BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

Calico clip "La faille" interprété en LSF

Un scenario original pour une chanson en images et en Langue des Signes Française

À propos du projet

 

Il s'agit de nous aider à réaliser un vidéo-clip pour la chanson "La faille" de l'album à paraître de Calico

C'est un clip singulier qui voit le scenario original du réalisateur Flavien Videau intégrer l’interprétation en LSF (Langue des Signes Française) de l’artiste malentendante Maïwenn Finont.


Décembre 2011, Jean-Marie Le Goff, auteur de Calico et Maïwenn Finont, artiste malentendante échangent par écrit au sujet de l’organisation d’un concert « indigné ». Jean-Marie fait parvenir à Maïwenn le texte d’une chanson intitulée « La faille » qui lui semble à propos. Maïwenn accroche et propose d’interpréter en direct le titre en Langue des Signes Française. La rencontre est belle, les gestes font mouche et c’est le début de l’histoire.

Ne souhaitant pas laisser ce premier essai sans suites, tous les deux réfléchissent au moyen de collaborer. Naît l’idée d’un clip. La première ébauche de scenario prend source dans plusieurs clips en LSF déjà réalisés dans lesquels la personne qui signe est le sujet du film.

La quête d’un réalisateur mène, grâce à Laure Boussard, interprète LSF et conseillère « technique » pour le clip, jusqu’à Flavien Videau. Flavien est de suite emballé par le projet. Il prend le temps de la réflexion et revient avec une nouvelle direction pour le clip.

Un scenario ambitieux que nous détaillons en fin de présentation illustre la chanson. Le montage imaginé intègre l’interprétation en LSF par la technique d’un écran divisé (« split screen »). Maïwenn - son visage, ses mains - est à l’écran pour toutes les parties chantées et donne une interprétation de « La faille » qui fait partie de l’objet artistique et n’est pas « collée » sur le film. En parallèle les images dépeignent le sens de « La faille » vu par Flavien. Ainsi sourds et entendants accèdent à une double information : la chanson et le film. Le clip est également sous-titré.

Les grandes lignes sont fixées, une équipe est montée. Reste à trouver les moyens de mettre le projet en œuvre. D'où cet appel à vos contributions via Ulule.


La singularité de ce projet réside dans le fait qu'il mettra en scène une comédienne signant en Langue des Signes Française (LSF) de façon à rendre ce clip accessible aux personnes sourdes et malentendantes. Cette comédienne sera totalement intégrée au clip, il ne s'agit pas « juste d'une traduction » du clip en LSF.

A l'écran, en parallèle, se déroulera une petite « histoire », où l'on pourra suivre les pérégrinations d'un employé de bureau. Commençant sa journée par se rendre sur son lieu de travail comme chaque  matin de son existence, il va très rapidement voir son quotidien partir en vrille, les machines qui  l'entourent se dérégler, pour finalement s'enfuir de cet univers urbain oppressant et tenter peu à peu de  goûter à nouveau à des formes de liberté et de simplicité perdues. Ces valeurs seront symbolisées par une progression de l'action, qui verra le personnage principal évoluer rapidement à travers la ville, puis dans un univers plus rural, il renouera avec l'enfance pour finalement se jeter dans l'océan.

Les musiciens du groupe Calico apparaîtront à différentes reprises, jouant de leurs
instruments.


Thème inspiré et détourné d’un vers de Leonard Cohen dans la chanson « Anthem ».
« There is a crack in everything that’s how the light gets in »

Prendre la main pour faire entrer la lumière. Etre la faille.


Le texte

Je suis froid devant les écrans
Insensible à ces mouvements
J'implore la pause, la pause
Le temps pour faire les choses

La fin de l'histoire
Le temps pour se voir
De l'ingénu dans chacun de nos pas
Nous sommes la faille par où la lumière entrera

Sous le jet fleuri des bricoles
Je ris plaqué contre le sol
Qu'ils m'arrosent, qu'ils m'arrosent
Il me pousse des roses

Echardes rasoirs
Entre les mâchoires
Des aiguisées qui crèveront le toit
Nous sommes la faille par où la lumière entrera

Dans les agendas délétères
Rien n'apparaît qui me libère
J'attends la clause, la clause
Moi au centre des choses

L'humain pour de vrai
Commun le banquet
Un débonnaire dans chacun de nos rois
Nous sommes la faille par où la lumière entrera


Le son

La chanson dans une version non définitive, studio octobre 2012.


SCENE INTRO, Int, Jour, Studio

Une batterie est là, seule, alors que la musique n’a pas encore commencé. Une ampoule nue pend au-dessus.

Le batteur apparaît soudain à sa batterie et le morceau démarre aussitôt.

SCENE 1, Ext, Jour, escalator du métro

Pendant le riff de batterie du début, un homme en costume, employé de bureau, à travers une foule compacte. Il se rend au boulot. L'homme évite tout le monde mais arrivé en haut de l’escalator il jette un coup d’œil à sa montre et bouscule une femme qui distribue des tracts. (La guitare commence alors) L'homme ne lui porte aucune considération et continue son chemin.

A l’instant où la femme est bousculée, l’écran se scinde en deux pour suivre les actions des deux  personnages.

La femme se baisse pour ramasser les tracts tombés au sol. Sur les tracts il y a une photo de Maiwenn, de pied dans le même décor que la scène 2.

SCENE 2, Int, jour, pièce noire

Elle réapparaît en robe noir dans un studio noir dans la même position.

Lorsque démarrent les paroles, elle commence à signer.

Ses mains et son visage son mis en valeur par la lumière.

SCENE 3, Ext, Jour, entrée de l'entreprise.

L’homme passe en courant devant un magasin avec en vitrine des télévisions, puis il arrive en courant au pied de l’immeuble où il travaille, il gravit les nombreuses marches et pénètre dans le bâtiment.

SCENE 4, int, Jour, Bureau

(Les petites scènes suivantes sont intercalées pendant que Maiwenn signe le 1ER couplet.)

Idée d’un dérèglement mécanique.

Plusieurs scènes :

-  L’homme s’assoit dans son fauteuil, il tape devant son écran.

-  Son imprimante crache frénétiquement du papier. Sur chaque feuille, il y a Maiwenn qui signe.

-  Son horloge se dérègle et les aiguilles tournent à toute allure, à l’envers

-  Il va se prendre un café à une machine à café. La machine devient folle, des gobelets tombent les uns sur les autres et le café coule dessus.

-  Il est au téléphone avec sa patronne qui l’engeule violemment. Rapidement elle le gonfle, il lâche son téléphone et se précipite dans le bureau de sa supérieure, l’embrasse fougueusement et quitte l’entreprise. (plan des 2 personnages de chaque côté de l’écran avec Maiwenn au centre. Les actions de l’homme et de sa supérieure sont filmées en simultané).

[...]

SCENE 12, Ext, Jour, Forêt.

Des enfants jouent aux indiens et aux cowboys. L’homme se joint à eux. Il est en chemise cravate et porte une coiffe d’indien et des peintures sur le visage. Il se fait poursuivre par un « cowboy » et finit par recevoir un flèche et tomber à terre. Tous les enfants lui sautent alors dessus.

SCENE 13, Ext, Jour, Route [Pendant le pont musical]

Il court seul au beau milieu d’une route. Peu à peu, il est rejoint par d’autres hommes en costume.

SCENE 14, Ext, Aube, Forêt.

L’Homme est avec sa coiffe d’indien autour d’un feu avec les enfants. Il leur raconte une histoire.

[...]

SCENE 17, Ext, Aube, Plage

L’homme vient d’enlever ses chaussures. On peut suivre son chemin grâce à ses traces de pieds dans le sable.

SCENE 18, Int, jour, Studio.

L’ampoule au-dessus de chaque musicien s’éteint.

SCENE 19, Ext, Aube, Plage

Le groupe Calico joue sur la plage.

L’homme se jette dans la mer et nage vers le large. Au loin, le soleil se couche.

Maiwenn est alors sur la plage, elle regarde vers la caméra et à l’arrière-plan, on voit l’homme qui s’éloigne.

FIN

 

Quelques photos des repérages ...

FLAVIEN VIDEAU

Co-fondateur de l’association Les Films de Nous et membre de l’association Manual Focus.

Titulaire d’une licence de Théâtre et actuellement en 3ème année Licence cinéma.

Passionné de cinéma avec un vif intérêt pour la réalisation.

Filmographie

Réalisateur

  • G.R.A.N.T. , 2010/2011
  • Le Dernier Rétro 2011
  • Brainstorming 2012
  • Au cœur de Panoramas 2012

Scénariste

  • G.R.A.N.T.
  • Le Dernier Rétro
  • Inconnu à cette adresse, 2011

Directeur de production

  • A Bicyclette, de Zoé Coutentin, 2012
  • Bestial TV, 2012 ( création collective dans le cadre du festival pluridisciplinaire étudiant K-Barré
  • Ubiquité, de Valentin Lamandé, 2012

 

MAIWENN FINONT

Destinée par mes études à faire du montage vidéo, j'ai rapidement changé de voie pour étudier le Tibétain.

C'est ainsi que très logiquement, je suis devenue informaticienne, non sans avoir touché à moult petits métiers.

C'est dans l'optique d'une conversion professionnelle que j'ai appris la LSF en 2005. Ce fut une révélation. La découverte du "Monde des sourds"

m'a permis de prendre conscience de ma propre surdité, et de l'appréhender autrement que seulement comme la perte de quelque chose.

La beauté de la LSF m'a donné rapidement envie de la partager sur scène, moyen selon moi de sensibiliser les entendants tout en proposant aux sourds des oeuvres rendues accessibles.

Depuis 4 ans, je me suis modestement formée au clown et mime burlesque, au théâtre d'improvisation et... à l'accordéon diatonique.

Dans le cadre de V-Day, mouvement mondial de lutte contre les violences faites aux femmes, j'ai mis en scène des femmes lisant ou signant Les Monologues du Vagin de Eve Ensler en 2010 et 2011.

J'ai joué le rôle d'un enfant muet dans la pièce L'Adoptée de Joël Jouanneau avec la troupe Par les Villages en 2011 et entamé un travail d'adaptation bilingue du texte Matin Brun de Franck Pavloff, qui devrait aboutir en 2013 portée par une compagnie en formation.

J'ai également proposé des animations signées dans le cadre de festivals (reprise live du court-métrage de Philippe Découfflé "Le petit bal", "Je suis sourde, on pourrait peut-être s'entendre ?", criée publique bilignue...), animé quelques ateliers pour petits et grands et me suis parfois invitée sur les scènes de Bob et Flanaghan.

Ni sourde ni entendante, j'ai pour ambition d'explorer les particularités "de l'entre-deux" et de favoriser la rencontre des extrêmes.

De formation légère, c'est intuition et coeur qui me servent de guides.

Tout reste à vivre...

MATTHIEU HEYDON

 

 

 

CECILE VALEMBOIS

 

 

SIMON AMAND

Réalisateur et scénariste de formation, Simon Amand est également président de l'association de cinéma Manual Focusqu'il a co-fondé en 2009. Il a colaboré avec Valentin Lamandé sur plusieurs projets et compte à son actif un bon nombre de court-métrages. Il a également travaillé en 2011 sur La crèche des hommes, long métrage de Hervé Brami.

Filmographie (non exhaustive)

Court-métrages

  • Gigaman (2010)
  • Gigaman 2D (2011)
  • The suitcase (2011)
  • Otage (2011-2012)

Clips

  • Pub Web « World Wild Souls » pour 2WS (2010)
  • Série de clips web « Let’s go to the show » pour samsonite europe / Majestic force (2011)

Reportages

  • Reportage « Le tapé des mains » pour 2WS (2010)
  • Festival K-barré, à Rennes (2012)


JORIS FAVRAUD

Actuellement étudiant en 3éme année à l'ESRA BRETAGNE à Rennes.

Se dirige vers le métier de cadreur.

Cadreur et chef monteur sur toutes les prods réalisées au cours des 2 premières années de formation (soit 2 courts métrages super 16, une pub, une news, etc)

Cadreur sur le court-métrage Ubiquité (2012).

Réalisation de multiples vidéos depuis 2004 en particulier sur du sport mécanique (stunt), circuit, patinage freestyle, voyages etc...

Pratique de la photographie au quotidien.

JEAN-FRANCOIS DOULIN

Formation CAMERA, SON et LUMIERE à l’ECTQ (Ecole de cinéma et télévision du Québec)

Filmographie

  • Machino sur le court métrage « Désolée pour hier soir » pour la compagnie de production « Yukunkun production » et  « Les films du kiosque » à Paris, deux journées. Réalisatrice Hortense Gelinet (Juillet 2012)
  • Electro sur le long métrage « Les petits joueurs », pour la compagnie de production « Bibus production » à Paris. Réalisateur Guillaume Breton (Mai-Juin-Juillet 2012)
  • Electro-machino sur le court métrage « Ubiquité » pour les associations les Films de Nous et Manual Focus à Rennes. Réalisateur  Valentin Lamandé (Mai-Juin 2012)
  • Electro sur le court métrage « Rongés » pour la compagnie de production « Caspita» à Paris, trois journées. Réalisatrice Violaine Jarousse (Mai 2012)
  • Electro-machino sur un clip « J’ai L’Flow » pour la compagnie de production « Onthemoon Artistic » à Rennes, deux journées. Réalisateur Luc  Chiefare (Avril 2012)
  • Electro-machino, preneur son et perchiste sur une corporative « Les chirurgiens dentistes et les nouvelles technologies » pour la compagnie de  production « Les productions Cina » à Québec, une journée. Réalisateur Jonatan Berubé. (Janvier 2012)

 

VALENTIN LAMANDÉ

Valentin Lamandé est un jeune réalisateur actuellement étudiant à l'Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle (l'ESRA)

Déjà auteur de nombreux court-métrages diffusés dur le web, il a réellement commencé à se confronter à la réalité du cinéma avec la web-série G.R.A.N.T. produit en partenariat avec le conseil général des Côtes d'Armor, projet pour lequel il a été notamment scénariste, réalisateur et monteur.

Ce passionné du 7ème art est également co-fondateur de l'association de création audiovisuelle "Les Films de Nous".

Filmographie (non exhaustive)

Web-séries

  • G.R.A.N.T (2010).
  • Contre la montre (2010/2012)

Court-métrages

  • Pee-movie (2010)
  • Inconnu à cette adresse (2011)
  • Hitman Crisis (2012)
  • Ubiquité (2012)

FRANCOIS LE BOURNOT

Membre des associations Les Films de Nous et Manual Focus.

Filmographie

Réalisateur

  • 11 Macchabées et 1 mallette, 2012
  • Bestial TV, ( dans le cadre du festival K-Barré) , 2012

Acteur

  • G.R.A.N.T. , de Valentin Lamandé et Flavien Videau ( l’Homme sans Nom)
  • Inconnu à cette adresse, de Maud Wambergue et Valentin Lamandé (l’Homme)
  • Contre la Montre , de Valentin Lamandé (Denez)
  • 11 Macchabées et une mallette, de François Le Bournot ( 2 )

 

ALICIA OLLIVIER










MAELIS THIBON

THIBAUT DE QUELEN


Calico prépare son prochain album. Pour découvrir son univers, une vidéo avec des extraits d'un concert donné à l'espace Jemmapes à Paris en janvier 2012, une autre au festival des Vieilles Charrues en 2008.

Pour suivre Calico

 

 

 

A quoi va servir le financement ?

C'est grâce aux efforts de l'ensemble de l'équipe qu'un tel clip peut-être envisagé car le budget global est réduit à son minimum. Il s'agit en effet de 5 jours de tournage dans différents endroits en Bretagne, Rennes pour la ville, le centre Bretagne pour les champs et la côte malouine pour la plage !

La souscription que nous lançons via Ulule correspond à ce budget minium, cela couvre

  • les costumes
  • le maquillage 
  • les fournitures diverses
  • le transport
  • les repas

Si nous avons la chance de voir le budget minimum dépassé, nous pourrons alors envisager une location de matériel complémentaire et un défraiement des membres de l'équipe.

 

 

 

À propos du porteur de projet

Manual Focus

 

C’est en l’an de grâce 2009 que la noble institution Manual Focus est née. Issue de la fantaisie de jeunes cinéastes débrouillards, l’association a permis d’avoir un statut légal et surtout un nom pour se réunir et continuer de créer. Certes, la création d’un tel organisme est presque une coutume dans le bassin Rennais, deux amis ont une idée, ils créent une association. Dans notre cas, c’est le film « Be Kind Rewind » (« soyez sympa rembobinez ») de Michel Gondry qui a été notre modèle d’inspiration. C’est donc sur cette base de « créez votre film et faites vous plaisir » que l’association a commencé à battre de ses propres ailes.

 

Les Films De Nous

L'association Les Films de Nous a vu le jour en 2010, et se veut un moteur en terme de création audiovisuelle.

Son principal objectif est d’être un soutien à la création, en apportant aux projets, aux idées, aux envies de chacun un dynamisme favorisé par le cadre associatif, lequel permet de créer un cadre administratif et logistique qui peut grandement jouer dans la réussite d’un projet.

Un doux alliage d'envie et de rigueur, une folle énergie déployée pour mener à bien encore et toujours plus de projets.

 

Association PROMMA

Promma est une association qui a pour objet le support et la promotion des artistes dans le cadre des musiques actuelles.

Basée à Laniscat dans les Côtes d'Armor, Promma porte depuis 2003 les projets de Calico.

Elle accompagne le groupe dans toutes les étapes vers la professionnalisation et contribue à la diffusion de spectacles dans son département et au-delà.

Elle s'implique aujourd'hui dans la préparation de la sortie de l'album "la Mue" qui paraîtra en avril 2013.

Elle a participé auparavant à la production des deux derniers albums de Calico

  • "La posture" sorti en octobre 2005,
  • "faire le jeu" sorti en avril 2008.

Elle a supervisé la création des spectacles associés et en a assuré la promotion et la diffusion (une centaine de concerts principalement en Bretagne).

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet