle entre encadrement, mise en scène dans les milieux scolaires et auprès des réseaux amateurs et des créa­tions en tant que comédienne et/ou chanteuse et compositrice. Attirée par la pédagogie, la question de la transmission et la formation de manière générale, elle intègre un centre de formation de professeur de la technique Alexander en 2014, pour enrichir son approche du travail de la voix et la direction d’acteur. 

NICOLAS CARTIER (Vania) : Il suit des études en tant que comedien au CNR de la Roche-sur-Yon, de Grenoble puis  intègre le TNS de Strasbourg. Après sa sortie d'école en 2005, il joue dans de nombreux spectacles comme l’Etang de Robert Walser, mis en scène par Emilie Rousset, Gaspard de Handke, mis en scène par Richard Brunel et La Pluie d’été de Marguerite Duras, mis en scène par Sylvain Maurice. Il collabore aussi régulièrement dans les créations de la Cie TOC (Paris), l'Atelier et Alertes (Grenoble).

KARL BROCHOIRE (Heinrich) :  Il commence sa formation d’acteur au Conservatoire d’Art Dramatique de La Roche-sur-Yon de 1999 à 2001, en étudiant parallèlement l'Histoire de l’Art à l’université de Nantes, où il se spécialise dans "l’Art et l’Esthétique du XIXème siècle". En 2007, il part en Italie (Sienne) où il travaille comme enseignant de théâtre pour la Compagnie TeatrO2. Outre les ateliers classiques destinés aux amateurs, aux enfants, comme aux aspirants-professionnels, il développe un atelier de théâtre basé sur les langues étrangères et pratique le "théâtre d’improvisation", "la long form" ou "la commedia dell’Arte". Comme acteur, il joue notamment dans Le Songe de Strindberg, Les nuits Blanches de Dostoïevski et Une sorte d’Alaska d’Harold Pinter. Il se consacre également à la mise en scène : il porte sur scène plusieurs spectacles comme La Carmen et l’écume des jours. Revenu en France depuis 2016, il travaille pour plusieurs compagnies comme enseignant, acteur ou metteur en scène. Il a aussi adapté et mis en scène Le Horla de Maupassant (2017).

Pour plus d'infos, vous pouvez nous suivre sur : https://www.facebook.com/lechevalblem/