BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

"Savourer le chant des saisons": tome 1

Un livre pour savourer le bonheur du temps qui passe

À propos du projet

Déjà auteure de plusieurs livres détaillés ci-dessous, Florence Pomana présente l'aboutissement d'un travail de recherche de plus de 8 ans sur les traditions alimentaires et la modernité pour mieux goûter le temps, le climat, les saisons... et se rapprocher de notre félicité.

Dans les textes de l'Ayurveda, on dit que le vent qui fait circuler les nuages dans le ciel est de même nature que celui qui circule dans notre corps à travers nos pensées, les mouvements de nos fluides et de notre corps, la forme que nous prenons... Alors tout cela est bien agité en ce moment! 

Parce que les saisons de la terre nous affectent tous, même et surtout depuis qu'elles sont erratiques, même quand la ville nous les fait oublier, voici des photos, poésies, réflexions, recettes, histoires, remèdes de ménage...   tirés de son apprentissage et de son expérience de praticienne de l'Ayurveda, de souvenirs d'anciens, de savoirs d'amis, de la famille, des voisins, des élèves... et de ses précieuses déambulations dans les forêts, les prairies, les montagnes, en France et en Suisse. A travers eux, un autre point de vue est proposé afin de nous reposer dans le moment présent et d'en goûter les bonheurs.

 

Flamboiement de phénix des buissons d'épine-vinette

Avant-propos du livre (extrait)

[...] Renvoyée à l’étude de nos plantes, de notre médecine traditionnelle, de notre cuisine traditionnelle par les médecins que j’ai rencontrés, je me suis donc penchée sur les textes anciens avec la structure de l’Ayurveda pour guide. D’autant plus naturellement que notre médecine jusqu’au XVème siècle environ, et la médecine populaire encore longtemps après, avait les mêmes racines, de même que nos fêtes religieuses se fondaient au-delà des credos sur la même perception des rythmes et des saisons.

Il fallait donc rechercher comment lire, réinventer et vivre ces recettes, ces remèdes de ménage, ces traditions alimentaires, à la lumière de notre climat changeant, et de nos modes de vie moderne, avec un attachement particulier à la notion de saison tant les faiblesses immunitaires semblent provenir d'une inadéquation au temps et au lieu. Rechercher et mettre à l'épreuve du quotidien. Et laisser cette autre médecine parler, celle que les plantes, les étoiles, le vent, la terre... racontent sans livre à ceux qui veulent bien écouter, cette partie essentielle de la tradition ayurvédique et universelle.

 

Fruits de l'arbousier venant en même temps que les fleurs

Un remède de maman bien approprié aux flamboiements de l'automne comme aux chaleurs de l'été:

Si l'embrasement retarde le sommeil, la douche des chevilles (padadhara) ramène à la terre, ce rituel du lavement des pieds si apaisant par son humilité, sa simplicité et sa lenteur: au-dessus d'une bassine d'eau fraîche et éventuellement parfumée, on presse une éponge alternativement au-dessus de chaque cheville de l'embra(s)sé(e), entre les deux malléoles, pendant 10mn au moins ou autant de temps qu'il faut à un bienheureux relâchement des tensions, celles de la colère, de la joie qui porte hors de soi, de la fièvre, du stress, des paroles empoisonnées, de la violence, de la chimiothérapie... Cela rétablit le souffle du bas, ramène à soi et au moment présent, rafraîchit les yeux, les pensées et le coeur, déconstipe et désenflamme...


Coucher de soleil sur la Loire

Un poème d'illustration (extrait):

Des fleurs fines et mousseuses comme l’écume
Poussaient au bord de nos chemins
Le vent tombait et l’air semblait frôler tes mains
Et tes cheveux avec des plumes.

L’ombre était bienveillante à nos pas réunis
En leur marche, sous le feuillage ;
Une chanson d’enfant nous venait d’un village
Et remplissait tout l’infini.
(...)

Emile Verhaeren

Lever de soleil en Normandie

Un texte d'ambiance sur le mois (extrait)

Novembre, mort et transformation susurrées partout: par les baies toxiques à l'éclat infernal, dans les eaux gluantes et noires, dans les lumières enchantées, dans la boue sombre d'humus et les parfums riches, dans l'humidité et l'ébullition des matins incertains comme la flamme frêle d'une bougie. Mois traditionnel de curage des canaux, les nôtres aussi: les veines et les canaux dits subtils ou méridiens. [...]

L'état de transformation de la manifestation souligne toute incertitude, tandis que les brumes effacent les contours du monde et pénètrent au coeur de notre chair, multipliant les possibles, pour notre joie ou notre inconfort...Le soleil se lève derrière une danse de voiles de brume: scintillement angélique du brouillard matinal, gouttes de rosée partout comme un "vin de vigueur"*, soupirs posés sur l'eau et dans les champs comme des écharpes ou la trace d'une apparition, et ces tissages perlés qui couvrent tout, comme un cocon de dormition, un voile jeté sur les meubles d'une maison de vacances quittée pour l'hiver, l'empreinte d'une invasion de fées... Les frontières s'effacent dans le flou des contours et, même si le peuplier égraine doucement ses missives dorées ou la rosée ses perles sur nos têtes, il semble que nous soyons entrés dans une dimension hors du temps, un entre-deux où tout est possible.

