BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Aux frontières du sauvage

Face à face avec le grand dauphin

À propos du projet

Aux frontières du sauvage, c’est d'abord l'histoire d'une famille nomade - une biologiste, un marin et leur petite fille - qui entre confort et liberté a fait un choix : vivre sur l’eau, à bord d’un petit voilier, au plus près de la vie sauvage des océans.

Au cœur de la Polynésie Française, dans l'atoll de Rangiroa, ils mènent depuis près de dix ans au sein du GEMM  un programme d’observation sur un groupe de grands dauphins sédentarisé dans la passe de Tiputa.

Le but de notre projet : mettre en images leur regard privilégié sur ce monde sauvage qu'ils côtoient quotidiennement.

Anthropomorphisation, clichés manichéens, invasion et dégradation des habitats, domestication, exploitation commerciale... il semble que le regard de l'homme sur le vivant ne puisse être qu'intéressé. 

Pourtant, pour qui sait regarder, chaque espèce sauvage est la porte d'un univers sensible et mental unique : une façon qui lui est propre d'habiter le monde.

Mais comment regarder ? Comment étudier ce qui par définition échappe à notre emprise ? Comment imaginer ses perceptions ?  Comment définir une intelligence ? Sur quelle base interpréter ses comportements ? Pourra-t-on un jour communiquer ?

Pamela et Alain nous invitent à une plongée dans l'univers physique et mental du grand dauphin, prédateur social trop souvent réduit à son image cinématographique.

Avec eux, nous tenterons de nous affranchir des clichés absurdes que nos cultures entretiennent sur les espèces pour faire émerger une perspective lucide et respectueuse sur le vivant à travers la notion de bioaltérité, ou comment respecter l’autre quand bien même sa nature profonde nous échappera toujours… une forme de cohabitation émerveillée qui se passe d’appropriation.

A l'heure de la prise de conscience de l'impact dramatique des activités humaines sur la biodiversité, repenser notre rapport au vivant est devenu une nécessité. Témoins privilégiés d'un océan sauvage et de ses transformations, le GEMM apporte ici un témoignage précieux.

À quoi va servir le financement ?

Ce projet est produit de manière totalement indépendante et réalisé grâce à du matériel grand public. Même la musique est enregistrée à bord !

En participant, vous permettez :

  • Des déplacement en avion pour rejoindre l'équipe du GEMM là où elle se trouve, principalement de Tahiti, où je réside, à Rangiroa.
  • Des plongées, réalisées au sein d'un club local pour les prises de vues sous-marines.
  • Une mise à niveau matérielle pour un tournage en extérieur dans des conditions exigentes (humidité, vent)

Et surtout vous contribuez, comme nous essayons de le faire, à l'évolution de notre regard sur le monde sauvage !

À propos du porteur de projet

Thomas Trapier

C’est sur l’eau - et sous l’eau - que j’ai commencé à filmer, pour mettre en images mon propre voyage à la voile. J’ai fait la connaissance d’Alain (le marin philosophe) et Pamela (la scientifique passionnée) du GEMM sur leur lieu d’étude principal à Rangiroa. J'ai eu depuis la chance de partager leurs sessions d'observation des baleines à bosse autour de l'île de Makatea. De cette expérience est venue l’envie de partager en images leur vision de la vie sauvage, née d’années passées à son contact direct.

"Aux frontières du sauvage" se veut le fruit de leurs observations et réflexions, par le prisme de mon propre ressenti.

Pour les nouvelles au fil de l'eau : https://www.facebook.com/AlouetteImage/

Et pour l'inspiration, quelques images tournées lors de la session d'observation 2017 à Makatea :