Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Bruxelles 43

La vie à Bruxelles sous le joug Allemand! (Bande-Dessinée)

À propos du projet

L’OBJECTIF 180% ATTEINT
NOUVEL OBJECTIF > 240%

TOUS les souscripteurs (de plus de 30 €) recevront un ex-libris (non signé) du visuel de la case où Hergé et Jacobs se promènent dans les rues de Bruxelles !

Nouvel objectif : Si nous atteignons les 240%,  tous les souscripteurs (de plus de 30 €) recevront une pochette d’allumettes vintage (très sixties) représentant Kathleen, l’héroïne de Sourire 58 (que l’on verra enfant dans Bruxelles 43)

Le crowdfunding permet de payer à leur juste valeur les auteurs. Même si nous avons dépassé les 100%, le budget du livre que vous tiendrez entre les mains est au-delà des 45.000 €.
... Et n’oubliez pas de parler de « Bruxelles 43 » sur les réseaux sociaux. Vous pouvez partager les posts publiés sur le facebook ou le twitter des Editions Anspach.

 


Bruxelles, 1960. Revenue du Congo, Kathleen aide sa mère à ranger son grenier. Elle y découvre une enveloppe contenant de nombreuses planches de bande-dessinée, destinées à la presse clandestine et qui dénonçait l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale.

Kathleen replonge alors dans son passé.
1943, Kathleen avait 12 ans. Bruxelles est occupée par les Allemands. La jeune fille ne comprend pas grand-chose à la guerre. Son père, Fernand, tient un kiosque à journaux, Place de Brouckère. Il est passionné de bande-dessinée.

Un dimanche de juin, Bob, un dessinateur, ami de Fernand, lui montre ses strips de BD. Des histoires corrosives à l’encontre d’Hitler, qu’il tente de faire publier dans un journal de la Résistance. Bob se sait surveillé. Il échappe à la filature d’Alfred, un collaborateur rexiste alors qu’il était en compagnie de sa fille Suzanne …  Celle-ci a peur pour son père. Elle n’attend qu’une chose : échapper à ce climat pesant et pouvoir jouer avec ses amies Kathleen et Yvonne.

L’atmosphère devient de plus en plus irrespirable à Bruxelles. Les rafles anti-juifs se multiplient. Les bombardements, aussi. Ils ne font pas la différence entre les bons citoyens et les collabos. Les trois enfants vont être au cœur de l’un d’entre eux. Les tensions qui en résulteront feront vaciller leur amitié….











Le dessinateur BAUDOUIN DEVILLE
(photo - T. Dricot))

Né à Liège (Belgique), Baudouin Deville est titulaire d'un graduat économique (EPHEC). Il a suivi une formation de graphiste et d'illustrateur à l'Académie des Beaux-Arts de Saint Gilles (Bruxelles) et au CAD (College of Advertising & Design (Bruxelles). Il débute sa carrière aux éditions Bédéscope avec la série L'Inconnu de la Tamise (3 tomes parus) aux éditions Bedescope puis aux éditions Dargaud avec Les Esclaves de la Torpeur (2 tomes parus).

Il travaille ensuite pour de nombreuses agences de publicité à Paris et Bruxelles et crée le studio graphique Traits.
En 2009, il revient néanmoins à ses premières amours, la bande dessinée. S'ensuit Continental Circus, album récompensé par le Grand Prix 2011 BD-Moto au Festival de Saint-Dié-des-Vosges (F) puis la trilogie Rider on the Storm aux éditions Paquet. Il publie ensuite Sourire 58 aux éditions Anspach en 2018, best-seller de l'édition en Belgique. Deux ans plus tard, Léopoldville 60 paraît et connaît le même succès.



Le scénariste PATRICK WEBER
(photo - N. Anspach)

Patrick Weber est né à Bruxelles. Après des études d’Histoire de l’art et d’Archéologie, il se dirige vers une carrière de journaliste. Il publie des romans historiques et des bandes dessinées. Passionné depuis toujours par l’histoire royale, il a écrit de nombreux ouvrages sur le sujet. Il devient chroniqueur royal.

Entre 2011 et 2018, il a été chroniqueur royal de RTL Belgium, en télé, en radio et sur le net. Il a animé, chaque soir, l’émission On refait le monde sur la radio Bel-RTL. En 2019, il rejoint la RTBF où il anime notamment en télé une émission consacrée à l’Histoire. En semaine, il décortique, avec une bande de débatteurs, l’actualité en radio avec C’est Pas Fini ! (sur Vivacité)

Il est également l’un des fondateurs du Salon du livre d’Histoire (Bruxelles) et du Club de L'Histoire.
Il a signé Bruxelles Omnibus (l’histoire de Bruxelles à travers ses arrêts de métro et de tram, chez Michel Lafon), le roman Maggie, une vie pour en finir (Plon) et le roman graphique Sang de Sein (avec Nicoby, chez Glénat), puis une biographie consacrée à Mishima, dessinée par Li-An. En mars 2019, il joue son premier one-man show Patrick Weber entre dans l’histoire dans un théâtre à Bruxelles.



La Metteuse en Lumière, BERENGERE MARQUEBREUCQ
(photo - DR)

Après des études d’illustration à St Luc, Bérengère Marquebreucq s’oriente vers l’animation, en travaillant notamment sur les décors de série-animée. Elle débute en tant que coloriste, en 2003, en travaillant sur le premier tome d’Imago Mundi. Sa sensibilité artistique, sa créativité, ses choix de tonalité et son travail sur la lumière convainquent rapidement les plus grands auteurs et éditeurs de lui confier leurs séries. Bérengère Marquebreucq s’est fait remarquer du grand public en devenant la coloriste de Philippe Delaby sur la Complainte des Landes Perdues, de XIII Mystery, d’I.R.$, XIII, Le Janitor. Mais aussi de Marvano pour Bonneville, La Brigade Juive et Grand Prix.

En 2018, Baudouin Deville lui confie le soin de réaliser les couleurs de la couverture de « Sourire 58 ». Sa méticulosité et ses effets pour donner de la matière à des éléments du décors achèvent de convaincre les auteurs et l’éditeur. Ils lui demandent d’assurer la mise en couleur de l’entièreté de « Léopoldville 60 »

En évoquant son métier, Bérengère Marquebreucq préfère le définir comme étant une mise en lumière du travail d’auteurs…


« BRUXELLES 43 » est une histoire indépendante et auto-conclusive. Après avoir évoqué l’Exposition Universelle de 1958 (« Sourire 58 ») et la décolonisation du Congo Belge (« Léopoldville 60 »), Baudouin Deville et Patrick Weber reviennent sur une période grise de l’histoire de la Belgique, et de Bruxelles : l’occupation Allemande.




« Sourire 58 » et « Léopoldville 60 » ont eu un succès critique en Belgique et à l’étranger. La presse en a fait un large écho. Extraits :

  • « Une captivante intrigue Hitchcockienne à l’ombre de l’Atomium », O. Delcroix - Le Figaro (France)
  • « Un thriller ligne claire qui fait revivre l’épopée futuriste de l’Expo 58 », D. Couvreur - Le Soir (Belgique)
  • « Un coup de maître », D. Berche - L’Essentiel (Luxembourg)
  • « Une évidente réussite », G. Ratier - L’Echo du Centre (France)

Quelques extraits d'articles de presse :

  • « L'ambiance de l'époque est très bien restituée, grâce aux dessins très travaillés, dans le style ligne claire chère à Hergé. Les personnages sont attachants et les dialogues efficaces. » - J. Gaulier – L’Essentiel (Luxembourg)
  • « Dessiné dans un style ligne claire assez vintage et très réussi, cet album bien écrit, aux personnages bien construits, se lit d'une traite. » - S. Dubreil  - Guerres et histoire / Science et Vie (France)
  • « Weber et Deville suivent le cap fixé dans Sourire 58, plaçant leur héroïne – femme moderne et indépendante sans être une super-héroïne – dans un contexte historique fort et très bien rendu, » - D. Muraz – Le Courier Picard (France)
  • « BD sans concession, cette histoire raconte comment les intérêts commerciaux d’une poignée de spéculateurs ont été nuisibles au succès d’une décolonisation nécessaire » - Géant Vert – DBD (France)
     

À quoi va servir le financement ?

A compléter le budget de l'album

  • Les frais de création (+- 25.000 €)
  • L'impression (+- 10.000 €)
  • L'impression et l'envoi des contreparties
  • Les frais de PAO (graphisme) et de Marketing.

Voir la colonne de droite pour le détail des contreparties, et ci-dessous pour les exemple de visuels réalisés pour les campagnes de financement de « Sourire 58 » et « Léopoldville 60 ». Baudouin Deville se consacre à la réalisation de « Bruxelles 43 », il se chargera de la création des contreparties après avoir terminé l’album. L’objectif pour Baudouin Deville et les Editions Anspach est bien sûr de maintenir le niveau de qualité des marque-pages, ex-libris, portefolio, etc.​

Ex Libris pour "Sourire 58"

Extraits du portefolio pour "Léopoldville 60" :

Un marque page, pour "Léopoldville 60"

À propos du porteur de projet

Les éditions Anspach ont été fondé par Nicolas Anspach en 2017. Après avoir été rédacteur en chef d’ActuaBD.com, il est engagé par un éditeur mainstream, de la fin 2011 au début de l’année 2014, où il assure différentes missions d’accompagnement éditorial, de création de contenu et de relation presse.

Sourire 58 (de Patrick Weber & Baudouin Deville), la BD officielle des 60 ans de l’Atomium, est le premier album qu’il a publié dans son label. L’album connaît un succès immédiat en Belgique…

En septembre 2019, il édite "Le Jardin de Daubigny", une biographie en bande-dessinée consacrée au peintre Charles-François Daubigny, réalisée par Luc Cromheecke et Bruno De Roover. Le Musée Thomas Henry de Cherbourg-en-Cotentin consacrera une exposition à cette œuvre durant l’été 2020.

En Octobre 2019 parait « Léopoldville 60 », le deuxième album issu de la collaboration de Baudouin Deville et Patrick Weber.

En mai 2020, un épais roman graphique, "l’Exilé" (par Erik Kriek) complétera le catalogue de cette jeune maison d’édition éclectique.

Le financement participatif permet aux Editions Anspach de payer à leur juste valeur le travail des auteurs et de la coloriste ; ainsi que d’accompagner la publication de l’album par différentes actions marketing.

Share Suivez-nous

FAQ