Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Bonheur

Une création de théâtre physique questionnant la normalité et le consumérisme - Première prévue début 2021

À propos du projet

La vidéo que vous venez de voir n'est pas un trailer et elle ne montre pas ce que sera la pièce :) Elle a été construite pour vous en donner une sensation, notre travail ayant commencé juste avant l'arrivée du Covid :)

*****************

Nous sommes Elise, Fabio, Jenny, Louise, Luca, Sandrine, Sara, Soufiane et Yann. Un collectif multiculturel venu de Norvège, de France, d'Italie, de Grèce et du Maroc.

Bonheur. C'est le projet qui est né de notre rencontre. Pour questionner le réel et l’évidence. Simplement. Pour questionner ce qu'est la normalité.

"Les prétendus normaux ont mené le monde au bord de la catastrophe" *... Est-ce cela, la normalité ?

Recherche en cours : Premières images post-confinementAubervilliers - Juin 2020 : Après 6 jours de création, l'univers se dessine petit à petit

Alors, juste avec nos corps, nos regards, nos intentions, nos mouvements, de la lumière, de l'espace et du son (et du travail, beaucoup de travail !! :)) mais sans objets et surtout sans mots, nous avons entrepris le pari fou de créer un monde décrivant notre normalité, et d'en faire une pièce de Théâtre d'environ 1h15.

Parce que nous sommes convaincus qu'un théatre corporel sans parole, permet de dépasser les frontières de nos langues. 

Afin de permettre au spectateur de s'identifier avec distance aux personnages de la pièce et accepter ainsi qu'une loupe soit posée sur son quotidien, les corps ont été traités/transformés, et les impacts de la société normative dans laquelle nous vivons ont été transposés à travers des déformations physiques.

Le corps dans ce monde : 3 déformations normatives pour 3 raisons (à découvrir sur scène :))

 

Cette pièce de théâtre tentera d'aller au coeur du conflit  qui existe entre le bien-avoir et le mal-être

Et quelle ironie que de vouloir questionner la société de «l’avoir » sans objets visibles et sans parole ?! 

Il s'agira d'un théâtre mêlant différentes disciplines, du grotesque au jeu masqué (les corps seront tellement déformés, qu'il apparaîtront masqués) en passant par le théâtre gestuel et le bouffon.

Un théâtre qui nous parle, et qui nous l'espérons, vous parlera ... sans parole :)

---------------------------------------------------------------

"Et si la pièce devait être un son ?"

---------------------------------------------------------------

Extraits de la note d'intention :

(...) Et voilà qu’une société capitaliste, destructrice du lien humain, et génératrice de mal-être, nous présente son dernier né, le bonheur, à consommer sans modérationpour échapper à ce qu’elle a produit, le mal-être. Un cercle vicieux dévastateur. En bref, la société se renouvelle, en nous aliénant davantage.
De la société de consommation à la société des consommés. Ce constat tragique, pour moi, s’est mué en un besoin viscéral de dire. 

 

Recherche en cours : La publicité dans ce mondeRésidence au Théâtre de Verre en Février 2020

*Tarkovski dans Nostalghia

À quoi va servir le financement ?

Le financement va nous permettre de poursuivre notre recherche créative, en nous aidant :

  • A nous retrouver autour de deux des 4 résidences de création de 1 à 2 semaines chacunes, en France (dont une à La Grange de Limandre, les 3 autres, à définir) pour 9 personnes (transports, hébergement et espace de création) entre Juillet 2020 et Janvier 2021

La Grange de Limandre, un lieu de résidence artistique ancré dans son environnement ruralPhotographie prise pendant les travaux de rénovation de la Grange

  • A effectuer une recherche sonore (objets détournés, retraitement informatique des sons naturels (voix et extérieur), micros, enceintes et console)
  • A concevoir les costumes des comédiens (une recherche artistique d'abord, puis une confection)
  • A concevoir la scénographie pour les bruiteuses qui constituera, pour les créatrices sonores, un monde à l'intérieur du monde. Car elles aussi seront sur scène et feront partie de la dramaturgie. Il s'agit de Louise et d'Elise :)
  • A concevoir la lumière du spectacle

De la recherche créative, pourquoi ?

Afin de pouvoir créer une pièce de théâtre questionnant la normalité, sans parole et sans objets, il nous faut explorer les multiples dimensions de la vie, en profondeur et avec précision, pour pouvoir les transposer avec justesse sur scène, en créant un monde proche du notre, bien que totalement différent.

Nous avons besoin de répondre à ces questions :

  • Que dit le corps sans la parole ? Quel monde peut exister sans parole ?
  • Quels en sont les codes ? Quels y sont les relations ? Comment les émotions s'y expriment-elles ? 
  • Comment le mouvement s'y décompose-t-il ?
  • Quel rapport les habitants de ce monde entretiennent-ils avec le temps, l'espace et eux-mêmes ?
  • Quels désirs gouvernent et qualifient ce monde ? Les gens peuvent-ils se toucher ? Et quel lien existe-t-il entre toucher & parole ?
  • Et quelle réalité sonore caractérise ce monde ? Et comment les sons et les bruitages peuvent-ils en même temps, sans être cartoonesques, être les empreintes et les révélateurs de ce monde ?

De multiples questions auxquelles seuls les corps en mouvement adjoints aux sons peuvent répondre. Sur un plateau de théâtre. C'est pour ça que nous avons tellement besoin de chercher. Ensemble. Malgré nos positions géographiques éparses (Norvège, France, Italie, Grèce et Maroc).

Recherche en cours : La travail dans ce mondeRésidence à la salle des 4 chemins du Théâtre de la Commune d'Aubervilliers en Février 2020

À propos du porteur de projet

Je suis Soufiane Guerraoui, auteur, interprète et metteur en scène Franco-Marocain. Passionné de théâtre corporel et de mouvement. 

Je suis fasciné par la richesse infinie de la vie, et ne parviens pas à accepter les limites du cadre systémique social, culturel et mental qui empêchent la simplicité. Celle que l'on retrouve dans un corps brut par exemple, dans un espace vide, ou encore dans le silence.  

Ainsi, dans mes travaux de recherche artistique, je m'intéresse de près à la question de la normalité et de l'être consommateur et consommé, ainsi qu'à la manière de transposer avec justesse ces observations et questionnements sur scène.

Le théâtre est pour moi un outil merveilleusement beau, humain et sincère pour le faire.

Share Suivez-nous