BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitter

Cantique

Disque et tournée de concerts

À propos du projet

CANTIQUE, qu'est-ce? C'est un projet de musique classique qui comprend une tournée de cinq concerts en Suisse et la production d'un disque. Le programme met en regard trois compositeurs: Ernest Bloch, un Genevois qui puise dans ses racines juives à la recherche de sa propre voix, Max Reger, un organiste catholique bavarois à la plume assurée et Andreas Pflüger, un Bâlois agnostique fort expérimenté dans l’écriture lyrique et dans l’animation cinématographique.

Ces compositeurs qu'ont-ils en commun? Tous trois sont inspirés par la peinture et le symbole. Ils portent des regards complémentaires sur les anciennes Ecritures, sur les récits légendaires et le surnaturel.

CANTIQUE nous emmène donc dans un parcours autant sonore que visuel: nous nous rapprochons ainsi des raisons intimes et mystérieuses qui sont à l’origine de la création musicale.

Les cinq concerts auront lieu aux dates et lieux suivants :

Concert 1 :                                        29.01.15 Delémont, Halle des expositions, Concert scolaire

Concert 2 :                                        30.01.15 Delémont, Halle des expositions, Concert public

Concert 3 :                                        31.01.15 Bâle, Martinskirche

Concert 4 :                                        01.02.15 La Chaux-de-Fonds, Salle de Musique

Concert 5 :                                        05.02.15 Genève, Salle Frank Martin

 

Programme

  • Andreas Pflüger (Bâle, 1941)

Pitture (2013-2014)

Concerto pour violoncelle et orchestre en sept tableaux. Composé en 2013-2014. Commande de Facundo Agudin et Musique des Lumières. Dédié à Estelle Revaz.

Cette nouvelle œuvre est le fruit d’une belle amitié entre le compositeur, le chef d’orchestre et la soliste ainsi que le résultat d’une réflexion sur le transfert d’inspiration entre la composition musicale et la peinture. Chacun des sept mouvements s’inspirent donc d’un tableau. Les peintres choisis sont suisses et sont issus des quatre régions linguistiques de notre pays.

 

 La caduta della ballerina. Felice Filippini (Arbedo-Castione/TI, 1917 – Muzzano/TI, 1988)

 

 

 

 Spiel der Najaden. Arnold Böcklin (Bâle, 1827 – San Domenico/Fiesole1901)

 

 

Skt.Adolf-Broggahr-Chatzli-Stok. Adolf Wölfli  (Bowil/Berne, 1864 - clinique Waldau à Berne, 1930)

 

 

Amor am Lebensbrunnen. Giovanni Segantini (Arco, 1858 - Pontresina, 1899)

 

 

 In den langen Erlen. Karl Pflüger Gotstein (Bâle, 1884 - Bâle, 1974)

 

 Insula dulcamara. Paul Klee (Münchenbuchsee/BE, 1879 - Muralto/TI, 1940)

 

 

Confiture aux péchés. Louis Soutter (Morges, 1871 - Ballaigues, 1942)

 

  • Ernest Bloch  (Genève, 1880 – Agate Beach CA, 1959)

Schelomo « Rhapsodie Hébraïque » (Genève, 1915)

Schelomo est le nom hébreux pour Salomon, ce roi de l'Ancien Testament qu'on nous montre souvent psalmodiant avec sa cithare le Cantique des Cantiques, aussi appelé Cantique de Salomon... petite précision pour ceux qui se demandent pourquoi le projet s'appelle CANTIQUE.

En 1933, Bloch rédige lui-même l’article du programme lors d’une exécution de Schelomo par l’Orchestra Augusteo de Rome. Il y explique les circonstances et la source d’inspiration qui étaient à l’origine de la composition :

« … voici l’histoire de Schelomo. Vers la fin de 1915 j’étais à Genève. Pendant des années j’avais tenté l’écriture d’une transposition musicale du livre de l’Ecclésiaste, mais l’usage des langues française, allemande, anglaise ne me convenait point, et mes connaissances de l’hébreu n’étaient pas suffisantes. En conséquence, tous mes brouillons s’étaient accumulés, mon projet s’était endormi.

Un jour je rencontrai le violoncelliste Alexander Barjansky et son épouse. J’ai entendu Barjansky au concert, nous nous liâmes d’amitié très rapidement. Je jouai alors pour lui mes manuscrits des Poèmes juifs, de la Symphonie Israel ainsi que des Psaumes, qui n’avaient point encore suscité un quelconque intérêt auprès des éditeurs. Les Barjansky pourtant furent profondément touchés par ma musique. Pendant que je jouais, Mme Barjansky avait pris un crayon et s’était mise à dessiner la maquette d’une future statuette qu’elle m’offrit aussitôt en guise de « remerciement sculptural ». Du moins, dans ma solitude, je sentais avoir retrouvé des amis sincères !

Je repris de l’espoir et me mis à réfléchir à la composition d’une œuvre nouvelle pour ce magnifique violoncelliste. Après tout, pourquoi ne pas reprendre mon matériel de l’Ecclésiaste et l’imagerie biblique, en attribuant à la déclamation, plutôt que la voix humaine, la voix profonde de son violoncelle – qui pouvait « parler toutes les langues » ?

Je récupérai donc mes brouillons et me remis au travail. Sans plan ni programme précis, je m’internais chaque jour plus loin dans la création d’une forme de rhapsodie et, au fil des chapitres, je copiais rapidement la partie solo à Barjansky qui se mettait aussitôt à l’étudier.

En même temps, Mme Barjansky travaillait à la réalisation de la statuette qu’elle m’avait dessinée. Elle avait initialement prévu d’en faire un Christ, mais s’était finalement décidée pour un Roi Salomon. Au bout de quelques semaines, son travail sur la statuette et mon nouvel Ecclésiaste étaient finalisés. La légende attribuant ce Livre au Roi Salomon, je donnai à mon œuvre le nom de Schelomo. »

Texte cité dans l’article de Tracie Price A Brief History and Analysis of Ernest Bloch's Schelomo, où l’auteur transcrit des notes de programme du San Francisco Symphony Orchestra des années 1955-56.

  • Max Reger  (Brand, 1873 - Leipzig, 1916)

Vier Tondichtungen nach Arnold Böcklin Op.128 (1913)

Richard Strauss, après avoir entendu les Quatre Poèmes symphoniques d'après A. Böcklin op. 128 disait à Max Reger : « Encore un pas, Reger, et vous serez des nôtres »

Et Reger répondait : « Ce pas, justement, je me refuse à le franchir. »

La « Suite Böcklin » présente une architecture quelque peu archaïsante, en suivant le modèle traditionnel andante-allegro-andante-allegro. Les mouvements correspondent à quatre grands canevas d’Arnold Böcklin (Bâle, 1827 - Fiesole, 1901)

 

 I. L’Hermite au violon (molto sostenuto)

 

 

 

 

 

                                                             

                                                          II. Dans le jeu des vagues (vivace)

III. L’île des morts (molto sostenuto)

                                                                                                            

                                                               

                                                                              IV. Bacchanale (vivace)

 

 

 

A quoi va servir le financement ?

Le financement via Ulule va contribuer à une production discographique de distribution internationale. En effet, de nos jours, le financement d'un CD doit être collecté par les artistes puisque les labels ne prennent généralement plus en charge les coûts de production. Ces coûts sont particulièrement élevés lorsque la programmation demande un orchestre de 70 musiciens professionnels.

CANTIQUE bénéficie du soutien de solides partenaires publiques et privés et collabore avec le label allemand NEOS ainsi qu'avec la radio DRS SRF Kultur 2, ce qui montre l'intérêt et la qualité du projet. Cependant, pour boucler le budget, nous avons grandement besoin de l'aide de chacun de vous.

LES PETITES RIVIERES FONT LES GRANDS FLEUVES et toute contribution de votre part est pour nous de la plus haute importance. Un tout grand MERCI d'avance!

Pour un aperçu du budget :

DÉPENSES : 73'940 CHF (59'152 €)

Honoraires Musiciens : 41'740 CHF
Transport, hébergements : 7100 CHF
Location salle de la Chaux-de-Fonds : 3'000 CHF
Ingénieur du son + technique : 10'000 CHF
Frais label (NEOS) + promotion : 10'000 CHF
Droits d'auteur : 1'800 CHF
---
RECETTES  : 73'940 CHF (59'152 €)

Radio SRF Kultur 2 : 10'000 CHF
Coproduction Musique des Lumières : 9'940 CHF
Fondations : 22'000 CHF
Mécénat + sponsoring affecté : 22'000 CHF dont 10'000 CHF (ou 8000 EUR) par Ulule
Subventions Cantons, communes : 10'000 CHF

 

À propos du porteur de projet

 

« Estelle Revaz entre dans la cour des grands »

Ainsi s’exprime la presse pour décrire la prestation d’Estelle Revaz aux côtés de Gautier Capuçon et  de la Camerata Armin Jordan dans le double concerto de Vivaldi lors du concert d’ouverture du  Festival LunaClassics .

 

Estelle Revaz, violoncelle

Née en 1989, la violoncelliste suisse Estelle Revaz a très tôt bénéficié d’un parcours international. Après avoir débuté le violoncelle au Conservatoire de Sion (CH), elle obtient brillamment en 2010 son Bachelor au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Elle rencontre ensuite la grande violoncelliste allemande Maria Kliegel qui l’invite à faire un Master «Violoncelle solo» à la Musikhochschule de Cologne en Allemagne, diplôme qu’elle termine en 2013 avec la plus haute distinction. Estelle Revaz poursuit désormais une carrière prometteuse de soliste tout en continuant à se perfectionner, notamment en musique contemporaine.

Très jeune déjà, Estelle Revaz remporte plusieurs prix. Le 1er Prix de la Fondazione Antonio Salieri di Legnano à Salzburg lui permet de faire en 2004-2005 sa première tournée comme soliste en Italie, Allemagne et Hollande. Elle est également lauréate de plusieurs fondations ou institutions qui la soutiennent dans son parcours tant par des bourses que par l’organisation de concerts. Citons la Ville de Genève, l’Etat du Valais, le Fonds Français Instrumental, ou encore les fondations Leenaards, Little Dreams, Dénéréaz, Kremer, Thiébaud-Frey et Patiño.   Cet été, elle était sélectionnée pour l’Académie du Verbier Festival et a reçu dans ce cadre le « Prix Rotary ».

La presse et le public ont salué avec enthousiasme ses prestations solistiques avec orchestre, lesquelles couvrent un large répertoire allant des concertos de Vivaldi jusqu’aux créations contemporaines. Estelle Revaz a joué récemment avec la Camerata Armin Jordan (musiciens de l’Orchestre de la Suisse Romande), l’Orchestre Musique des Lumières, l’Orchestre des Pays de Savoie, l’Ensemble Ludus, l’Orchestre des Jeunes de Suisse Romande, la Sinfonietta de Genève ou encore avec l’Orchestre National du Paraguay.

Egalement passionnée de musique de chambre, Estelle Revaz affectionne particulièrement le récital violoncelle-piano ainsi que le trio. Elle joue régulièrement dans de nombreux pays d’Europe ainsi qu’en Amérique du Sud, dans des lieux évocateurs comme le Victoria Hall à Genève, le Centre Paul Klee à Berne, la Fondation Gianadda à Martigny, le Louvre et la grande salle de la Sorbonne à Paris, le Cosel Palais de Dresde ou l’Auditorium Evaristo Felice Dall’Abaco à Vérone.

