BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Autonomies

Un film documentaire de Nazzaréna et Christophe

  • Tribune "Citoyens, engagez-vous dans la commune !"

    Chers souscripteurs,

    Une tribune intitulée "Des communes et des citoyens" a été publiée ce 25 mars.

    Il s'agit d'un appel des maires ruraux pour une démocratie citoyenne, de co-construction et de coopération, à l'échelon local.

     

    "Et si, pour être mieux représentés et écoutés, nous prenions en main notre destin, là où nous sommes ?

    Nous sommes bien souvent « sans étiquette » mais nous ne sommes pas "sans valeurs".

     

    Yvan Lubraneski, maire des Molières et président des maires ruraux de l'Essonne, est l'un des co-auteurs de cet appel. Il figurera dans notre documentaire Autonomies.

    Interview d'Yvan Lubraneski à la mairie des Molières (février 2018).

     

    Nous avons apporté notre soutien en signant cet appel. C'est une première pour nous.

    Coopérativement vôtres.

    Nazzaréna et Christophe

  • Week-end plantation d'arbres

    Chers souscripteurs,

    Un nouveau week-end de plantation d’arbres aura lieu sur le terrain de Nazzaréna en Normandie, près de Honfleur, les
    samedi 2 mars (après-midi à 14h00) et dimanche 3 mars (à partir de 10h00). L'occasion de moments de partage et d’échanges, comme ce fût le cas en novembre dernier.

    Une pause/collation est prévue le samedi, un déjeuner le dimanche, dans l’esprit “auberge espagnole”.

    La symbolique de planter et donner son prénom à un arbre, la joie de le voir grandir et embellir dans les prochaines années.

    La plantation sera filmée par Christophe dans le cadre du documentaire « Autonomies ».

    Merci de vous inscrire dès à présent pour une meilleure organisation.

    Nous serons heureux de vous rencontrer.

    Nazzaréna et Christophe

    « Ce qui est planté d'esprit et de vie toujours vit. »

    Vidéo  du précédent week-end de plantation d'arbres en novembre 2018.

  • Meilleurs vœux 2019

    Chers souscripteurs,

    Nous vous souhaitons le meilleur pour cette nouvelle année: la santé, bien évidemment, mais aussi de la créativité et de belles rencontres.

    De belles rencontres eurent lieu pour Nazzaréna en 2018, par exemple à l'occasion de la plantation d'arbres fruitiers en Normandie. Une courte vidéo en témoigne.

    Nous pouvons certifier que tous les arbres vont bien, Nazzaréna et Christophe étant venus à tour de rôle le constater ces dernières semaines.

    Et le film? Comme nous vous l'avions écrit précédemment, une douzième (!) version a été aboutie, puis revue et corrigée suite à l'interview choc d'un collapsologue à la rentrée 2018.

    Depuis lors, grâce au regard extérieur d'un second monteur, nous sommes en train de remonter le film, qui sera plus percutant qu'initialement prévu, avec des animations 3D en cours de réalisation. Une remise en question nécessaire pour le bien du projet.

    Soyez sûrs que 2019 sera l'année d'Autonomies.

    Bonne année.

    Nazzaréna et Christophe

     

  • Huit arbres, deux belles rencontres...

    Chers souscripteurs,

    Une séquence du film vient d'être tournée ce week-end en Normandie.
    Au programme, plantation d'arbres fruitiers sur un terrain avec Nazzaréna, avec l'aide précieuse de Naïade et Caroline, venues à ce RV dominical malgré le froid.

    Deux belles rencontres grâce à Cyril de l'Arbre aux étoiles, et 8 arbres plantés..

    Fin août, nous avons fait une interview d'un "collapsologue", qui a remis en perspective l'ensemble du film, donc le montage que nous retravaillons pour lui donner un nouvel élan.

    Nous sommes aussi en train de créer des séquences d'animation.

    À bientôt

    Nazzaréna et Christophe

  • Un an déjà!

    Chers souscripteurs,

    Voici un an tout juste que vous nous avez fait confiance et permis de réussir la collecte sur Ulule.  Nous n’oublions pas votre soutien et souhaitons vous donner des nouvelles de l’avancée du film « Autonomies ».

    En résumé, nous avons commencé un pré-montage du film en octobre, qui a aboutit à une première verson de 2h00 en janvier, que nous avons fait voir à des amis réalisateurs et monteurs. Les réactions ont été positives, les critiques constructives. Quand on est « le nez dans le guidon » depuis plusieurs mois, les regards extérieurs sont essentiels.

    À ce jour, une version de 1h35 existe, qui doit encore être retravaillée et finalisée.

    Après réflexion, nous avons décidé de faire un tournage complémentaire en août, pour intégrer en deux séquences la problématique de « la fin du monde.. pétrolier ».

    D’autre part, un film doit avoir un distributeur pour maximiser ses chances d’être vu dans le plus de cinémas possibles. L’auto-distribution, que nous avons expérimentée avec « La Pandémie du Nouveau monde – L’éveil des consciences citoyennes » en 2013 est énergivore – nous ne sommes que deux à la barre - et ne permet pas à un documentaire comme ceux que nous faisons d’atteindre un large public. C’est pourquoi nous avons montré le film à différents distributeurs depuis avril, et les négociations sont toujours en cours.

    Nous vous donnerons très bientôt d’autres nouvelles.

    Bel été à tous.

    Nazzaréna et Christophe

     

    (Photo Potager du Villard)

    INTERVIEW AU « POTAZER DU VILLARD »

    par Nazzaréna

    Nazzaréna est en ce moment dans les Hautes-Alpes, plus précisément à Guillestre, le village de son enfance. Ellle y a rencontré et interviewé Cyrille Pacteau, créateur du « Potazer du Villard », une ferme en permaculture, qui défend les semences paysannes. La ferme a reçu en 2017 le trophée Réserves de biosphère (UNESCO) pour son action visant à la protection de la biodiversité.

    Pourquoi le choix de créer ce lieu dans les Hautes-Alpes ?

    C. Pacteau : La mise en place de ce lieu répond beaucoup à la synchronicité à laquelle sont liés le rêve, les rencontres, les opportunités, les évidences, les circonstances, … en fait, ce qui constitue l’accord avec soi et l’harmonie avec son environnement.

    Dans cette synchronicité, il y a le fait que je me suis retrouvé avec ces terres. De là, j’avais un vieux rêve, l’amour pour ce lieu, puis les rencontres ont fait le reste.

    Qu'est-ce que vous y développez ?

    C.P. : Je pense que l’on ne peut pas parler de développement, mais juste de mode de vie dans lequel on cherche à retrouver la place de l’humain dans son environnement. Ce dernier fait partie de la nature, il est un constituant de la biodiversité. Pour cela, nous cherchons à tendre vers une autonomie territoriale, et nous cherchons la complémentarité qui se base beaucoup sur l’entraide.

    Quels sont vos projets à long terme?

    C.P. : Il est difficile de parler de projet si l’on veut respecter la synchronicité. Nous préférons parler d’envie de cœur, de respect et de motivation. Ce lieu s’enrichit d’une grande diversité végétale, peut-être deviendra t-il un lieu de préservation. 

    (Photo Potager du Villard)

    Pourquoi les semences sont-elles si importantes?

    C.P. : L’autonomie est la capacité d’un système à fonctionner par lui même, il ne faut pas confondre avec l’autarcie. Un système autonome n’impose rien aux systèmes extérieurs à lui, mais il est complémentaire, il rentre en synergie avec son environnement.

    Une semence est une graine sélectionnée pour être semée. L’homo sapiens sapiens à commencé à sélectionner des graines voilà quelque 10.000 ans. De sa sélection, il dû semer, de ce semis, il dû protéger, arroser, prêter attention à ses cultures. De là, la sédentarisation est née. Dès lors, il ne fut plus nécessaire de se déplacer pour trouver à manger. Nos sociétés sont la conséquence de la semence. Nous avons quitté le nomadisme de chasseurs-cueilleurs en petits groupes pour passer à la sédentarisation en très grand groupe. 10.000 ans, si l’on ramène ce temps au nombre de générations par lesquelles nous nous sommes transmis les savoirs et les savoir-faire, cela ne fait que 500 fois pour des générations de 20 ans.

    Il y a trois nécessités pour tout être vivant sur Terre : l’accès à l’air, à l’eau et à la nourriture. En ce qui nous concerne, l’accès à l’air ne nous est pas encore réglementé. Pour l’accès à l’eau, nous commencons à nous battre. Quant à l’accès à l’alimentation, nous nous battons, et le pire, c’est que nous l’utilisons à des fins de rendements économiques au profit de certains.

    À l’heure actuelle, le recours au nomadisme pour s'alimenter n’est plus envisageable. Seuls quelques peuples, si l’on peut encore les appeler « peuples », car ils deviennent plutôt des attractions, savent vivre avec leur environnement sans le détériorer.

    Nous sommes en train de perdre totalement le choix de notre alimentation par l’abandon ou la privatisation de la biodiversité. Comment vouloir défendre quoi que ce soit si notre alimentation est controlée par quelques multinationales qui font la pluie et le beau temps, si tant est qu’il reste un peu de beau temps!!

    C’est pourquoi la place de la semence paysanne est, au potazer du Villard, une évidence. Nous cherchons l’autonomie, mais avant toute chose, nous devons satisfaire aux besoins de notre survie. Il me paraît difficile de vouloir changer le modèle économique en place si nous ne sommes pas en mesure d’assurer notre alimentation, qui est la base de tout.

     

    Le Potazer participera à la Semaine des semences paysannes, qui aura lieu du 14 au 30 septembre 2018.

    Site : http://lepotazerduvillard.org 

    Page Facebook