BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Cuña

Bettina Szabo - Direction Artistique & Choréographe

À propos du projet

Cette campagne de sociofinancement est créé pour financer une résidence au Centre D'art Diane-  Dufresne à Repentigny du 25 au 31 Mars 2019.

Cuña est un Groupe de conception interdisciplinaire en danse, arts visuels, et son,  et s’intéressant às'intéresse  approfondirà approfondir  et souligner le développement des particularités esthétiques que les femmes ont à offrir sur la scène contemporaine à Montréal.

Inspirée par le phénomène de misogynie interne de la femme, en 2017, la chorégraphe Bettina Szabo, invite l’artiste visuel et poète Émilie Allard et la compositrice Keiko Devaux pour créer le spectacle d’art vivant Cuña. Utilisant l’expérience corporelle psychosomatique des femmes de l’enfance à la vieillesse comme vecteur de création, elles joignent leurs forces pour leur premier projet de recherche et création qui sera présenté en salle en 2020.

Suite à plusieurs résidences, cette équipe, à  100% féminin,e, se prépare pour une résidence technique qui permettra l'intégration de tous les médiums artistiques dans des conditions de salle de spectacle.

 

 

Cette vidéo montre des extraits d'une version de la pièce de 30 minutes qui a été créée suite à notre première année de recherche et de création. Cette version a été partagée lors de Visite Libre au Monument National en mars 2018.

Interprètes à la création: Catherine Dagenais-Savard, Élise Bergeron, Kim Henry, Rosie Contant, Gabrielle Surprenant-Lacasse, Tamar Tabori, Amber Downey-Back, Magali Casabuena, Élysée Daniel

 

Centre D'art Diane-Dufresne

 

Le contenu de la pièce

Je développe des personnages spécifiques et particuliers à chaque danseuse, basé sur leur « physicalité » et le matériel produit lors des explorations. Donc, chaque personnage a ses propres rythme et évolution pendant la pièce. Ainsi, le changement de focus et d’attention du spectateur se fait naturellement et je me permets de créer des événements de saturation de mouvement et de son. J’ai créé certaines sections de groupe et des duos, utilisant du contrepoids et des portées. Les corps dansants s’utilisent les uns les autres pour se permettre de faire leur propre chemin.

Le matériel chorégraphique est sensuel dans les bras en opposition à une densité brute dans le torse. Cependant, certaines explorations somatiques ont donné un potentiel pour des séquences aiguës et directes, qui permettent de créer des contrastes et rafraichir les yeux.

La musique autant que la vidéo sont approchées du point de vue chorégraphique de même que la chorégraphie est, elle, abordée sous un point de vue visuel propre aux arts plastiques en considérant la valeur sonore intrinsèque du mouvement, de la voix et de la respiration des interprètes. Les explorations somatiques incitent les danseuses à produire du son, créant ainsi la matière première avec laquelle Keiko travaille pour créer la bande sonore. Ainsi, utilisant cette matière comme base, elle orchestrera aussi le son qui sera joué sur scène pendant la prestation des danseuses. Ainsi, elle composera le mouvement.

 

Pour les vidéos de Cuña, Émilie crée des images à partir des journaux de bord des danseuses, produits pendant les explorations. Les projections sont projetées sur trois écrans mobiles avec des surfaces différentes (dentelle, nylon translucide et mylar), ainsi que sur une toile géante qui couvre la scène (voir matériel de soutien). Les danseuses manipulent ces écrans et la toile, créant ainsi des effets « analogiques » sur l'image. Ce sont le mouvement et l’interaction des interprètes avec les surfaces qui vont filtrer et transformer la vidéo sur la scène.

 

 

 

A quoi va servir le financement ?

Ce fond aidera à compléter le financement pour une résidence technique et de création au Centre Diane Dufresne à Repentigny. 

Pendant cette résidence, nous aurons l'opportunité, de faire des essais, des projections vidéo sur la scénographie et avec les interprètes, ainsi que des essais de musique avec le son qui est produit par les interprètes. C'est une opportunité unique pour créer en condition de salle de spectacle, ce qui garantira l'aboutissement de cette création

Ces montants aideront à payer le cachet des artistes interprètes, le transport et l’hébergement de l’équipe

 

 

Avec 3000$, nous serons capables de couvrir :

-le cachet des interprètes

-les frais de transport.

En atteignant tteint notre 2e objectif de 5000$, nous pourrions aussi payer 

 

-le logement pour toute l’équipe,

-leur per diem

-le cachet de créateurs pendant la résidence.


Ces conditions seraient idéales, nous permettant d’éliminer les problèmes logistiques et de nous concentrer sur notre priorité qui est la création. Ainsi , serions-nous en mesure de profiter au maximum de cette opportunité de résidence unique!

À propos du porteur de projet

BETTINA SZABO - Direction artistique, chorégraphe

Je suis née en Uruguay, et j'immigre au Québec avec ma famillie à 19 ans. Depuis, je continue mes activités en danse à Montréal depuis 2007. J'ai étudié avec Hebe Rosa à Montevideo, avec Rami Be’er à Israël et à l’École de Danse Contemporaine de Montréal et l’Université Concordia à Montréal. J'ai aussi suivi plusieurs stages de perfectionnement, notamment avec la compagnie Marie Chouinard, Dave St-Pierre ainsi que la chorégraphe Susanna Hood.

J’ai travaillé comme interprète avec le Ballet de Camara de Montevideo (2004-2007),  la Kibbutz Contemporary Dance Company Ensamble (2010) en Israel, et le collectif Interlope (2013-2014) à Montréal. En 2006, je co-fonde le collectif Jeli-Mien, avec lequel je remporte les Prix de la Relève pour le Meilleur Spectacle, Meilleur Chorégraphie, et Meilleure Interprétation octroyé par le Ministère de Loisir et Sports d’Uruguay.

Pour moi la danse est un moyen d’expression, qui me permet une connexion avec le publique sans limitation de langues ou de classe sociale. En 2014, j’ai créé Noir=+ dans le cadre d’une résidence de recherche et création au Conservatoire Supérieur de Musique et Danse de Lyon. Cette pièce marque le début de mes collaborations interdisciplinaires. Cette approche m'intéresse parce que je crois que c'est ici qu'on trouve un vrai potentiel pour innover. En liant différents media, nous voulons créer une oeuvre artistique contemporaine « totale » qui est accessible au public sans compromettre la qualité artistique

Je suis une militante de coeur, active dans le  milieu de la danse montréalaise. Je suis membre du comité Inclusion et Vivre Ensemble, du Regroupement Québécoise de la Danse, et aussi chroniqueuse de l'émission radio Danscussions &Co. à la CHOQ.ca. Je participe de manière régulière aux forums de consultation pour le développement culturel du Plateau Mont-Royal ainsi que ceux du Conseil des Arts de Canada.

http://www.petrikordanse.com

 

 

ÉMILIE ALLARD - Conception visuel

Émilie Allard est artiste et poète et vit et travaille à Montréal. Elle s’intéresse au langage, à sa consistance, à sa saveur visuelle et à sa fonction structurante, ainsi qu’à l’inconscient, tous deux en tant qu’organes invisibles et évolutifs du corps. Elle s’intéresse également aux mouvements complexes de la psyché qui sous-tendent les dynamiques relationnelles ; au corps ; aux textures des états ; à la mort et à la sépulture. Elle questionne la durée possible des états, leur caractère transperçant, inscriptible ; les degrés variables de la conscience ; l’absorption du et par langage ; l’importance de l’émission de la pensée, la mort. La représentation du langage et de l’inscription de celui-ci dans le corps vécu et imaginé au moyen de la sculpture, de la vidéo, de la photo et de l’écriture, est au centre de sa recherche artistique. En plus de son travail personnel, elle collabore avec les milieux de la danse et de la littérature et agit en tant qu’artiste visuelle et designer graphique au sein du collectif des Eaux de roche qui par l’exploration de voix féminines de la poésie tente la remise en sensations du texte par le mouvement, la réécriture et le visuel. Ce travail personnel et collaboratif a fait l’objet de diffusions à plusieurs occasions dans des galeries et dans des festivals.

https://emilieallard.com/

 

KEIKO DEVAUX - Composition sonore

Mon travail est basé sur des explorations qui étudient et analysent les structures extra-musicales tout en tentant de les imposer sur tout ou certains paramètres spécifiques du mouvement musical présent dans mes pièces. Les exemples principaux de matériaux extra-musicaux que j’ai utilisés comme “traduction” sont la forme et la rythmique du dialogue cinématique ainsi que les règles et l’auto-organisation des mouvements de groupes d’étourneaux ou d’autres comportements sociaux d’organismes vivants, même l’humain. Dans ma série de pièces intitulées “Transparences”, j’ai commencé à définir mon intérêt pour la juxtaposition d’harmonies et de mélodies contrastantes. Ce qui donnent le phénomène de “genre-blurring” (flou du genre). Je construis donc mon approche autour de ce concept tout en combinant l’isolation des attributs des « pôles » de mélodie pour garder l’harmonie et une certaine insinuation d’elle, leur essence est moins forte, et ils se manifestent donc, comme des citations d’une mélodie qui fût présente. Pour créer ce “flou”, je me sers de la temporalité et du ton, combinant des tonalitées traditionnelles autant que des électroacoustiques ou du bruit gestuel.

https://soundcloud.com/k-ko

ANGELIQUE WILLIKIE - Dramaturgie

 

Angélique Willkie est une artiste des arts de la scène, impliquée dans les milieux de la danse, de la musique, du théâtre et du cirque. Cette artiste indépendante, formée à la School of Toronto Dance Theatre, s’installe en Europe pendant plus de 20 ans. En Belgique elle a participé à plusieurs projets en danse avec les Ballets C de la B, la compagnie Karin Vyncke ainsi que la Needcompany. En tant que chanteuse, elle a collaboré avec Zap Mama, dEUS, DAAU et Zita Swoon Group. Elle a également prêté sa voix aux musiciens suivants : Walter Hus (Spectra Ensemble), Kaat De Windt, David Linx, Fabrizio Cassol et l’Ensemble Musique Nouvelles. Parallèlement à son parcours d’artiste performer, Angélique Willkie a été professeure à l'École Supérieure des Arts du Cirque (ESAC) de Bruxelles et continue à enseigner la danse contemporaine à l’École de danse contemporaine de Montréal et à l’université Concordia.

 

 

 

Share Suivez-nous