Estelle Revaz s’est produite sur les ondes d’Espace 2 dans le cadre des émissions « Babylone », « Magma », « La Tribune des Jeunes Musiciens », « L’Heure musicale » ou encore à la Radio Télévision Suisse.

Estelle Revaz joue actuellement un violoncelle « A. T. Fiorini » et un archet « J. Eury » mis à sa disposition par deux généreux mécènes suisses.

www.estellerevaz.com

 

 

« La direction sophistiquée et précise de Facundo Agudin crée un rendu sonore  impressionnant »

 Critique de Karin Cooper parue dans ORPHEUS Oper Berlin en Mars 2012.

 

 

Facundo Agudin, direction

Facundo Agudin est né à Buenos Aires. Diplômé de l’Universidad Católica Argentina dans les classes de direction d’orchestre de Néstor Andrenacci et Guillermo Scarabino, il complète sa formation par l’étude de la musique médiévale à Bologne avec Pedro Memelsdorff et de la composition médiévale à la Schola Cantorum Basiliensis à Bâle. Dès son arrivée en Europe, il côtoie des chefs d’orchestre tels que Claudio Abbado, Armin Jordan, Simon Rattle, Gennadii Roshdestwenskii, Wolfgang Sawallisch, ou encore David Zinman. Leur contact, et en particulier celui de Valery Gergiev, le conforte dans son projet de devenir chef d’orchestre.

De 2006 à 2008, il est chef invité principal de l’Opéra National d’Arménie. En 2007, il remporte le Premier Prix au Colin Metters International Seminar avec l’Orchestre Symphonique de Saint Petersbourg. Depuis 2008, il est directeur musical et directeur artistique de l’Orchestre Musique des Lumières ainsi que d’Opera Obliqua. Il est aussi co-fondateur de Neue Opernprojekte Basel et du Festival Stand’Eté. Il est également, depuis 2009, chef d’orchestre principal de l’Orchestre Symphonique de Patagonie (Argentine), en coopération avec le Teatro Colón à Buenos Aires. Il s’est par ailleurs récemment produit avec de nombreux orchestres dont le Prague Chamber Orchestra, l’Orchestre de la Fondation CRT à Turin, l’Orchestra Classica Italiana, l’Opéra National de Pologne à Poznan, le Philharmonique de Kislovodsk, l’Orchestre Philharmonique du Teatro Colón, l’Orchestre Symphonique National d’Argentine, le Symphonique National du Paraguay ainsi que l’Orchestre Symphonique de Bâle et l’Orchestre Symphonique de Bienne.

En octobre 2014, il est invité par le Théâtre Mariinsky de St-Pétersbourg pour reprendre la direction du Faust de Gounod pendant toute la saison 2014/15.

Doté d’un esprit curieux et innovateur, Facundo Agudin dirige de nombreuses créations mondiales qui lui permettent de collaborer avec des compositeurs tels que par exemple Andreas Pflüger, Christian Favre, Jaqueline Fontyn, Dominique Gesseney, Christian Giger, Elmar Lampson ou David Sonton. Il collabore ainsi étroitement avec Universal Music et a été chargé par les éditions Ricordi à Munich de participer à la promotion de l’œuvre opératique de Simon Mayr.

Il réalise également des projets atypiques tels que « Nuevo Tango Nuevo : le tango symphonique de l’après Piazzolla » (Ricordi Universal / OehmsClassics). Le deuxième volet, Nuevo Tango Nuevo II « Proyecto Cortázar » vient d'être enregistré en mai 2014 avec Musique des Lumières : trois créations de Nisinman, Viera et Ortiz sur des textes de Cortázar, à l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance.

Sa discographie avec l’Orchestre Musique des Lumières comprend « Requiem » de Christian Favre (Doron Music), « Demetrio, Re di Siria » de J. S. Mayr (premier enregistrement mondial, OehmsClassics - DRS2), « Nuevo Tango Nuevo I » (créations de Julio Viera, Pablo Ortiz et Marcelo Nisinman, chez OehmsClassics - Universal Music Group), « Der Rose Pilgerfahrt » de Robert Schumann (Doron Music) et est à paraître « Nuevo Tango Nuevo 2 » (OehmsClassics).

Facundo Agudin est membre du « Forum des 100 », cent personnalités qui font la Suisse Romande.

www.facundoagudin.net

 

"Captivant du début à la fin" De Telegraf, Amsterdam

"Fascinant !" BaslerZeitung, Basel 

"Une musique colorée, raffinée, virtuose, énergique" Musik & Theater, Zürich 

"Une œuvre majeure du répertoire du 21e  siècle…" Berliner Zeitung, Berlin

Andreas Pflüger, compositeur

Acclamées par le public et par la presse, ses œuvres sont régulièrement jouées dans les plus grandes salles du monde telles que par exemple la Tonhalle de Zürich, la Philharmonie de Cologne, le Tschechische Staatsoper de Prague, le BKA Theater de Berlin, le Festival de Davos ou encore le SymphonyHills de Tokyo.     

La musique d’Andreas Pflüger intéresse les formations de premier plan qui la défendent avec succès. Citons l’Orchestre National d’Ukraine, le MDR (l’Orchestre symphonique de la radio de Leipsig), l’Orchestre du Staatsoper de Prague ou l’Orchestre Symphonique de Zürich.                                                                  

Le catalogue d’Andreas Pflüger propose 8 opéras, 3 ballets, une vingtaine d’oeuvres symphoniques ainsi que de nombreuses pièces de musique de chambre. Sa discographie comprend des collaborations avec la Radio Suisse DRS 2, Musica Helvetica, Studio A ou Classic 2000.

www.neueneuemusik.ch

 

Musique des Lumières

Fondée en 2004 dans le cadre des Saisons Musique des Lumières, cette formation symphonique est rapidement devenue un acteur culturel majeur du nord-ouest de la Suisse. Ses engagements en Suisse et à l’étranger l’ont fait découvrir à un public nombreux et enthousiaste.

Depuis sa fondation, Facundo Agudin en assure la direction artistique et musicale. Parmi les chefs invités de l’orchestre, on peut par exemple mentionner Thomas Rösner, Karen Durgaryan, Philippe Krüttli et Alexandre Siranossian. Outre le répertoire symphonique classique, l'orchestre Musique des Lumières a joué de nombreuses créations de compositeurs actuels tels que D.Haladjian (Missa de Lumine, 2003) ou A.Pflüger (Der schwarze Mozart en 2006, Doppelkonzert für Bandoneón und Cembalo en 2008). En juin 2011, Musique des Lumières et Facundo Agudin ont été invités par la Fondazione Giorgio Cini, pour donner la création mondiale de « El laberinto » de Julio Viera. L’événement marquait la « naissance » d’un grand labyrinthe créé par Rendall Coates, dans les cloîtres de San Giorgio Maggiore à Venise , à l’occasion du 25e anniversaire de la mort de J. L. Borges.

Dans le domaine de l’opéra, l’Orchestre Musique des Lumières a établi des collaborations avec notamment la Compagnie Opera Obliqua, Kaserne Basel, le Theater Biel, le Teatr Wielki Poznán, la Ricordi München, Universal Music Group, la radio DRS2, Oehms Classics, le Festival Stand'Eté à Moutier, le Comité des Jeux d’hiver Torino 2006. En 2013, l'orchestre a joué Giulio Cesare de Händel au Stand'été, en 2014 la Tosca de Puccini avec Ramón Vargas à Neuchâtel, Fribourg, Vevey et Porrentruy et en 2015 ce sera au tour de la Traviata de Verdi.

La discographie de l'orchestre inclut des partenaires de renom tels que Doron Music, OehmsClassics, DRS2 et Universal Music Group.

www.musiquedeslumieres.ch

 

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet