BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTube

Le Bieristan, territoire des microbrasseries

Bar et restaurant coopératif à Villeurbanne

À propos du projet

BREAKING NEWS : ON A ATTEINT LE PREMIER PALIER EN DEUX SEMAINES ! BRAVO ET MERCI A TOUS LES SOUTIENS !!

LE FOUR A BOIS EST COMMANDE MAIS ON VISE MAINTENANT 6000 EUROS POUR POUVOIR INSTALLER UNE VERRIERE DANS NOTRE JARDIN D'HIVER... on vous en dit plus sur cet aspect dans la semaine (on ne s'attendait pas à devoir le faire aussi vite !).

Plus de 10 bières à la pression (et jusqu’à 15 si les récoltes sont bonnes ;-) et plus d'une cinquantaine de références en bouteille, uniquement des microbrasseries artisanales locales (brassées dans un rayon de 200 km autour de la région lyonnaise), chinées et sélectionnées pendant près de quatre ans… Une salle de 100 places dans un lieu atypique (ancien atelier textile), des flammeküeche au feu de bois, de la bonne cuisine maison à midi, un jardin de 400 mètres carrés, une cuisine en co-working avec un traiteur solidaire. Tout ça dans une démarche éco-responsable, monté par une entreprise coopérative gérée par ses salariés…

Utopique direz vous ? Eh bien non, pas du tout, nous sommes en fait dans la toute dernière ligne droite et nous ouvrons début mars, à Villeurbanne... mais nous avons quand même besoin de vous, hein !!!

Le Bieristan, c’est avant tout le petit frère du Court Circuit...

En 2010, une bande de copains ouvrent Le Court Circuit, à Lyon : un café-restaurant de quartier plaçant la convivialité avant tout, mais faisant aussi deux paris originaux : tout d’abord, “court-circuiter” la grande distribution et l’agro-business en se fournissant quasi exclusivement auprès de petits producteurs locaux, en servant de la bière artisanale, des produits bio et en cuisinant (vraiment) tout maison. Ensuite, en choisissant le statut de Société Coopérative et Participative (S.C.O.P) qui met les salariés sur un pied d’égalité et leur donne le pouvoir sur leur entreprise : le pouvoir de vote n'est pas proportionnel au capital détenu (une personne = une voix), et ce sont les salariés qui décident de tout. Et personne ne s’achète de Ferrari avec les bénéfices : ils sont réinvestis à 50% dans l’entreprise et les 50% restants sont distribués équitablement aux salariés en fonction de leur temps de travail.

Ces deux aspects ont généré un cocktail détonnant et un succès qui ont permis au Court Circuit de passer de 3 salariés à 9, en seulement 3 ans ! Le bouillonnement d’idées des salariés-associés, poussent l’équipe à ne pas s’arrêter là, et à choisir de se développer.

Il ne s'agit pas du tout de répliquer l'entreprise en créant une “chaîne” (beurk), mais de donner la possibilité aux salariés d'imaginer de nouvelles idées, de les confronter à celles des autres, et enfin de décider des projets sur lesquels s’engager. Dans la foulée, Le Court Circuit obtient le Grand Prix de la Finance Solidaire : c’était le signe qu’il fallait foncer vers un premier gros défi. Ce serait un biergarten “à l’allemande” qui incarnerait une sorte de pays imaginaire de la bière artisanale, mettant en avant les microbrasseries de notre région.

Trois salariés du Court Circuit quittent le berceau pour se consacrer à ce projet, les autres restent au bercail et soutiennent financièrement et humainement l’aventure : le Bieristan était né !

Le premier bar à microbrasseries locales de cette ampleur en France

En choisissant naturellement de conserver les mêmes principes que Le Court Circuit (coopération et circuits courts) ce sera le premier bar à bière en France spécialisé dans les microbrasseries régionales, issues d’un rayon de 200 km autour de Lyon… ou plutôt Villeurbanne puisque c’est dans le quartier de Gratte Ciel que nous choisissons de nous installer.

10 à 15 bières à la pression et plus d'une cinquantaine de références en bouteille viendront compléter une offre de restauration de saison à midi, mais également de véritables flammekueche au feu de bois le soir, tout ça 100% maison, que les clients pourront consommer à l’intérieur….  ou dans notre jardin. Nous travaillerons avec plus d’une vingtaine de brasseurs dont la liste est encore en évolution, mais parmi lesquels vous retrouverez La Voie Maltée et La Maison de Brasseur (Ain), La Franche et La Pintadier (Franche-Comté), La Grihète, La Pleine Lune et la BHB (Drôme), L’Agrivoise (Ardèche), La Bière Bio des Monts d’Or (Rhône), La Brasserie du Gifre (Savoie), La Brasserie Stéphanoise et la Brasserie du Pilat (Loire)... et bien d’autres !

Mais, comme au Court Circuit, nous voulons que notre projet soit avant tout un lieu convivial, d'échanges et de rencontres entre les habitants, d’initiatives citoyennes du quartier des Gratte Ciel, et de la ville de Villeurbanne plus généralement. Situé au 14 rue Paul Lafargue, le Bieristan prendra vie dans une ancienne petite usine textile des années vingt. Rafraîchissement de l'intérieur, aménagement du jardin, création d’une serre/jardin d’hiver et désamiantage des unités extérieures, l’idée est de redonner une place de choix à la chlorophylle dans l'occupation du local et faire en sorte que le jardin s’empare du béton afin de proposer une ambiance unique.

Un projet de l'économie sociale, innovant et écoresponsable

Notre projet, monté lui aussi en SCOP selon le principe une personne=une voix (avec 5 associés salariés et deux associés “extérieurs” dont Le Court Circuit) est également tourné vers la coopération avec d’autres structures. Deux partenariats ont déjà été établis avec La Marmite Urbaine, avec lequel nous allons expérimenter le co-working en cuisine (projet innovant pour lequel nous sommes subventionnés par le dispositif I-déclic solidaire de la région Rhône-Alpes, merci à elle ;-) et avec l’association VRAC, à qui nous louons des bureaux et des espaces de stockage.

Vous pouvez visiter le site internet de VRAC et celui de la MARMITE URBAINE

Par le choix d’une offre composée uniquement de produits artisanaux et/ou bio en circuits courts, le Bieristan proposera donc des services de restauration respectant l'environnement, les producteurs et les clients. L’inscription du développement durable étant au cœur de nos initiatives, nous cherchons aussi à valoriser le lieu par une démarche de transition énergétique (changement du chauffage vétuste au fuel pour le gaz naturel, isolation thermique, électricité 100% renouvelable avec contrat chez Enercoop), l’optimisation des espaces utilisés, la mise en place d'un compost neutre pour limiter nos déchets et recycler nos 5 kilos d’épluchures journalières….

A quoi va servir le financement ?

Le Bieristan sollicite la communauté Ulule afin de finaliser deux équipements : le financement d'un four à bois pour l'intérieur (si on atteint 4000 euros) et d'une verrière pour le jardin d'hiver à l’extérieur (si on atteint 6000 euros)..

Le budget du projet Bieristan dans son ensemble est supérieur à 300 000 euros… mais est, déjà financé à 99% grâce, notamment, au Court Circuit, à l'apport des associés salariés, d'une subvention de la région Rhône-Alpes, à des titres participatifs pris par des particuliers, et surtout, grâce à la finance solidaire encore une fois (près de 200 000 euros levés entre France Active, le mouvement coopératif, la NEF et le crédit coopératif).

Il ne nous manque que 1%. Vu comme ça, c'est peu, certes, mais c’est bien connu : ce n'est pas la quantité qui compte. Un peu comme dans la bière, le houblon ne représente souvent pas beaucoup plus que 1% des ingrédients totaux de la bière… et pourtant on ne peut pas faire de (bonne) bière sans (bon) houblon.

Votre apport est d'abord essentiel afin de nous donner une dynamique encore plus collective à notre projet, et de rajouter le financement par la foule à notre modèle déjà basé intégralement sur les alternatives économiques.

Mais plus concrètement, ce 1% c'est surtout de l’argent qui nous manque aujourd’hui pour acheter un four à bois traditionnel pour y faire des tartes flambées (flammeküeche) qui accompagneront les bières (premiers 4000 euros). Et si on dépasse  le premier objectif, c'est aussi une verrière pour couvrir notre terrasse et en faire un biergarten 365 jours par an (2000 euros suivants). Deux aspects vraiment fondamentaux du projet qui avaient été éliminés du budget initial par la faute de mauvais avis techniques... et donc non financés aujourd'hui.

À propos du porteur de projet

Si des compétences spécifiques existent parmi nous (cuisine, gestion, service…) nous avons une organisation du travail où tout le monde touche un peu à tout. Ainsi, si la cuisine sera “managée” par Pénélope et Marco, tout le monde mettra la main à la pâte pour les desserts et les tartes flambées. De même, toute notre équipe a suivi une formation de base en zythologie (mot pompeux pour dire biérologie). Pour les autres tâches (gestion des commandes et des relations avec les brasseurs et agriculteurs, intendance, comptabilité, communication, programmation musicale…) nous avons copié le système du Court Circuit où chacun est responsable d’un pôle pendant 6 à 12 mois, et change ensuite de pôle. Ainsi, le vieux proverbe du Bieristan est respecté : “tout le monde il est polyvalent, tout le monde il est content”.

Voici les 5 membres actuels :

Pénélope : Cuisinière de formation et détenant aussi un Master en Economie Sociale et Solidaire, Pénélope fait du lancer de poids en milieu hostile et ses gammes dans différents restaurants : Maitre Boeuf, De l'Autre Coté du Pont et le Court-Circuit notamment. Sorte de capitaine Haddock de la cuisine, son tempérament et son langage châtié n’ont d’égal que sa dextérité dans la découpe de l’aloyau de boeuf.

Corentin : Logisticien-autocariste de formation, Corentin a trainé ses baskets en Ecosse et en Allemagne. Co-organisateur d'un Festival à Culles les Roches (finement intitulé Festiculles) et par ce biais dresseur de pandas niveau V, il intègre le projet après plusieurs soirées en “extra” au Court-Circuit.

Dévina : Après avoir quitté la diplomatie internationale et milité pour inscrire Syd Barrett et la frite au patrimoine mondial de l’UNESCO à coups de Krav Maga, Dévina balade Gniouf-Gniouf, son bonnet Kangourou aux quatre coins du monde, avant de revenir à Lyon pour participer activement au projet.

Marco : Co-Fondateur du Court-Circuit, il y a appliqué sa formation de “gestion de l’économie solidaire” à “gestion de piliers de comptoir” mais aussi appris la cuisine auprès de ses collègues. D’origine italienne, il légifère actuellement avec des eurodéputés pour l’interdiction de l’association des pâtes et de la salade dans une même assiette. Marco mesure 1m74 et aime beaucoup, beaucoup, Roger Federer.

Rami : Suite à un parcours varié allant du commerce international à la communication humanitaire, en passant par la revente de concept car libanais, Rami accumule dix prix de l’employé du mois en deux ans au Court Circuit. Responsable des stocks, programmateur, il adore écouter des remix de Björk en mangeant du fenouil cru.

FAQ

Poser une question Signaler ce projet