Patidou échappé du jardin

Une recette: Le beurre clarifié (extrait)
Se soigner avec le beurre clarifié:
[...]
- en cas de rhume, de douleurs cervicales, de constipation rebelle, d'état inflammatoire sans fièvre ni production de mucosités, de certains cas de surdité... le beurre clarifié va restaurer le souffle du bas et permettre les éliminations naturelles. De même que lorsqu'il est appliqué en onction de la tête...
Allié à des écorces astringentes, il permet par exemple la régularisation des cycles féminins dans certains cas de métrorragie.
- au printemps, et pour les gens plus fragiles du foie, ou des artères, on peut ajouter au beurre fondu, avant qu'il ne se soit clarifié, ½ c. à café de poudre de curcuma pour 1 kg de beurre, ou une autre plante amère locale spécifique du sang. Plus léger que les huiles, la graisse d'oie, et toutes les autres graisses, il est mieux toléré par le foie, et c'est un excellent remède au ... cholestérol.
- fouetté patiemment -108 fois dit-on- jusqu'à absorption d'une quantité égale d'eau, de décoction de plantes, d'eau florale... c'est du « ghee lavé », un merveilleux remède pour les peaux sèches et enflammées qui n'absorberont pas l'huile, ou simplement une crème de beauté, à conserver en pot à l'abri de la lumière et à prendre avec une spatule propre.
Mélangé à des graines de moutarde écrasées et un peu d'eau florale, cela peut permettre de préparer l'allaitement quand les seins sont douloureux ou engorgés, également soulager les seins au moment des règles, diminuer la mastose, stimuler la sensibilité et la fermeté de cette zone...

 

A quoi va servir le financement ?

A imprimer le tome 1 (octobre-novembre) en 500 exemplaires de 180 pages quadrichromes pour 4975 euros; à payer les matières premières des contre-parties (à calculer selon les contre-parties, mais estimées à 15% des montants récoltés, soit 969 euros) et la part d'Ulule (516 euros).

Si l'objectif est atteint, ce serait fou...: une grande joie et un grand encouragement à poursuivre!

- s'il est dépassé, le tome 2 (décembre-janvier) sera mis en route.

À propos du porteur de projet

Je m'appelle Florence Pomana. J'ai rencontré l'Ayurveda en Inde en 1991 à travers le choc des saveurs, et quelques mésaventures promptement soignées par des médecins ayurvédiques et leurs pilules aux allures de crottes de chèvre. Puis je suis complètement tombée dedans, par hasard, à mon retour en France, en rencontrant celui qui allait me guider dans un apprentissage très éclectique 14 ans durant. Devenue maman, et inspirée par cette expérience, je quitte définitivement le professorat qui finançait mes interminables études de lettres en 1999 pour la création d'un restaurant sur le canal st Martin où j'essaie de "cuisiner le bonheur" pour mes amis et mes clients, comme je l'ai découvert en Inde: "Po Mana". Il reçoit un Fooding en 2000. C'est de lui, grand pourvoyeur de souvenirs heureux, que je tire mon nom d'auteur.

En 2008, je publie "Cuisine ayurvédique" chez Minerva, réédité en janvier 2016 aux éditions de la Martinière sous le titre "Un goût de Paradis"; également  "La Voie Lactée" aux éditions Assa en 2014, et pendant l'année 2015-2016 la newsletter et les recettes de l'association "Ayurveda France".

Je tiens également un blog dont j'espère faire un outil collectif de réflexion sur les saisons. N'hésitez surtout pas à participer à travers les commentaires: "Le Paradis, c'est ici"

De temps en temps, mon restaurant étant fermé maintenant, j'officie encore comme traiteur, surtout pour des mariages: La Table de Mélusine. Les produits utilisés sont évidemment d'origine locale, bio ou/et sauvage, de saison, frais et non transformés.

                                                            

Je n'ai rien fait seule, bien sûr: ni mon restaurant, ni les précédents livres, ni ce livre. S'il se réalise, ce sera avant tout l'oeuvre d'une équipe: mon ami Luc qui se fait éditeur de circonstance à travers sa société Agoraction pour ce livre et se chargera de l'ISBN et des envois avec Amazon et les autres; Patrick mon complice jardinier avec qui nous avons travaillé sur l'atmosphère de chaque mois; mon cher imprimeur Mohammed de Parigrafic qui nous a trouvé le meilleur tarif, et tous les amis, les voisins, la famille, les élèves... qui m'ont informée, soutenue, encouragée, inspirée..., à la suite de mes professeurs, et surtout la nature, qui a bien voulu se dévoiler devant mon appareil photo et murmurer parfois à mon oreille.

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet