BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Chiens Bleus, Chiens Gris

Un père et son fils retracent en BD le quotidien de leur aïeul durant la Grande Guerre

NEWS #2 Les news promises ! Et ce sera ainsi tous les 2 jours !

Et oui, on a beaucoup de choses à vous dire !

Aujourd'hui Jean-Luc et Leyho vous parlent de leur projet dans une "note d'intention" qu'ils ont rédigé au début de l'aventure.

Note d'intention du scénariste de « Chiens Bleus, Chiens Gris »

Ce projet de bande dessinée est né de la rencontre de deux envies, celle de mon fils LEYHO, qui dessine depuis l'enfance et en a fait son métier, et mon envie de rapporter une histoire, une histoire vraie, celle de mon grand oncle, et de l'insérer dans la Grande Histoire.

Le centenaire de la grande Guerre à été l'opportunité et le déclencheur de ma volonté de faire partager une fraction de vie des gens de cette époque.

Comment les combattants ont-ils pu subir et supporter leur condition, est-il possible de se mettre à leur place et de se demander comment nous aurions pu réagir ? Les sociétés anciennes et actuelles sont-elles si dissemblables, que ces situations seraient impossibles aujourd'hui ?

Je n'ai pas la réponse.

Je me suis efforcé, à travers la vie des personnages, d'être fidèle aux lieux et à la réalité historique.

Ce récit n'est ni un documentaire, ni une fiction romanesque, c'est juste le récit d'une part d'existence.

Note d'intention du dessinateur de "Chiens Bleus, Chiens Gris"

On peut légitimement se demander comment mettre en images la période incroyable qu'a été la Première Guerre mondiale. C'est un épisode de l'histoire de l'Europe qui a été tant documenté, photographié, et même filmé que chaque français, allemand, britannique, belge... en a une trace bien définie en mémoire, à tel point que l'on peut parler d'"imaginaire collectif". Le terme "imaginaire" est essentiel car il met en évidence que, de tout ce qui a pu être vécu pendant ces combats, plus personne à ce jour n'en a plus été le témoin. On ne peut que se l'imaginer, le théoriser et peut-être même le fantasmer. On ne peut plus en faire l'expérience.

C'est avec ce point de vue là que j'ai dessiné et mis en couleur cette histoire; j'ai cherché à donner une impression, des émotions plutôt que retranscrire la vérité photographique. Pour raconter un tel récit, je pense qu'il faut se plonger dans l'imaginaire d'un soldat d'une vingtaine d'années, bouleversé par un cataclysme qu'aucun jeune homme de son âge ne pourrait se représenter aujourd'hui. J'espère proposer une expérience personnelle et graphique originale, s'appuyant sur un texte très documenté, pour représenter visuellement cette histoire qui nous est chère, à mon père et à moi.

Dans 2 jours, vous pourrez remonter le temps et feuilleter quelques pages du carnet de Francis avec les explications de son petit neveu.