BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Broken Treaty Tour - Road movie

Périple à moto pour tourner un documentaire en soutien au peuple Lakota, marquant le cent-cinquantenaire d’un traité bafoué

À propos du projet

SOYEZ LES CO-PRODUCTEURS D'UN ROAD MOVIE CHEZ LES AMÉRINDIENS

Le Broken Treaty Tour - l’histoire d’un traité brisé

Le Broken Treaty Tour consiste en un périple à « cheval de fer » le long des frontières historiques de la grande réserve Lakota (Great Sioux Reservation) pour le tournage d'un road movie.

Pour la réalisation de ce documentaire, ayant pour thème la signature en 1868 du traité de Fort Laramie entre le gouvernement des Etats-Unis et la grande nation Sioux, nous avons imaginé un circuit d’environ 1000 miles (1600 km) réparti sur 8 à 10 jours, avec des arrêts prévus dans les différentes réserves et sur les principaux sites sacrés Lakota (Wounded Knee, Devil’s Tower, Bear Butte…) ainsi que sur les stèles de grands chefs de la nation Sioux.

Suivant ce traité, le peuple Lakota devrait vivre aujourd’hui sur un territoire couvrant sensiblement la moitié de l’état du Dakota du Sud. Bien qu'il soit toujours en vigueur, le peuple Lakota vit aujourd’hui sur la réserve la plus pauvre des Etats-Unis, qui a perdu l’essentiel de son territoire historique.   

Nous irons à la rencontre des anciens, des jeunes, des amérindiens, des américains que nous allons interviewer afin d’entendre les différents points de vue et témoignages et de tracer un portrait réaliste de la vie sur les réserves amérindiennes 150 ans après la signature d'un traité brisé.

Nous en profiterons pour déposer des documents aux universités, collèges et musées Lakota. 

Le convoi sera mené par les organisateurs du projet, rejoints au fil des étapes par tous les motards, qu’ils soient amérindiens ou non, qui voudront se joindre symboliquement à tout ou à une partie de la route.

C’est aussi l’occasion d’inciter Américains et Amérindiens de faire la route ensemble et de laisser sur le bas côté de la route les différends qui pourraient encore exister.

Ce film sera un documentaire humaniste, réaliste, sans fards, il est réalisé et filmé en équipe réduite afin de préserver l’authenticité des propos des protagonistes. 

Se déplacer à moto plutôt qu’en 4X4, cheval ou trailer de tournage est stratégique, car cela nous permet une certaine mobilité, de pouvoir se poser facilement dans certains endroits, et d’être plus rapide qu’avec nos amis équidés tout en leur faisant un clin d’œil !

Ce film documentaire a besoin de vous pour voir le jour, car nos propres économies ne suffiront pas à mener le projet à bien.

UN PEU D’HISTOIRE

Selon le traité de Fort Laramie signé en 1868 entre le gouvernement des Etats-Unis et la grande nation Sioux, le peuple Lakota devrait vivre aujourd’hui sur un territoire couvrant sensiblement la moitié de l’état du Dakota du Sud, et incluant notamment les Black Hills, terre sacrée de ce peuple.

La ruée vers l’or, suivie par l’expansion économique et touristique de la région, ont amené le gouvernement américain à oublier les engagements pris dans ce traité pourtant toujours en vigueur, s’appropriant l’essentiel des ressources de ce territoire, et reléguant la nation Lakota dans de petites réserves disséminées et gérées par le « Bureau des Affaires Indiennes » (BIA).

Le récent projet de Pipe Line traversant, contre l’avis d’une majorité de la population autochtone, la réserve de Standing Rock, apporte une preuve supplémentaire que la nation Lakota n’a plus aucune souveraineté réelle sur ses propres terres, y compris dans les réserves où elle a été parquée, et qui continuent de se réduire comme peau de chagrin.

Cela fera cent cinquante ans en 2018 que cette injustice perdure. Une date qui mériterait un éveil nouveau, alors que sont de plus en plus rares ceux qui luttent pour faire entendre la voix de ce peuple étouffé lentement.

Afin de donner aux Lakota une chance de voir un jour respectée la promesse qui leur a été faite en contrepartie de l’invasion qu’ils ont subie, HUMANITRAD www.humanitrad.org et le WANDERING BUDDHAS MOTORCYCLE CLUB www.wbmc.land ont décidé d’organiser cet événement symbolique, baptisé THE BROKEN TREATY TOUR (litt. « Le Circuit du Traité Brisé ») et d'en extraire un film.

Ce projet a reçu le soutien officiel de la Red Cloud Community, qui assurera une aide logistique et opérationnelle sur le parcours (notamment campement et repas pour les participants), et dont le chef spirituel, Floyd Looks For His Buffalo Hand, a offert de remettre sa Crosse ornée de plumes d’aigle au chef de convoi pour marquer le caractère solennel de ce périple.

Plusieurs associations et médias locaux (One Spirit, Native Hope, Kili Radio, Lakota Journal…) ont été contactés et participeront à l’information et la communication, afin de donner à cette manifestation itinérante l’écho qu’elle mérite.

Help us to make Sioux Reservation Great again :)

Humanitradhttps://www.facebook.com/humanitrad/

 Wandering Buddhas : https://www.facebook.com/Wandering-Buddhas-Community-264637807347909/

www.wbmc.land

www.humanitrad.org

A quoi va servir le financement ?

Le budget minimal pour la réalisation du projet de documentaire BROKEN TREATY TOUR est estimé à 13 000 $.

Ce budget devra couvrir la réalisation du film documentaire à l’issue du voyage. les frais de déplacement de l’équipe organisatrice (chef de projet, encadrant de convoi, vidéaste) depuis la France, la location de deux motos, les frais d’essence, d’hébergement et de repas.

Détail :

Production du documentaire :     2000$

Post-Production  :                       1500$

Billets d’avion :                            4500$

Location de deux motos :            3000$

Hebergement, nourriture :           2000$

Si des économies sont réalisées sur les dépenses prévues grâce aux dons recueillis, le surplus serait réparti entre les associations locales qui aident les personnes les plus nécessiteuses de la réserve.

À propos du porteur de projet

Patrick Shan : Ethnomédecin et voyageur. Il fonde en 2005 l’ONG Humanitrad pour aller soigner avec la médecine chinoise les peuples opprimés de la planète. Il prodigue des soins en médecine chinoise sur les réserves amérindiennes depuis plus de 15 ans. Fervent défenseur de la cause Lakota, il veut avec ce projet mettre en lumière la réalité de la vie au quotidien des amérindiens du centre des États-Unis depuis qu’on leur a petit à petit grignoté leurs espaces de vie.

Delfynn T. Aldag : Reporter et réalisatrice. Elle travaille aux côtés de Patrick Shan pour faire connaître la médecine chinoise et les actions menées par l’ONG Humanitrad.

Antoine P. Benadassi : praticien de médecine chinoise et traducteur, il aura la responsabilité de mener le convoi des motos, de s’occuper de la logistique du tournage et des traductions.