BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

AVENTURE CYCLO BALKANIQUE

Précommandez le film pour le faire vivre !

À propos du projet

SYNOPSIS DU FILM

En Bulgarie, Jean-Hugues explore clandestinement un vestige soviétique abandonné. Son passage, filmé par un inconnu, déclenche un engouement médiatique inattendu et provoque un débat au parlement européen. Six mois plus tard, il parcourt la région à vélo et plonge dans l'histoire des Balkans, qu'il sillonne depuis l'âge de 18 ans. Il découvre une terre d’hospitalité pleine de surprises : il se prend d’amitié avec des plongeurs kosovars, constate les conséquences de la guerre en Bosnie-Herzégovine et embarque un chien égaré sur sa monture. Un périple humain où l’itinéraire improvisé, proche des montagnes et de la nature, redonne du sens à l’aventure moderne.

Je me présente:

À 18 ans, j'ai quitté la Belgique pour faire des Balkans mon nouveau terrain d’exploration. Ce premier voyage représente pour moi un trésor d’apprentissages et d’émotions que je m'applique à partager via un film et des récits où fraternité, ouverture d’esprit et réalisation de nos rêves sont à l’honneur. Aujourd'hui, à 23 ans, j'ai déposé mon sac à dos à Montpellier, chez Solidream, pour consacrer toute mon énergie dans la réalisation de ce film. Il est presque terminé, il me manque juste de quoi financer l'impression des DVD. Pour cela je vous propose de passer commande dès à présent et me ainsi permettre de payer le fournisseur et vous envoyer au plus vite votre (vos) DVD(s) directement chez vous ;-)

Inspiré par le film, ma soeur Justine GOORIS apporte une touche personnelle à ce projet en illustrant d'un dessin la jaquette du DVD. 

A quoi va servir le financement ?

 

À propos du porteur de projet

HISTOIRE DU FILM

En janvier 2016, je m'apprête à partir pour un voyage à vélo dans les Balkans lorsque je reçois un message. C’est le centre culturel de Bastogne. Ils veulent m’inviter partager mon expérience sur scène: "Est ce que tu pourrais nous faire un film sur ton voyage pour janvier 2017 ?". À ce moment là je rêve de partager mes récits sur la scène de ma ville mais cette opportunité est pour moi un engagement impressionnant. Certes je me suis formé un peu au cadrage et à la réalisation mais est-ce que je suis vraiment compétent pour faire rêver une salle entière ?

Six mois plus tard, je prends le départ de mon aventure cyclo balkanique. Je me donne plusieurs mois. Au début, j'ai du mal à sortir ma nouvelle caméra pour filmer les rencontres, j’ai la sensation de briser l’instant, j’ai peur de déranger... et puis, le temps aidant, cela devient de plus en plus naturel.  Je n'ai rien prévu, il n'y a pas vraiment de question pertinente derrière mon voyage qui peut justifier un documentaire. Au départ, je voulais juste refléter ma progression dans l’inconnu. Plus tard, je prendrai conscience du trésor d’apprentissages et d’émotions que je peux véhiculer à travers mon témoignage où fraternité, ouverture d’esprit et réalisation de nos rêves sont à l’honneur.   

 

Fin octobre 2016, en rentrant après 4500 km dans les Balkans, je découvre avec un mélange d'angoisse et de fierté les annonces pour la projection de mon futur film. Peut être qu’ils s’attendent à un montage de clip vidéos... mais le voyage m’a tellement inspiré, que je veux réaliser un vrai film. Les semaines devant l’écran s’accumulent. Moralement et physiquement, passer d’une vie sur la route à une vie devant un bureau est difficile à supporter. Pendant 3 mois, je refuse les sorties entre amis, je saute les repas, dors peu. Je vis que pour mon film. Je découvre le piège de ce travail créatif et artistique : on peut perfectionner un film à l’infini. La pression monte, je dois assurer car toutes les places sont SOLD OUT alors que le film n’est pas terminé.

N’ayant que quelques maigres économies, j’ai tout fait par moi-même. Pour la composition musicale, j’ai contacté des artistes autour du monde qui ont soutenu mon projet. Pour la voix off, je l'ai enregistrée avec un peu d'imagination dans un grand placard isolé avec des boîtes à œufs ! Seul dans ma bulle, sans aucune influence extérieure, mon récit est sincère et spontané.

La toute première version, je l’ai terminée la nuit précédent la projection attendue. Le jour J la salle est pleine tandis que mon coeur bat la chamade. Le film démarre. Pendant 1h15 l’émotion est omniprésente dans la salle, jusqu’à la fin du générique les gens applaudissent. Je n’en reviens pas.  Durant mon premier échange avec le public, un homme lève la main pour me poser une question sur scène : "Est ce que tu réalises vraiment ce que tu as fait ?". Les mots me manquent. Je n'arrive pas à lui répondre...  Aujourd’hui, je réalise que je n'ai jamais été aussi déterminé dans ma vie pour terminer quelques choses avec mes tripes et un maximum de minutie. Je veux peaufiner, densifier et améliorer ce film pour continuer d’inspirer les jeunes et les moins jeunes.


Après ma première projection qui devait être unique, une question s’est vite posée : “ Est ce que je dois porter plus loin ce récit ? ”.

Cela impliquait d’échanger ma libertée sur la route pour une activité plus sédentaire, devant un ordinateur, à échanger des emails et des coups de téléphone etc.... Certes en faire un vrai métier est tout aussi passionnant mais pour réfléchir à cette décision, je suis parti à nouveau durant 9 mois à vélo car c’est ce que je fais quand je suis perdu. Je roule pour me retrouver.

Un jour à Istanbul, j’ai écris un email au collectif Solidream pour avoir leur avis sur mon film. Ils m’ont répondu: “ Ton histoire est touchante, ton récit sincère, ta démarche d’une belle humilité et ton talent certain. Mais il y a encore un peu de travail si tu veux améliorer ton film. Si tu veux on peut essayer de t’aider. On peut te faire une place dans nos bureaux. “ Travailler à leur côté, fut l’opportunité pour moi de croiser mes idées avec eux et d’apprendre énormément. Le récit n’a pas changé, il m’ont introduit dans ce milieu professionnel pour m’apprendre à réaliser les choses avec plus de finesse. Après plusieurs mois, nous avons réussi à gagner en qualité et toute la bande son du film est passée dans les mains d’un ami ingénieur du son. Waouh ! Quelle différence ! Il m'aura fallut 9 mois de travail à temps plein au totale.

Maintenant, j’espère pouvoir accumuler suffisamment de pré-commandes pour financer l’impression des DVD et ainsi continuer l’aventure. Déjà de nombreuses conférences et projections sont programmées. Il ne manque plus que les DVD pour que ceux que je rencontre puissent repartir chez eux avec un souvenir concret de notre échange et, je l’espère, inspirer de nouvelles personnes à transformer leurs rêves en réalité. Lorsque je vois cette étincelle dans les yeux d'une personne, qui me dit qu'elle décide de s'autoriser à vivre sa propre aventure, la satisfaction est immense et nourrit mon propre bonheur. 

 

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet