BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

La cabane du pêcheur

Sauver un petit coin de paradis en Dordogne

À propos du projet

La petite histoire...

C’est l’histoire d’un gars et d’une fille qui se sont lancés en 2010 dans une aventure un peu folle. Stephan et Françoise ont décidé de réveiller un domaine de 27 hectares endormi depuis plusieurs années en Dordogne-Périgord.

Le projet a pris le doux nom de “Parenthèses imaginaires” et il vise à construire un espace préservé pour accueillir les personnes qui ont besoin de faire une parenthèse loin de leur quotidien, de passer des vacances atypiques ou tout simplement de vivre un moment suspendu un peu privilégié. Le lieu constitue en soi une invitation à la rêverie, à la flânerie et à une douce quiétude.

Parenthèses imaginaires cultive le tourisme durable, adore les clins d’oeil artistiques et s’amuse à proposer des activités nature, ludiques et rigolotes un peu partout sur son domaine.

Comme Stephan et Françoise n’ont pas trop de sous, ils ont vendu pas mal de choses et ils font la plupart des rénovations eux mêmes pour essayer de refaire battre le coeur de ce lieu. Ils organisent également des journées coup de main, ouvertes à tous, pour partager leur projet et faire avancer les chantiers les plus difficiles à mener lorsqu’on a que 4 bras, 4 jambes et 2 têtes.

Depuis 2010, ils ont réussi à remettre en service presque tous les espaces communs, 4 chalets lacustres en bordure d’étang et 14cabanes glamping qui ont chacune leur humeur. Elles sont tour à tour : gourmande, bavarde, coquine, rêveuse ou encore rebelle et ont chacune une décoration basée sur un courant artistique. Parenthèses imaginaires accueille des visiteurs depuis deux saisons et cela se passe plutôt bien même si les résultats économiques ne permettent pas encore à Stephan et Françoise d’en vivre.

Heureusement que l’amour et l’eau fraîche ne manquent pas par ici… ;-) et qu’ils gardent le moral grâce à tous les messages de sympathie et d’encouragement qu’ils reçoivent de leurs visiteurs, amis et admirateurs.

Vous pouvez tout savoir sur le projet Parenthèses imaginaires en consultant le site web du domaine : http://parentheses-imaginaires.com.

Aujourd’hui, Stephan et Françoise ont un problème !

 

Redonner des couleurs à la cabane du pêcheur...

Au milieu de Parenthèses imaginaires, il existe une petite cabane de pêcheur qui est seule depuis quelques années et qui a tendance à se faner un peu plus à chaque saison. Il y a urgence à la sauver avant qu’elle ne s’écroule mais malheureusement nous n'avons pas tout le budget pour la rénover correctement.

Nous aurions pu normalement récupérer quelques aides publiques pour financer des choses et rendre le chemin plus facile mais malgré toute notre bonne volonté,  nous nous sommes embourbés dans les ornières de l’administration avant de nous prendre les pieds dans le tapis de la bureaucratie pour venir au final nous fracasser sur la réglementation implacable des institutions. Bref, nous ramons pour réunir les fonds qui sauverait la cabane du pêcheur.  Pourtant,nous avons très envie qu’elle retrouve le sourire et qu’on puisse à nouveau s’y asseoir.


Heureusement, vous êtes là… :-) et vous allez sûrement nous donner un coup de pouce pour nous permettre de lui redonner tout son éclat.

 

La cabane du pêcheur, concrètement...

Cette cabane a beaucoup de charme et nous souhaitons préserver son caractère et le cadre enchanteur qui l’accueille.

Nous avons imaginé un projet tout aussi nature que artistique qui repose sur l’idée de construire un refuge dans un refuge dans un refuge…;-).

Parenthèses imaginaires est un refuge vis à vis de la société parfois dure et brutale.

La cabane est, par nature, un refuge qui nous protège des intempéries.

Les mini-cabanes que nous allons construire à l’intérieur serviront de refuge pour les petites affaires des personnes qui logeront dans la cabane.

Bien sûr, la cabane du pêcheur est prévue pour être habitée et nous prévoyons un équipement permettant un certain retour aux sources et offrant la possibilité de vivre une parenthèse un peu particulière au confort rustique mais avec beaucoup d’intensité.

La cabane du pêcheur sera alimentée uniquement par des lampes solaires, elle n’aura pas l’eau courante et des toilettes sèches permettront de répondre à nos besoins primaires. Rassurez vous, elle sera tout de même rigolote et suffisamment confortable pour y passer un moment d’exception.

Nous avons envie de démontrer qu’il est tout à fait possible de vivre en autosuffisance pendant quelques jours et de retrouver ainsi le goût des choses simples. Pas de télévision, pas de nuisance lumineuse, pas d’internet, juste le plaisir de la nature, la douceur d’une discussion, la contemplation des étoiles et le clapotis de l’eau.

Si nous réunissons le budget nécessaire, la cabane du pêcheur sera dotée d’un vaste ponton pour pêcher ou lézarder, d’une petite barque pour faire des ronds dans l’eau et d’une douche solaire pour pouvoir se rincer sommairement sans utiliser de produits nocifs pour la nature.

 

Les habitants de la cabane...

Une fois remise en état, cette cabane sera mise en location pour les personnes qui auront envie de vivre un retour aux sources le temps de quelques nuits. Elle pourra être également mise à disposition de personne qui cherchent à se lancer dans un projet artistique ou littéraire et qui auraient besoin de s’isoler pour invoquer les dieux de l’inspiration.

Enfin, lorsqu’elle ne sera pas occupée, son ponton servira aux pêcheurs qui viendraient taquiner le goujon, la carpe ou le brochet.

 

A quoi va servir le financement ?

Le budget global nécessaire à la remise en état de la cabane en tenant compte de la réglementation, des aspects écologiques et des aspects esthétiques pour la rendre toute mignone est d'environ 10 000 euros. Nous pouvons dégager 3500 euros sur nos fonds propres... Il nous manque par conséquent 6500 euros. Si nous n'atteignons pas au minimum cette somme, l'argent ne sera pas débloqué... C'est le principe du tout ou rien et il est impossible d'y déroger donc chaque contribution compte pour atteindre l'objectif.

Le financement est destiné à la réalisation des travaux suivants :

  • Un joli ponton devant la cabane qui servira aux pêcheurs lorsque la cabane ne sera pas occupée. Il comportera un petit embarcadère pour monter tranquillement dans une barque et aller faire des ronds dans l’eau.
  • Un nouveau toit pour que la cabane arrête de pleurer chaque fois que la pluie fait son apparition
  • Un aménagement intérieur surprise qui permettra de passer quelques nuits, de faire un brin de cuisinette et surtout de rêvasser ou de réfléchir à l’avenir du monde.
  • Des toilettes sèches à l'extérieur de la cabane actuelle pour… euh ben, vous vous doutez pour quoi faire...
  • Une douche solaire pour garde le teint frais et la peau douce.

Si nous dépassons le budget, nous réaliserons des aménagements simples en bordure d’étang comme un poste d’observation pour les oiseaux, un grand transat pour deux pour regarder les étoiles ou lézarder au soleil, un pont de singe en remplacement du pont écroulé à côté de la cabane...

PS pratique : Pour participer au financement, le plus simple est d'utiliser une carte bancaire mais vous pouvez également adresser un chèque directement à Parenthèses imaginaires que nous intégrerons dans la cagnotte globale du projet... L'adresse pour les envois de chèque est :

Sauvons la cabane du pêcheur - Parenthèses imaginaires - Fontaine   de Cardissou - 24470 Milhac de Nontron.

À propos du porteur de projet

Parenthèses imaginaires et ce projet de cabane de pêcheur sont portés par deux individus aux parcours plutôt louches et suspects.

Françoise, petit poisson...

Artiste de son état, elle transporte tout plein d’idées dans son cabas. Elle est née à quelques centaines de mètres de la dite cabane du pêcheur et elle est imprégnée de la tête aux pieds du lieu. Après avoir été brillante étudiante dans les arts graphiques, elle devient chef  d’entreprise en montant immédiatement sa petite société juste après ses études. Quelques années plus tard, elle choisit de devenir artiste et graphiste indépendante. Un jour, elle découvre qu’elle peut faire de l’art appliqué au travers du projet Parenthèses imaginaires et convint Stephan, son compagnon, d'embarquer avec elle dans l’aventure.

Françoise est également un génie de la cuisine improvisée, de la décoration avec trois fois rien, du dessin sous toutes ses formes et du clin d’oeil artistique.

Stephan, petit oiseau...

Il vient des hautes terres, du côté de la Lorraine mais il s’est vite aperçu qu’il faut des pulls moins épais dans le Sud Ouest et il a adopté depuis quelques années le Périgord. Coincé entre un processeur, un disque dur et un clavier depuis son plus jeune âge, il a fait une trop longue carrière dans une grande entreprise qui voit la vie en Orange et qui cherche à mettre les gens en relation. Un  jour, il décide de changer de vie et il convint sa compagne Françoise de le suivre dans un projet un peu fou qui s’appelle Parenthèses imaginaires. Depuis, il n’a jamais autant travaillé sans gagner d’argent mais il n’a jamais été aussi heureux et s’émerveille tous les jours de la beauté de la nature qui l’entoure.

Il aime écrire, inventer des jeux, résoudre des énigmes et goûter tous les plats que prépare Françoise.

Pour en savoir plus...

Pour en savoir davantage sur nous et notre projet, vous pouvez consulter, le site de parenthèses imaginaires :
http://parentheses-imaginaires.com/

En particulier le blog qui raconte l'aventure depuis le debut :
http://parentheses-imaginaires.com/blog/

Vous pouvez voir la cabane qui attend des soins ici :
http://parentheses-imaginaires.com/une-cabane-bien-insolite/

Et enfin, nous avons une page facebook ici :
https://www.facebook.com/pages/Parenth%C3%A8ses-imaginaires/172902352844251

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet